Lamballe-Armor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lamballe-Armor
Lamballe-Armor
La mairie.
Blason de Lamballe-Armor
Héraldique
Lamballe-Armor
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
(siège)
Maire
Mandat
Philippe Hercouet
2020-2026
Code postal 22400
Code commune 22093
Démographie
Population
municipale
16 688 hab. (2019)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 10″ nord, 2° 31′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 131 m
Superficie 130,65 km2
Unité urbaine Lamballe-Armor
Aire d'attraction Saint-Brieuc
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Cantons de Lamballe-Armor (bureau) et de Pléneuf-Val-André
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Lamballe-Armor
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Lamballe-Armor
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamballe-Armor
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamballe-Armor
Liens
Site web lamballe-armor.bzh

Lamballe-Armor est une commune nouvelle située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Elle a été créée le et regroupe l'ancienne commune nouvelle de Lamballe (absorbant Meslin), Morieux et Planguenoual[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, Lamballe-Armor est relié à Paris par TGV en 2h08[2].

La ville est desservie par le réseau d'autobus dénommé Distribus.

Climat[modifier | modifier le code]

Du fait de sa situation géographique et de son relief naturel dans une cuvette, Lamballe jouit d'un microclimat avec une faible pluviométrie, assez bien répartie sur l'année.

La moyenne annuelle des températures est de 11,8 °C. Les étés sont relativement chauds. Les températures moyennes maximales de juillet et août sont de 23 °C à 24 °C. Les précipitations annuelles tournent en moyenne autour de 660 mm.

L'année la plus sèche a été observée en 1989 avec 441,5 mm.

Climatologie de Lamballe-ville sur la période 1986-2020 (source Infoclimat) :

Moyenne annuelle de température : 11,8 °C ;

Température minimale la plus basse : - 11 °C le 13/01/1987 ;

Température maximale la plus haute : 39,7 °C le 05/08/2003 ;

Nombre de jours > ou = à 25 °C : 29 jours ;

Nombre de jours > ou = à 30 °C : 6 jours ;

Nombre de jours de gelées sous-abri < ou = à 0 °C : 38 jours ;

Précipitations nombre de jours > ou = à 1 mm : 113 jours.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lamballe-Armor est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lamballe-Armor, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 17 486 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Brieuc, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 51 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[11]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[12],[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Lambala en 1083 dans une charte latine du prieuré de Saint-Martin de Lamballe[14] et sous les formes latines Lambaulum ou Lambalum[14], Lambalia à partir 1211[14].

Lamballe vient du breton lann (monastère), suivi du nom de saint Pal (Saint Paul)[15]. Cette interprétation est contestée par Stéphane Morin, en effet aucune source du haut moyen-age ne mentionne cette forme[16].

Le nom en Gallo est Lanball.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il convient pour les faits antérieurs à la création de la commune nouvelle de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La fermeture de la « Route aux grenouilles »[modifier | modifier le code]

La RD 28, reliant Lamballe-Armor à Pléven, traverse à proximité du village de La Poterie une zone de landes et de mares (dont l'origine remonte aux trous creusés par les potiers les siècles précédents) classée zone Natura 2000, où l'on retrouve la présence de la plupart des espèces d'amphibiens présentes en Bretagne. Mais ces amphibiens devaient traverser la route, empruntée chaque jour par environ 450 véhicules, en période de reproduction, pour rejoindre les mares ; chaque année, plusieurs centaines étaient écrasés. Des militants écologistes ont entre 2016 et 2018, à l'aide de seaux, fait traverser la route à de nombreux batraciens ; la route fut par la suite temporairement fermée à la circulation entre 2019 et 2021 entre la mi-décembre et la mi-mars ; elle est définitivement fermée à la circulation à partir de 2022 afin de protéger les amphibiens. Une première en France[17].

Les Landes de la Poterie vont devenir en 2024 une nouvelle Réserve naturelle régionale, à la suite d'un vote du Conseil régional de Bretagne en date du [18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Lamballe
(siège)
22093 Lamballe Terre et Mer 76,29 12 323 (2014) 162


Meslin 22151 CC Lamballe Terre et Mer 13,92 981 (2014) 70
Morieux 22154 CC Lamballe Terre et Mer 7,55 973 (2014) 129
Planguenoual 22173 CC Lamballe Terre et Mer 32,89 2 184 (2014) 66

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
3 janvier 2019[19] 5 juillet 2020 Loïc Cauret
(1953- )
PS Cadre et représentant syndical
Président de Lamballe Terre et Mer (2017 → 2020)
5 juillet 2020 En cours Philippe Hercouët[20]
(1960- )
PS Vétérinaire, cadre du ministère de l'Agriculture en détachement
Conseiller régional de Bretagne[21] (2015 → )
1er vice-président de Lamballe Terre et Mer (2020 → )

Jumelages[modifier | modifier le code]

Lamballe-Armor est jumelée avec la commune portugaise d'Oliveira do Bairro.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 16 688 habitants[Note 3].

Évolution de la population  [ modifier ]
2016 2017 2018 2019
16 65316 57816 74216 688
(Sources : Insee à partir de 2016[22].)

Remarque : la population 2016 indiquée ici est celle de l'ensemble de la commune nouvelle en 2016.

Économie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

La commune compte sur son territoire le siège de la Cooperl Arc Atlantique et l'abattoir de Lamballe, plus gros abattoir porcin de France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Haras national de Lamballe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine mégalithique

Patrimoine religieux

Patrimoine civil

Patrimoine industriel

  • Tannerie Ruellan, puis Samson, actuellement entrepôt industriel[41].
  • Moulins à farine et à tan, puis minoterie de la Ville, puis de la société Anonyme des minoteries Piéto, actuellement immeuble à logements[42].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil des actes administratifs spécial n°39, 31 octobre 2018, page 23
  2. Ouest-France du 9 avril 2016
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Lamballe-Armor », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  12. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. a b et c « Histoire de Lamballe », InfoBretagne (consulté le ).
  15. « Étymologie de Lamballe », InfoBretagne (consulté le ).
  16. Stéphane Morin, « Lamballe et Penthièvre aux XIe – XIIe siècles : enre mythes et réalité », Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  17. « À Lamballe la « route aux grenouilles » ferme définitivement », sur https://www.letelegramme.fr, (consulté le ).
  18. Mathilde Régis, « En Bretagne, bientôt quatre nouvelles réserves naturelles », Journal Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Lamballe-Armor. Loïc Cauret élu maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  20. Juliette Leclercq, « Municipales à Lamballe. Philippe Hercouet a enfilé l’écharpe de maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  21. Fiche de Philippe Hercouët sur le site du conseil régional de Bretagne
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. « Allée couverte du Chêne-Hut », notice no PA00089218, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Menhir de Guihallon », notice no PA00089235, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Eglise Notre-Dame », notice no PA00089222, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. Notice no PM22002086, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  27. Notice no PM22001511, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  28. Notice no PM22000339, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : buffet d'orgue
  29. « Eglise Saint-Martin », notice no PA00089224, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Eglise Saint-Jean », notice no PA00089223, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. Notice no PM22000355, base Palissy, ministère français de la Culture église Saint-Jean : cloche
  32. Notice no PM22002085, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  33. Notice no PM22002068, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  34. Notice no PM22000372, base Palissy, ministère français de la Culture 2 dalles funéraires
  35. Monument aux morts
  36. « Château de la Moglais », notice no PA00089219, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Moulin à vent de Saint-Lazare », notice no PA00089234, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Maison dite du Bourreau », notice no PA00089231, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. Fontaine aux trois chevaux
  40. « Haras national », notice no PA22000048, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Tannerie Ruellan, puis Samson, actuellement entrepôt industriel », notice no IA22002355, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Moulins à farine et à tan, puis minoterie de la Ville, puis de la société Anonyme des minoteries Piéto, actuellement immeuble à logements », notice no IA22002342, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. Magasin pittoresque, Jouvet & cie., (lire en ligne).