Mordelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mordelles
Mordelles
Plan du ciel de Mordelles
Blason de Mordelles
Blason
Mordelles
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Thierry Le Bihan (LREM)
2020-2026
Code postal 35310
Code commune 35196
Démographie
Gentilé Mordelais
Population
municipale
7 356 hab. (2018 en augmentation de 2,62 % par rapport à 2013en augmentation de 2,62 % par rapport à 2013)
Densité 247 hab./km2
Population
agglomération
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 29″ nord, 1° 50′ 45″ ouest
Altitude Min. 19 m
Max. 51 m
Superficie 29,84 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Mordelles
(ville isolée)
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Rheu
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Mordelles
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Mordelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mordelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mordelles
Liens
Site web Site officiel de la ville de Mordelles
Mordelles - En longeant le Meu

Mordelles est une commune française, située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Chef-lieu du canton de Mordelles jusqu'en 2015, c'est une des 43 communes de Rennes Métropole.

Les habitants sont les Mordelais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Mordelles est située sur l'axe Rennes-Lorient, à 14 km au sud-ouest de Rennes, la préfecture départementale et régionale.

Sa limite sud est la rivière du Meu.

La commune est limitrophe de celle du Verger depuis 2012, moment où les limites territoriales entre les communes de Talensac et du Verger ont été modifiées[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le site appartient au domaine cadomien, partie nord du massif armoricain, constitué de plutons granitiques accompagnés de sédiments (schistes).

Le relief de la commune, de 19 à 51 mètres, n'est pas très marqué. Certains quartiers sont en pentes douces, d'autres sont relativement plat. Les parties basses sont en partie occupées par des zones humides. Le point le plus bas se trouve à la sortie du Meu de la commune, à la frontière avec les communes de Chavagne et Goven.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La photographie prise au début du printemps présente une peupleraie dans une zone humide. Le sol est inondé par endroit, les peupliers sont en ligne et sans feuillage. Du guy et du lierre sont visibles sur leur branchages
Zone humide à Mordelles, 2008.

La commune est traversée par deux principaux cours d'eau : le Meu (au sud-ouest) et la Vaunoise. Le Meu constitue la frontière sud-ouest de la commune. La Vaunoise traverse la commune du nord au sud et se jette dans le Meu à l’ouest du bourg. Le ruisseau de Beaumont sépare Mordelles de Chavagne au sud-est.

Le territoire présente également des zones humides, ainsi qu'un étang au sud. Mordelles est intégrée dans le bassin de la Vilaine, et est concernée par le plan de prévention des risques d'inondation (PPRI) du bassin de la Vilaine en région rennaise, Ille et Illet[pas clair] approuvé par arrêté préfectoral du .

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la voie express RN 24 (Rennes - Lorient).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Desservie par les bus du réseau service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) de Rennes Métropole via les lignes 55, 76 et 155ex.

Chemins et venelles[modifier | modifier le code]

La commune est maillée par de multiples liaisons douces (cheminements piétonniers, cyclables, etc.).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 12,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 711 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945[8] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[10], à 12,1 °C pour 1981-2010[11], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mordelles est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mordelles, une unité urbaine monocommunale[16] de 7 363 habitants en 2017, constituant une ville isolée[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,3 %), zones agricoles hétérogènes (27 %), prairies (13,3 %), zones urbanisées (6,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,4 %), forêts (0,7 %), eaux continentales[Note 6] (0,5 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Mordelles et l'ensemble de l'Ille-et-Vilaine en 2017[I 1],[I 2].

Le logement à Mordelles en 2017
Mordelles Ille-et-Vilaine
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 3 588 546 440
Part des résidences principales (en %) 91,8 86,2
Part des résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,1 6,9
Part des logements vacants (en %) 7,1 6,9
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 63,4 59,8

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Mordelles dispose d'un plan local d'urbanisme intercommunal approuvé par délibération du conseil métropolitain du 19 décembre 2019[23]. Il divise l'espace des 43 communes de Rennes Métropole en zones urbaines, agricoles ou naturelles.

Projets opérationnels[modifier | modifier le code]

Avec un taux de croissance souhaité de 100 habitants par an, la ville réalise régulièrement des opérations d'urbanisme[24].

  • La ZAC "Le Pâtis / Les rues" est un projet de 539 logements, livrés de 2001 à 2007. La densité est de 14 logements à l'hectare. Sur les 38 hectares ont été construits les premiers logements collectifs HQE de France, avec des panneaux solaires photovoltaïques, et des logements semi-collectifs. L'aménagement paysager est soigné avec un mail paysager (liaison douce), la préservation de tous les arbres, d'un verger[25]...
  • La ZAC "Plaisance" est un projet de renouvellement urbain de 76 logements[25].
  • La ZAC "du Val de Sermon" est un projet de 1200 logements, à l'est de la ville, en travaux en 2009. La densité prévue est supérieure à 30 logements à l'hectare. Sur les 45 ha du projet, 10 sont non constructibles (en zone humide). Les objectifs écologiques sont poussés, avec une gestion aérienne des eaux pluviales, la préservation de tous les arbres, la mise en place de vergers conservatoires, un maillage piéton et cycle très dense, la création de jardins familiaux, une place multi-modale avec arrêt de bus, garage vélos[26]
  • La commune a également réalisé différents équipements publics, avec un souci écologique constant : réhabilitation / extension de la mairie avec panneaux solaires photovoltaïques et toiture végétalisée, requalification d'un corps de ferme en pôle petite enfance, salle de sport avec panneaux photovoltaïques[25]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes écrites Mauricelliae en 1032 et en 1070, Mozella en 1080[27], Morzellae en 1158[27], Morzelles en 1300[27], Mordela en 1516.

Le statut du /d/ qui s'est maintenu à l'écrit et à l'oral pose problème. Il est dû à une substitution de phonème : [d] a remplacé [dz] instable, évolution inattendue en français ; les formes avec z (notant [dz]) sont régulières mais archaïques[28]. Cela pourrait témoigner d'une influence du breton dans cette région des confins (pour mémoire : < d > vieux breton écrit vaut souvent /δ/).

Les formes écrites anciennes présentent pour la plupart un génitif singulier féminin, en -ae, ou par simple juxtaposition un nominatif pluriel d'un féminin, -ae ; la plupart des scribes, toujours au XIe siècle, ne reconnaissent pas maur- mais actent le pluriel.

La forme avec maur- avait fait supposer[27] la « cellule (monastique) ou ermitage » (latin cella) d'un nommé Maurus ou bien un nom *Mauric(i)ellus formé sur maurus « maure » (au sens latin de ce mot) avec un diminutif en -ellus (mais -elles suppose un féminin, tout comme -ae). L'écrit Mauricellae est vraisemblablement une réinterprétation du nom d'origine à partir du nom de saint Mauritius.

En fait, Morzelle / Mordelles provient d'un gallo-roman *mo/argilla « lieu en limite, bord, marge(s) » (cf. Morges, Morzine, etc.), ici au féminin pluriel. C'est un descriptif topographique « bord, rive d'un fleuve », ici le Meu) et nom de personne bien connu, notamment dans tout le Massif armoricain[29].

Cela entraîne en breton moderne une forme Morc'hell. Le nom en breton donné à la commune par l'Office public de la langue bretonne est Morzhell[27]. En gallo le nom s’écrit Mordèll (écriture MOGA)[30],[31]. Au cours du haut Moyen Âge le breton atteignait le pays de Rennes[32],[33], Mordelles se trouvant aux confins des langues[34], dans ce qu'on nommait le « (petit) Désert de Rennes » (l'une des circonscriptions historiques de la Bretagne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Des traces d'occupation humaine remontent aux époques romaines et celtiques : deux temples ont existé sur le territoire. Une voie gallo-romaine reliant Rennes à Vannes passait dans la commune ; le bourg s'est implanté sur son tracé, à l'époque mérovingienne (750 – 850 apr. J.-C.)[35]. À la porte de Rennes dite Mordelaise les ducs de Bretagne prêtaient serment de défendre l’indépendance du Duché.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La commune est historiquement agricole et commerciale (présence de moulins, de fermes, d'un pressoir à cidre). Son histoire est fortement marquée par ses nombreux châteaux et manoirs.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La mairie est construite en 1853 - 1854[35]. La population croît grâce au développement de l'agriculture. Un tramway existe de 1898 à 1948, pour le transport de marchandises (pierre, cidre)[36].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pierre Dordain, médecin, fut le chef local du réseau de résistance Confrérie Notre-Dame ; il fut arrêté le , conduit à la prison de Rennes et horriblement torturé ; cinq membres du réseau, Théodore Josse, Jean-Louis Persais, Hervé Vandernoot, Marcel Évrard et Édouard Durocher, arrêtés deux jours plus tard, furent déportés au camp de concentration de Mauthausen où ils furent exécutés[37].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Mordelles appartient à l'arrondissement de Rennes et au canton du Rheu, créé lors du redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, la commune était le chef-lieu du canton de Mordelles.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la huitième circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis par Florian Bachelier (LREM). Sous la IIIe République, elle appartenait à la deuxième circonscription de Rennes, de 1958 à 1986 à la 2e circonscription (Rennes-Sud) et de 1958 à 1986 à la 3e circonscription (Rennes-Montfort).

Sur le plan des institutions judiciaires, la commune relève du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants, du conseil de prud’hommes, du tribunal de commerce, de la cour d’appel et du tribunal administratif de Rennes et de la cour administrative d'appel de Nantes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à Rennes Métropole depuis sa création le . Mordelles faisait alors partie des 27 communes fondatrices du District urbain de l'agglomération rennaise qui a pris sa dénomination actuelle le .

Mordelles fait aussi partie du Pays de Rennes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29[38].

Conseil municipal actuel

Les 29 sièges composant le conseil municipal ont été pourvus le lors du premier tour de scrutin. Actuellement, il est réparti comme suit :

Groupe Effectif Statut
« Mordelles au centre de vos attentes » (LREM-UDI) 23 majorité
« Ensemble pour Mordelles naturellement » (PS-EÉLV) 6 opposition
Mordelles CM2020.svg

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1815 1830 Armand de Farcy[39] (1790-1850)   Directeur des Forges de Paimpont
Conseiller général d'Ille-et-Vilaine
Les données manquantes sont à compléter.
1838 1865 Julien Perret[40] (1795-1857)   Notaire
1865 janvier 1874 François Veillard[41] (1806-1874) Bonapartiste Médecin
Conseiller général de Mordelles (1867 → 1871)
janvier 1874 décembre 1919 Paul de Farcy[42] (1839-1928) Libéral Garde général des Eaux et Forêts à Fougères, propriétaire
Conseiller général de Mordelles (1877 → 1919)
Nommé maire
décembre 1919[43] mars 1965 Robert de Toulouse-Lautrec URD puis
CNIP
Propriétaire-exploitant
Conseiller général de Mordelles (1919 → 1940 puis 1945 → 1964)
Président du conseil général (1961 → 1964)
mars 1965 mars 1977 Émile Jeantil (1901-1977) app UNR Dirigeant fondateur de société
mars 1977 mars 1989 Guy David[44] (1935-2015) DVD Commerçant
Premier adjoint (1971 → 1977)
mars 1989 juin 1995 Guy Aufrère[45] (1929-2013) UDF-CDS Ingénieur France-Télécom, colonel honoraire
juin 1995 mars 2014 Bernard Poirier[46] (1950- ) PS Ingénieur agronome
1er vice-président de Rennes Métropole (2008 → 2014)
mars 2014 En cours
(au 25 mai 2020)
Thierry Le Bihan[47] (1967- ) LREM[48] Directeur de projet
Réélu pour le mandat 2020-2026[49]
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

L'association « Mordelles Échanges Solidarité Roumanie » organise des échanges entre Français et Roumains, en collaboration avec la ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[50]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[51].

En 2018, la commune comptait 7 356 habitants[Note 7], en augmentation de 2,62 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +4,83 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3542 2922 4192 6702 6872 6052 6132 6302 714
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6362 5602 5072 4062 4852 4862 5202 5372 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3402 3192 2822 1072 1492 1702 1582 1892 117
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 2682 9213 8695 1495 3625 9016 6287 2307 321
2018 - - - - - - - -
7 356--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[52] puis Insee à partir de 2006[53].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la commune de Mordelles en 1990 en pourcentage[54].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
Av. 1895
0,0 
3,3 
1896-1915
5,8 
8,9 
1916–1930
9,2 
18,7 
1931-1945
17,1 
22,4 
1946-1960
24,9 
24,2 
1961-1975
23,5 
22,6 
1976-1990
19,4 
Pyramide des âges de la commune de Mordelles en 1999 en pourcentage[54].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
Av. 1904
0,2 
4,2 
1905-1924
7,2 
12,4 
1925–1939
12,1 
20,3 
1940-1954
21,8 
21,9 
1955-1969
22,0 
21,4 
1970-1984
18,6 
19,8 
1985-1999
18,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Le tertiaire est le secteur d'activité principal des habitants, avec 70,5 % des emplois au lieu de travail[55]. La commune possède de nombreux commerces de proximité, 2 supermarchés, une poste, et différentes entreprises artisanales (plomberie, chauffage, menuiserie, peinture, etc.). La zone d'activité ou zone artisanale des Fontenelles se situe au nord-est, et le parc d'activité des Perrières au sud-est. L'entreprise Brient (charcuterie industrielle) est implantée dans la commune. En 1999, la population active était de 2 867 personnes, dont 2 670 ayant un emploi (1 424 hommes et 1 246 femmes). Le nombre de chômeurs était de 6,6 % de la population active[56]. 23,7 % des mordellais travaillent dans la commune même[57].

L'agriculture, qui est une activité importante de la Bretagne, est aussi pratiquée dans la commune, mais elle est en recul. En 1999, 58 des habitants de Mordelles étaient exploitants agricoles, soit une diminution de 51,7 % par rapport à 1990[58].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements de formation à Mordelles
Établissements publics privés
groupe scolaire • La Chesnaye (maternelle : 4 classes, 124 élèves, élémentaire : 6 classes, 150 élèves)

• Le Gretay (maternelle : 4 classes et 110 élèves, élémentaire : 7 classes et 165 élèves)

• L'Immaculée (maternelle: 5 classes et élémentaire : 9 classes)
collèges • Collège Morvan-Lebesque
• Collège Saint-Yves

La commune possède également un pôle petit enfance. La ferme du Pâtis, ancien bâti requalifié en HQE (haute qualité environnementale), accueille la crèche du CIAS, la halte garderie et deux salles de réunion communales.

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs médecins généralistes et spécialistes sont implantés dans la commune, qui comprend une résidence pour personnes âgées. Les hôpitaux se situent dans la première couronne de Rennes Métropole.

Sports[modifier | modifier le code]

Trois complexes sportifs sont implantés sur le territoire communal et on recense 22 associations sportives (football, handball, badminton, tennis de table, judo, gymnastique…).

Écologie[modifier | modifier le code]

La photographie prise au début du printemps présente un verger d'arbustes fruitiers. Un cerisier est au premier plan à droite. Des immeubles et des arbres de haut-jet sont visibles en arrière-plan. La photographie est ensoleillée, avec quelques nuages blancs.
Verger à Mordelles, 2008.

La commune possède un patrimoine écologique. Une partie du territoire est située en zone inondable, avec des peupleraies. De nombreux arbres de hauts-jets, en partie très anciens, ainsi qu'un maillage bocager important, sont préservés au sein des zones urbanisées. La commune a réalisé ou réalise plusieurs vergers conservatoires. L'ensemble des espaces verts est traité de façon écologique (gestion différenciée, plan de désherbage alternatif, pas de produits chimiques) et la récupération des eaux de pluies est généralisée sur toutes les opérations récentes.

La commune ne compte aucune ZNIEFF. Elle abrite un espace protégé par arrêté préfectoral de biotope : « Mares de la Tremblais » constitué de deux mares privées[59].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Une déchèterie est présente sur le territoire communal, ainsi que différents conteneurs à verre. La commune réalise une collecte des déchets ménagers et du tri sélectif. Une station d'épuration est implantée au sud-est du territoire, sur la zone d'activité des Perrières.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique est pratiqué à l'église de Mordelles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mordelles présente un patrimoine bâti important. Elle possède deux monuments historiques protégés et 25 édifices inventoriés selon la Base Mérimée[60].

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.

L'église Saint-Pierre a été construite de 1856 à 1861, et le clocher de 1878 à 1881. Elle est de style néo-gothique, avec un plan en croix latine. Elle a remplacé une ancienne église possédant une abside romane et quelques fenêtres du XVe siècle. Le corps de l'édifice a été érigé suivant les plans de Jacques Mellet. Le clocher est l’œuvre de ses fils, Jules et Henri Mellet[61].

Il existe également un presbytère construit entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Monuments publics et industriels[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville date de la fin du XIXe siècle[62]. Une extension Haute qualité environnementale (HQE) a été réalisée [Quand ?].

On trouve plusieurs moulins le long du Meu. D’amont en aval, ce sont le moulin de Tréjouan, le moulin du château d’Artois, le moulin de Mordelles, le moulin de Cramoux. Le moulin de Chouan se situe sur la Vaunoise et remonte au XVIIIe siècle[63].

Le moulin de Mordelles se situe au sud du bourg et date de 1656. Il est transformé en minoterie en 1818 et a arrêté ses activités en 1971[64].

La scierie Persais-Souillard date de 1947[65].

Châteaux et manoirs[modifier | modifier le code]

Le château de la Haichois.

Les manoirs suivants sont également inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel[60] :

  • Les manoirs de la Chesnaye et du Pressoir date de la fin du XIXe siècle.
  • Le manoir la Ville-Chevron a été construit entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.
  • Le manoir la Peronnais date du XVIe siècle. Il a servi de ferme et a été profondément remanié ; une des deux tours qui le constituait a été détruite en 1936.
  • Le manoir de la Saudrais daterait du XVIIIe siècle.
  • Le manoir de la Haye a été construit au XVIIIe siècle et agrandi durant les siècles suivants.

Maisons et fermes[modifier | modifier le code]

Plusieurs maisons des XVIIIe siècle et XIXe siècle sont inventoriées[60]. En particulier, les bâtiments suivants sont inscrits à l'inventaire général :

  • La ferme le Pâtis Colas date de 1822. Elle était constituée d'une écurie, d'une remise, d'un four à pain, d'une étable à vaches et d'une grange.
  • La maison le Pâtis date du XVIIIe siècle.
  • La maison de l'Abbaye date du début du XVIIIe siècle.
  • La maison de la Perruche date de la fin du XIXe siècle. Elle est constituée de communs et d'un pigeonnier.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au croissant d’or.

Ce blason était aussi celui de la famille de Mordelles[70].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté portant modification de limites territoriales entre les communes de Talensac et Le Verger au recueil des actes administratifs.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Station météofrance Rennes-Saint-Jacques - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Mordelles et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Mordelles », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Un Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) pour 43 communes, sur metropole.rennes.fr
  24. site officiel de la ville de Mordelles, section "La ville" / "Situation"
  25. a b et c fiche sur la ZAC Le Pâtis / Les rues, Pays de Rennes
  26. fiche sur la ZAC du Val de Sermon, mise à jour en janvier 2009
  27. a b c d et e « Résultats concernant « Mordelles » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le ).
  28. Erwan Vallerie, Traité de toponymie historique de la Bretagne, III, 1995, p. 327
  29. Les Noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux, Institut géographique national, nouv. éd. 2006.
  30. Bèrtran Ôbrée et Mathieu Guitton, Noms de lieudits et de personnes à Rennes (35), Chubri (lire en ligne [PDF]), p. 17.
  31. « Fiche descriptive de la ville de Mordelles », sur Geobreizh (consulté le ).
  32. « Rennes et Le Breton », sur Wiki-Rennes (consulté le ).
  33. Gwenedal Ar Barzh, « La langue bretonne en pays nantais : pour briser les idées reçues! », sur bzh-lib.forumactif, breujoù BREIZH n°2 (consulté le ).
  34. Jean-Yves Le Moing, « Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne », sur Gallica, Coop BREIZH (consulté le ).
  35. a et b Histoire de Mordelles sur le site officiel de la ville
  36. Mordelles sur le site topic-topos
  37. https://www.ouest-france.fr/bretagne/mordelles-35310/mordelles-se-souvient-de-ses-resistants-2523855
  38. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  39. Fiche généalogique d'Armand de FARCY, sur le site Geneanet (consulté le 24 octobre 2020)
  40. Fiche généalogique de Julien PERRET, sur le site Geneanet (consulté le 24 octobre 2020)
  41. Fiche généalogique de François Julien Anne VEILLARD, sur le site Geneanet (consulté le 24 octobre 2020)
  42. Fiche généalogique de Paul Marie Émile de FARCY de la VILLE du BOIS, sur le site Geneanet (consulté le 24 octobre 2020)
  43. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  44. « Guy David, ancien maire, est décédé », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  45. « Le décès du colonel Guy Aufrère », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  46. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688).
  47. « Thierry Le Bihan installé dans ses fonctions de maire », Ouest-France, 30 mars 2014.
  48. Rennes Métropole. N. Appéré salue la ténacité d’Emmanuel Couet, LREM retient l’homme de dialogue, Ouest-France, le 15 juin 2019
  49. « Municipales à Mordelles. Thierry Le Bihan est élu maire de la commune », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  50. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  51. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  52. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  53. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  54. a et b Pyramides des âges de Mordelles en 1990 et 1999 sur le site de l'INSEE
  55. Emplois au lieu de travail des habitants de Mordelles en 1999, INSEE
  56. Formes d'emploi des habitants de Mordelles en 1999, INSEE
  57. Actifs ayant un emploi à Mordelles en 1999, INSEE
  58. Catégories socio-professionnelles de Mordelles en 1999, INSEE
  59. FR3800726
  60. a b et c « Liste des notices pour la commune de La Mordelles », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. Notice no IA00007847, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. Notice no IA00007849, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  63. Notice no IA00007868, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. Notice no IA35000530, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  65. Notice no IA35000506, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  66. Notice no PA00135275, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  67. Notice no PA35000030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. Notice no PA35000057, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. Notice no PA35000058, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  70. Pol Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, Rennes, 1890, entrée « Mordelles ou Morzelles (de) », t. II, p. 300.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et Émile Guibourg, La trouvaille de monnaies gauloises de Mordelles (1893), Rennes, Impr. réunies,
    Extrait des Annales de Bretagne, 1952, volume 59, numéro 2, p. 221-233, lire en ligne.
  • Jacky Bertonneau, Mordelles et La Chapelle-Thouarault dans l'histoire : recueil de textes des érudits bretons, enrichis de statistiques et d'un plan, Laillé, , 96 p.
  • Caroline Pret, Des Français d'autrefois, culture, sensibilité et comportements dans les campagnes à travers les archives juridiciaires de Mordelles et Poligné (1681-1776), Rennes,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]