Thaïs d'Escufon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thaïs d'Escufon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Porte-parole
Génération Identitaire
-
Anaïs Lignier (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Autres informations
Membre de

Anne-Thaïs du Tertre d'Escoeuffant, dite Thaïs d'Escufon, née en 1999 à Toulouse (Haute-Garonne), est une militante d'extrême droite et une influenceuse française[1],[2]. Elle est porte-parole de Génération identitaire de 2018 jusqu’à sa dissolution par le gouvernement français en 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Anne-Thaïs du Tertre d'Escoeuffant[3],[4], dite Thaïs d'Escufon (nom de convenance), est membre de la famille du Tertre, seigneurs d'Escoeuffant, une famille noble d'ancienne extraction originaire du Boulonnais.

Issue d'une famille catholique décorée de la médaille de la famille française, elle est la quatrième enfant d'une fratrie de dix. Elle est étudiante en langues étrangères appliquées à l'université Jean Jaurès à Toulouse à partir de 2017. Se trouvant "confrontée" à une "immigration prégnante" dans le quartier du Mirail, elle s'engage dans la section toulousaine de Génération identitaire, dont elle devient cadre[5].

Parcours militant[modifier | modifier le code]

En octobre 2018, elle participe à une action contre les locaux de l’ONG SOS Méditerranée. Elle acquiert une notoriété importante à l'occasion d'une action d'agitprop en juin 2020 en marge d'une manifestation contre le racisme et les violences policières organisée par le comité Vérité pour Adama.

Nommée porte-parole de Génération identitaire, Thaïs d’Escufon intervient dans les médias, souvent marqués à droite ou d'extrême-droite, ou d'obédience plus généraliste[6] pour y exposer les thèses de son association.

En juillet 2020, elle et plusieurs autres cadres de Génération identitaire ont été bannis de la plateforme de microbloging Twitter[7]. Sur Instagram, son compte est régulièrement suspendu, puis recréé. Le compte qu'elle a créé sur le réseau social TikTok [8] a également été supprimé en février 2021 sur décision de l'entité européenne de cette plateforme, basée en Irlande.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Comment l’extrême droite se lance à l’assaut de TikTok », sur 20minutes.fr (consulté le 22 avril 2021)
  2. (en) Clea Chakraverty, « Quand l’extrême droite joue au féminin », sur theconversation.com (consulté le 22 avril 2021)
  3. « Thais d'Escufon, l'égérie de GI », sur lahorde.samizdat.net, (consulté le 3 mai 2021)
  4. « Saint-Orens-de-Gameville. Basic Einstein ou la relativité expliquée aux lycéens », sur ladepeche.fr (consulté le 3 mai 2021)
  5. Pierre Plottu et Maxime Macé, « Thaïs d’Escufon, Gauloise sans filtre », sur liberation.fr (consulté le 20 avril 2021)
  6. Mymy Haegel | 22 janvier 2021 | 16 commentaires, « Thaïs D’Escufon, cheval de Troie rempli d’idées racistes : une aubaine pour C8 », sur madmoizelle.com, (consulté le 20 avril 2021)
  7. Pierre Plottu et Maxime Macé, « Twitter tente de clouer le bec de Génération identitaire », sur liberation.fr (consulté le 22 avril 2021)
  8. Lucas Chedeville, « L'extrême droite française à l'assaut de TikTok, qu'elle juge «envahi par le discours gauchiste» », sur slate.fr, (consulté le 22 avril 2021)