Jean Ricardou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Ricardou
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Ricardou (à gauche) et Claude Simon au Centre Culturel International de Cerisy.

Naissance
Cannes
Décès (à 84 ans)
Cannes
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Nouveau Roman

Œuvres principales

Jean Ricardou, né le à Cannes et mort le à Cannes[1], est un écrivain et théoricien français du nouveau roman.

Biographie[modifier | modifier le code]

Atelier de littérature contemporaine avec Jean Ricardou, Marc Avelot, Philippe Binant, Bernard Magné, Claudette Oriol-Boyer (Cerisy, 1980).

Ancien élève de l'École normale d'instituteurs de Paris, qu'il intègre en 1951, il exerce le métier d'instituteur jusqu'en 1961 puis devient professeur en collège jusqu'en 1977. En 1982, il soutient à Paris une thèse de doctorat ès Lettres.

Son engagement littéraire est marqué par sa rencontre avec Alain Robbe-Grillet en 1958. Il rejoint la revue Tel Quel en 1962, collaboration qui durera jusqu'en 1971.

En 1966, son roman La Prise de Constantinople, paru aux Éditions de Minuit, reçoit le prix Fénéon.

Jean Ricardou publie son premier livre de théorie Problèmes du Nouveau Roman (1967) dans la collection « Tel Quel » (éditions du Seuil). Il co-dirige le premier grand colloque sur le nouveau roman (Cerisy, 1971) qui rassemble les principaux nouveaux romanciers puis dirige les colloques Claude Simon et Robbe-Grillet auxquels participent respectivement les deux écrivains. Il est conseiller à partir de 1980 à la programmation et à l'édition du Centre culturel international de Cerisy-la-Salle.

À partir de 1985, il s'est consacré à une nouvelle discipline, la textique[2], qu'il a inaugurée au Collège international de philosophie (Paris). À partir de 1989, s'est tenu chaque année à Cerisy, sous sa direction, un séminaire de textique[3]. Parmi eux, le séminaire de 2014 avait pour thème « Textique: Nouveaux concepts »[4], celui de 2015 « Textique: Que dire quant à la lecture ? »[5].

Théorie du nouveau roman[modifier | modifier le code]

Principaux travaux (Jean Ricardou)[6] :

Publications[modifier | modifier le code]

Romans, nouvelles
  • L'Observatoire de Cannes, roman, Minuit, Paris 1961, 202 p.
  • La Prise de Constantinople, roman, Minuit, Paris 1965, 272 p. (Prix Fénéon)
  • Les Lieux-dits, petit guide d'un voyage dans le livre, roman, Gallimard, Paris 1969, 162 p. et UGE, collection 10/18, Paris 1972, 192 p.
  • Révolutions minuscules, nouvelles, Gallimard, collection Le chemin, Paris 1971, 172 p., puis version récrite, précédée d'un inédit, Révélations minuscules, en guise de préface, à la gloire de Jean Paulhan, Les Impressions nouvelles, Paris 1988, 200 p.
  • La Cathédrale de Sens, nouvelles, Les Impressions Nouvelles, Paris 1988, 208 p.
Mixte
  • Le Théâtre des métamorphoses, mixte, Seuil, collection Fiction & Cie, Paris 1982, 300 p.
Théorie
  • Problèmes du Nouveau roman, essais, Seuil, collection Tel Quel, Paris 1967, 210 p.
  • Pour une théorie du Nouveau roman, essais, Seuil, collection Tel Quel, Paris 1971, 270 p.
  • Le Nouveau roman, essai, Seuil, collection Écrivains de toujours, Paris 1973, 190 p., puis version récrite, précédée d'une préface inédite et suivie d'une étude complémentaire, les Raisons de l'ensemble, collection Points, Paris 1990, 260 p.
  • Nouveaux Problèmes du roman, essais, Seuil, collection Poétique, Paris 1978, 360 p.
  • Une maladie chronique : problèmes de la représentation écrite du simultané, essai, Les Impressions Nouvelles, Paris 1989, 90 p.
Textique
  • Intelligibilité structurale du trait, les Impressions nouvelles, collection Textica, Bruxelles 2012, 190 p.
  • Grivèlerie, Les Impressions nouvelles, collection Textica, Bruxelles 2012, 85 p.
En coopération
  • Paradigme, éléments plastiques d'Albert Ayme, éléments théoriques de J. R., Carmen Martinez, Paris 1976, 62 p.
Collectifs
  • Que peut la littérature ? : Rencontre de la Mutualité (1964) avec S. de Beauvoir, Y. Berger, J.- P. Faye, J.-P. Sartre, J. Semprún, UGE, collection "10/18", Paris 1965, p. 49-61
  • Nouveau roman : hier, aujourd'hui, direction (avec Françoise Van Rossum-Guyon), et publication de ce colloque de Cerisy, UGE, collection "10/18", Paris 1972, 2 volumes, 444 et 440 p.
  • Claude Simon : analyse, théorie, direction et publication de ce colloque de Cerisy, UGE, collection "10/18", Paris 1975, 448 p.
  • Réédition : Lire Claude Simon, Les Impressions nouvelles, Paris 1986, 470 p.
  • Robbe-Grillet : analyse, théorie, direction et publication de ce colloque de Cerisy, UGE, collection "10/18", Paris 1976, 2 volumes, 446 et 438 p.
  • Problèmes actuels de la lecture, direction (avec Lucien Dällenbach), et publication de ce colloque de Cerisy, Clancier-Guénaud, Bibliothèque des signes, Paris 1982, 218 p.
Préface
  • Maurice de Gandillac, Bestiaire latéral, préface, Atelier de l'agneau, St-Quentin-de-Caplong 2005, 124 p.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages critiques

  • Lynn A. Higgins, Parables of Theory. Jean Ricardou's Metafiction. Summa Publications In., Birmingham, Alabama, 1984.
  • Michel Sirvent, Jean Ricardou (de Tel Quel au Nouveau Roman textuel), collection monographique en littérature française contemporaine 36, Amsterdam/New York, Rodopi, 2001. Préface de Michaël Bishop. 154 p.

Introduction à la textique

Gilles Tronchet, Un aperçu de la textique, Les Impressions nouvelles, Cahiers/ coll. Textica 1, 2012, 184 p.

Articles

  • Philippe Sollers, « L'Observatoire de Cannes », Tel Quel 6, 1961, p. 56-57.
  • Jean Thibaudeau, « La leçon de l'école », Critique 173, 1961, p. 335-342.
  • Edith Fournier, « Une écriture du mouvant », Médiations 6, 1963, p. 117-126.
  • Claude Ollier, Claude Simon, Philippe Sollers, « Problèmes du Nouveau Roman : Trois avis autorisés », Les Lettres françaises 1203, 1967, p. 13.
  • Raymond Jean, « De la plage à la page: Révolutions minuscules de Jean Ricardou », Le Monde 12 mars 1971, p. 15-16.
  • Jacqueline Piatier, « Jean Ricardou et ses 'générateurs' » (Le Monde des livres, 25 juin 1971), Les Critiques de notre temps et le nouveau roman, Garnier, 1972, p. 168-173.
  • Lucien Dällenbach, « Jean Ricardou et les miroirs producteurs (les derniers avatars d'une forme: la mise en abyme », Australian Journal of French Studies 14, 1977, p. 198-210.
  • Mireille Calle-Gruber, « Effets d'un texte non saturé: La Prise de Constantinople », Poétique 35, 1978, p. 326-335.
  • Bente Christensen, « Problèmes méthodologiques d'une lecture intertextuelle: Prise de la prose », Revue Romane 17, n. 2, 1982, p. 55-63.
  • Lynn A. Higgins, « Typographical Eros : Reading Ricardou in the Third Dimension », Yale French Studies 57, 1979, p. 180-94.
  • Lynn A. Higgins, « Literature à la lettre: Ricardou and the Poetics of Anagram », The Romanic Review 73, n. 4, 1982, p. 473-488.
  • Bruce Morrissette, « Generative Techniques in Robbe-Grillet and Ricardou », Generative Literature and Generative Art: New Essays, Fredericton, N.B.: York P., 1983, p. 25-34.
  • Jean-Claude Raillon, « Le transcrit », Protée, printemps-été 1986, p. 35-48.
  • Mireille Calle-Gruber, « Les sirènes du texte. D'une lecture entre alarme et séduction », Protée, printemps-été 1986, p.49-54.
  • Dina Sherzer, « Serial Constructs. L'Observatoire de Cannes: Cubist Writing », Representation in Contemporary French Fiction, University of Nebraska Press, 1986, p. 13-20.
  • Jan Baetens, « La question des notes: l'exemple de Jean Ricardou », Rivista di Letterature moderne e comparate, 1987, p, 357-367.
  • Michel Sirvent, « La Voie de son mètre: petite introduction à l'art dit 'mixte' », Protée 18, n. 1, 1990, p. 111-119.
  • Jan Baetens, « Les lois de la composition », Conséquences: Le magazine des objets réfléchis, 1991, p. 34-42.
  • Michel Sirvent, « Chiffrement, déchiffrement: de Paul Valéry à Jean Ricardou », French Review, vol. 66, n. 2, déc. 1992, p. 255-266.
  • Michel Sirvent, « Robbe-Grillet et Ricardou: définition et illustration du 'champ d'interfluence' en littérature », Lettres Romanes XLVIII n. 3-4, 1994, p. 317-334.
  • Michel Sirvent, « Représentation de l'espace, espace de la représentation (sur l'incipit de L'Observatoire de Cannes de J. Ricardou) », Dalhousie French Studies 35, été 1996, p. 95-107.
  • Jan Baetens, « En lisant, en écrivant: la textique de Jean Ricardou », Methoden der Schriftbeschreibung, Jan Thorbecke Verlag Stuttgart, 1999, p. 485-488.
  • Ilias Yocaris, « La machine abandonnée : bilan critique du formalisme ricardolien », in Ralph Sarkonak (dir.), Claude Simon 6. La réception critique, Caen, Minard, coll. « La Revue des Lettres Modernes », 2012, p. 41-95.
  • Ilias Yocaris, notice « Ricardou, Jean », in Michel Bertrand (dir.), Dictionnaire Claude Simon, Paris, Champion, coll. « Dictionnaires & Références », 2013, tome 2, p. 920-927.
  • Jean-Pierre Montier, « Du point au grain final. Sur un roman de Jean Ricardou », Images & Narrative, vol. 15, n. 2, 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]