Chevalier de Fréminville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chevalier de Fréminville
Christophe-Paulin de la Poix de Fréminville.jpg
Titre de noblesse
Chevalier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
BrestVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation
FréminvilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Allégeance
Activités
Archéologue, naturaliste, officier de marine, zoologisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Raids on Boulogne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Christophe-Paulin de La Poix de Fréminville, dit le Chevalier de Fréminville ( à Ivry-sur-Seine - à Brest), est un officier de marine, savant, archéologue et écrivain français. Capitaine des frégates du roi, il est fait chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de celui de l'ordre Christ de Portugal. Il sera par ailleurs membre des sociétés de philomathique et d'histoire naturelle de Paris. Il est l'un des pionniers du travestissement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fréminville appartenait, par son père et par sa mère, à deux familles d'ingénieurs ; il commence sa carrière maritime en 1801, alors âgé de quatorze ans, comme aide de camp amateur de La Touche-Tréville. Il se distingue sur la canonnière l’Etna, lors de la seconde attaque de Boulogne par Nelson. Il participe à l'expédition de Saint-Domingue, d'abord comme novice à bord de l’Intrépide, puis sur la Valeureuse. Il revient en France à bord du Swiftsure, qui ramène le corps du général Leclerc, l'époux de Pauline Bonaparte.

De retour en janvier 1803, il est promu enseigne. La même année, il est blessé dans un combat entre la canonnière qu'il monte et une frégate britannique. En 1806, sur la Sirène commandée par le capitaine Le Duc, il fait partie de la division des frégates envoyées dans les mers voisines du pôle boréal pour détruire les baleiniers anglais. Pendant la campagne, il remplit la triple fonction de major des signaux, adjudant de la division et hydrographe. Après avoir relevé l'île d'Enckuysen[1],[notes 1], l'expédition pousse jusqu'à 10 lieues de la pointe sud du Spitzberg, sans pouvoir y aborder. Après avoir fait quelques prises, elle revient vers l'Islande, où Fréminville détermina avec soin plusieurs points du littoral, puis croise en Irlande. La Sirène et une autre des frégates reviennent en France en septembre 1807.

Fréminville est promu lieutenant de vaisseau en 1811. Royaliste de cœur, il accueille la Restauration avec joie. De 1818 à 1827, il navigue successivement sur le Rhône, la Néréide, la Bonite et l’Adour, dans la Baltique, à la côte occidentale d'Afrique et aux deux Amériques, recueillant partout des observations, soit d'archéologie, soit d'histoire naturelle, et demandant en vain le commandement d'une expédition de découvertes autour du monde. En 1829, on le chargea seulement d'expérimenter le loch Bouguer qu'il condamne. En 1827, il est promu capitaine de frégate.

Lors de la Révolution de Juillet, il essaye de relever le drapeau blanc dans les Côtes-du-Nord.

Admis à la retraite l'année suivante, il se consacre exclusivement à ses travaux d'histoire naturelle et d'archéologie jusqu'à sa mort, survenue à Brest le 12 janvier 1848[2],[3].

Après la mort de son unique amour, Caroline, rencontrée aux Saintes, il prend l'habitude de s'habiller en femme, au début avec les toilettes de sa belle disparue, puis en véritable femme du monde. Il publie un Essai sur l'influence du costume féminin qu'il signe sous le pseudonyme de « Caroline de L. ».

Dans ses Mémoires, il raconte ses amours avec une Créole des Saintes, évoque la révolte des esclaves de Saint-Domingue et leur génocide par Leclerc, parle de la traite des Noirs, de la fièvre jaune, etc.

Installé à Brest et membre de l'association du « Temple », se voulant la « continuatrice » de l'ordre des Templiers, il fonde les études archéologiques en Basse-Bretagne, publiant notamment un Cours d'études des Antiquités nationales[2] et Les Antiquités du Finistère.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de Fréminville, Le Combat des Trente, poëme du XIVe siècle, transcrit…, Brest, Lefournier et Deperiers, , 39 p. (notice BnF no FRBNF33312045, lire en ligne)
  • Chevalier de Fréminville, Antiquités de la Bretagne, Brest, Lefournier et Deperiers, 1827-1837 (notice BnF no FRBNF30463352)
    7 parties en 4 vol. Monuments du Morbihan ; Finistère. - 2 vol. ; Côtes du Nord
  • Chevalier de Fréminville, Essai sur l'influence physique et morale du costume féminin, par Caroline de L***, née de L. P***, Brest, Imp. de Stahl, , 19 p. (notice BnF no FRBNF33373874)
  • Chevalier de Fréminville, Antiquités de la Bretagne : Côtes-du-Nord, Brest, J.-B. Lefournier, , 416 p. (notice BnF no FRBNF39777254, lire en ligne)
  • Chevalier de Fréminville, Notice sur des pièces d'artillerie du XVIe siècle récemment retrouvées dans le port de Brest, provenant du château de cette ville, Brest, J.-B. Lefournier, , 18 p. (notice BnF no FRBNF30463359)
  • Chevalier de Fréminville, Voyage dans le Finistère, Brest, J.-B. Lefournier, , 480 p. (notice BnF no FRBNF30188764)
  • Jacques Cambry et Chevalier de Fréminville, Voyage dans le Finistère : Nouv. éd. / accompagnée de notes historiques, archéologiques, physiques et de la flore et de la faune du département, Brest, Come aîné et Bonetbeau fils, , 480 p. (notice BnF no FRBNF30188764)
  • Chevalier de Fréminville, Mémoires sur le monument druidique de l'île de Gavrennez et sur les carneilloux ou anciens cimetières des Celtes armoricains, Paris, E. Duverger, , 24 p. (notice BnF no FRBNF30463357)
  • Chevalier de Fréminville, Notice sur quelques monuments de l'ordre des Templiers dans le département des Côtes-du-Nord, Paris, E. Duverger, , 17 p. (notice BnF no FRBNF30463360, lire en ligne)
  • Chevalier de Fréminville, Histoire de Bertrand Du Guesclin, Connétable de France et de Castille, considérée principalement sous le rapport stratégique, poliorcétique et militaire en général, Brest, A. Proux, , 522 p. (notice BnF no FRBNF30463356, lire en ligne)
  • Chevalier de Fréminville, Rapport d'une tournée archéologique faite dans l'arrondissement de Lannion, SL, , 31 p. (notice BnF no FRBNF30463361)
    Extrait des Mémoires de la Société royale des antiquaires de France. T. XVI
  • Chevalier de Fréminville, Considérations générales sur les mœurs et les habitudes des serpents, Brest, A. Proux, , 24 p. (notice BnF no FRBNF30463354)
  • Chevalier de Fréminville, Le Guide du voyageur dans le département du Finistère, ou Description des monuments anciens et modernes et autres objets curieux qu'il renferme, Brest, A. Proux, , 292 p. (notice BnF no FRBNF30463355)
  • Chevalier de Fréminville et Eugène Herpin, Mémoires du chevalier de Fréminville (1787-1848), capitaine des frégates du roi, Paris, H. Champion, , 266 p. (notice BnF no FRBNF32128807)
  • Chevalier de Fréminville et Jean Merrien, Un certain chevalier de Fréminville, 1787-1848, marin, naturaliste, antiquaire de la Bretagne, ultra légitimiste et romantique, Paris, Éditions maritimes et d'outre-mer, , 287 p. (notice BnF no FRBNF41648191)
  • Louis-Marie Bajot et Chevalier de Fréminville, Annales maritimes et coloniales : recueil de lois et ordonnances royales, règlemens et décisions ministériels, mémoires, observations et notices particulières, et généralement de tout ce qui peut intéresser la marine et les colonies, sous les rapports militaires, administratifs, judiciaires, nautiques, consulaires et commerciaux, Paris, Imprimerie royale, , 978 p. (notice BnF no FRBNF32694602, lire en ligne)
    Relation Sommaire d'un Voyage fait en 1806 au Pôle boréal, sur la frégate La Syrène, avec une Notice physique et géogragraphique sur île d'Islunde ; Année 1819, IIe partie, Notice n° 57, page 537
  • Louis-Marie Bajot et Chevalier de Fréminville, Annales maritimes et coloniales : recueil de lois et ordonnances royales, règlemens et décisions ministériels, mémoires, observations et notices particulières, et généralement de tout ce qui peut intéresser la marine et les colonies, sous les rapports militaires, administratifs, judiciaires, nautiques, consulaires et commerciaux, Paris, Imprimerie royale, , 1054 p. (notice BnF no FRBNF32694602, lire en ligne)
    Mémoire sur l'état actuel de l'Hydrographie des Mers boréales ; Année 1820, IIe partie, Notice n° 1, page 5
  • Louis-Marie Bajot et Chevalier de Fréminville, Annales maritimes et coloniales : recueil de lois et ordonnances royales, règlemens et décisions ministériels, mémoires, observations et notices particulières, et généralement de tout ce qui peut intéresser la marine et les colonies, sous les rapports militaires, administratifs, judiciaires, nautiques, consulaires et commerciaux, Paris, Imprimerie royale, , 1116 p. (notice BnF no FRBNF32694602, lire en ligne)
    Observations sur l'Expédition exécutée au nord-ouest, par le Capitaine Parry, commandant les navires l'Hekla et le Gripper ; Année 1821, IIe partie, Notice n° 29, page 140
  • Louis-Marie Bajot et Chevalier de Fréminville, Annales maritimes et coloniales : recueil de lois et ordonnances royales, règlemens et décisions ministériels, mémoires, observations et notices particulières, et généralement de tout ce qui peut intéresser la marine et les colonies, sous les rapports militaires, administratifs, judiciaires, nautiques, consulaires et commerciaux, Paris, Imprimerie royale, , 836 p. (notice BnF no FRBNF32694602, lire en ligne)
    Examen sommaire des Expéditions de découvertes et des progrès de la Géographie pendant le XVIIIe siècle, ; Année 1827, IIe partie, Tome 1, Notice n° 3, page 34
  • Louis-Marie Bajot et Chevalier de Fréminville, Annales maritimes et coloniales : recueil de lois et ordonnances royales, règlemens et décisions ministériels, mémoires, observations et notices particulières, et généralement de tout ce qui peut intéresser la marine et les colonies, sous les rapports militaires, administratifs, judiciaires, nautiques, consulaires et commerciaux, Paris, Imprimerie royale, , 788 p. (notice BnF no FRBNF32694602, lire en ligne)
    Continuation du Mémoire sur les expéditions de découvertes, et les progrès de la Géographie, pendant le XVIIIe siècle ; Année 1827, IIe partie, Tome 2, Notice n° 1, page 17

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon Bruzen de La Martinière, l'île d'Enckuysen aurait été découverte par les Hollandais. Bellin la situe par 65° N, 12° W sur ses cartes de 1751 et 1767. Elle est supprimée sur la carte publiée en 1854 par le dépôt général des cartes et plans de la marine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. 64° 54' N-12° 48' W dans  :Voyage fait en 1806 au Pôle boréal, sur la frégate La Syrène, avec une Notice physique et géographique sur l'île d'Islande, Chevalier de La Poix de Fréminville, in Annales maritimes et coloniales année 1819, IIe partie, Notice no 57, pages 541-542 par Louis-Marie Bajot, Imprimerie royale, Paris, 1819
  2. a et b E. Herpin, Mémoires du chevalier de Fréminville (1787-1848). – Recension dans Annales de Bretagne, 1913, p. 347-349 [lire en ligne].
  3. Prosper Levot, Alfred Doneaud, Les Gloires maritimes de la France

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :