Damien Rieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rieu.
Damien Rieu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nom de naissance
Damien LefèvreVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Damien RieuVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Partis politiques
Membre de

Damien Rieu, de son vrai nom Damien Lefèvre, est un militant politique français d'extrême-droite[1]. Dans les années 2010, il devient l'une des principales personnalités du mouvement identitaire en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un militant communiste[2], Damien Rieu naît Damien Lefèvre[3].

Il fait ses débuts au Front national de la jeunesse à 17 ans, qu'il quitte rapidement[4]. Il s'engage ensuite à Génération identitaire, où il dira avoir trouvé « une dimension communautaire, une famille, un bouclier et une solidarité »[5] ; là, il mène des actions comme l'occupation d'un chantier de mosquée à Poitiers, d'un Quick halal à Villeurbanne ou l'organisation d'une manifestation contre la présence de milliers d'immigrés clandestins à Calais[6]. Il intègre en particulier « Rebeyne ! », un groupe identitaire lyonnais[7] et devient porte-parole de Génération identitaire[8].

En , il est condamné pour avoir, dans le cadre d'une manifestation contre le mariage homosexuel, déployé illégalement une banderole « Hollande démission » au siège du Parti socialiste, rue de Solférino[9].

En 2014, Damien Rieu prend la parole lors de meetings de Génération identitaire, où, selon Libération, « le complotisme n'est jamais loin »[10]. Il y soutient la théorie du Grand remplacement. Il préconise la « remigration »[11],[12]. D’après LCI, pour « mieux justifier la violence » de son « groupuscule d'extrême droite » et la nécessité « de cogner » en « pleine dictature socialiste », il y « expose son équation islamophobe » : « François Hollande a été élu par plus de 90 % de la communauté musulmane. Il est le président du grand remplacement »[13].

À partir de 2015, il s'engage auprès de l'association SOS Chrétiens d'Orient[3],[14]. La même année, inculpé pour incitation à la haine raciale, il est relaxé[15].

En avril 2018, il participe à l'organisation du blocage du col de l'Echelle, point de passage des migrants venus d'Italie, par des dizaines de militants de Génération identitaire[16].

En 2018, il est recruté comme collaborateur parlementaire de Gilbert Collard sous son nom d'état civil[17].

Communication et médias[modifier | modifier le code]

Cofondateur de la société de communication Janus, il est recruté pendant six mois en 2014 au cabinet de Marie-Claude Bompard à Bollène[18], puis est embauché par Julien Sanchez comme directeur adjoint de la Communication de la ville de Beaucaire[19] durant l'année 2015[9]. Il passe ensuite au service de Marion Maréchal-Le Pen[20], se rapproche d'elle lors des élections régionales de 2015[9], et se retrouve employé au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur à l'issue de ces dernières[6].

Il est, avec Pierre Sautarel, un des rédacteurs du site Fdesouche[20]. En 2016, il cofonde avec Charlotte d'Ornellas France, le magazine, un média sur internet qui propose des entretiens avec Marine Le Pen[7], Philippe de Villiers ou Nicolas Dupont-Aignan[21].

En 2019, il se mobilise en faveur de la militante du mouvement des Gilets jaunes Fiorina Lignier, éborgnée par un tir de lanceur de balle de défense, en lançant une cagnotte de soutien et lui offrant 50 000 euros[22]. Fiorina Lignier est candidate aux élections européennes de 2019, sur la liste de Renaud Camus, de la « remigration » et de la théorie du prétendu « Grand remplacement », mais la publication de photo et vidéo la montrant en train de tracer une croix gammée et de prier devant cette croix gammée provoque l'annonce du retrait de la liste à quelques jours des élections[23],[24].

Références[modifier | modifier le code]

  1. lejdd.fr.
  2. Henry 2017, p. 143.
  3. a et b « SOS Chrétiens d'Orient : Noël en Syrie, Pâques au tison ? », sur reflexes.samizdat.net, .
  4. Henry 2017, p. 145.
  5. Henry 2017, p. 137.
  6. a et b Henry 2017, p. 134.
  7. a et b Henry 2017, p. 139.
  8. Frédéric Durand, « Damien Rieu, petit prince des causes obscures... », sur humanite.fr, .
  9. a b et c Henry 2017, p. 142.
  10. « La «remigration» des identitaires aux portes du FN », sur Libération.fr, (consulté le 9 juin 2019)
  11. « Génération Identitaire : la patrouille d’extrême droite mobilise ses troupes avant la Manif pour tous », sur Les Inrocks, (consulté le 9 juin 2019)
  12. « Au Bloc Identitaire, l'apologie de la «remigration» », sur FIGARO, (consulté le 9 juin 2019)
  13. « Ce qu'on a entendu au meeting islamophobe de Génération Identitaire », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2018).
  14. « SOS Chrétiens d'Orient, une association humanitaire discrètement noyautée par l'extrême droite », BuzzFeed,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2018).
  15. « Incitation à la haine raciale : l'ex porte-parole de Generation identitaire relaxé », sur lemonde.fr, .
  16. « Damien Rieu, l'identitaire derrière l’opération anti-migrants du col de l'Echelle », sur lejdd.fr (Europe 1), .
  17. http://www.objectifgard.com/2019/02/17/ca-reste-entre-nous-les-indiscretions-de-la-semaine-117/.
  18. Abel Mestre] et Caroline Monnot, « Comment les identitaires cherchent à peser sur la ligne du FN », sur lemonde.fr, .
  19. Sylvain Chazot, « Le maire FN de Beaucaire embauche le porte-parole de Génération identitaire », sur lelab.europe1.fr, .
  20. a et b Olivier Faye et Gilles Rof, « Les identitaires investissent le Front national », sur lemonde.fr, .
  21. Marie-Pierre Bourgeois et Michela Cuccagna, « De Gollnisch à Ménard : Charlotte d'Ornellas, la journaliste préférée de la fachosphère », sur streetpress.com, .
  22. https://www.huffingtonpost.fr/entry/europeennes-2019-la-ligne-pas-tres-claire-de-renaud-camus_fr_5ce34379e4b075a35a2c08c6.
  23. L'Observateur de Beauvais, « Européennes / Exclusif : une photo et une vidéo de l’ex-gilet jaune amiénoise, n°2 de la liste « Ligne Claire », Fiorina Lignier, qui dessine une croix gammée dans le sable | L'Observateur de Beauvais » (consulté le 23 mai 2019)
  24. « Prière devant une croix gammée: Fiorina Lignier et Renaud Camus se retirent (photo + vidéo) », sur FranceSoir, (consulté le 23 mai 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]