Jeanne Jugan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeanne Jugan
Image illustrative de l'article Jeanne Jugan
Sainte Jeanne Jugan
Naissance
Cancale
Décès   (86 ans)
Saint-Pern
Nationalité Française
Béatification
par Jean-Paul II
Canonisation  Rome
par Benoît XVI
Vénéré par Église catholique romaine
Fête 30 août

Sainte Jeanne Jugan, en religion sœur Marie de la Croix, est née à Cancale (Ille-et-Vilaine) le [1]. Fille d'un marin-pêcheur, elle est morte à Saint-Pern le [1], elle est la fondatrice de la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres. Cette humble fille du peuple, simple servante, émue de pitié à la vue des vieillards qui mouraient dans l'abandon, fonda à Saint-Servan un institut qui, depuis, n'a cessé de prospérer.

Elle a été béatifiée en 1982 par Jean-Paul II et a été canonisée par Benoît XVI le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , Jeanne Jugan naît près de Cancale, dans le hameau des Petites-Croix, un petit port de pêche sur la Manche. Baptisée le jour de sa naissance, elle est le cinquième enfant de Joseph Jugan, pêcheur disparu en mer 4 ans plus tard, et de Marie Horel. Elle fait sa première communion peu après la signature du concordat de 1801[2]. D'après la tradition, elle entre au service de la vicomtesse de la Chouë à Saint-Coulomb comme aide-cuisinière.

En 1810, un jeune marin la demande en mariage: elle souhaite réfléchir. Six ans plus tard, à la suite d'une mission prêchée dans la paroisse et prête à "coiffer Sainte Catherine", elle décline définitivement la demande en mariage du marin :

« Dieu me veut pour lui. Il me garde pour une œuvre qui n'est pas connue, pour une œuvre qui n'est pas encore fondée[3] ».

En 1817, en dépit de son attachement à sa famille, elle quitte Cancale pour Saint-Servan, ville aujourd'hui rattachée à Saint-Malo. Elle entre comme aide à la pharmacie de l'hôpital du Rosais. En 1823 à cause d'une trop grande fatigue, elle entre au service de Mlle Lecoq, avec qui elle s'était lié d'amitié. Ensemble, elles visitent les nombreux pauvres de la paroisse, récitent le chapelet, visitent l'église paroissiale. C'est à cette époque qu'elle obtient son affiliation au Tiers-Ordre des Filles du Sacré-Cœur[4]. Mais en 1835, Mlle Lecoq meurt. Jeanne devient journalière.

Deux ou trois ans plus tard, avec une amie, Françoise Aubert, dite « Fanchon », elle loue un appartement au no 2 de la rue du Centre, à Saint-Servan.

Au début de l'hiver 1839, Jeanne recueille une vieille femme aveugle et infirme, Anne Chauvin, à qui elle donne jusqu'à son lit. Elle-même s'installe au grenier. C'est l'humble début d'une grande œuvre. Jeanne a 47 ans.

Dans les années qui suivent, quelques jeunes femmes viennent l'assister dans sa nouvelle tâche, les personnes recueillies étant de plus en plus nombreuses. Une petite communauté se forme.

Deux ou trois années plus tard, elle commence la quête. En mai 1842, la petite association précise son règlement de vie et de travail hospitalier, inspiré de la règle des Frères de Saint Jean de Dieu. Jeanne Jugan en est élue la supérieure religieuse, en présence de l'abbé Auguste Le Pailleur, vicaire à Saint-Servan. Le nom de « Servantes des Pauvres » est adopté.

En décembre 1843, Jeanne est réélue supérieure. Quelques jours plus tard, de sa propre autorité, l'abbé Le Pailleur annule l'élection et choisit Marie Jamet, une des trois autres membres, pour la remplacer.

En 1844, les « Servantes des Pauvres » deviennent les « Sœurs des Pauvres ». L'année suivante, l'Académie française décerne à Jeanne Jugan, pour son œuvre, le prix Montyon[5]. Jeanne devient célèbre, les journalistes s'intéressent à elle.

En 1846, elle fonde deux nouvelles maisons à la Piletière, à Rennes, et à Dinan. D'autres maisons sont ouvertes partout en France. Le romancier anglais Charles Dickens vient visiter une des maisons. En 1849 la congrégation adopte définitivement le nom de Petites Sœurs des Pauvres.

En 1852, Jeanne Jugan est définitivement écartée par l'abbé Le Pailleur de toute responsabilité dans la congrégation. Il lui signifie qu'elle doit cesser toute relation suivie avec les bienfaiteurs. Elle doit se considérer comme une simple sœur, sans autorité ni responsabilité. Jeanne Jugan vit ce calvaire au noviciat de Saint-Pern où elle a été reléguée. Aux novices, on enseigne que l'abbé Le Pailleur est le fondateur de la congrégation... Jeanne Jugan vit cette épreuve morale dans la paix et la sérénité.

Les dernières années de Jeanne Jugan se passent parmi les novices de Saint-Pern; elle y meurt le 28 août 1879.

Béatification - canonisation[modifier | modifier le code]

Jeanne Jugan est béatifiée le par le pape Jean-Paul II[6],[7]. S'ouvre alors la procédure en vue de sa canonisation.

Le Dr Edward Erwin Gatz, médecin américain du Nebraska, est reconnu guéri d'un cancer de l'œsophage suite à une neuvaine à la bienheureuse Jeanne Jugan, en 1989[5]. Ce miracle est retenu pour le dossier de canonisation.

Le , le décret de la congrégation pour les causes des saints reconnaissant le miracle par l’intercession de la Bienheureuse Jeanne Jugan est promulgué et le , cinq bienheureux, dont Jeanne Jugan, sont canonisés lors d'une messe présidée par le pape Benoît XVI place Saint-Pierre au Vatican, portant à 28 le nombre de saints proclamés depuis le début du pontificat.

Rayonnement[modifier | modifier le code]

Actuellement, 2 710 religieuses accueillent plus de 13 000 résidents dans deux cents maisons sur les cinq continents[8]. La congrégation a une branche de laïcs associés.

Citation[modifier | modifier le code]

De Jeanne Jugan

« Il faut toujours être de bonne humeur, nos vieillards n'aiment pas les figures tristes ! »

Compléments[modifier | modifier le code]

  • Messe et les partitions des chants [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chanoine Arsène Helleu, Une grande bretonne, Jeanne Jugan (Sœur Marie de la Croix), fondatrice des Petites Sœurs des Pauvres 1792-1879, H. Riou-Reuzé,

1938.

  • Ombline P de La Villeon, Jeanne Jugan, Fondatrice des Petites Sœurs Des Pauvres, La Bonne Presse, Paris, 1939.
  • Cardinal Gabriel-Marie Garrone, Poor in spirit - the spirituality of Jeanne Jugan, foundress of the Little Sisters of the Poor, Darton, Longmann & Todd, 1975.
  • Paul Milcent, Jeanne Jugan. humble pour Aimer, Le Centurion, Paris, 1978.
  • Mgr André-M. Cimichella, Bienheureuse Jeanne Jugan, fondatrice des Petites Sœurs des Pauvres, Éditions Jésus-Marie et notre temps, Montréal, 1983.
  • Les Archives départementales d'Ille-et-Vilaine possèdent un Fonds Jeanne Jugan (1 J 354), provenant d'un don de la congrégation. Les 35 articles sont principalement des ouvrages de Paul Milcent, Francis Trochu, Maria Winowska, etc.
  • Film documentaire Jeanne Jugan - La première Petite Sœur des Pauvres, réalisé par Yves-Marie Geffroy et Marc Bellay octobre 2009 - durée 26 min
  • Mgr Francis Trochu, Jeanne Jugan, éditions Via Romana, Versailles, 2009. (ISBN 978-2-916727-56-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Dossier de presse », sur www.eglise.catholique.fr (consulté le 11 octobre 2009)
  2. A. Helleu, Une grande bretonne, Jeanne Jugan (Sœur Marie de la Croix) Fondatrice des Petites Sœurs des Pauvres 1792-1879, Rennes, 1938, pp. 1-3.
  3. Cité par Helleu, op. cit., p. 6.
  4. op. cit., p. 10.
  5. a et b (fr) Benoît XVI canonise une Bretonne Article du Figaro 10/2009
  6. (fr) Discours du pape Jean-Paul II aux pèlerins de la bienheureuse Jeanne Jugan, deux mois avant sa béatification
  7. La Documentation Catholique N° 19 : La béatification de Jeanne Jugan, 1982
  8. quotidien Le Figaro,