Aller au contenu

Academia Christiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Academia christiana
Logo d'Academia Christiana.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Association déclaréeVoir et modifier les données sur Wikidata
Domaine d'activité
Activités des organisations religieusesVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Organisation
Fondateur
Julien Langella (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Présidents
Victor Aubert (d) (depuis les années 2010), Julien Langella (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Idéologie
Positionnement
Site web
Identifiants
RNA
SIREN
OpenCorporates

Academia Christiana est une organisation identitaire et catholique traditionaliste française fondée en 2013 par Julien Langella, cofondateur de Génération identitaire.

Elle organise notamment une université d'été annuelle rassemblant diverses tendances de l'extrême droite française. Gérald Darmanin annonce le 10 décembre 2023 vouloir prochainement dissoudre l'association.

Fondation[modifier | modifier le code]

Academia Christiana est fondée en 2013 par Julien Langella, dans le sillage de La Manif pour tous[1],[2],[3]. Elle est parrainée par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre[4],[5].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Academia Christiana est catholique traditionaliste et identitaire[6],[2],[7]. Elle entend promouvoir une « troisième voie » entre « le mondialisme libéral et l'altermondialisme marxiste »[2],[3],[7]. Elle est opposée à l'immigration[8],[9] et rejette l'islam et l'écologie politique[10]. Elle professe également un antisémitisme virulent, recommandant par exemple dans sa bibliographie des ouvrages antisémites de Jacques Ploncard d'Assac, d'Henri Delassus ou de Pierre Hillard[11],[12].

L'organisation est opposée à l'interruption volontaire de grossesse et participe à plusieurs « marches pour la vie »[12].

Son fondateur Julien Langella entend engager une révolution afin de mettre à la tête de l'État « un pouvoir politique indépendant des élections » et de pouvoir engager une campagne de « remigration »[11].

L'Opinion la définit comme « réactionnaire »[1] et StreetPress la définit également comme « national[e]-catholique »[13].

En 2018, l'organisation signe un appel à l'union des droites lancé par Robert Ménard[1]. Lors de l'élection présidentielle de 2022, Academia Christiana apporte son soutien à Éric Zemmour[10].

Organisation[modifier | modifier le code]

Université d'été[modifier | modifier le code]

Combat de béhourd lors d'une université d'été d'Academia Christiana.

Définie par L'Opinion comme un « laboratoire d'idées », Academia Christiana organise chaque année une université d'été lors de laquelle se tiennent des conférences, des initiations aux sports de combat (dont le muay-thaï) et des messes selon le rite tridentin[1],[8],[14].

L'organisation y invite un spectre large de l'extrême droite française, entre nationaux-catholiques, nationaux-révolutionnaires, néofascistes et identitaires[14],[15]. Selon l'historien Nicolas Lebourg, ce qui réunit toutes ces différentes mouvances de l'extrême droite au sein de cette université d'été est l'importance accordée à l'ethnicité[14]. Pour le politologue Jean-Yves Camus, l'organisation relève du « ghetto culturel et groupusculaire »[1].

En 2019, l'organisation prévoit d'inviter Marion Maréchal à son université d'été[2]. Celle-ci abandonne finalement sa venue, son entourage lui déconseillant de s'afficher à un événement « anti-Soros » et « anti-« lobby LGBT » »[16],[7].

Membres[modifier | modifier le code]

Le fondateur d'Academia Christiana, Julien Langella, est le fondateur de la branche aixoise des Jeunesses identitaires puis fait partie des fondateurs de Génération identitaire. Il est également un ancien militant de l'Action française. Golias le décrit comme un « adorateur de Mussolini »[1],[10],[16].

L'organisation est coprésidée par Julien Langella[4] et Victor Aubert, enseignant en philosophie[8],[9] à l'Institut Croix des Vents à Sées dans le département de l'Orne, un établissement scolaire privé hors contrat dirigé par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre[17].

L'un de ses membres, Louis de Cacqueray-Valménier, est un élu Rassemblement national du Mans[1]. Plusieurs des membres d'Academia Christiana font partie de Civitas[10]. Certains sont également l'objet de fiches S[8],[9].

Projet de dissolution[modifier | modifier le code]

Le 10 décembre 2023, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce sur le média Brut son intention de dissoudre l'organisation en Conseil des ministres « dans les prochaines semaines »[18]. Après cette déclaration, Academia Christiana reçoit des soutiens à l'extrême droite dont celui d'Éric Zemmour[17]. L'organisation entend contester devant le Conseil d’État ce qu'elle considère comme une « procédure absurde »[19]. Le 12 décembre, elle dépose une plainte en diffamation contre Gérald Darmanin, qui avait affirmé la veille qu'Academia Christiana aurait montré « un très grand soutien à la collaboration du Maréchal Pétain »[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Ivanne Trippenbach, « Marion Maréchal, star d’une université d’été catholique traditionaliste » Accès payant, sur L'Opinion, (consulté le )
  2. a b c et d Paul Guyonnet, « Marion Maréchal sera à l'université d'été d'un mouvement catholique identitaire » Accès libre, sur Le HuffPost, (consulté le )
  3. a et b Tristan Berteloot, « Après le Medef, Marion Maréchal attendue à un événement catho tradi et identitaire » Accès libre, sur Libération, (consulté le )
  4. a et b Erwan Le Morhedec, Identitaire: le mauvais génie du christianisme, Paris, Éditions du Cerf, (ISBN 978-2-204-10930-7, lire en ligne)
  5. « 65 personnes au travail avec Academia Christiana », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  6. Mathilde Barraband et Jean-Yves Camus, « Le combat culturel des traditionalistes catholiques. », COnTEXTES, no 19,‎ (ISSN 1783-094X, DOI 10.4000/contextes.6288, lire en ligne Accès libre, consulté le )
  7. a b et c Jules Pecnard, « Marion Maréchal renonce à intervenir devant des catholiques identitaires » Accès libre, sur BFM TV, (consulté le )
  8. a b c et d « Plongée au sein d'Academia Christiana, mouvement catholique et nationaliste placé dans le radar des services de renseignement » Accès libre, sur France Info, (consulté le )
  9. a b et c Josué Jean-Bart, « Academia Christiana, l’extrême droite qui inquiète le renseignement, s’est encore réunie en Anjou » Accès libre, sur Ouest-France, (consulté le )
  10. a b c et d Alexandre Ballario, « Academia Christiana, bastion de la fachosphère catholique » Accès libre, sur Golias, (consulté le )
  11. a et b Maxime Macé, Nicolas Massol et Pierre Plottu, « Qu’est-ce qu’Academia Christiana, mouvement d’extrême droite que veut dissoudre Gérald Darmanin ? » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  12. a et b Emilie Jehanno, « Qu’y a-t-il derrière Academia Christiana, l’asso catho traditionaliste ? » Accès libre, sur 20 Minutes, (consulté le )
  13. Pierre Plottu et Maxime Macé, « Depuis la dissolution de Génération identitaire, la jeunesse d’extrême droite tentée par encore plus radical » Accès libre, sur StreetPress, (consulté le )
  14. a b et c Maxime Macé et Pierre Plottu, « La très identitaire université d’été d’Academia christiana » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  15. Maxime Macé et Pierre Plottu, « Academia Christiana, une université d’été entre sports de combat et messes tradis » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  16. a et b Ivanne Trippenbach, « Marion Maréchal n’ira pas à l’université d’été d’Academia Christiana » Accès payant, sur L'Opinion, (consulté le )
  17. a et b « Gérald Darmanin va demander la dissolution de l’association Academia Christiana », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Gérald Darmanin annonce la dissolution d'Academia Christiana, un mouvement catholique traditionaliste » Accès libre, sur Le Figaro, (consulté le )
  19. « Darmanin veut la dissolution d’Academia Christiana, mouvement catholique traditionaliste d’extrême droite », Le Parisien,‎ (lire en ligne Accès libre)
  20. « Academia Christiana dépose une plainte en diffamation contre Gérald Darmanin » Accès libre, sur Le Figaro, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]