Enoch Powell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Enoch Powell
Enoch Powell 4 Allan Warren.jpg
Enoch Powell (1912–1998)
Fonctions
Membre du 49e Parlement du Royaume-Uni (d)
South Down
-
Membre du 49e Parlement du Royaume-Uni (d)
South Down
-
Membre du 48e Parlement du Royaume-Uni (d)
South Down
-
Membre du 47e Parlement du Royaume-Uni (d)
South Down
-
Membre du 45e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wolverhampton South West
-
Membre du 44e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wolverhampton South West
-
Secrétaire d'État à la Défense du cabinet fantôme
-
Peter Thorneycroft (en)
Membre du 43e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wolverhampton South West
-
Secrétaire d'État à la Santé
-
Derek Walker-Smith (en)
Membre du 42e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wolverhampton South West
-
Secrétaire financier au Trésor (en)
-
Henry Brooke, Baron Brooke of Cumnor (en)
Jocelyn Simon (en)
Membre du 41e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wolverhampton South West
-
Membre du 40e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wolverhampton South West
-
Membre du 39e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wolverhampton South West
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Parti politique
Membre de
Arme
Conflit
Distinction
Titre honorifique
Le très honorable

John Enoch Powell (Birmingham, Marylebone en Londres ), est un homme politique et écrivain anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enoch Powell a étudié au Trinity College de Cambridge (où il a étudié le latin et le grec) où il a été particulièrement remarqué et à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l'Université de Londres où il a appris l'ourdou. Il est connu pour ses prises de positions contre l'immigration, qu'il développa dans son célèbre discours de 1968 Rivers of blood (« Discours des fleuves de sang »). Il fut député anglais de 1950 à 1987, d'abord à Wolverhampton sous les couleurs du Parti conservateur jusqu'en février 1974, puis à South Down (Irlande du Nord) sous celles du Parti unioniste d'Ulster (Ulster Unionist) à partir d'octobre 1974[1].

Il mène la faction « ultra » au sein du Parti conservateur. Il conduit une campagne anti-immigration ouvertement raciste sous le slogan « si tu veux que ton voisin soit nègre, vote travailliste »[2].

Mais son célèbre discours le , avertissant le peuple des conséquences de l'immigration en provenance du Nouveau Commonwealth, marque la fin de sa carrière politique. Pendant plus de vingt ans Powell a été traité comme un isolé parlementaire et s'est vu refuser la parole dans de nombreuses régions du pays. Pourtant, il a été une figure très populaire et a communiqué un sentiment populaire général ; ce powellisme aura de nombreux partisans. Son discours traitait principalement de grandes questions relatives aux relations entre l'individu et l'État, à la souveraineté de l'État, à l'identité nationale et à la Communauté économique européenne. Bien que sa réputation se soit établie sur son activité de défenseur du libre-échange et de l'économie de marché, après 1968 il est longtemps resté identifié à la question raciale et à l'opposition au multiculturalisme. Il s'est opposé à la peine capitale et s'est montré méfiant à l'égard des États-Unis. Il estimait que la Grande-Bretagne avait renoncé à avoir un rôle important dans le monde.

Lorsqu'il prononça son discours d'avril 1968, un élan populaire massif lui apporta son soutien. En réaction, un mouvement anti-raciste se manifesta avec une égale ardeur. En février 1974, Powell ayant décidé de ne pas se présenter lors des élections générales pour protester contre la raison invoquée par le Premier ministre Edward Heath pour les déclencher, il perdit son siège à la Chambre des communes alors que c'était là une condition nécessaire pour diriger le Parti conservateur ; ayant de plus rejoint un autre parti (le Parti unioniste d'Ulster) en octobre 1974, il ne pouvait être dans la course pour l'élection du chef du Parti conservateur de 1975 (en). La brillante carrière de Powell ne se faisait dès lors plus au premier plan, mais Margaret Thatcher, qui accéda à la tête du parti lors de ladite élection, porta ensuite plusieurs de ses idées et principes (en), notamment le souverainisme et le libéralisme économique.

Il mourut à l'hôpital dans la Cité de Westminster en 1998, et il est resté dans la mémoire des Britanniques.

Enoch Powell fut membre de la Société du Mont-Pèlerin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émission de TV Rivers of blood sur le discours d'Enoch Powell de 1968, en anglais avec sous-titrage français
  2. Nicolas Lebourg, Le monde vu de la plus extrême droite. Du fascisme au nationalisme-révolutionnaire, Presses universitaires de Perpignan, , p. 163

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :