FTTB

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La FTTB, sigle de l'expression anglaise fiber to the building, signifiant littéralement en français « fibre jusqu’au pied d’immeuble » ou « fibre jusqu’au bâtiment » est une topologie d'accès à internet consistant à amener la fibre optique dans chaque immeuble et à terminer le raccordement (100 derniers mètres) en réutilisant, soit le câble coaxial du réseau de télévision par câble en technologie DOCSIS, soit la partie terminale de la paire de cuivre du réseau téléphonique en technologie VDSL ou G.fast.

Ce mode de raccordement permet de proposer des débits de plusieurs centaines de Mbps pour des coûts nettement inférieurs à la fibre optique de bout en bout (FTTH).

Déploiements FTTB[modifier | modifier le code]

La technologie FTTB constitue la principale architecture mise en œuvre pour l’accès au très haut débit par la fibre optique en France. Le centre d'analyse stratégique a rendu public une étude le 29 mars 2012 sur le marché du haut et très haut débit en France[1]. Il apparaît que sur les 655 000 abonnés connectés à la fibre optique en France mi-2011 (FTTB, FTTH et FTTLA confondus), 395 000 bénéficiaient de la technologie FTTB (hybride fibre / câble coaxial), proposée principalement par Numericable[1].

Les autres opérateurs proposaient majoritairement, fin 2011, la fibre optique de bout-en-bout (technologie FTTH) : Orange (avec 73 000 abonnés), SFR (51 000 abonnés) et Free (28 000 abonnés)[2].

L'observatoire trimestriel des marchés des communications électroniques (services fixes haut et très haut débit) en France pour le 4e trimestre 2011 de l’Arcep[3] établit un recensement des abonnés à la fibre optique jusqu’à la fin 2011. Il indique que la progression du très haut débit s’était accélérée au cours du dernier trimestre 2011, avec un gain de 20 000 abonnements pour la technologie FTTH (Fiber to the Home) et 40 000 abonnements pour la technologie FTTB[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]