Betton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Betton
Betton
L'église Saint-Martin.
Blason de Betton
Blason
Betton
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Laurence Besserve (PS)
2020-2026
Code postal 35830
Code commune 35024
Démographie
Gentilé Bettonnais
Population
municipale
11 968 hab. (2018 en augmentation de 12,82 % par rapport à 2013en augmentation de 12,82 % par rapport à 2013)
Densité 448 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 57″ nord, 1° 38′ 38″ ouest
Altitude Min. 27 m
Max. 90 m
Superficie 26,73 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Rennes
(banlieue)
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Betton
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Betton
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Betton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Betton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Betton
Liens
Site web www.betton.fr

Betton est une commune française de Rennes Métropole située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

En 2018, avec 11 968 habitants[Note 1], elle est la 8e commune la plus peuplée d’Ille-et-Vilaine et la 30e de Bretagne[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Betton est située au centre géographique du département d’Ille-et-Vilaine, à 9 km au nord de Rennes, entourée par les axes Rennes/Saint-Malo et Rennes/Mont-Saint-Michel. Elle occupe une colline qui domine les cours de l’Ille et du canal d'Ille-et-Rance.

La carte de la commune de Betton.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Betton se situe dans les vallées de l’Ille et de ses affluents. Son point le plus bas se trouve au sud du territoire de la commune, à l’exutoire de l’Ille aux environs de 27 m. Les points les plus élevés se situent à l’est et à l’ouest, aux environs de 90 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ille à Betton.

Betton est traversée par l’Ille et le canal d'Ille-et-Rance. Les principaux affluents sont l’Illet, le ruisseau de Quincampoix et le ruisseau de la Gravelle.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 737 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945[8] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[10], à 12,1 °C pour 1981-2010[11], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[12].

Transports[modifier | modifier le code]

Photographie montrant deux voies de chemin de fer entre deux quais
La gare.

Betton est desservie par cinq lignes de bus du réseau de service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) :

  • 51 pour le secteur Marroniers, Centre-ville et le collège de Betton ;
  • 71 pour le secteur de la Rue de Rennes, le Centre-ville et le quartier de La Forge et Gentilhommière puis le ville de Chevaigné ;
  • 78 pour le Centre-ville et le nouveau quartier de la Renaudais puis Rennes (Villejean-Université) par Saint-Grégoire ;
  • 94 le week-end en remplacement des lignes 70 et 71 ;
  • 151ex. en heures de pointe (matin (aller) et soir (retour) de Rennes) pour le secteur du collège et le centre-ville de Betton.

La gare de Betton est desservie par le TER Bretagne sur la ligne Rennes - Saint-Malo.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Betton est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rennes, une agglomération intra-départementale regroupant 16 communes[16] et 357 327 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (33,6 %), terres arables (30,2 %), prairies (21,4 %), zones urbanisées (13,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,4 %), forêts (0,3 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Betton et l'ensemble de l'Ille-et-Vilaine en 2017[I 1],[I 2].

Le logement à Betton en 2017
Betton Ille-et-Vilaine
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 5 173 546 440
Part des résidences principales (en %) 94,7 86,2
Part des résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,7 6,9
Part des logements vacants (en %) 4,6 6,9
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 66,5 59,8

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Betton dispose d'un plan local d'urbanisme intercommunal approuvé par délibération du conseil métropolitain du 19 décembre 2019[23]. Il divise l'espace des 43 communes de Rennes Métropole en zones urbaines, agricoles ou naturelles.

Noms de rues[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes attestées sont : Betonis (1138) et Bettonis (1152)[24].

Betton dérive du nom de personne d'origine germanique betto [25],[26], issu de bet qui est une altération de berhaut qui signifie « renommé, célèbre » ou tient sans doute son origine du gallo-roman betudunum, qui signifie « le fort du bouleau » ou « la colline du bouleau ».

Son toponyme en gallo est Beton[27] ou Béton[28]. L'Office public de la langue bretonne a donné à la commune le nom de Lanvezhon[24],[29] ou de Bezhon[27] en breton ; Cependant le breton n'a jamais été répandu dans le pays de Rennes[réf. nécessaire][30],[31] qui se trouve en dehors de l'aire traditionnelle de diffusion de la langue bretonne[Quoi ?][32].

Le gentilé est Bettonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Trois haches de pierres polies et quelques outils en silex attestent une présence néolithique (5000 à 2000 av. J.-C.) sur le territoire. Puis le site de Betton a été occupé à l’âge du fer par les Gaulois de la tribu des Riedones dont la capitale était Rennes. Les noms d’Evran et la Gravelle sont des souvenirs de ce premier peuplement celtique, vers 600 av. J.-C.

Après la soumission de l’Armorique vers 53 av. J.-C., la première tâche des Romains fut l'amélioration du réseau routier pour faciliter leur domination ; Betton est le point de rencontre de trois voies gallo-romaines importantes. À la même époque, les domaines gallo-romains se constituent autour de ces voies : la ferme de la Ville-Rouge (emploi de briques rouges), la Mézière et Rigné. Les Romains bâtissent les postes militaires de Châtelier. Ils occupent l’actuel village de la Touche où l’on a découvert un vase renfermant des monnaies des IIe et IIIe siècles.

Après l’écroulement de l’Empire romain, les bandes germaniques s’infiltrent massivement en Gaule au Ve siècle et arrivent dans la région. Les Francs colonisent en partie Betton, laissant au pays le nom d’un de leurs chefs : Betto. Ils y créent des établissements ruraux fortifiés : la Grande Cour, la cour Neuve, la cour du Maine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Betton est christianisé très tôt, vers 470, évangélisée par des missionnaires gallo-romains qui y bâtissent un très ancien monastère : monasterium Betonis. De ce monastère, l’école privée actuelle possède encore d’importants vestiges. Et le grand tableau d’Istres Contencin qui orne aujourd’hui le pourtour du chœur de l’église à droite et en arrière du maître-autel, relate ces souvenirs de l’origine bénédictine. On y voit saint Melaine, évêque de Rennes (505-530), venant visiter le monastère, bénissant une procession de moines qui vient à sa rencontre. Les moines jouissaient dans cette paroisse d’assez beaux revenus, mais malgré cela leur église tomba en ruines et aux XVe et XVIe siècles l’église paroissiale remplaça l’église priorale. Dans l’ancienne église, le seigneur de Betton faisait dire une messe chaque dimanche et abandonnait pour ce faire un droit de dîme : le « trait du luminaire ». La première église fut incendiée en 1590 pendant les guerres de la Ligue ; le culte en fut transféré dans la chapelle du prieuré de l’abbaye de Saint-Melaine, à quelques mètres au nord de l’église actuelle. Sur la maîtresse-vitre (XVe siècle) figurait la légende de saint Martin ; elle a été vendue en 1879 au musée de Cluny. Les soufflets supérieurs de ce vitrail sont actuellement exposés au musée de Bretagne. L’ensemble des vitraux restants ainsi que les fonts baptismaux doubles, sculptés et portant les armoiries de saint Gilles, sont au musée de Cluny à Paris.

Puis Betton traverse les épidémies du XVIIIe siècle.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[33]. La fondation de la Ire République est aussi fêtée tous les ans.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'ancienne école de garçons.

Il faut attendre le creusement du canal d'Ille-et-Rance en 1832 et l’arrivée du chemin de fer en 1864 pour noter quelques changements dans le rythme rural. À partir des années 1970, soumise à un développement urbanistique pavillonnaire, Betton voit sa population s’accroître très rapidement. À partir de 1990, la commune devient chef-lieu de canton.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Betton

Blasonnement :

D'or à la croix potencée alésée de sable, cantonnée de quatre mouchetures d'hermine du même.


Signification du logotype[modifier | modifier le code]

Logotype de la Ville de Betton

Logotype de la Ville de Betton :

On y voit le Canal d'Ille-et-Rance encadré par les deux T de Betton.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Betton appartient à l'arrondissement de Rennes et au canton de Betton, dont elle est le chef-lieu depuis sa création en 1991. Le redécoupage cantonal de 2014 en a modifié sa composition, les communes de Cesson-Sévigné et de Chevaigné étant désormais rattachées au canton remanié.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la deuxième circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis par Laurence Maillart-Méhaignerie (MoDem). Sous la IIIe République, elle appartenait à la première circonscription de Rennes et de 1958 à 1986 à la 1re circonscription d'Ille-et-Vilaine (Rennes-Nord).

Sur le plan des institutions judiciaires, la commune relève du tribunal judicaire, du tribunal pour enfants, du conseil de prud’hommes, du tribunal de commerce, de la cour d’appel et du tribunal administratif de Rennes et de la cour administrative d'appel de Nantes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à Rennes Métropole depuis sa création le . Betton faisait alors partie des 27 communes fondatrices du District urbain de l'agglomération rennaise qui a pris sa dénomination actuelle le .

Betton fait aussi partie du Pays de Rennes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 33[34].

Conseil municipal actuel

Les 33 sièges composant le conseil municipal ont été pourvus le lors du premier tour de scrutin. Actuellement, il est réparti comme suit :

Groupe Effectif Statut
« Betton ensemble » (PS-EÉLV-LREM) 28 majorité
« Betton responsable et solidaire » (diss.EÉLV-diss.PS-FI) 5 opposition
Betton CM2020.svg

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
ca. 1903 ? M. Bruezière    
décembre 1919[35] ? M. Auffray    
? mai 1935 Francis Priour    
mai 1935 ? Louis Chauvel   Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
ca. 1970 mars 1971 Henri Pitois   Médecin généraliste
mars 1971 mars 1983 Jean-François Tourtelier SE puis
MRG[36],[37]
Médecin biologiste, maire honoraire
mars 1983 juin 1995 Jean-Claude Heslot DVD Directeur programme logement social, maire honoraire
juin 1995 28 mai 2020 Michel Gautier PS Conseiller technique
Conseiller général puis départemental de Betton (2002 → 2021)
9e vice-président de Rennes Métropole (2014 → 2020)
28 mai 2020 En cours Laurence Besserve[38] PS Agricultrice
2e vice-présidente de Rennes Métropole (2020 → )
Les données manquantes sont à compléter.

En mai 2020, Laurence Besserve devient la première femme maire de la commune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 262 3,42
Marine Le Pen (FN) 571 7,46 829 12,27
Emmanuel Macron (EM) 2 863 37,41 5 926 87,73
Benoît Hamon (PS) 927 12,11
Nathalie Arthaud (LO) 34 0,44
Philippe Poutou (NPA) 69 0,90
Jacques Cheminade (SP) 14 0,18
Jean Lassalle (Résistons !) 48 0,63
Jean-Luc Mélenchon (FI) 1 650 21,56
François Asselineau (UPR) 42 0,55
François Fillon (LR) 1 174 15,34
Inscrits 8 839 100,00 8 835 100,00
Abstentions 1 060 11,99 1 401 15,86
Votants 7 779 88,01 7 434 84,14
Blancs 102 1,31 525 7,06
Nuls 23 0,30 154 2,07
Exprimés 7 654 98,39 6 755 90,87

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Élections cantonales et départementales[modifier | modifier le code]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

L'association Comité de jumelage de Betton anime les relations amicales entre la commune et ses villes jumelles, et construit ainsi le développement des relations d'amitiés européennes[40].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[41],[Note 7]

En 2018, la commune comptait 11 968 habitants[Note 8], en augmentation de 12,82 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +4,83 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8041 9961 9552 0082 0211 8601 8001 9362 012
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0222 0082 0372 0382 1452 1062 1232 1842 161
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1112 0681 9231 8101 8001 7721 7081 8301 907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 0482 4754 8705 9077 0138 5479 10310 08511 222
2018 - - - - - - - -
11 968--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[42] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • La commune de Betton compte 4 533 actifs, pour un taux de chômage de 5,4 %.
  • Tous les dimanches matins a lieu le marché qui compte plus de 110 étals de fruits et légumes, charcuterie, fromagerie, fleurs, vêtements…
  • La commune de Betton bénéficie d’une vie associative notable : associations sportives, cinéma associatif, école de musique, comité de jumelage…

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La médiathèque « Théodore Monod » à Betton (Août 2021)

On ne trouve aucun monument historique protégé à Betton. Il y a cependant de nombreux bâtiments inventoriés : 195 selon la base Mérimée[44] et 319 selon la base Glad[45].

L’église Saint-Martin, de style néo-roman, a été construite entre 1869 et 1874. En 1927, le clocher a été surélevé par Charles Coüasnon[46],[47].

La médiathèque Théodore Monod, inaugurée en septembre 2008, fait partie des trente-quatre bâtiments nominés des Totems, Grand prix National de la construction bois publique et collective.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La ville de Betton bénéficie de quatre groupes scolaires (maternelle/primaire) implantés sur la commune. Il y a trois écoles publiques et une école privée. La ville comporte un collège : Le collège François Truffaut. L'absence de lycée sur la commune implique de se rendre à Rennes pour les élèves. Le lycée Jean-Macé, à Rennes, est le lycée de secteur de la commune. Toutefois, il est à noter qu'un lycée privé se trouve à proximité immédiate de Betton. Il s'agit du lycée Jean-Paul II à Saint-Grégoire.

Incendie du collège François Truffaut[modifier | modifier le code]

En 2008, le collège François Truffaut fait l'objet d'un incendie volontaire[48]. Deux jeunes adolescents sont à l'origine de l'infraction. Ils reconnaîtront les faits. Ces derniers étaient d'anciens élèves du collège. Ce sont leur ADN, relevé sur plusieurs des quatre départs de feu, qui a permis de les confondre[49]. Une importante partie du collège est brûlée. Les élèves sont affectés temporairement dans d'autres établissements. Cet événement reste dans les mémoires puisqu'il a profondément marqué les Bettonnais, la ville étant réputée pour sa tranquillité. Les collégiens ont été nombreux à témoigner du choc psychologique occasionné en constatant leur établissement en feu. Les travaux de rénovation prendront plusieurs années.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'Illet : détail, à proximité du plan d'eau.
Le plan d'eau et l'exposition de Guy Lorgeret en août 2013.

Il n’y a aucune zone naturelle protégée sur la commune de Betton[50].

Le canal d'Ille-et-Rance est une des curiosités de la commune. Long de 85 km, il relie Rennes à Dinan et Saint-Malo. Commencée en 1804, la construction du canal s’est achevée en 1834. En 1838, 1 800 péniches l’utilisaient. Aujourd’hui, Betton reste une halte pour les bateaux de plaisance et les chemins de halage bordés d’écluses offrent des opportunités de promenade.

La commune est également traversée par l'Illet, cours d'eau peu profond qui se jette dans l'Ille.

Un plan d'eau a été aménagé sur la commune en 1994. Situé entre l'Ille et le canal, c'est un lieu de promenade dominicale où sont également organisées régulièrement des expositions et chaque année, au mois de septembre, le Triathlon de Betton.

Betton a été promue « Ville fleurie » avec trois fleurs[51].

L'association "Révéler et Partager le Patrimoine Bettonnais" est créée en décembre 2020[52]. Elle vise à promouvoir la défense et la protection du patrimoine de la ville.

Manifestations et festivités[modifier | modifier le code]

La manifestation de course à pied Tout Betton court se déroule au mois de janvier.

Betton accueille également un triathlon chaque deuxième week-end de septembre (finale du championnat de France des clubs de division 2 et 3).

Le carnaval et le dimanche artistique ont lieu en juin, en alternance une année sur deux.

Une fois par an, courant novembre, Betton organise le salon du jouet.

Tous les deux ans, à la fin du mois de juin, se déroule le festival Bazar le jour, Biz'art la nuit[53]. Il s'agit d'un festival artistique, se déroulant au bord du plan d'eau. Des concerts, spectacles, activités sportives et d'autres animations diverses sont au programme.

Depuis 2010, l'association Court en Betton organise un festival du court métrage. Ce festival présente la réalisation de film d'amateurs et de professionnels[54].

Betton accueille ponctuellement des nombreux autres événements : raid aventure, braderie jeunesse, expositions, journée des associations, concerts de l’Ostival, fest-noz…

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Portrait photographie d'Alan Stivell tenant un micro
Alan Stivell à Gourin en 2010.
  • Léontine Dolivet (1888-1974), née et morte à Betton, laïque chrétienne, catéchiste, dont la cause en béatification est ouverte depuis 2017.
  • Simone Morand (1914-2001), ancienne directrice de l'écomusée de Montfort-sur-Meu qui a œuvré pour la sauvegarde de la culture gallèse (chansons, danses, costumes…).
  • Alan Stivell (né en 1944), auteur-compositeur-interprète et musicien breton d’expression celtique, habite à Betton.
  • Lætitia Blot (née en 1983), membre de l'équipe de France de judo, de lutte et de sambo, originaire de Betton.
  • Vincent Lecrubier (né en 1986), kayakiste, membre de l'équipe de France de canoë kayak de course en ligne depuis 2003, ayant participé aux Jeux olympiques de Pékin en 2008.
  • Maurice Trogoff (1934-2000), journaliste et écrivain, fondateur du Festival de l'Ille et du Comité de jumelage entre Betton et Moretonhampstead a vécu 40 ans à Betton.
  • Thom Gicquel (né en 1999), joueur de badminton français. Il passe son enfance à Betton et fait ses débuts au club sportif de la commune.[55]
  • Lucien Rose (1916-2004), résistant, député de Savoie et maire-adjoint de Rennes

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Populations 2021 : quel est le rang de votre commune dans le top/flop breton ? », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Station météofrance Rennes-Saint-Jacques - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Betton et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Rennes », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Un Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) pour 43 communes, sur metropole.rennes.fr
  24. a et b « Résultats concernant « Betton » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le ).
  25. Albert Dauzat et Charles Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France. Librairie Guénégaud. Paris. 1963. 2e édition.
  26. Éditions Flohic, Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine, 2000.
  27. a et b « Fiche descriptive de la ville de Betton », sur Geobreizh (consulté le ).
  28. Page consacrée à Betton sur marikavel.fr.
  29. Association Diwan sur diwanbreizh.org
  30. « Rennes et Le Breton », sur Wiki-Rennes (consulté le ).
  31. Gwenedal Ar Barzh, « La langue bretonne en pays nantais : pour briser les idées reçues! », sur bzh-lib.forumactif, breujoù BREIZH n°2 (consulté le ).
  32. Jean-Yves Le Moing, « Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne », sur Gallica, Coop BREIZH (consulté le ).
  33. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399.
  34. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  35. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  36. « Le maire de Betton, M. Tourtelier s'en va, à 47 ans, de son plein gré », Ouest-France,‎
    « Tête de liste sans « engagement politique » aux municipales de 1977, il menait son équipe au succès avec 54 % des voix, soit treize sièges sur 23. Fallait-il voir dans sa décision d'accorder trois des six postes d'adjoint à la liste concurrente de gauche, le début d'un cheminement qui allait le conduire à adhérer au M.R.G. en 1981 ».
  37. « Paysage politique : 352 maires, 5 726 conseillers municipaux en Ille-et-Vilaine », Ouest-France,‎
    « Le M.R.G. n'a pas réussi à compenser le départ de Jean-François Tourtelier à Betton. ».
  38. Ouest-France, « Betton. Laurence Besserve devient maire de la commune », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  39. Ministère de l'Intérieur - Ille-et-Vilaine (Bretagne), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Betton » (consulté le ).
  40. Comité de Jumelage de Betton
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  44. « Liste des notices pour la commune de Betton », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. Présentation de la commune de Betton, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne..
  46. « prieuré Saint-Martin », notice no IA35013639, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. Église paroissiale Saint-Martin, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne..
  48. « Un violent incendie ravage le collège de Betton », sur rennes.maville.com (consulté le ).
  49. « Incendie du collège de Betton. La piste de l'acte gratuit », sur Le Telegramme, (consulté le ).
  50. Fiche sur Betton sur le site de l’INPN.
  51. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  52. « Résultats de recherche | Associations | journal-officiel.gouv.fr », sur www.journal-officiel.gouv.fr (consulté le ).
  53. « Bazar le jour, Biz'art la nuit », sur Bazar le jour, Biz'art la nuit (consulté le ).
  54. Festival du film de l'ouest
  55. Lucas Noyon, « Thom Gicquel, du Club sportif de Betton aux Jeux Olympiques », sur ouest-france.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Seigneurie de Betton - Concerne Betton, L'Hermitage, Moigné, l’abbaye de Saint-Sulpice (3 cotes), forêts de Rennes & Liffré & Saint-Aubin du Cormier, 17 J 111 à 17 J 192 Fonds de la Magnane, (17 J), Archives I&V.
  • Jessy Gandon, Réception et refus de la Révolution dans les campagnes : l’exemple de Betton, Rennes, 2002, (Archives d’I&V - Mémoire 2 J 825).