Blizzard Entertainment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blizzard.

Blizzard Entertainment
logo de Blizzard Entertainment
illustration de Blizzard Entertainment

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1991 création
1994 Warcraft
1995 Warcraft II
1997 Diablo - Battle.net
1998 StarCraft
2000 Diablo II
2002 Warcraft III
2004 World of Warcraft
2010 StarCraft II
2012 Diablo III
2014 Hearthstone
2015 Heroes of the Storm
2016 Overwatch
Fondateurs Allen Adham, Michael Morhaime et Frank Pearce
Personnages clés Michael Morhaime (ex-président et cofondateur)
Frank Pearce (vice-président et cofondateur)
Chris Metzen
Samwise Didier (directeur artistique).
Forme juridique Ltd. (détenue par Activision Blizzard)
Siège social Irvine, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Directeurs J. Allen Brack (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Activision BlizzardVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie vidéoludique
Produits Rock N’ Roll Racing,
The Lost Vikings,
Warcraft: Orcs and Humans, Warcraft II, Warcraft III
Diablo, Diablo II, Diablo III
StarCraft, StarCraft II
World of Warcraft
Hearthstone: Heroes of Warcraft, Heroes of the Storm, Overwatch
Société mère Activision Blizzard
Sociétés sœurs Activision
Effectif environ 4 700 (2012)[1].
Site web (fr) www.blizzard.com

Blizzard Entertainment est une société américaine de développement et d’édition de jeux vidéo siégeant à Irvine en Californie. La société a été fondée en 1991 par Allen Adham, Michael Morhaime et Frank Pearce sous le nom de Silicon & Synapse. Renommée Chaos Studios en 1994 puis Blizzard Entertainment la même année, elle est à l’origine des séries à succès Warcraft (et World of Warcraft), Diablo, StarCraft, et plus récemment Hearthstone, Heroes of the Storm et Overwatch.

Le studio a été une filiale du groupe français Vivendi (initialement au sein de Vivendi Universal Games, puis de l'éditeur Activision Blizzard, à la suite de la fusion opérée en ) jusqu'à la cession de 49 % de ses actions en où Activision Blizzard devient indépendant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La société est fondée en 1991 par Allen Adham, Michael Morhaime et Frank Pearce sous le nom Silicon & Synapse[2],[3]. La société se focalise au début sur des portages sur Amiga, Atari ST, Commodore 64 ou PC de jeux comme J.R.R. Tolkien's The Lord of the Rings, Vol. I, Castles ou Battle Chess II pour le compte de l'éditeur Interplay[4],[5]. Silicon & Synapse développe ensuite ses propres jeux dont The Lost Vikings (1992) et Rock N’ Roll Racing (1993), toujours pour le même éditeur[6].

Premiers succès[modifier | modifier le code]

En 1994, la société est rachetée par le distributeur Davidson and Associates pour moins de 6,75 millions de dollars[7]. La même année, la société est brievement renommée Chaos Studios avant d'être définitivement baptisée Blizzard Entertainment lorsqu'il est découvert qu'une autre société porte déjà ce nom[8]. Peu après, Blizzard Entertainment publie son premier hit - Warcraft: Orcs and Humans – un jeu de stratégie en temps réel inspiré de Dune II prenant place dans un univers fantastique[9]. Basée à Costa Mesa, l'équipe de développement de la compagnie est à l'époque composée d'environ 25 personnes[10].

Le succès du premier Warcraft permet au studio de recruter de très bons développeurs en plus de l'équipe déjà en place, portant le nombre d’employés du studio à environ 40 personnes (équipes de marketing et de beta test comprises). Ces renforts permettent à l'équipe de boucler le développement de Warcraft II: Tides of Darkness en moins de 10 mois[11],[12]. Celui-ci sort en décembre 1995 et devient un des premiers jeux sur PC à dépasser le million de titres vendus[13]. Ce succès permet à Blizzard Entertainment de rapidement s'élever au niveau des meilleurs développeurs de jeux vidéo[14].

Création de Blizzard North[modifier | modifier le code]

Lors d'une rencontre avec Allen Adham, David Brevik – un des fondateurs de Condor Software – met sur la table une idée de jeu vidéo au tour par tour fonctionnant sous DOS et inspiré des jeux en ASCII Moria et Angband sur laquelle il réfléchissait depuis le lycée. Le projet intéresse vivement Blizzard Entertainment qui commence alors à collaborer avec Condor Software sur le développement du jeu. La coopération entre les deux studios se révélant fructueuse, ils vont peu à peu se rapprocher jusqu'à ce qu'en 1996, soit quelques mois avant la sortie de Diablo, Blizzard Entertainment persuade sa maison mère Davidson and Associates de racheter Condor Software qui est alors renommé Blizzard North[15]. L'équipe de développement principale de Diablo compte alors moins de vingt personnes[16].

En parallèle, Blizzard Entertainment développe un service de jeu en ligne baptisé Battle.net. À son lancement le , celui-ci permet aux joueurs de s'affronter sur Internet sur les jeux Warcraft II et Diablo[réf. nécessaire].

Rachat par Vivendi[modifier | modifier le code]

La société change ensuite plusieurs fois de mains. En 1996, CUC International (en) rachète Davidson and Associates avant de fusionner avec HFS Corporation (en) pour former Cendant Software (en) en 1997. À la suite d'une affaire de fraude comptable, les divisions logicielles du groupe - incluant Blizzard Entertainment - sont vendues à l’éditeur Havas en 1998 avant que celui-ci ne soit racheté par Vivendi.

La deuxième vague[modifier | modifier le code]

Blizzard Entertainment commence à réfléchir a un nouveau jeu de stratégie en temps réel dès 1995[17]. Sous la pression de Davidson and Associates, Allen Adham, alors président de Blizzard, planifie une sortie en 1996 afin de pallier le vide laissé dans le planning de la société par l'annulation de Shattered Nations, un jeu de tactique au tour par tour dans le style de X-COM[18]. Une première version de StarCraft, basée sur le moteur graphique de Warcraft II et programmée par Bob Fitch, fait ainsi son apparition lors de l’E3 de 1996. Celle-ci est mal accueillie par les critiques, qui considèrent alors le jeu comme un simple Warcraft dans l’espace, ce qui pousse Blizzard Entertainment à retravailler entièrement le jeu et à se concentrer sur la création de trois différentes factions[18],[19]. Le jeu sort finalement sur PC le [20].

De son côté, l’équipe de Blizzard North commence à développer Diablo II quelques mois après la sortie de Diablo. L’équipe de développement ne compte au départ que 24 personnes réparties en trois équipes dédiées à la programmation et à la création des personnages et des décors, mais est épaulée par le studio Blizzard Entertainment basé à Irvine pour certains aspects du développement comme la programmation de Battle.net ou la création des cinématiques. La sortie du jeu est initialement prévue pour l’été 1998 mais le développement prend beaucoup de retard et il faudra plus de trois ans et 40 personnes pour terminer le jeu qui sort finalement le dans le monde[21],[16].

Fin de Blizzard North[modifier | modifier le code]

Après la sortie de Lord of Destruction, l'équipe de Blizzard North commence le développement de Diablo III mais en mai 2003, Max Schaefer, Erich Schaefer et David Brevik ainsi que Bill Roper quittent la société pour fonder Flagship Studios. Ils sont alors rejoints par d'autres anciens membres de l'équipe de développement des Diablo, poussant Blizzard Entertainment à fusionner la filiale basée à San Mateo avec leur siège d'Irvine en 2005[22].

Fusion avec Activision[modifier | modifier le code]

Le , Vivendi Games fusionne avec Activision qui devient Activision Blizzard[23].

L'acquisition de Swingin' Ape Studios () donne plein contrôle à Blizzard sur le futur titre StarCraft: Ghost (dans un premier temps le développement avait été confié à Nihilistic Software), ainsi qu’un centre de compétence de développement pour les consoles de nouvelle génération.

Certains jeux peuvent être utilisés via internet, en accédant à la plate-forme développée par Blizzard appelée Battle.net (StarCraft et son extension Brood War, Warcraft II Battle.net Edition, Diablo, Diablo II et son extension Lord of Destruction, Warcraft III: Reign of Chaos et son extension The Frozen Throne) ou sur d’autres serveurs (World of Warcraft).

Fin 2004-début 2005 est sans conteste la plus grande période d’expansion de Blizzard. L’énorme succès de son MMORPG World of Warcraft (WoW) a entraîné une multiplication énorme du nombre de serveurs nécessaires et donc du personnel pour fournir le support, la traduction… Jusqu’à présent Blizzard a tenu son engagement concernant la sortie pratiquement simultanée des patchs pour les versions localisées Européennes de WoW (délai de 1 jour à une semaine), ce qui était un des points faibles de nombreux MMORPG concurrents (souvent plus de 6 mois de délais).

La seconde édition du Blizzard Worldwide Invitational s’est déroulée du 3 au au COEX Convention Center (en) à Séoul en Corée du Sud, à cette occasion des tournois de joueurs de haut niveau de StarCraft et Warcraft III ont eu lieu[24].

Dans le courant de , Blizzard crée la surprise en supprimant toute référence à StarCraft: Ghost de son site, à cette date, on ignorait encore si le jeu serait annulé purement et simplement ou s’il serait adapté pour les consoles de nouvelle génération (dont la PlayStation 3 et la Xbox 360) à la place des PlayStation 2 de Sony et Xbox de Microsoft. Le jeu semblait pourtant très proche de l’achèvement à en croire les joueurs qui avaient pu l’essayer lors de la BlizzCon (fin ) ou d’autres salons (en Asie par exemple). Avec la sortie des nouvelles générations de consoles : Xbox one et PS4, Starcraft : Ghost n'a toujours pas donné de nouvelle.

En , Blizzard sort la première extension pour World of Warcraft, nommée The Burning Crusade (alias WoW: BC, WoW: TBC), dont les ventes dépassent les 2 millions dans les 24 heures suivant le lancement officiel[25].

Une seconde édition de la BlizzCon a eu lieu les 3 et , en Californie[26].

Abandon définitif de StarCraft: Ghost, annoncé par voie de presse en [27],[28].

Le , au cours d’une soirée, le vice-président du développement et des relations internationales de Blizzard Entertainment, Itzik Ben Bassat, aurait déclaré « I’m a StarCraft player myself and I hope it’s not a decade, and we launched StarCraft in 1998, before I’m standing here again, celebrating the next game in the series »[réf. souhaitée]. Ce qui signifie, qu’il est lui-même un grand joueur de StarCraft, et espère célébrer la sortie du prochain opus avant qu’il ne se soit passé une décennie. Pourrait-on y voir une annonce pseudo-officielle de la sortie d’une suite ?

La chose s’est confirmée le , Blizzard ayant annoncé officiellement le développement de StarCraft II à l’occasion du 3e Blizzard Worldwide Invitational à Séoul en Corée du Sud[29].

À l’occasion du salon E3, en , Frank Pearce, vice-président et cofondateur de Silicon & Synapse en 1991 puis de Blizzard Entertainment, a donné une brève interview à Gamasutra, où il détaille le nombre d’employés affecté à chaque équipe ou tâche particulière. L’on y apprend qu’un projet secret est toujours en développement chez Blizzard, sans dévoiler plus que le nombre de personnes travaillant dessus : quarante[30].

Lors de l’ouverture de l’édition de 2007 de la convention BlizzCon, l’annonce a été faite : la future extension du jeu World of Warcraft sera World of Warcraft: Wrath of the Lich King[31].

Début , World of Warcraft a dépassé le cap des 10 millions de clients (abonnés) à l’échelle planétaire, et déjà plus de 2 millions d’Européens se sont laissés tenter[32].

Paul Sams, actuel directeur d'exploitation de Blizzard.

La quatrième édition du Blizzard Worldwide Invitational a eu lieu les et , à Paris[33]. Il s’agissait, pour Blizzard, de la première organisation d’un salon présentant des exclusivités en Europe. Outre les traditionnels matchs d’eSport, c’était l’occasion d’admirer des démonstrations interactives de World of Warcraft: Wrath of the Lich King, de StarCraft II mais surtout de la suite de Diablo II. En effet, c’est lors de cette édition que Blizzard a annoncé le développement de Diablo III[34]. Les joueurs étaient invités à essayer les futurs titres annoncés par le passé, comme ce fut le cas lors des précédentes conventions BlizzCon et Blizzard Worldwide Invitational, aux États-Unis et en Corée du Sud. Il n’est pas impossible que Blizzard ait profité de cette occasion pour montrer l’avancement du développement des Zergs. Divers concours ainsi qu’un concert du groupe L70ETC (Level 70 Elite Tauren Chieftain) ont aussi eu lieu à cette occasion.

La troisième édition de la BlizzCon a eu lieu les 10 et , en Californie[35]. Blizzard y a révélé à la surprise générale que StarCraft II sera subdivisé en 3 volets[36], chaque race disposant d’une campagne solo commercialisée à des dates différentes.

La quatrième édition de la BlizzCon a eu lieu les 21 et , en Californie[37]. C’est à cette occasion que Blizzard a annoncé le titre de la troisième extension de World of Warcraft, nommée World of Warcraft: Cataclysm[38].

La cinquième édition de la BlizzCon a eu lieu les 22 et , et s’est déroulé à Anaheim, en Californie. Aucun jeu n’a été annoncé, mais Blizzard a tout de même dévoilé, entre autres, la 5e classe de Diablo III, le Chasseur de démons.

Le , Blizzard Entertainment annonce la tenue de la sixième édition de la BlizzCon, qui se tiendra les 21 et [39]. À cette occasion, il en profite pour annoncer l'arrivée de la prochaine extension de World of Warcraft, nommée Mists of Pandaria. Quelques semaines auparavant, Blizzard avait en parallèle annoncé la création d'une édition découverte pour permettre de jouer à World of Warcraft gratuitement jusqu’à un niveau limité.

Le , Blizzard Entertainment lance Diablo III après 12 ans d'attente, c'est un record de ventes, avec au bout de 24 h plus de 3,5 millions de ventes. La sortie a toutefois été entachée par des problèmes techniques de connexion dû à la surcharge des serveurs Battle.net.

Le , Blizzard Entertainment lance World of Warcraft: Mists of Pandaria. Lazard Capital Markets a fait savoir que selon ses estimations, 600 000 à 700 000 copies de la quatrième extension du MMORPG de Blizzard se sont écoulées depuis sa sortie, tout en signalant que ces chiffres, aussi importants soient-ils, représentent une baisse de 60 % par rapport aux ventes sur la même période du précédent opus de la saga, Cataclysm.

Plusieurs sources mentionnent un nouveau projet de jeu en développement par Blizzard. Ce projet connu sous le nom de Titan (en) serait un MMORPG nextgen[40], différent de World of Warcraft. En , l'équipe est restructurée pour recommencer le développement en intégrant de nouvelles technologies, sa sortie n'est pas attendue avant 2016 au minimum[41]. L'abandon du projet est annoncé le . Un an auparavant, Blizzard avait annoncé la remise à zéro du développement.

Le , lors de la BlizzCon, Blizzard annonce la cinquième extension de World of Warcraft: Warlords of Draenor.

Le , Blizzard a annoncé leur nouvelle licence Overwatch à la BlizzCon.

Le , Blizzard lance World of Warcraft: Warlords of Draenor, la 5e extension de World of Warcraft.

Le , lors de la Gamescon, Blizzard a annoncé la sixième extension de World of Warcraft: Legion.

Le , sort la dernière extension de Starcraft II: Legacy of the Void.

Le 23 et , Blizzard déploie Overwatch dans le monde entier sur les plates-formes PC, PlayStation 4 et Xbox One[42].

Le , Blizzard lance la sixième extension de World of Warcraft: Legion.

Le , Blizzard a annoncé la 7e extension de World of Warcraft: Battle for Azeroth, dont la sortie est prévue pour le .

Le , Blizzard a annoncé Diablo Immortal sur mobile.

Le , lors de la BlizzCon, Blizzard a annoncé Diablo IV, Overwatch 2 et la 8e extension de World of Warcraft: Shadowlands.

Controverses[modifier | modifier le code]

Polémique suite aux manifestations à Hong Kong[modifier | modifier le code]

Le , dans une interview réalisée après son match au Hearthstone Grandmasters, le joueur professionnel Ng Wai Chung, connu sous le pseudonyme de Blitzchung, soutient ouvertement le peuple Hongkongais en citant le slogan utilisé lors des manifestations Liberate Hong Kong, the revolution of our times (en). La vidéo en streaming est coupée rapidement après cette intervention[43].

Le surlendemain, Blizzard annonce bannir Blitzchung de la compétition et de tout autre Grandsmasters pendant une durée d'un an, s'appuyant sur la section 6.1 du règlement interdisant aux joueurs « de se discréditer publiquement, d’offenser une partie ou un groupe du public, ou de nuire de quelque façon à l’image de Blizzard »[44],[45]. Ses gains lui sont également retirés[46]. Blizzard déclare malgré tout défendre le droit d'expression de chacun mais que les joueurs doivent respecter les règles officielles de la compétition[44]. En parallèle, Blizzard rompt le contrat des deux personnes qui couvraient l'événement et qui ont interviewé le joueur[43],[47]. Bien que cela ai été révélé fin octobre, la branche taïwanaise de Mitsubishi a décidé 48 heures après la sanction contre blitzchung de retirer son sponsoring à tous les tournois de Blizzard[48].

Plusieurs médias s'interrogent sur les réelles motivations de cette sanction, alors que le gouvernement chinois multiplie les menaces de boycott et la censure contre les prises de position pro-démocratie, comme récemment avec le tweet de Daryl Morey (en), manager des Rockets de Houston, ou l'épisode Band in China (en) de South Park[49],[50]. Certains pointent du doigt les intérêts économiques et politiques qui lient Blizzard à la Chine. En effet, Tencent Holdings possède partiellement Activision Blizzard, la maison-mère de Blizzard[45],[51]. En outre, 31 % des dépenses mobiles du jeu Hearthstone en 2018 viennent de Chine, soit 51 millions de dollars[52]. Les critiques les plus virulentes parlent de Blizzard comme un agent au service du gouvernement chinois[53]. Les sénateurs américains Ron Wyden et Marco Rubio dénoncent ces agissements à l'encontre de la liberté d'expression[54].

Dans la foulée, de nombreux fans, dont certains de longue date, protestent sur internet contre le bannissement de Blitzchung[55],[56]. En signe de contestation, la section anglophone de Blizzard sur Reddit a été temporairement fermée. Sur Twitch, plateforme qui a diffusé l'interview, les internautes ont inondé la discussion de messages de soutien[45]. Sur Twitter, une campagne de boycott à résonance mondiale est organisée autour du hashtag #BoycottBlizzard[46]. Mark Kern (en), l'un des développeurs de World of Warcraft Classic, soutient cet appel et dénonce au passage la corruption des sociétés de jeux vidéo chinois[57]. Quelques employés (entre 12 et 30) ont manifesté leur désaccord concernant la sanction de Blizzard : certains en couvrant les phrases « Every Voice Matters » et « Think Globally » de la statue au siège de l'entreprise, d'autres en utilisant des parapluies, comme lors des protestations à Hong Kong[58],[59]. Plusieurs figures de la compétition Grandmasters prennent position contre Blizzard. Brian Kibler (en) et Nathan Zamora renoncent à collaborer à la finale Grandsmasters organisée durant la BlizzCon, sauf si Blizzard venait à reconsidérer sa position[60]. L'un des joueurs professionnels a apporté sur Twitter son soutien à Blitzchung[61]. Sur internet, des fans souhaitent montrer leur mécontentement à la BlizzCon[62].

Le , suite à un message d'erreur, plusieurs internautes accusent Blizzard de vouloir limiter la suppression des comptes[46]. Selon l'entreprise, il s'agit d'un problème technique[63].

Le , le président de Blizzard s'exprime dans un communiqué pour apaiser la situation. Affirmant ne pas être influencée par la Chine, la sanction est revue : Blitzchung touchera les gains gagnés pendant la compétition et sera exclu seulement 6 mois[64]. L'affaire est cependant citée par le quotidien français Le Monde comme un exemple de la manière dont la Chine étend sa censure auprès des entreprises occidentales[65] ; le 19 octobre, une dimension plus politique est en effet notée puisque des sénateurs républicains et démocrates du Congrès des États-Unis signent une lettre dénonçant la décision de l'éditeur californien[66]. Le 1er novembre, en ouverture de la BlizzCon, le PDG J. Allen Brack a présenté ses excuses à la communauté, déclarant "accepter les conséquences" de la polémique[67].

Ludographie[modifier | modifier le code]

Titres portés[modifier | modifier le code]

Titres développés[modifier | modifier le code]

Titres en développement[modifier | modifier le code]

Titres annulés[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Activision Blizzard Inc. (ATVI) : Company Balance Sheet », sur TheStreet.com, .
  2. (en) Conte P.A., « Blizzard Entertainment : le souffle de la réussite », Air le mag, no 30,‎ , p. 33-35.
  3. (en) « Blizzard 's 10th Anniversary Sweepstakes », sur Blizzard.com, .
  4. a b c d e f g h et i (en) « Blizzard Timeline », sur Blizzard.com.
  5. (en) « Ported by Blizzard Entertainment », sur MobyGames.
  6. (en) « Classic Games », sur Blizzard.com.
  7. (en)Dean Takahashi, « Co-Founder Looks at Chaos in Early Stages and Future Challenges », Los Angeles Times, .
  8. (en) Dean Takahashi, « Briefcase: Technology », Los Angeles Times, .
  9. (en) Chris Remo, « 15 ans de Warcraft : Interview de Didier Samwise et de J. Allen Brack », sur Gamasutra, .
  10. (en) Jeff Kang, « Warcraft: Orcs and Humans - FAQ et guide stratégique », .
  11. Didier Latil, « Art… of Warcraft II : Interview de Bill Roper », Gen4, no 87,‎ , p. 54-55.
  12. (en) Geoffrey Keighley, « L'Œil de la Tempête – Passing Muster »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur GameSpot.
  13. (en) Geoffrey Keighley, « L'Œil de la Tempête – A Million Orcs »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur GameSpot.
  14. (en) Jason Bates, « Test de Warcraft II: Tides of Darkness », sur IGN, .
  15. « Supplément spécial Warcraft III : Historique : La saga Blizzard », Joystick no 138,‎ , p. 4-5.
  16. a et b (en) Barbara Walter, « Battle.net Defines Its Success: Interview With Paul Sams » [« Les secrets du succès de Battle.net – Interview de Paul Sams »], sur Gamasutra, .
  17. (en) « L’évolution de StarCraft - Alpha »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur sclegacy.com (consulté le 15 mars 2013).
  18. a et b (en) Patrick Wyatt, « StarCraft : Orcs in space go down in flames », sur codeofhonor.com, (consulté le 15 mars 2013).
  19. (en) Geoff Keighley, « L’Œil de la Tempête : Derrière les portes fermées de Blizzard Entertainment »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur GameSpot (consulté le 15 mars 2013).
  20. (en) « 10 ans de StarCraft : Rétrospective », Blizzard Entertainment (consulté le 15 mars 2013).
  21. (en) Austin Grossman, Postmortems from Game Developer, CRC Press, , 328 p. (ISBN 978-1-136-06461-6, lire en ligne).
  22. (en) Steve Parsons, « Blizzard North closed », sur Joystiq, .
  23. (en) Leigh Alexander, « Activision Blizzard Merger Official », sur Kotaku, .
  24. (en) Section du site officiel consacrée aux tournois ayant eu lieu lors du WWI2006.
  25. World of Warcraft : The Burning Crusade pulvérise le record de ventes le jour de sa sortie, communiqué de presse du .
  26. Annonce de la BlizzCon 2007, communiqué de presse du .
  27. a et b Nouvelle concernant l’annulation de StarCraft: Ghost, sur le site JudgeHype.
  28. a et b Interview de Mike Morhaime, président de Blizzard Entertainment, sur Écrans.fr.
  29. Communiqué de presse du concernant le 3e Blizzard Worldwide Invitational.
  30. (en) Brandon Sheffield, « E3 Exclusive: Blizzard Establishes Third Team, New Game Expected », sur Gamasutra, (consulté le 14 juillet 2007).
  31. World of Warcraft: Wrath of the Lich King dévoilé - Communiqué de presse du .
  32. Communiqué officiel de Blizzard annonçant 10 millions de joueurs actifs, le .
  33. Annonce du Blizzard Entertainment Worldwide Invitational 2008, communiqué de presse du .
  34. Diablo III dévoilé, communiqué de presse du .
  35. Annonce de la BlizzCon 2008, communiqué de presse du .
  36. BlizzCon 2008 : Voici StarCraft II Trilogy !, news de JudgeHype, publiée le , consultée le .
  37. Annonce de la BlizzCon 2009, communiqué de presse du .
  38. World of Warcraft: Cataclysm dévoilé, communiqué de presse du .
  39. La BlizzCon 2011 annoncée, communiqué de presse publié le . Consulté le .
  40. (en) Blizzard confirms next-gen MMOG called Titan, publié le sur gamespot.com.
  41. (en) Blizzard delays unannounced MMO until 2016, resets whole project, venturebeat.
  42. « Overwatch », sur playoverwatch.com (consulté le 21 janvier 2017).
  43. a et b (en) Jon Porter, « Hearthstone player banned for supporting Hong Kong protesters during live stream », The Verge, .
  44. a et b (en) Blizzard Entairtainment, « Hearthstone Grandmasters asia-Pacific Ruling », news.blizzard.com, .
  45. a b et c William Audureau, « E-sport : Blizzard dans la tourmente après l’exclusion d’un joueur pro-Hongkong », Le Monde, .
  46. a b et c Corentin Lamy, « E-sport : après la suspension d’un joueur hongkongais, la colère contre Blizzard ne s’essouffle pas », Le Monde, .
  47. (en) Steven Messner, « Taiwanese Hearthstone caster fired after Hong Kong controversy says he still doesn't know why », PCgamer.com, .
  48. (en) Blake Montgomery, « Blizzard Sponsor Bailed After the Company Punished a Pro-Hong Kong Gaming Champ », The Daily Beast, (consulté le 17 novembre 2019).
  49. (en) « Blizzard Entertainment Bans Esports Player After Pro-Hong Kong Comments », NPR, .
  50. (en) Daniel Victor, « Blizzard Sets Off Backlash for Penalizing Hearthstone Gamer in Hong Kong », The New York Times, .
  51. (en) Gregor Stuart Hunter et Zheping Huang, « Blizzard Bans Gamer, Rescinds Money, on Hong Kong Protest Support », Bloomberg LP, .
  52. (en) Mike Minotti, « Blizzard failed to make a stand for anything but China and money », VentureBeat, .
  53. (en) Zack Beauchamp, « One of America’s biggest gaming companies is acting as China’s censor », sur vox.com, .
  54. (en) Makena Kelly, « After Hearthstone player’s ban, Blizzard is in hot water with lawmakers », The Verge, .
  55. (en) Ian Walker, « Blizzard Subreddit Closes After Devs Suspend Hearthstone Player For Pro-Hong Kong Statements », kotaku.com, .
  56. (en) Gregor Stuart Hunter et Zheping Huang, « Gamers Boycott Blizzard After Protest Sympathizer Is Banned », Bloomberg LP, .
  57. (en) John F. Trent, « World of Warcraft Vanilla Team Lead Mark Kern Explains Why He Joined #BoycottBlizzard », sur themix.net, .
  58. (en) Blake Montgomery, « Blizzard Employees Staged a Walkout to Protest Ban of Pro-Hong Kong Gamer », The Daily Beast, .
  59. (en) Matthew Gault, « Blizzard's Hong Kong Screw-Up Is Officially an International Incident », Vice, .
  60. (en) Matthew Gault, « Popular 'Hearthstone' Commentator Says He'll No Longer Work With Blizzard », Vice, .
  61. (en) « Hearthstone caster Nathan 'ThatsAdmirable' Zamora steps down over Blitzchung controversy », PCgamer.com, .
  62. (en) Jeff Grubb, « BlizzCon seems like a disaster waiting to happen », VentureBeat, .
  63. (en) « Blizzard gamers complain they cannot boycott firm over China », sur bbc.com, .
  64. (en) J. Allen Brack, « Regarding last weekend's Hearthstone Grandmasters tournament », news.blizzard.com, .
  65. Damien Leloup et Martin Untersinger, « Jeux vidéo, cinéma, médias, réseaux sociaux : comment la Chine étend sa censure en Occident », -Le Monde, .
  66. « Polémique Blizzard : des sénateurs étasuniens signent une lettre bipartisane », sur Always For Keyboard, (consulté le 17 novembre 2019)
  67. « [BlizzCon 2019] J. Allen Brack s'est excusé pour la controverse autour de blitzchung », Always For Keyboard, (consulté le 17 novembre 2019).
  68. À l’occasion de la vente en ligne des billets d’entrée de l’édition 2009 du salon BlizzCon, ce petit jeu a été mis en ligne pour faire patienter les inscrits à la file d’attente. Ce mini jeu est un clin d’œil aux jeux passés, présents et futurs de la société (dont les trois personnages jouables : Jim Raynor de l’univers de StarCraft ; un chevalier de la mort Draeneï de World of Warcraft: Wrath of the Lich King ou un sorcier-docteur de Diablo III, musique de Warcraft II, les personnages qui apparaissent devant le bâtiment où s’est tenu le salon et encouragent au fil de la montée en niveau du personnage du joueur, ainsi que de nombreuses références dans les écrans d’« instructions »). Source : Blizzard lance un jeu flash : Failoc-alypse, JudgeHype, publié le .
  69. a b c d e f et g Liste des jeux annulés d’après l’annonce faite au Dice Summit qui s’est tenu à Las Vegas en .
  70. Bref article de JudgeHype sur ce qu’aurait probablement été le jeu Shattered Nations s’il n’avait pas été annulé.
  71. Bref article de JudgeHype sur ce qu’aurait probablement été le jeu Pax Imperia 2 s’il n’avait pas été annulé.
  72. Article de JudgeHype sur ce qu’aurait probablement été le jeu Warcraft Adventures: Lord of the Clans s’il n’avait pas été annulé.