Docteur Merlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Docteur Merlin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nom de naissance
Christophe LespagnonVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Docteur Merlin
MaxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Instrument
Label
Serp
Genre artistique
Site web

Docteur Merlin, de son véritable nom Christophe Lespagnon, est un chanteur, guitariste et militant politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dentiste de profession, ce militant et sympathisant nationaliste membre dans les années 1970 du GRECE, décide en 1979 de se lancer dans la chanson, parallèlement à ses activités professionnelles. Militant du Front national[1], invité à chanter dans diverses manifestations, Docteur Merlin a par la suite rejoint le Mouvement national républicain.

Parmi les chansons de Docteur Merlin, certaines reflètent ses opinions païennes et antichrétiennes. Il a également interprété des textes d'auteurs nationalistes ou de la mouvance identitaire tels que Robert Brasillach, Guillaume Faye, Pierre Gripari ou Pierre Vial. Parmi ses reprises, on compte une chanson humoristique de Lucien Boyer. Les paroles de l'album Soleil de pierre, sorti au milieu des années 1990, ont été écrites par Maurice Rollet[2].

Il a également fait quelques chansons pour enfants et l'album : "Marelles, Chansons pour enfants : Max chante Gripari" sous le pseudonyme de Max. Les chansons relatent les Contes de la Rue Broca de Pierre Gripari, ami du chanteur. L'album sort en 1995, quelques années après la mort de l'écrivain.

Le pseudonyme Docteur Merlin lui a été inspiré par le personnage de Merlin l'Enchanteur dans le film Excalibur ainsi que par sa profession[3].

Il est considéré[Par qui ?] comme la deuxième figure de la chanson nationaliste française après Jean-Pax Méfret[1],[4].

Il a fait partie de l'association La muse à l'oreille, qui regroupait les musiciens et professionnels de la musique proches du Front national et produits ou distribués par la Serp[5].

En 2010, il signe la pétition de Paul-Éric Blanrue demandant l'abrogation de la loi Gayssot[6].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est le beau-frère de Philippe Olivier[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Docteur Merlin [Christophe Lespagnon], Corneliu Zelea Codreanu - « Capitaine » de la Garde de fer, Cahiers d'histoire du nationalisme, 16, Paris, Synthèse nationale, 2019, 196 p.

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cristina di Giorgi, Note alternative, Edizioni Trecento
  • Collectif, Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du rock identitaire français, une tentative de contre-culture d'extrême droite, , Éditions No Pasaran
  • Christian Dornbusch, Jan Raabe, RechtsRock. Bestandsaufnahme und Gegenstrategien., Unrast Verlag, Hamburg, 2002 (ISBN 978-3-89771-808-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du rock identitaire français, une tentative de contre-culture d'extrême droite, Collectif, Éditions No Pasaran, p. 11.
  2. Voir sur reflexes.samizdat.net.
  3. Interview de Docteur Merlin sur le site identitaire Coq Gaulois.
  4. Rock Haine Roll, op. cit., p. 21.
  5. Rock Haine Roll, op. cit., p. 27.
  6. http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2010/11/01/lecrivain-yann-moix-la-petition-et-les-negationnistes/.
  7. https://www.mediapart.fr/journal/france/270112/affaire-tron-les-manipulations-du-clan-le-pen.

Liens externes[modifier | modifier le code]