La Meute (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meute.

La Meute est un groupe de pression d'extrême droite[1],[2],[3],[4],[5] identitaire[6] et nationaliste[7] opposé à l'immigration illégale et l'islam radical[1],[8],[9],[10]. L'organisation a été fondée en au Québec par deux militaires retraités des Forces armées canadiennes, Éric Venne et Patrick Beaudry[11]. Depuis, Eric Venne à démissionné de son poste en janvier 2017 et, Patrick Beaudry a, lui, été évincé [12],[13].

La Meute est créée pour s'opposer à l'augmentation de la présence de l'islam radical au Canada et[pas clair] au Québec et en réaction à la migration de demandeurs d'asile, phénomène qu'ils jugent comme de l'immigration illégale, malgré l'absence du concept dans le droit canadien[14]. Elle souhaite empêcher le Parti libéral du Québec de gagner les élections générales québécoises de 2018[15],[16]. La Meute n'a pas l'intention de devenir un parti politique[15], elle désire simplement « devenir assez grande et organisée pour constituer une force qui ne peut être ignorée »[17].

La plupart des observateurs politiques situent La Meute à l'extrême droite[18],[19],[20],[21],[22], positionnement que le groupe récuse[23],[24].

L'organisation revendique plus de 41 000 membres sur son groupe Facebook privé en , bien que des estimations tablent plutôt sur 4 000 à 5 000[25],[26].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Des policiers[1], experts[27],[28] ainsi que la majorité des journalistes[17],[29],[30],[31] situent La Meute à l'extrême droite. Elle est notamment qualifiée de xénophobe[32],[33], d'islamophobe[33],[34], de suprématiste[35], d'ultranationaliste[23],[36] ou encore de populiste[15].

La Meute se situe, selon Maxime Fiset, « sur la limite du spectre qu'est l'extrême droite »[33]. Elle correspond, selon David Morin, à une frange populiste et nationaliste identitaire de l'extrême droite[28], hésitant entre l'appellation de « extrême droite identitaire » ou de « populisme de droite », et faisant remarquer l'existence de « vases communicants » avec des groupes plus radicaux, tels qu'Atalante ou parfois Storm Alliance[37].

Le groupe est souvent distingué des groupes ouvertement racistes, suprématistes, néonazis ou néofascistes par des observateurs[32],[38], experts[28],[33],[37],[39],[40] et journalistes[7],[41],[42]. La police québécoise ne considère pas La Meute comme une menace[31]. Certains parlent d'un discours qui « flirte avec ceux de l'extrême droite »[43], ou affirment que l'appellation d'extrême droite pourrait être inappropriée[44]. D'autres se disent incapables de situer précisément La Meute[41], évoquent un « soi-disant groupe d'extrême droite »[32], ou affirment qu'on l'appelle « un peu bêtement »[38] d'extrême droite, déclarant qu'« il est difficile de trouver matière à condamnation » envers ce groupe[42]. Enfin, certains journalistes opposent l'image publique de La Meute à son groupe Facebook privé[45].

La Meute refuse d'être positionnée à l'extrême droite[23],[24]. Le groupe est connu pour évincer ses membres qui tiennent des discours ouvertement racistes[33]. Selon ses responsables, des commentaires ouvertement racistes ou qui pourraient inciter à la violence sont régulièrement supprimés de la page de La Meute[17],[11]. Certains journalistes remettent néanmoins en question cette déclaration, contredite « par le simple fait de taper le mot "porc" dans le champ de recherche »[45]. Ils pointent du doigt « de nombreuses références au prophète Mahomet en tant que pédophile ou violeur » affichées par ladite page.

Le porte-parole du groupe, Sylvain Brouillette, dit en 2017 qu'il situe La Meute au centre gauche[41] ; lors des élections québécoises de 2018, il affirme que La Meute s'inspire directement du programme électoral 2014 de la Coalition avenir Québec (parti de droite), une identification dont le chef de ce parti, François Legault, cherche à se distancier[46].

Histoire[modifier | modifier le code]

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez pour voir d'autres modèles.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture, les listes pouvant être aussi introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items  (novembre 2018).

Le manisfestations et événements de La Meute vont comme suit :

  • Le 4 mars 2017 le groupe organise une première démonstration public. Quatre manifestations se tiennent simultanément dans les villes de Québec[47], Montréal[48], Drummondville et Chicoutimi[49].
  • Le 20 août 2017, le groupe organise une manifestation contre l'immigration illégale dans la ville de Québec[50]. Une contre-manifestation fut également organisée par des groupes antifascistes[51].
  • Début septembre, Patrick Beaudry est évincé suite à un putsch fomenté par Sylvain Brouillette et ses acolytes.
  • Le 3 octobre 2017, Éric Venne, cofondateur de La Meute, se lance en politique et forme le Parti Action[52]. Qui laissera tomber comme il l'a fait avec La Meute.
  • En novembre 2017, la Meute refuse une invitation de participer a l'émission Tout le monde en parle en compagnie du militant anarchiste Jaggi Singh[53].
  • En décembre 2017, trois membres du groupe dont le chef du clan régional du Saguenay, Éric Proulx, interviennent dans une assemblée publique du Bloc québécois[54].
  • Le 18 février 2018, La Meute et Storm Alliance manifestent à Ottawa en appui à la communauté chinoise[55].
  • En mars 2018, une trentaine de militants du groupe perturbent une conférence sur l’extrême-droite au Cégep Édouard-Montpetit[56].
  • Le 16 avril 2018, La Meute présente son manifeste, comprenant 17 propositions qui tournent principalement autour des enjeux identitaires et de la laïcité[15],[57].
  • En juin 2018, le président de l'association de la circonscription de Rivière-du-Nord, un membre de la meute, est expulsé du Parti conservateur du Canada[58].
  • Le 1er juillet 2018, La Meute, Storm Alliance et independance day ont manifesté a Montréal contre l'immigration illégale[59]. Une contre-manifestation fut également organisée par des groupes antifascistes.
  • Le 25 août 2018 la meute organise des actions de visibilité dans plusieurs régions notamment à Rouyn-Noranda[60], à Québec [61] et devant les bureaux de Philippe Couillard à Saint-Félicien [62].
  • En septembre 2018, la Meute, a essayé de manifester dans les territoires d'Oka (une réserve indienne) au Québec, et sans aucune réussite, ils seront facilement mis dehors par les habitants autochtones des lieux[63].

Structure[modifier | modifier le code]

La Meute est dirigée par un conseil exécutif et dispose de plusieurs clans régionaux notamment sur la Côte-Nord, au Bas-Saint-Laurent, dans les Laurentides[64],[65], en Gaspésie[66], en Mauricie et au Centre-du-Québec[67]. Chacun ayant leurs chefs et leurs groupes Facebook locaux.

En plus des groupes régionaux, l'organisation dispose de plusieurs cellules. Notamment logistique, médical, contre-espionnage et sécurité. Cette dernière cellule est dirigée par un ex-policier de Québec[68].

Membres ou soutiens[modifier | modifier le code]

Le , Claude Patry s'affiche ouvertement comme membre du groupe La Meute[69] dont il devient « chef de clan » au Saguenay–Lac-Saint-Jean[70].

En juillet 2017, la chanteuse Marie-Chantal Toupin apporte son soutien à La Meute en publiant une vidéo d'un blogueur militant pour le groupe[71],[72].

Bernard Gauthier fut membre du groupe Facebook de La Meute durant un temps avant de le quitter en critiquant leur manque de sérieux[73],[74].

Le 25 août 2017, David La Haye accuse « tous les principaux médias de masse » d'être « excessivement discriminatoires » envers La Meute.[75]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Philippe Robillard, « La mouvance de l'extrême droite plus visible au Québec », sur Radio-Canada, (consulté le 16 avril 2018)
  2. Zone Société - ICI.Radio-Canada.ca, « La Meute recrute en région », sur Radio-Canada.ca (consulté le 28 mai 2018)
  3. « L’extrême droite québécoise s’invite dans la campagne électorale », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018)
  4. Anne Pélouas, « Au Québec, l’extrême droite gagne en visibilité », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  5. Olivier Robichaud, « L'identité au Québec: quel impact aura l'extrême droite? », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  6. Michaël Labranche, « Quand La Meute résonne dans le New York Times », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  7. a et b Mélanie Meloche-Holubowski, « Extrême droite, populisme, néonazisme... petit guide pour éviter les amalgames », sur Radio-Canada.ca (consulté le 19 avril 2018)
  8. « "La Meute" contre l'islam radical gagne du terrain », TVA Nouvelles,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2018)
  9. « Promotion d'un groupe contre « l'islam radical » : un cadre de Saguenay rappelé à l'ordre | ICI Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada (consulté le 16 avril 2018)
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :14
  11. a et b « 43 000 membres pour le groupe d'extrême droite la Meute », sur ici radio-canada, (consulté le 24 mars 2018)
  12. « Le chef de La Meute démissionne », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  13. « Divisions au sein de La Meute », Le Soleil,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  14. Le Barreau du Québec, « Le Barreau du Québec rappelle que le statut d’immigrant illégal n’existe pas au Canada », sur Le Barreau du Québec (consulté le 30 août 2018)
  15. a b c et d « La Meute présente son manifeste », TVA Nouvelles,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2018)
  16. Marie-Renée Grondin, « [AUDIO] La Meute lancera un manifeste la semaine prochaine », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  17. a b et c (en-US) Jonathan Montpetit, « Inside Quebec's far right: A secretive online group steps into the real world », CBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  18. (en) E. M., « The Canadian far right », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  19. Anne Pélouas, « Au Québec, l’extrême droite cherche à surfer sur Charlottesville », sur Le Monde.fr, (consulté le 22 avril 2018)
  20. Brigitte Noël, « Avec La Meute, le mystérieux mouvement d’extrême droite québécois », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  21. (en) Jonathan Montpetit, « Out of the Shadows: Inside La Meute | CBC News », CBC,‎ (lire en ligne, consulté le 20 avril 2018)
  22. Normand Provencher, « L'extrême droite en opération séduction », Le Soleil,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2018)
  23. a b et c « La Meute se défend d'être un groupe d'extrême droite », sur Radio-Canada, (consulté le 16 avril 2018)
  24. a et b « Entrevue avec un chef de Meute », L'Avantage Rimouski,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  25. « Les illusions et désillusions de La Meute, le « plus grand groupe d’extrême droite au Québec » », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2018)
  26. Maxime Corneau, « Les faux amis de La Meute », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 16 avril 2018)
  27. Ian Bussières, « La Meute et les Soldiers of Odin chahutent un colloque sur l’extrême droite », Le Soleil,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2018)
  28. a b et c « Démystifier l'extrême droite », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 22 avril 2018)
  29. AFP, « Des groupuscules québécois d’extrême droite sortent de l’ombre », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  30. (en) Mack Lamoureux, « This Quebec Furry Group Is Fighting the Far Right », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 20 avril 2018)
  31. a et b « Québec : montée des groupes d'extrême droite », TV5 Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2018)
  32. a b et c Hugo Meunier, « Je suis membre de La Meute depuis le début et c'est plate », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2018)
  33. a b c d et e Jean-François Cliche, « Pas islamophobe, La Meute? », Le Soleil,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2018)
  34. Victor Piché, « Le 29 janvier: journée contre l'islamophobie », Métro,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2018)
  35. (en-US) Abdullah Shihipar, « Opinion | The deadly consequences of Islamophobia in Canada », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  36. « Manifestation à Québec pour dénoncer la motion contre l'islamophobie », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 22 mai 2018)
  37. a et b « La Meute à Granby: les citoyens appelés à l'ouverture et à la vigilance - Le Granby Express », Le Granby Express,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  38. a et b Étienne Paré, « Le jour où j'ai été d'extrême-droite », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2018)
  39. Martin Lasalle, « Extrême droite au Québec: un phénomène social et politique en croissance? », udemnouvelles,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  40. « "La meute", suite et fin (pour moi) », Stéphane Berthomet - Notes et article,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2018)
  41. a b et c Lise Ravary, « La Meute en crise de croissance (1re partie) », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2018)
  42. a et b Joseph Facal, « «La Meute»? », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2018)
  43. Alain Rochefort et Valérie Boisclair, « Après les affrontements à Québec, La Meute marche dans le silence », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 23 mai 2018)
  44. (en) Craig S. Smith et Dan Levin, « As Canada Transforms, an Anti-Immigrant Fringe Stirs », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  45. a et b (en-US) Martin Patriquin, « How a far-right movement is getting a free ride in Quebec media - iPolitics », iPolitics,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  46. « La Meute dit s’inspirer de la CAQ », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2018)
  47. « Manifestation à Québec pour dénoncer la motion contre l'islamophobie », (consulté le 28 juillet 2018)
  48. Vicky Fragasso-Marquis, « Motion contre l'islamophobie: manifestations tendues à Montréal », (consulté le 28 juillet 2018)
  49. Mélyssa Gagnon, « Manifestation à Chicoutimi: la droite et la gauche se rencontrent », (consulté le 28 juillet 2018)
  50. Dominique Lelièvre et Elisa Cloutier, « La Meute marche en silence », sur Le journal de Québec, (consulté le 27 mars 2018)
  51. Vicky Fragasso-Marquis, « La contre-manifestation opposée à La Meute tourne au vinaigre », sur la presse, (consulté le 27 mars 2018)
  52. « L’ancien chef de La Meute se lance en politique », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  53. Ian Bussières, « Tout le monde en parle voulait Singh et La Meute », sur Le Soleil, (consulté le 26 mars 2018)
  54. Jonathan Hudon, « La Meute s’invite au rassemblement du Bloc québécois », sur Le Quotidien, (consulté le 24 mars 2018)
  55. « Des membres de La Meute et de Storm Alliance manifestent sur la colline du Parlement », sur ici radio-canada, (consulté le 24 mars 2018)
  56. « La Meute s'en prend à un conférencier lors d'un colloque sur l'extrême droite », sur ici radio-canada, (consulté le 24 mars 2018)
  57. Louis Gagné, « La Meute en quête de respectabilité », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 18 avril 2018)
  58. « Un membre de La Meute expulsé des rangs du Parti conservateur », (consulté le 9 juillet 2018)
  59. « La Meute et les «antifas» face à face sans débordements », (consulté le 9 juillet 2018)
  60. Lise Millette, « La Meute lance une opération de visibilité à Rouyn-Noranda », sur ici radio-canada, (consulté le 21 décembre 2018)
  61. « Timide manifestation de La Meute à Québec », sur ici radio-canada, (consulté le 21 décembre 2018)
  62. « La Meute manifeste devant les bureaux de Philippe Couillard à Saint-Félicien », sur ici radio-canada, (consulté le 21 décembre 2018)
  63. « Des manifestants de La Meute refoulés à Oka », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 21 décembre 2018)
  64. Isabelle Houle, « La Meute section [[Laurentides]] », sur journal Accès, (consulté le 31 mai 2018)
  65. Ghislain Plourde, « Rendez-vous de l'info: La Meute Laurentides veut changer les perceptions », (consulté le 12 juillet 2018)
  66. Joane Bérubé, « La Meute recrute en région », sur ici radio-canada, (consulté le 24 mars 2018)
  67. « La Meute de plus en plus populaire dans la région », sur ici radio-canada, (consulté le 12 juillet)
  68. Xavier Camus, « Jacques Gagné, chef de la Sécurité de La Meute et ex-policier de Québec », (consulté le 31 mai 2018)
  69. Myriam Gauthier, « L'ex-député fédéral Claude Patry joint La Meute », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2017)
  70. (en) Elysha Enos et Stephen Smith, « Former NDP, Bloc MP takes leadership role in far right Quebec group La Meute | CBC News », CBC,‎ (lire en ligne, consulté le 20 avril 2018)
  71. « Marie-Chantal Toupin appuie le discours de La Meute », Huffington Post Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2017)
  72. Lili Monette-Crépô, « Marie-Chantal Toupin supporte La Meute », HollywoodPQ,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018)
  73. Alix Villeneuve, « Bernard Gauthier confirme être membre de La Meute », sur ici radio-canada, (consulté le 26 mars 2018)
  74. Stéphanie Gendron, « Fini La Meute pour Bernard «Rambo» Gauthier », sur Le Journal de Montréal, lundi, 25 septembre 2017 (consulté le 24 mars 2018)
  75. « Un acteur québécois défend la Meute », Monde de Stars,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]