Bourgbarré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bourgbarré
Bourgbarré
Mairie, son jet d’eau.
Blason de Bourgbarré
Héraldique
Bourgbarré
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Franck Morvan (DVG)
2020-2026
Code postal 35230
Code commune 35032
Démographie
Gentilé Bourgbarréen
Population
municipale
4 277 hab. (2018 en augmentation de 14,45 % par rapport à 2013en augmentation de 14,45 % par rapport à 2013)
Densité 301 hab./km2
Population
agglomération
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 40″ nord, 1° 36′ 53″ ouest
Altitude Min. 27 m
Max. 104 m
Superficie 14,2 km2
Élections
Départementales Canton de Janzé
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Bourgbarré
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Bourgbarré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourgbarré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourgbarré
Liens
Site web www.bourgbarre.fr

Bourgbarré est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Rivière l'Ise au village de Mesneuf.

La rivière l'Ise est le principal cours d'eau de la commune traversant la commune[1]. C'est un affluent de la Seiche.

Transports[modifier | modifier le code]

Desservie par les bus du réseau service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) via les lignes 74 (61 les dimanches et jours fériés et les vendredis et samedis soirs) et 161ex.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Bourgbarré et l'ensemble de l'Ille-et-Vilaine en 2017[I 1],[I 2].

Le logement à Bourgbarré en 2017
Bourgbarré Ille-et-Vilaine
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 1 623 546 440
Part des résidences principales (en %) 96,0 86,2
Part des résidences secondaires (en %) 0,5 6,9
Part des logements vacants (en %) 3,5 6,9
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 74,1 59,8

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Bourgbarré dispose d'un plan local d'urbanisme intercommunal approuvé par délibération du conseil métropolitain du 19 décembre 2019[2]. Il divise l'espace des 43 communes de Rennes Métropole en zones urbaines, agricoles ou naturelles.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la Tabula ducatus britanniae gallis, où l’on peut lire « Bourgbarre ». Le symbole utilisé signifie pagi (bourgs).

Les formes anciennes sont :

Bourgbarré vient du latin burgus (château fort) et du gaulois barro (sommet)[4].

Le nom breton de la commune est Bourvarred [3]. Le nom gallo " Bourbârë".

Une dénomination ancienne, « La Ville Rouge », pourrait remonter à l’époque gallo-romaine[5]

Histoire[modifier | modifier le code]

Paroisse dès le XIIe siècle, située à l’intersection des routes d’Orgères et de Saint-Herblon, Bourgbarré s’est vraisemblablement constituée autour d’une motte féodale défendant la ligne frontière entre Francs et Bretons. Seules quatre maisons[6] subsistent encore de cette époque de la châtellenie, autour de l’église primitive (reconstruite au début du XVIIe). Au XIIIe siècle, les seigneurs de Bourgbarré construisent le manoir de la Vayrie (le nom « Vairie » vient de l’office de haute justice du Voyer ou Viguier)[7] ; le comte Gabriel Ier de Montgommery, qui y demeurait, a été décapité sous l’autorité de Catherine de Médicis le 26 juin 1574. Il est célèbre pour avoir mortellement blessé à l’œil le roi de France Henry II lors d’un tournoi[5]. Au nord de la commune, le manoir de Mesneuf (qui remonte partiellement au XIVe siècle, bien qu’il soit essentiellement, lui et son moulin à eau à pans de bois[8], datés du XVIe) est avec le presbytère[9] un des derniers témoins de la richesse à cette époque. Il était qualifié de châtellenie, avec un droit de haute justice, un colombier, et relevait de la châtellenie de Bourgbarré[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bourgbarré Blason
D'azur à trois chevrons d'or, à deux clés adossées les anneaux liés par une chaîne d'argent, accompagnées en chef, à dextre et à senestre, et en abîme de trois besants d'or, et en chef au centre et en pointe de trois fers de flèche d'argent; au chef d'argent chargé d'un lion léopardé de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Bourgbarré appartient à l'arrondissement de Rennes et au canton de Janzé depuis le redécoupage cantonal de 2014. Auparavant, elle a successivement appartenu aux cantons suivants : Rennes-Sud-Ouest (1833-1973), Rennes-VIII (1973-1982) et Bruz (1982-2015).

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis par Mustapha Laabid (LREM). Sous la IIIe République, elle appartenait à la deuxième circonscription de Rennes, de 1958 à 1986 à la 2e circonscription (Rennes-Sud) et de 1986 à 2010 à la 4e circonscription (Redon).

Sur le plan des institutions judiciaires, la commune relève du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants, du conseil de prud’hommes, du tribunal de commerce, de la cour d’appel et du tribunal administratif de Rennes et de la cour administrative d'appel de Nantes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis , la commune appartient à Rennes Métropole. Avant cette date, Bourgbarré était ce qu'on appelle une commune isolée, c'est à dire n'appartenant à aucune intercommunalité.

Bourgbarré fait aussi partie du Pays de Rennes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 3 500 et 4 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 27[11].

Conseil municipal actuel

Les 27 sièges composant le conseil municipal ont été pourvus le lors du premier tour de scrutin. Actuellement, il est réparti comme suit :

Groupe Effectif Statut
« Bourgbarré citoyens et solidaires » (DVG) 22 majorité
« Bourgbarré 2020 : Le renouveau » (DVD) 5 opposition
Bourgbarré CM2020.svg

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 ? Jean Jouaüd[12]    
Les données manquantes sont à compléter.
1878
(décès)
Jean-Marie Maugère[N 1]
(1849-1940)
RG Agriculteur
Conseiller d'arrondissement (1883 → 1885)
Conseiller général du canton de Rennes-Sud-Ouest (1885 → 1940)
Président du conseil général (1928 → 1934)
Chevalier de la Légion d'honneur (1905)
Les données manquantes sont à compléter.
[13]
(démission)
Joseph Panaget[14],[N 2]   Dirigeant d'entreprise
[15]
(démission)
Jean-Claude Ridard[N 3]    
[16] Jean Belhomme[N 4]   Retraité de l'entreprise Bridel
Didier Nouyou[N 5] DVG Technicien supérieur
En cours Franck Morvan[17] DVG Directeur d’établissement médico-social
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2018, la commune comptait 4 277 habitants[Note 1], en augmentation de 14,45 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9709661 0021 1351 1801 1351 1121 0871 132
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0511 0661 0781 0801 0841 0981 0561 0461 010
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9891 011971883852852798864807
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8198551 1391 7092 0042 3222 9543 0453 135
2013 2018 - - - - - - -
3 7374 277-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le bourg dispose de plusieurs commerces de proximité. La société Vicat dispose d'un dépôt de ciment. La déchetterie a fait recouvrir son toit de panneaux solaires en 2009 par Armorgreen[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

La croix du cimetière.

La commune abrite un monument historique :

L’église de la Sainte-Trinité (XVIIe siècle, clocher du XIXe siècle)[24] contient deux objets classés aux monuments historiques :

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Étang de Beauvais, exemple d'étang méso-dystrophe à Carex en Ille-et-Vilaine

Sur les autres projets Wikimedia :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  1. Réélu en 1904, 1908, 1912, 1919, 1925, 1929 et 1935.
  2. Réélu en 1977 et 1983.
  3. Réélu en 1989.
  4. Réélu en 1995.
  5. Réélu en 2008 et 2014.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ise (J7474000) » (consulté le 11 février 2016)
  2. Un Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) pour 43 communes, sur metropole.rennes.fr
  3. a et b Résultats concernant « Bourgbarré » dans la base KerOfis de l’office public de la langue bretonne.
  4. a b c et d « Étymologie et Histoire de Bourgbarré », infobretagne (consulté le 12 décembre 2016)
  5. a et b Stéphanie Bardel - Sabrina Dalibard, « Présentation de la commune de Bourgbarré », sur patrimoine.bzh, (consulté le 13 avril 2020)
  6. Stéphanie Bardel - Sabrina Dalibard, « Ancien presbytère, actuellement mairie, 5 place de l’Eglise (Bourgbarré) », sur patrimoine.bzh, (consulté le 14 janvier 2020)
  7. « Manoir, la Vairie (Bourgbarré) », sur patrimoine.bzh, (consulté le 14 janvier 2020)
  8. Stéphanie Bardel - Sabrina Dalibard, « Moulin, Mesneuf (Bourgbarré) », sur patrimoine.bzh, (consulté le 13 janvier 2020)
  9. Stéphanie Bardel - Sabrina Dalibard, « Manoir, puis presbytère, l'Epinais (Bourgbarré) », sur patrimoine.bzh, (consulté le 14 janvier 2020)
  10. Stéphanie Bardel - Sabrina Dalibard, « Manoir, Mesneuf (Bourgbarré) », sur patrimoine.bzh, (consulté en 2007)
  11. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. Premier maire de la commune.
  13. Maire honoraire en décembre 1985.
  14. Portraits - L'entreprise Panaget, sur bourgbarre.fr
  15. Battu au second tour de l'élection municipale partielle convoquée après la démission de plusieurs conseillers municipaux, il présente sa démission.
  16. « Élection à Bourgbarré : Jean Belhomme nouveau maire », Ouest-France,‎
  17. « Municipales à Bourgbarré. Franck Morvan entame son mandat de maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Armorgreen, nouvel acteur du photovoltaïque dans le Grand Ouest », sur constructioncayola.com, (consulté le 24 novembre 2018).
  23. Notice no PA00090507, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/eglise-paroissiale-sainte-trinite/b65ff2f1-3121-4a9c-bdda-548bb2d7974c » (consulté le 4 décembre 2016)
  25. Notice no PM35000965, base Palissy, ministère français de la Culture
  26. Notice no PM35000064, base Palissy, ministère français de la Culture

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]