Parti attrape-tout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Attrape-tout)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un parti attrape-tout est un concept utilisé en sciences politiques pour désigner « un parti qui séduit tous azimuts au-delà des classes sociales et surtout des clivages classiques entre droite et gauche ».

Définition[modifier | modifier le code]

Selon Virginie Martin, docteur en sciences politiques, un parti attrape-tout (catch-all party) est un type de parti qui se définit par « sa capacité d’attirer des individus ayant des points de vue différents les uns des autres, des électeurs venant d’horizons divers, des hommes et des femmes qui peuvent venir de la gauche comme de la droite »[1].

Ce concept utilisé en sciences politiques a été introduit par Otto Kirchheimer dans un article intitulé The transformation of the Western party systems, publié en 1966[2]. Dans son écrit, le politiste allemand constate l'émergence d'un type nouveau de parti, étant faiblement bureaucratique, faiblement organisé, pouvant être aussi caractérisé par une centralisation du pouvoir dans les mains du leader et de son entourage immédiat[3]. En se concentrant autour d'une figure, seul capable de tenir la structure du fait d'une bureaucratie insuffisante, un parti attrape-tout peut alors se transformer en parti dit « charismatique », selon l'expression d’Angelo Pannebianco[4].

En France, la science politique a longtemps donné le qualificatif de parti « attrape-tout » au Front national[5], ceci par sa capacité à séduire des électeurs venant de la gauche comme de la droite. L’électorat de gauche pouvant être attiré par le volet économique et social ; celui de droite étant intéressé par les aspects identitaire et sécuritaire. Ajoutons à cela la faiblesse de l’organisation partisane et un leadership très marqué. Plus récemment, le qualificatif « attrape-tout » a été utilisé pour définir La République en marche[1] ou l'Union populaire républicaine[réf. nécessaire].

Exemples[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Emmanuel Macron, le candidat attrape-tout », sur Atlantico, (consulté le 6 mars 2018).
  2. (en) « Vol. 15 », sur Party Politics (consulté le 6 mars 2018).
  3. Frédéric Sawicki, « La science politique et l’étude des partis politiques », Cahiers Français, no 276,‎ , p. 51-59 (lire en ligne).
  4. (en) Angelo Pannebianco, Political Parties : Organisation and Power, Cambridge University Press, , 336 p. (ISBN 9780521314015).
  5. Isabelle Ficek, « Le FN de plus en plus « parti attrape-tout » », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  6. Sarah Elise Wiliarty, The CDU and the Politics of Gender in Germany: Bringing Women to the Party, Cambridge University Press, , 218–221 p. (ISBN 978-1-139-49116-7, lire en ligne)
  7. Armenia: Vote 2007 - Republican Party of Armenia, Eurasianet.org, 2007.
  8. Guliyev, Farid; Pearce, Katy E. The Challenges of Electoral Competition in an Oil Rich State: Azerbaijani Pre-Election Report Washington Post. October 6, 2013. Accessed July 2, 2014
  9. Daniel Gallas, « Dilma Rousseff and Brazil face up to decisive month », BBC (consulté le 27 août 2017)
  10. William Cross, Party Members and Activists, Routledge, (ISBN 978-1-317-52432-8, lire en ligne), « Party Membership in Quebec », p. 50
  11. « Junts pel Sí (Together for Yes): "We are all in, we’ve reached the end of the line" », Ara,‎ (lire en ligne)
  12. David Torrance, "Scotland's Progressive Dilemma," The Political Quarterly, 88 (2017): 52–59. doi:10.1111/1467-923X.12319
  13. Severin Carrell, "Alex Salmond's big tent bulges as Tommy Sheridan lends voteless support," The Guardian, 25 April 2011. https://www.theguardian.com/politics/blog/2011/apr/25/alex-salmond-tommy-sheridan-election
  14. David O'Kane et Tricia Hepner, Biopolitics, Militarism, and Development: Eritrea in the Twenty-First Century, Berghahn Books, (ISBN 9780857453990, lire en ligne), xx
  15. Ondrej Ditrych, « The Georgian succession », European Union Institute for Security Studies,‎ , p. 4 (lire en ligne[archive du ]) :

    « ...GD as a catch-all movement... »

  16. Lowell Barrington, Comparative Politics: Structures and Choices, Cengage Learning, (ISBN 0-618-49319-0, lire en ligne), p. 379
  17. Maria Maguire, Growth to Limits: Germany, United Kingdom, Ireland, Italy, Walter de Gruyter, (ISBN 978-3-11-011131-6, lire en ligne), « Ireland », p. 333
  18. Eoin O'Malley, Contemporary Ireland, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-0-230-34382-5, lire en ligne), p. 13
  19. Valentina Romei, Five Star Movement: the protest party explained in charts: Direct democracy and rejection of binary politics brings success but stunts maturity, Financial Times, 10 janvier 2017
  20. (en) Günther Pallaver, Tolerance Through Law: Self Governance and Group Rights In South Tyrol, Martinus Nijhoff Publishers, , 305, 309 p. (ISBN 978-90-04-16302-7), « South Tyrol's Consociational Democracy: Between Political Claim and Social Reality »
  21. (en) David Lublin, Minority Rules: Electoral Systems, Decentralization, and Ethnoregional Party Success, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-994884-0, lire en ligne), p. 229
  22. (en) K. Beyme, Transition to Democracy in Eastern Europe, Springer, (ISBN 978-0-230-37433-1, lire en ligne), p. 59
  23. Glenn D. Hook, Julie Gilson, Christopher W. Hughes et Hugo Dobson, Japan's International Relations: Politics, Economics and Security, Routledge, (ISBN 978-1-134-32806-2, lire en ligne), p. 58
  24. Jane L. Curry, Central and East European Politics: From Communism to Democracy, Rowman & Littlefield, (ISBN 978-0-7425-6734-4, lire en ligne), « Poland: The Politics of "God's Playground" », p. 171
  25. Tom Gallagher et Allan M. Williams, Southern European Socialism: Parties, Elections, and the Challenge of Government, Manchester University Press, , 271– p. (ISBN 978-0-7190-2500-6, lire en ligne), « Southern European socialism in the 1990s ». Page 271.
  26. Sventlana S. Bodrunova et Anna A. Litvinenko, Russia’s Changing Economic and Political Regimes: The Putin Years and Afterwards, Routledge, (ISBN 978-1-135-00695-2, lire en ligne), « New media and political protest: the formation of a public counter-sphere in Russia, 2008–2012 », p. 35
  27. Jiří Hroník, « Známe tajemství velkého úspěchu Andreje Babiše », sur Parlamentní listy (consulté le 19 février 2016)
  28. Josef Mlejnek, « Marketing jako kingmaker aneb Kam směřují české politické strany? », sur Revue Politika (consulté le 19 février 2016)