Pacé (Ille-et-Vilaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pacé.
Pacé
L'église Saint-Melaine dans le bourg, la mairie et le Pont de Pacé.
Pacé35 - Église Saint-Melaine 01.jpg
Pacé-mairie.jpg Pacé-pont.jpg
Blason de Pacé
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Rennes-6
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Paul Kerdraon
2014-2020
Code postal 35740
Code commune 35210
Démographie
Gentilé Pacéens
Population
municipale
11 288 hab. (2014)
Densité 322 hab./km2
Population
aire urbaine
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 52″ nord, 1° 46′ 26″ ouest
Altitude Min. 27 m – Max. 91 m
Superficie 35,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pacé

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pacé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pacé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pacé
Liens
Site web www.ville-pace.fr

Pacé est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine, en région Bretagne. Appartenant à Rennes Métropole, cette ville se situe à l'est de la Bretagne. Elle est dirigée depuis 2002 par son maire UMP Paul Kerdraon.

En 2014, avec 11288 habitants, elle est la 8e ville la plus peuplée d’Ille-et-Vilaine[1].

Ses habitants sont appelés les Pacéens et les Pacéennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pacé est située sur le cours de la Flûme et se trouve à environ 5 kilomètres au nord-ouest de Rennes.

Elle est implantée le long de la route nationale 12 (entre Rennes et Saint-Brieuc) qui a été récemment réaménagée pour notamment faciliter l'accès à la ville (2×3 voies au niveau du barreau de Pont-Lagot).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pacé
Clayes / Parthenay-de-bretagne Gévezé La Mézière
Saint-Gilles Pacé La Chapelle-des-Fougeretz / Montgermont
L'Hermitage Le Rheu / Vezin-le-Coquet Rennes

Transports[modifier | modifier le code]

Accès quatre-voies Rennes - Saint-Brieuc / Brest (RN 12).

La commune est desservie par les bus du réseau STAR de Rennes Métropole via les lignes 52, 65 et 77.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont :

  • Paceio (1138) ;
  • Pache (1158),
  • Pace (1170),
  • Paceium (1185),
  • Paceyum (1516).

Le nom de la commune en breton est Pazieg[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution française, au début du mois de mars 1793, des troubles se produisent en de très nombreux endroits en France, en réaction notamment à la levée en masse, décidée par la Convention nationale, de trois cent mille hommes, pris par tirage au sort, parmi les célibataires ou veufs de 18 à 25 ans. Le 17 mars, un détachement de la Garde nationale de Rennes est ainsi attaqué au pont de Pacé par 500 à 4 000 paysans des environs, selon les sources, armés de fusils, de faux, de fourches et de bâtons. Les gardes nationaux laissent derrière eux trois blessés qui sont achevés par les insurgés. Cet affrontement est connu sous le nom de combat de Pacé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pacé Blason D'argent au senestrochère vêtu et ganté de gueules, mouvant du flanc dextre, tenant un faucon contourné de sable et membré d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Patrice Dumaine de La Josserie   Prêtre
1791 1795 François Trillard    
1795 1796 Jean Collet    
1796 1802 Pierre Guérin    
1802 1830 Jean-Anne-Armand Bons   Agriculteur
1830 1833 Joseph-Marie Massot    
1833 1834 Joseph Fourel   Agriculteur
1834 1837 Jean-François Gérard    
1837 1848 Pierre-Marie Priour    
1848 1863 Pierre Dealagrée   Agriculteur
1863 1870 Jean-Gabriel Coquio   Maître de poste
1870 1878 Mathurin Peltier    
1878 1900 Jean-Marie Gérard    
1900 1912 Jean-Baptiste Guérin   Agriculteur
1912 1917 Pierre Haudepin    
décembre 1919[3] 1942 Étienne Pinault   Avocat
1942 1945 Albert Chevalier    
1945 1959 Mathilde Pinault    
1959 1963 Jean-Paul Chassebeuf   Notaire
1963 1977 René Léon   Médecin
1977 1983 René Péron    
1983 1989 René Lopinet   Secrétaire général Crédit Agricole 35
1989 1995 Frédéric Venien PS Universitaire, conseiller général
1995 2002 Philippe Rouault UMP Député d’Ille-et-vilaine - conseiller général
2002 en cours Paul Kerdraon[4] UMP-LR Directeur d’organisme agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 11 288 habitants, en augmentation de 18,38 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 419 2 402 2 310 2 489 2 789 2 504 2 503 2 504 2 610
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 505 2 522 2 650 2 327 2 568 2 547 2 536 2 578 2 456
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 220 2 165 2 150 1 970 1 959 1 919 1 856 1 900 1 991
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 959 2 338 3 687 4 954 5 556 7 885 8 212 9 961 11 288
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pacé contient quatre Monuments historiques et un bâtiment inventorié[8].

  • L'église paroissiale Saint-Melaine est inscrite depuis 20 septembre 1968[9], inventaire[10]. Elle a été bâtie aux XVe et XVIe siècles sur les restes d’une ancienne église du XIIe siècle, et complétée au XIXe siècle. Elle est située en plein centre de la commune.
  • Le Vieux Pont, qui enjambe la Flûme, est inscrit depuis le 29 avril 1971[11]. Il date du XIIIe ou du XIVe siècle. Il est plus communément appelé « Le Pont de Pacé ».
  • Un ensemble de trois croix du XVIe siècle, situées dans le nouveau cimetière, est inscrit depuis le 6 mars 1946[12].
  • Le château de la Glestière, construit en 1655, est inscrit depuis le 17 octobre 1969[13].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La zone commerciale Rive ouest accueille de nombreux magasins.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Pacé - Konna (Mali) depuis 1990 ;
  • Pacé - Steinsel (Luxembourg), 2 mai 1992 ;
  • Pacé - Slimnic (Roumanie), 10 mai 1997 ;
  • Pacé - Baiersdorf (Allemagne), 3 juin 2000 ;
  • Pacé dans l'Orne (Basse-Normandie).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de sports de la ville, le Club olympique pacéen (COP)[14], regroupe plusieurs sports : le rink hockey, l’athlétisme, le badminton, le basket-ball, le cyclotourisme, le football, le tennis de table, le golf, la gymnastique, le handball, le tennis, le judo, le karaté et la pétanque.

Chaque année, au début du mois d'avril, a lieu l'Euro Pacé de basket. Ce tournoi international accueil de nombreuses équipes de catégorie U13, soit benjamin, et se déroule sur deux jours. Cet événement est créé en mars 1985, et accueille à l'époque des équipes françaises, belges et espagnoles. Au fil des éditions, de nouvelles équipes sont apparues telles que la sélection nationale du Luxembourg, ou encore la Suisse, la Hongrie, le Portugal et la Lituanie. En 2001, on enregistre la première participation des États-Unis au tournoi. Celui-ci prend alors une envergure internationale avec notamment l'arrivée de l'Algérie en 2009 et de la Chine en 2010. En fin mars 2011, a lieu le premier tournoi féminin de l'euro, avec au compteur quatre équipes se disputant le trophée. Pour sa trentième édition, l'Euro Pacé accueil les Crazy Dunker, pour leur spectacle. L'équipe actuelle la plus titrée de ce tournoi, chez les garçons, est Vilnius (Lituanie) avec 12 finales remportées dont la dernière en 2016. Chez les filles, Orly (France) et Logronoz (Espagne) sont à égalité avec deux titres chacune. Quelques grands joueurs ont disputé cet euro, tels que Thabo Sefolosha, qui a évolué sous les couleurs du Canton de Vaud (Suisse) et qui évolue aujourd'hui à Atlanta en NBA, mais aussi Rodrigue Beaubois, qui a joué dans l'équipe de la Guadeloupe et qui a été champion de NBA en 2011 avec Dallas. Nicolas Batum, l'international français évoluant à Charlotte, a lui aussi participé à ce tournoi en 2001 avec la sélection de Calvados[15].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Pacé est un pôle scolaire important puisqu'elle possède près de 2 800 scolaires dans ses écoles et collèges en 2011-2012.

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

L'enseignement maternelle et primaire regroupe plus de 1 310 élèves répartis sur trois groupes scolaires[réf. souhaitée] : Les groupes Guy-Gérard, Haut-Chemin et Sainte-Anne/Saint-Joseph.

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

L'enseignement secondaire regroupe quant à lui plus de 1 450 élèves répartis dans deux collèges[réf. souhaitée] : Saint-Gabriel et Françoise-Dolto.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]