Alexandre de Juniac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les contributeurs sont tenus de ne pas participer à une guerre d’édition sous peine de blocage.

Cette page a subi récemment une guerre d’édition au cours de laquelle plusieurs contributeurs ont mutuellement annulé leurs modifications respectives. Ce comportement non collaboratif est proscrit par la règle dite des trois révocations. En cas de désaccord, un consensus sur la page de discussion doit être obtenu avant toute modification.

Alexandre de Juniac
Description de l'image Alexandre de Juniac.jpg.
Naissance (53 ans)
Neuilly-sur-Seine, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation

Alexandre Marie Henry Begoügne de Juniac, né le à Neuilly-sur-Seine, est un chef d’entreprise français, actuel président-directeur général d'Air France-KLM.

Après avoir notamment travaillé 14 ans chez Thales comme secrétaire général, il devient directeur de cabinet de Christine Lagarde, ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, de 2009 à 2011. Il est ensuite nommé président-directeur général d’Air France puis de Air France-KLM.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et vie privée[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de Limoges qui avait obtenu la noblesse sous le Premier Empire[1], fils de l'ambassadeur Gontran de Juniac[2], il étudie au lycée Pasteur puis entre à l'École polytechnique[3],[4] en 1981 et à l'ENA (1988, promotion « Michel de Montaigne »).

Alexandre de Juniac est marié et père de cinq enfants[5].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Auditeur au Conseil d'État en 1988, puis maître des requêtes en juillet 1991, il est secrétaire général adjoint du Conseil d'État de 1990 à 1993[6].

De 1993 à 1994, il devient conseiller technique au cabinet de Nicolas Sarkozy (ministre du budget et porte-parole du gouvernement), chargé des dossiers de la fonction publique, de l'éducation nationale, de la culture et de la communication[7]. Il est ensuite directeur adjoint, chargé des questions relatives à la communication au cabinet de Nicolas Sarkozy[8], au ministère du Budget, porte-parole du gouvernement, de 1994 à 1995[9].

De 2009 à 2011, il est le directeur de cabinet de Christine Lagarde, ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi[10].

Carrière dans les affaires[modifier | modifier le code]

Il devient directeur du plan et du développement de Thomson SA en 1995, puis directeur commercial de Sextant Avionique de 1997 à 1998 et directeur du groupement d'intérêt économique CNS Avionics, société commune entre Sextant Avionique et Dassault Électronique de 1998 à 2008[11].

Il est secrétaire général adjoint d'octobre 1998 à 1999, puis secrétaire général de Thomson-CSF (devenue Thales en décembre 2000) de 1999 à 2004[12]. Il devient alors directeur général adjoint de Thales chargé de la division systèmes aériens jusqu'en 2008, puis directeur général Asie, Afrique, Moyen-Orient et Amérique latine de Thales jusqu'en juin 2009[13]. Sa carrière dans la fonction publique l'empêchera en 2010 de prendre la direction d'Areva[14].

Air France[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Air France, HOP ! et transavia.com.
2011 à 2013[modifier | modifier le code]

En novembre 2011, la commission de déontologie d'Air France valide la nomination d'Alexandre de Juniac au poste de président-directeur général[15],[8] de l'entreprise le 16 novembre 2011[16].

En avril 2012, il annonce le développement des bases de Toulouse et de Nice avec quatorze nouvelles liaisons au départ de Toulouse et quatre au départ de Nice[17]. Un mois plus tard, il annonce la création d'un pôle régional français et la fusion des trois filiales aériennes françaises d'Air France avec une mise en œuvre dès le 1er avril 2013[18]. Le but, selon la direction, est de créer un « pôle régional unifié français beaucoup plus autonome d'Air France » pesant 1 milliard d'euros et mobilisant 3 500 salariés[19]. Cette décision entraîne la création d'une nouvelle marque, HOP !, d'un nouveau numéro de plaque aérienne et d'une holding couvrant les filiales aériennes d'Air France[20]. Elle conduit à l'autonomie sur les offres tarifaires, sur le programme et la gestion du remplissage des vols[21]. Lionel Guérin est nommé président non exécutif de cette nouvelle marque[22]. Dans la continuité de cette création, l'entreprise décide en 2015 de passer à l'étape suivante en fusionnant juridiquement les trois filiales Brit Air, Régional et Airlinair afin de ramener de la croissance au sein du réseau court-courrier d'Air France[22]. La marque HOP ! doit ainsi, à terme, disposer d'une flotte opérationnelle d'environ 77 appareils à l'horizon 2016[22].

2013 à 2015[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 2013, il succède à Jean-Cyril Spinetta en tant que président-directeur général d'Air France-KLM[23].

De Juniac présente son plan de redressement « Transform 2015 »[24] visant à améliorer l'efficacité économique du groupe Air France-KLM afin de désendetter la compagnie, dont la dette culmine alors à 6,5 milliards d’euros. Fin 2014 celle-ci est ramenée à 5,4 milliards d’euros. Un résultat obtenu notamment grâce à la baisse des coûts (hors carburant) de 8 %. Fin mars 2015, l’objectif initial d’une dette ramenée à 4,5 milliards d’euros est en passe d’être atteint puisque celle-ci s'élève à la fin du premier trimestre 2015 4,9 milliards d’euros[25].

En octobre 2013, les bases de Nice, Toulouse et Marseille, qui représentaient jusqu'alors une réponse de la société à la vague « low cost » du secteur sont menacées de fermeture selon le Figaro[26]. L'information est démentie par le porte parole d'Air France[26], alors que les trois bases sont encore ouvertes en 2015. Un an plus tard, afin de poursuivre le redressement de la compagnie et améliorer sa compétitivité, il annonce le 10 septembre 2014 dans le journal Les Échos la création de Transavia Europe et un investissement de 2 milliards d'euros dans le « low cost » en Europe. Cinq jours plus tard, les pilotes d'Air France entament une grève qui durera plusieurs semaines, un record pour la compagnie[1], et coûtera environ 500 millions d'euros. De Juniac, soutenu par le gouvernement pendant toute la durée de la grève[27], annonce le retrait du projet Transavia Europe le 25 septembre 2014. Le coût de la grève met en effet en péril les efforts consentis depuis plus de 2 ans par le groupe et ses collaborateurs, puisque la perte nette a été ramenée à 198 millions d’euros contre 1,82 milliard d’euros en 2013. À la suite de cette grève, son résultat d’exploitation replonge dans le rouge (-129 millions d’euros contre +130 millions un an plus tôt). Or, en dehors de l'impact de la grève, il aurait plus que doublé, à 99 millions d'euros[28].

Dans ce contexte de blocage et après la suspension de la grève, début décembre 2014, les pilotes d'Air France votent à 53 % en faveur du projet d'accord prévoyant le développement de Transavia France, la filiale à bas coût du groupe[29].

2015 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En mars 2015, De Juniac est cité dans les médias pour des déclarations datant d'une rencontre patronale, "Les entretiens de Royaumont", en décembre 2014[30]. Il y était invité à discuter sur le thème "les acquis sociaux face aux enjeux mondiaux" et a notamment définis les acquis sociaux comme "très flous"[31], évoquant ensuite le travail des enfants[31], la questions des 35 heures[31], l'âge légal de départ à la retraite[31] et la différence de législation entre les pays comme le Qatar ne disposant pas du droit de grève et la France[31], faisant ainsi suite à la grève des pilotes de cette époque[32].

En mars 2015, alors qu'il se présente à sa propre reconduction à la tête d'Air France-KLM, De Juniac souhaite poursuivre son action à la tête du groupe avec la mise en place du plan Perform 2020 ayant « l’ambition claire de faire d'Air France au sein d'Air France-KLM un acteur européen majeur dans la concurrence mondiale[33]. » Le nouveau programme mécontente les syndicats, qui décident de ne pas assister à la réunion[32],[34] et déclarent être opposés à la reconduction d'Alexandre de Juniac dans ses fonctions de PDG d'Air France-KLM[35].

Le 4 mai 2015, De Juniac présente devant le comité central d'entreprise la déclinaison par activité du plan Perform 2020. Le groupe souhaite être le premier réseau long-courrier au départ d'Europe, appuyé sur le hub de Paris-CDG, avoir une activité cargo dans le « top 5 mondial », contribuant aux résultats de l'activité long-courrier, avoir un réseau point-à-point français très dense sous la marque HOP! Air France, faire de Transavia une compagnie « low-cost' » de référence au départ de la France et être un acteur mondial de la maintenance et du catering, tout en poursuivant ses efforts de réduction des coûts unitaires[36].

Comme défini dans le cadre de Perform 2020, l'objectif est une baisse annuelle des coûts unitaires de 1,5 % par an (-3 % en coûts pilotables), soit 650 millions d'euros sur la période 2015-2017. Pour atteindre cet objectif en prenant en compte l'inflation, le groupe doit réaliser 1 130 millions d'euros d'économies de coûts sur cette période, indique-t-il également.

Après une année difficile marquée par la grève des pilotes, De Juniac souhaite que l’ensemble des collaborateurs du groupe puissent adhérer à la stratégie et l’ambition de Perform 2020 comme l’indique le président-directeur général d’Air France Frédéric Gagey[37].

Le 21 mai 2015[38], De Juniac est reconduit dans ses fonctions pour un second mandat de quatre ans, avec 94,21 % des suffrages exprimés[38]. Le 1er octobre 2015, le conseil d’administration d’Air France-KLM valide la mise en œuvre d’un nouveau plan de restructuration. Un plan qui débouchera, selon De Juniac, sur « un important plan de réduction d’emplois ». Il confirme que les départs volontaires seront privilégiés, mais que la compagnie devra également « recourir à des départs non volontaires[39]. » Ce plan, prévu pour deux ans, sera lancé au début de l'année 2016[40]. Le 15 octobre 2015, le conseil d'administration réaffirme son soutien à la stratégie du PDG d'Air France et de son équipe dirigeante[41].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Il est nommé au conseil de surveillance de Vivendi, après vote des actionnaires, à l'occasion de l'assemblée générale du [42],[43].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Renaud Lecadre, « Alexandre de Juniac, bretelles et ceinture », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. « Qui est vraiment Juniac, le redresseur d'Air France? », Challenges,‎ (lire en ligne)
  3. De la promotion X1981, cf. « Fiche de Alexandre de Juniac », sur le site de l'association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (l'AX), Paris (consulté le 18 juin 2015).
  4. Ouvrir la « Page d’accueil », sur le site de la bibliothèque de l'École polytechnique, Palaiseau (consulté le 18 juin 2015), sélectionner l’onglet « Catalogues de la BCX → Famille polytechnicienne », effectuer la recherche sur « Alexandre de Juniac », résultat obtenu : « Begougne de Juniac, Alexandre Marie Henry (X 1981) ».
  5. « Alexandre De Juniac - Air France-KLM - Lechotouristique.com », sur www.lechotouristique.com (consulté le 4 novembre 2015)
  6. Marie Bordet, « Juniac, itinéraire d'un patron hussard », Le Point,‎ (lire en ligne)
  7. « Cabinet de Nicolas Sarkozy »,‎
  8. a et b Dominique Gallois, « Alexandre de Juniac, du cabinet de Bercy à la cabine de pilotage d’Air France », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. « Le CV d'Alexandre de Juniac », Challenges,‎ (lire en ligne)
  10. Reuters, « Alexandre de Juniac en première ligne à Air France-KLM », Les Échos - Bourse,‎ (lire en ligne)
  11. Carrière d'Alexandre de Juniac, Dirigeants Entreprise
  12. « Nouvelle organisation de Thomson-CSF », sur Thalesgroup.com,‎
  13. Alexandre de Juniac - Biography, Bloomberg BusinessWeek.
  14. Jean-Michel Bezat, « La Commission de déontologie juge qu'Alexandre de Juniac ne peut pas diriger Areva », sur Lemonde.fr,‎
  15. Valérie Collet, « Alexandre de Juniac prend la tête d'Air France », le Figaro,‎ (lire en ligne)
  16. « Alexandre de Juniac prend ses fonctions de PDG d'Air France », sur lesechos.fr (consulté le 3 novembre 2015)
  17. « Air France inaugure sa base de Nice », sur Air-Journal,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  18. « Air France regrouperait 3 filiales régionales en une compagnie », sur Usine Nouvelle,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  19. « Air France envisage de créer un pôle régional avec un investisseur », sur L'Echo touristique,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  20. « Air France dévoile sa nouvelle offre moyen courrier », sur Portail Aviation,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  21. « Hop ! : Air France peut-elle faire l'économie de la création d'une vraie low cost ? », sur Tourmag,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  22. a, b et c « Air France va fusionner ses filiales régionales sous la bannière Hop ! », sur lesechos.fr (consulté le 3 novembre 2015)
  23. Fabrice Gliszczynski, « Air France-KLM : les dossiers chauds du nouveau PDG Alexandre de Juniac », la Tribune,‎ (lire en ligne)
  24. Bruno Trevidic, « Les principales mesures du plan Transform 2015 », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  25. Guy Dutheil, « Alexandre de Juniac est reconduit, Air France-KLM reste à redresser », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  26. a et b « Air France dément la fermeture de sa base à Nice », sur Nice Matin,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  27. « Air France : Manuel Valls vole au secours de Juniac », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  28. AFP, « Air-France KLM a progressé en 2014, mais paie le prix de la grève », Agence France Presse,‎ , http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/02/19/air-france-klm-a-progresse-en-2014-mais-paie-le-prix-de-la-greve
  29. France Info, « Air France : les pilotes approuvent le projet Transavia France », France Info,‎ (lire en ligne)
  30. « Le PDG d'Air France divague sur les acquis sociaux », sur Mediapart,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  31. a, b, c, d et e « Travail des enfants, 35 heures, droit de grève : l'intervention cash du PDG d'Air France », sur France TV Info,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  32. a et b « Alexandre de Juniac seul autour de la table », sur Libération,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  33. « Air France-KLM: a présenté son plan Perform 2020. », L'Express,‎ (lire en ligne)
  34. « Le PDG d’Air France-KLM cristallise le mécontentement des syndicats », sur Le Monde,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  35. « Les syndicats opposés à la reprise en main d'Air France par Juniac », sur Le Figaro,‎ (consulté le 19 mars 2015)
  36. « Air France engage un plan de survie », sur Le JDD,‎
  37. Cercle Finance, « AIR FRANCE-KLM: A PRÉSENTÉ SON PLAN PERFORM 2020. », CercleFinance.com,‎ (lire en ligne)
  38. a et b AFP, « Alexandre de Juniac largement reconduit a la tête d’Air France-KLM », Agence de presse,‎ (lire en ligne)
  39. « Alexandre de Juniac : Air France va "essayer de privilégier les départs volontaires" », sur Europe 1,‎
  40. « Alexandre de Juniac était l'invité du Grand Jury », sur RTL.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  41. « AIR FRANCE-KLM : la stratégie d'Alexandre de Juniac confortée », sur Capital.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  42. Dépêche BFMTV, 4 mars 2013
  43. Factual Report AIRFrance-KLM(AFLYY) OTCQX, S&P Capital IQ / McGraw Hill Financial, 14 mars 2014
  44. (fr) « Alexandre de Juniac, Air France : "Manager de l'année 2012" », sur Le nouvel Économiste | Politique & Économie, Entreprises & Management, Art de vivre & Style de vie (consulté le 4 novembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]