Altice France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis SFR Group)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SFR (homonymie).

Altice France
logo de Altice France
Logo du groupe Altice

Création
Dates clés 2014 : Fusion de SFR et Numericable
2014 : rachat du MVNO Virgin Mobile
17 novembre 2015 : lancement de Zive
2016 : les marques Numericable et Virgin Mobile disparaissent
Avril 2016 : le nouvel ensemble est renommé SFR Group
2018 : SFR Group devient Altice France
Forme juridique Société anonyme
Siège social Altice Campus
16 Rue du Général-Alain-de-Boissieu
75015 Paris
Drapeau de France France
Direction Alain Weill (PDG)
Actionnaires Altice Europe
Activité Télécommunications, médias
Société mère Altice Europe
Sociétés sœurs Altice Portugal, Hot
Filiales SFR, Altice Média, SFR Business, SFR FTTH, SFR Réunion, SFR Caraïbe, SFR Presse, NextRadioTV, Numergy, Ert Group, Intelcia
Site web alticefrance.com

Dette 15 milliards € (2017)
Chiffre d'affaires en diminution 10,8 milliards € (2017)
-1,6 % vs 2016

Altice France (anciennement Numericable-SFR puis SFR Group) est un groupe de télécoms et de médias français, filiale d'Altice Europe, issu notamment du rapprochement de SFR et de Numericable en et du rachat de NextRadioTV en 2016.

Un nouvel ensemble appelé SFR Group est créé en regroupant des activités télécoms, au travers de SFR 2e opérateur français, et médias avec 14 chaînes de télévisions, deux radios et cinq titres de presses. Le groupe possède notamment les marques BFM, RMC, Libération ou encore L'Express. À la suite de la réorganisation d'Altice Europe, SFR Group est renommé Altice France en 2018.

En 2017, Altice France a réalisé un chiffre d’affaires de 10,8 milliards d'euros.

Historique[modifier | modifier le code]

Pour l'historique des deux marques avant la fusion :

Articles détaillés : Numericable et SFR.

Rachat de SFR par Altice[modifier | modifier le code]

Le , Vivendi annonce sa décision de céder le contrôle de SFR ; c'est Altice (Numericable) qui est choisi pour cette reprise. Cette décision est motivée sur les critères suivants : la qualité du projet industriel ; la pérennité de l’emploi ; les risques les moins élevés de concurrence interne ; la valorisation totale la plus élevée pour Vivendi[1].

Fin , l'acquisition est validée[2] par l'Autorité de la concurrence française, avec quelques conditions comme la vente du réseau en cuivre de Completel, l'ouverture de son réseau câblé, la vente de ses activités à Mayotte et à la Réunion et l'absence d'échange d'information entre Canal+ et Numericable.

Fin , Numericable Group devient Numericable-SFR[3]

En , Altice annonce son intention d'acquérir les 20 % des actions qui appartenaient encore à Vivendi, dans l'ensemble Numericable-SFR, pour un montant de 3,9 milliards d'euros ; il reste 20 % d'actions cotées en bourse (flottant).
Le , une grève au siège de Numericable-SFR, due à des projets de délocalisation, témoigne de la dégradation de l'ambiance interne de la société et entraîne notamment des difficultés d'accès à leur messagerie pour les abonnés[4],[5].
En , l'activité entreprises (Telindus France et Completel) de Numericable-SFR prend le nom de SFR Business[6].
En , SFR et Numericable sont qualifiés comme étant les plus mauvais payeurs de France[7].

En , Numericable-SFR rachète les 33 % de Numergy détenus par la Caisse des dépôts et les 20 % détenus par Atos[8].

Stratégie de convergence[modifier | modifier le code]

Fin , la marque et le logo Numericable disparaissent du site institutionnel de SFR dont l'URL devient « www.sfr.com ». La marque commerciale Numericable disparaît au profit de la marque SFR[9].

Fin , le groupe désormais présidé par Michel Combes annonce une nouvelle organisation avec trois pôles : les parties médias (SFR Média) et régie publicitaire (SFR Publicité) dirigés par Alain Weill et la branche télécoms (SFR Télécom) pilotée par Michel Paulin. À la suite de la disparition de la marque commerciale Numericable, le groupe annonce que Numericable-SFR deviendra « SFR Group ». Ce dernier rachètera auprès d'Altice, son actionnaire principal, sa participation de 49 % d'Altice dans NextRadioTV et les activités d'Altice Media Group France pour au total environ 600 millions d'euros. Le groupe tente ainsi une stratégie de convergence entre télécoms et médias qui sera déclinée en quatre thèmes : la presse (SFR Presse), l'information (SFR News), le sport (SFR Sport) et le divertissement (SFR Play)[10],[11]. Le , le groupe SFR annonce avoir finalisé l'acquisition d'Altice Media Group France[12]. Le , la reprise par SFR de la participation d'Altice dans NextRadioTV est finalisée[13].

Le , SFR Group annonce un accord de distribution avec la chaîne sportive qatari beIN Sports. Il est désormais possible d'avoir accès à beIN Sports via les offres THD Power de SFR[14].

Le , Altice annonce son intention d'acquérir les parts qu'elle ne détient pas dans SFR Group soit 22,25 % avec une offre publique d'échange volontaire de 8 nouvelles actions ordinaires Altice NV de catégorie A, pour 5 actions SFR Group apportées[15]. En , l'Autorité des marchés financiers s'oppose à l'opération[16].

En , le groupe passe des accords de diffusion exclusifs avec les groupes Discovery et NBCUniversal[17].

En , SFR annonce sa volonté d'acquérir 100 % du groupe News Participations et ainsi de NextRadioTV[18]. Le , l'Autorité de la concurrence autorise la prise de contrôle exclusif du groupe NextRadioTV par SFR Group[19]. Le , c'est au tour du CSA d'agréer la prise de contrôle de NextRadioTV par SFR[20].

Le , SFR Group publie des résultats annuels pour l'année 2016 en baisse malgré une remontée des ventes et des abonnés au quatrième trimestre 2016[21].

Le , le groupe Altice, maison-mère de SFR Group, annonce le changement de nom de toutes les filiales télécoms du groupe en Altice. L'objectif pour Altice est de regrouper sa famille sous une unique marque internationale en remplacement des marques historiques locales du groupe comme NOS, Portugal Telecom, Optimum, et Suddenlink[22]. Concernant SFR, le changement effectif de marque est initialement prévu d'ici [23].

Le , le réseau mobile nommé jusqu'ici F SFR change de nom pour devenir SFR altice, dans le double objectif d'habituer les clients au nouveau nom bientôt adopté par SFR : Altice, et de conserver le nom SFR, pour les clients ayant actuellement besoin de faire appel au support.

Réorganisations à la suite des difficultés[modifier | modifier le code]

Le , Patrick Drahi met en place une nouvelle gouvernance à la tête du groupe SFR avec notamment Alain Weill qui devient PDG du groupe. Il a pour objectif de « déterminer la direction stratégique, opérationnelle, commerciale et technologique du groupe, et son exécution, notamment en particulier SFR », à la suite des difficultés rencontrées par la marque notamment la perte importante d'abonnées[24].

En effet, concernant le très haut débit, rappelons que Patrick Drahi a construit son succès à partir de son choix historique et risqué, de câbler dès les années 1990 plusieurs régions de France, devenant ainsi le leader français du très haut débit . Cette réussite, en marge de l'opérateur historique, fournisseur principalement de cuivre à débits inférieurs, aurait pu lui conférer une légitimité lui permettant de se voir attribuer une majorité de zones à câbler dans le cadre du-dit plan THD, mais cela n'a pas été le cas; par exemple son souhait aurait été de recevoir de l'ARCEP plus que les 20 % des zones AMII, alors que l'opérateur historique en a lui obtenu 80 %.

En , avec l'annonce de scission d'Altice, la nouvelle société rebaptisé Altice Europe se composera d'Altice France (SFR Group), Altice International pour les actifs à l'étranger et Altice Pay TV, une nouvelle structure de télévision payante qui détiendra notamment tous les droits de diffusion acquis par SFR ainsi que ses chaînes payantes et qui sera chargée de revendre ces chaînes auprès des différents opérateurs. SFR, qui deviendra donc le principal client de Altice Pay TV, réalisera ainsi une économie de 600 millions d’euros[25]. Par ailleurs, Altice France payera 550 millions d'euros à Altice International pour l'acquisition des filiales dans les territoires d'outre-mer français et le transfert d'Altice Technical Services France et des services de support d'Intelcia, d'Altice International à Altice France[26]. SFR Group est ainsi renommé Altice France le [27].

Le , Altice France annonce l'acquisition de la chaîne locale lyonnaise TLM. Elle prendra le nom de BFM Lyon et rejoindra BFM Paris dans le bouquet de chaînes locales d'information du groupe[28].

Le , Altice Europe annonce qu'Altice France a conclu un accord exclusif pour vendre 49,99 % du capital de SFR FTTH, la structure hébergeant le réseau de fibre de SFR hors des grandes villes, à un groupe d'investisseurs composé d'Allianz Capital Partners, Axa Investment Managers Real Assets et Omers Infrastructure pour 1,8 milliard d'euros. Le groupe valorise ainsi SFR FTTH à 3,6 milliards d'euros, tout en restant propriétaire à 100 % de son réseau câblé (9 millions de prises) ainsi que de ses 2,5 millions de prises fibre en zone très dense. Cet accord entre dans la stratégie de désendettement souhaité par Altice Europe et lui permet de faire des économies, en effet SFR FTTH ne comprendra qu'un million de prises de fibre fin 2018 et devra en construire autant chaque année pour atteindre 5 millions de prises fin 2022[29].

Conflit avec Orange et Free pour la diffusion des chaînes

Courant 2019, Altice demande aux opérateurs de télévision de payer pour diffuser ses chaînes parmi lesquelles BFM TV, RMC Story ou RMC Découverte[30]. Une décision qui provoque fin août la décision de Free de ne plus diffuser les chaînes du groupe[31]. Orange décide la même opération quelques jours plus tard, ce qui entraîne une réaction immédiate d'Alain Weill qui met fin au conflit en abandonnant l'idée de faire payer les opérateurs pour la diffusion de ses chaînes[32],[33],[34].

Activités[modifier | modifier le code]

Télécoms[modifier | modifier le code]

Altice France est spécialisé dans les télécommunications via le câble, la téléphonie fixe et mobile, Internet à très haut débit via sa branche SFR, ainsi que dans les prestations de services audiovisuels. Son secteur d'activité Télécom se compose de :

  • prestations de télécommunications au grand public : assurées sous les marques SFR et RED by SFR.
  • prestations de télécommunications aux entreprises : assurées sous la marque SFR Business pour 150 000 entreprises clientes
  • prestations de télécommunications aux opérateurs.

Au , SFR possédait[27] :

  • 14,378 millions d'abonnés mobiles grand public ;
  • 5,943 millions d'abonnés fixes

L'ARPU était de 22,6 euros sur le mobile et de 36,5 euros dans le fixe. 10,951 millions de prises étaient éligibles au très haut débit par la fibre ou le câble et 95 % de la population était couverte en 4G.

Médias[modifier | modifier le code]

Altice Média est la branche médias et contenus du groupe Altice France.

Damien Bernet en est le directeur général depuis le [35].

Le , SFR Group, devenu Altice France, annonce une nouvelle organisation de SFR Média, désormais Altice Média, qui est composé de SFR PresseNextRadioTV et RMC Sport[36] :

Synthèse de l'organigramme de Altice France et Europe datant de 2018 @Thomas FELIX
 
 
 
 
 
 
Altice France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vià (50 %)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Altice Média
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SFR Presse
 
 
SFR RadioTV
 
 
RMC Sport
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Groupe L'Express
 
 
 
 
NextRadioTV (49 %)
 
 
 
 
RMC Sport (TV)
 
 
 
 
 
 
Libération
 
 
 
 
RMC Sport News
 
 
 
 
 
 
NewsCo Group
 
 
 
 
RMC Sport
 
 

L'accord exclusif passé en avec les groupes Discovery et NBCUniversal permet au groupe de se renforcer dans le divertissement en se dotant de deux bouquets thématiques : un sur le thème de la découverte avec RMC Découverte et les chaînes de Discovery Communications (Discovery Channel, Discovery Science, Discovery Investigation et Discovery Family) et l'autre sur le thème du cinéma et des séries avec les chaînes de NBCUniversal (Syfy, 13e rue, E!), SFR Play et une nouvelle chaîne, appelée Altice Studio, qui sera lancée le , qui s'appuiera notamment sur le catalogue de NBCUniversal qui possède de nombreuses licences à succès, et qui aurait à vocation de diffuser des séries produites par la filiale israélienne du groupe, Hot, ainsi que des productions françaises et européennes[17].

Altice France propose donc 20 chaînes et services pour 4 thématiques :

L’information : BFM TV, BFM Business, BFM Paris, BFM Lyon, RMC Sport News, i24news auxquelles s’ajoute RMC en radio ;

Le sport : RMC Sport 1, RMC Sport 2, RMC Sport 3, RMC Sport 4, RMC Sport 1 UHD ;

La découverte et les documentaires : RMC Découverte, Discovery Channel, Discovery Science, Discovery Investigation, Discovery Family ;

Le cinéma et les séries : 13e rue, Syfy, E!, SFR Play, Altice Studio.

En , Altice Média officialise le rachat par Marc Laufer de 75 % du groupe NewsCo, qu'il a fondé en 2011, ainsi que du groupe L'Étudiant, au travers de la holding Coalition Media Group ; SFR gardant 25 % du groupe de médias[37].

Le , Altice Média rachète la totalité de la chaîne de télévision Numéro 23, renommée RMC Story en 2018.

Services[modifier | modifier le code]

Altice France propose dans ses offres fixes et mobiles, les services SFR Presse, SFR News, SFR Sport et SFR Play.

SFR News
Logo de SFR NEWS

Annoncée le , la chaîne d’information sportive BFM Sport (pilotée par l'agence RMC Sport) vient enrichir le bouquet de chaînes d’information en continu de SFR News, regroupant BFM TV, BFM Business, i24news en HD et BFM Paris[38].

Les chaînes RMC Sport
Logo de SFR SPORT

Altice France a lancé une partie de ses cinq nouvelles chaînes de sport le mardi . Ce lancement a concerné les chaînes SFR Sport 2 (ex-MCS), SFR Sport 3, la chaîne du sport extrême et SFR Sport 5, la chaîne des sports de combat. Les lancements de SFR Sport 1, la chaîne prévue pour diffuser la Premier League dont les droits ont été achetés par Altice[39], et de SFR Sport 4K, la chaîne de sport diffusée en 4K, se feront ultérieurement[40].

SFR Presse
Logo de SFR Presse
Article détaillé : SFR Presse#Application.

Altice France propose une application SFR Presse, lancée en , qui propose une offre de magazines et de quotidiens numérique en accès illimité. Elle est intégrée dans la grande majorité des offres fixe et mobile des abonnés SFR, et est disponible sur les supports mobiles (Android, iOS), et PC/Mac. Le service propose les 19 titres de SFR Média mais pas seulement. Au , le service comptait 65 titres et revendiquait 10 millions de téléchargements[41].

SFR Play
Logo de SFR PLAY

Lancé en , SFR Play propose des chaînes de cinéma, découverte, séries et jeunesse ainsi que des applis (Napster, L'Équipe, SFR Jeux, iCoyote). Les clients SFR bénéficient également du catalogue de Zive, le service de SVOD disponible en illimité avec plus de 8 000 titres[38].

Le , SFR annonce l'arrivée de 5 nouvelles chaînes (National Geographic Channel, Nat Geo Wild, Voyage, Canal J et TiJi) incluses dans l'univers SFR Play pour les abonnés ADSL/FTTH[42].


Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying d'Altice aux États-Unis s'élèvent en 2018 à 400 000 dollars[43].

Altice est inscrit depuis 2012 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 10 000 et 25 000 euros[44].

Altice déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 50 000 euros sur l'année 2018[45].

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

Altice France[46]
Altice Média[35]
  • Alain Weill : président-directeur général
  • Damien Bernet : directeur général, membre du comité exécutif de Altice France
  • Hervé Beroud, directeur général délégué, chargé de l’information et du sport du pôle audiovisuel.
  • Frank Lanoux, vice-président, chargé du marketing des programmes et de la communication du pôle audiovisuel.

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

  • Alain Weill, président
  • Bertrand Meheut, vice-président[48]
  • Bernard Attali, administrateur indépendant
  • Angélique Benetti, administrateur
  • Jérémie Bonnin, administrateur
  • Manon Brouillette, administrateur indépendant
  • Jean-Michel Hégésippe, administrateur
  • Anne-France Laclide, administrateur indépendant

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège social du groupe SFR était jusqu'en décembre 2013 situé dans la Tour SFR, à la Défense. À cette date, 4 000 collaborateurs des sites de La Défense, Boulogne-Billancourt et Paris Cambray sont désormais installés sur le « Campus SFR », 12 rue Jean-Philippe-Rameau à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. 3 500 salariés supplémentaires y arrivent à l'automne 2015[49].

Depuis 2018, Altice France possède son siège social à l'« Altice Campus » situé dans le XVe arrondissement de Paris. La volonté du groupe est de rassembler ses activités média, télécoms et de contenu[50]. À partir du mois d', les rédactions de BFM TV, RMC Sport, Libération, L'Express et les employés de SFR sont réunis dans ce seul et même bâtiment, situé face au nouveau ministère de la Défense. Plus de 7 000 personnes, parmi lesquelles 1 000 journalistes, travailleront ensemble dans ce lieu qui regroupe notamment sept studios modernes[51]. Le nouveau siège est inauguré officiellement le et Altice France annonce par ailleurs à cette occasion le déploiement de la 5G au sein du bâtiment, une première[52].

Résultats financiers[modifier | modifier le code]

En 2017, Altice France a réalisé un chiffre d’affaires de 10,798 milliards d’euros, en baisse de 1,7 % par rapport à 2016. Le groupe possède une dette de 15 milliards d’euros à cette même date[53],[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matthew Campbell, Francois de Beaupuy et Gregory Viscusi, « Vivendi Agrees to Sell SFR to Altice in $23 Billion deal », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  2. Autorité de la concurrence, Décision du 30 octobre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de SFR par le groupe Altice
  3. Evénements de marché sur Numericable-SFR sur ABC Bourse.com
  4. Elsa Bembaron, « Une grève au siège de Numericable-SFR », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  5. Christophe Lagane, « Numericable-SFR : grève au pôle technique », Silicon,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  6. Sébastien Gavois, « NC-SFR lance SFR Business, sa « nouvelle marque commerciale » pour les entreprises », Next Impact,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  7. Jérôme Lefilliâtre, « Pourquoi SFR et Numericable sont les plus mauvais payeurs de France », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  8. « Numericable-SFR rachète Numergy », sur Les Échos.fr,
  9. SFR, « L'histoire du groupe | SFR », sur www.sfr.com (consulté le 24 février 2016).
  10. Gilles Fontaine, « Citizen Drahi médiatise le groupe SFR », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017).
  11. Kevin Hottot, « SFR rachète Altice Media Group et 49 % de NextRadioTV », Next Inpact,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  12. « SFR finalise l'acquisition d'Altice Media Group France », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  13. « NUMERICABLE-SFR a finalisé le rachat de 49 % de NextRadioTV auprès d'Altice », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  14. Tanguy Berthault, « Avec beIN Sports, SFR enrichit sa grille sport », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 18 août 2016).
  15. Fabienne Schmitt, « Patrick Drahi achève l’absorption de SFR par Altice », sur Les Échos.fr, .
  16. « L’OPE d’Altice sur SFR jugée non conforme par l’Autorité des marchés financiers », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 8 mars 2017).
  17. a et b Caroline Sallé et Enguérand Renault, « SFR souffle Discovery et NBCUniversal à Canal+ », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 21 janvier 2017)
  18. « SFR veut avaler NextRadioTV », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  19. « L'Autorité de la concurrence accorde la prise de contrôle de NextRadioTV par SFR Group », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  20. « Le CSA agrée la prise de contrôle de NextRadioTV par SFR », sur Le Monde.fr (consulté le 21 avril 2018).
  21. « SFR retombe dans le rouge en 2016 », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017).
  22. « Et si SFR changeait de nom ? », Les Échos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2017).
  23. « Gouvernance Altice Novembre 2017 », sur SFR, (consulté le 9 novembre 2017).
  24. « VIDÉO - En pleine tourmente, Drahi reprend la main sur Altice », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2018).
  25. « SFR abandonne ses droits sportifs », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2018).
  26. [PDF] « Altice Announces Group Reorganization Altice USA Spin-Off and New Altice Europe Structure » , altice.net, 8 janvier 2018
  27. a b et c [PDF] Altice N.V. – FY 2017 and Q4 2017 Pro Forma Results , sur altice.net, 15 mars 2018.
  28. « La télévision lyonnaise TLM, rachetée par Altice, devient BFM Lyon », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 10 octobre 2018).
  29. « Altice cède une partie de son réseau de fibre optique », sur Les Echos, (consulté le 2 décembre 2018)
  30. « Comme Free, Orange refuse de payer pour diffuser BFMTV », sur Les Echos, (consulté le 6 septembre 2019)
  31. « Après Free, Orange coupe le signal de BFMTV, faute d'accord avec le propriétaire de la chaîne », sur Franceinfo, (consulté le 6 septembre 2019)
  32. « Altice renonce à faire payer le signal de ses chaînes à Orange et Free », sur ozap.com (consulté le 6 septembre 2019)
  33. Julien Lausson, « Altice capitule : BFM et RMC sont de retour sur Orange - Business », sur Numerama, (consulté le 6 septembre 2019)
  34. « Devant l'écran noir d'Orange, Altice change de stratégie », sur Libération.fr, (consulté le 6 septembre 2019)
  35. a et b BFMTV, « Organisation du pôle média de Altice France », sur BFMTV (consulté le 3 juin 2019)
  36. SFR, « SFR Group annonce la nouvelle organisation de SFR Media | SFR », sur www.sfr.com (consulté le 7 juillet 2016)
  37. Laurent Baquista, « Marc Laufer officialise le rachat de Newsco à SFR Media », Societe.com,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mai 2017)
  38. a et b SFR, « SFR enrichit ses offres fixe et mobile des services et contenus SFR PRESSE, SFR NEWS, SFR SPORT, SFR PLAY | SFR », sur www.sfr.com (consulté le 4 juillet 2016)
  39. Etienne Moatti, « Altice s'offre La Premier League », L'Équipe.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  40. V.R-B, « SFR Sport lancera ses chaînes le 7 juin », L'Équipe.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  41. David Legrand, « SFR Presse accueille de nouveaux titres dont Le Figaro et La Voix du Nord », Next Impact,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2017)
  42. SFR, « SFR propose à ses clients de nouvelles chaînes Découverte et Jeunesse | SFR », sur www.sfr.com (consulté le 13 juillet 2016)
  43. (en) « Lobbying Spending Database - Altice NV, 2018 | OpenSecrets », sur www.opensecrets.org (consulté le 25 avril 2019)
  44. « Registre des représentants d'intérêts - Rechercher dans le registre », sur ec.europa.eu (consulté le 25 avril 2019)
  45. « Fiche Sfr Group », sur le site de la HATVP (consulté le 25 avril 2019)
  46. SFR, « Dirigeants | SFR », sur sfr.com (consulté le 17 mars 2018)
  47. « François Vauthier prochainement nommé directeur financier de SFR », sur Capital.fr,
  48. « L'ancien patron de Canal+ Bertrand Méheut rejoint SFR », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2016)
  49. « Saint-Denis : SFR envisage bien de déménager », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2018)
  50. « Saint-Denis : SFR plie bagage pour Paris, la SNCF en approche », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2018)
  51. François Bougon, « Dans les nouveaux studios d’Altice, l’heure est à la fusion », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2018).
  52. « Télécoms : Altice lance la 5G sur son siège parisien », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 10 octobre 2018)
  53. « SFR engrange les premiers fruits de sa réorganisation », sur Le Monde.fr, (consulté le 16 mars 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]