Corps-Nuds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Corps-Nuds
Corps-Nuds
L’église de Corps-Nuds
Blason de Corps-Nuds
Blason
Corps-Nuds
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Alain Prigent (MoDem)
2020-2026
Code postal 35150
Code commune 35088
Démographie
Gentilé Cornusien
Population
municipale
3 434 hab. (2019 en augmentation de 8,12 % par rapport à 2013en augmentation de 8,12 % par rapport à 2013)
Densité 152 hab./km2
Population
agglomération
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 41″ nord, 1° 35′ 11″ ouest
Altitude 75 m
Min. 34 m
Max. 90 m
Superficie 22,56 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Corps-Nuds
(ville isolée)
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Janzé
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Corps-Nuds
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Corps-Nuds
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corps-Nuds
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corps-Nuds
Liens
Site web ville-de-corps-nuds.fr

Corps-Nuds [kɔʁ ny] est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, membre de Rennes Métropole. Ses habitants, qui étaient 3 176 en 2013, sont appelés les Cornusiens et les Cornusiennes.

Son église est classée monument historique.

La commune est membre de l'Association des communes de France aux noms burlesques et chantants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Corps-Nuds est située à 18 kilomètres au sud de Rennes, sur l'axe Rennes-Angers (D163).

La ville de Corps-Nuds appartient à l'arrondissement de Rennes et au canton de Janzé. Le nombre de résidences secondaires à Corps-Nuds était de 46 en 2006. Le code Insee de la ville de Corps-Nuds est 35088. Le code postal est le 35150. Quelques informations sur Corps-Nuds, l'altitude est de 76 mètres environ. La superficie de Corps-Nuds est de 22,56 km2. La densité de population de Corps-Nuds est de 144 habitants par km2. La latitude de Corps-Nuds est de 47.978 degrés et sa longitude est de -1.586 degrés.

Les villes et villages proches de Corps-Nuds sont : Chanteloup à 2,35 km, Bourgbarré à 2,99 km, Saint-Armel à 3,74 km, Brie à 4,73 km, Le Petit-Fougeray à 5,73 km.

Communes limitrophes de Corps-Nuds
Saint-Armel Nouvoitou
Bourgbarré Corps-Nuds Amanlis / Janzé
Chanteloup Brie
Carte de la commune de Corps-Nuds.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Corps-Nuds est traversée par l’Ise, affluent de la Seiche (elle-même affluent de la Vilaine). L’Ise coule du sud vers le nord et passe à l’ouest du bourg de Corps-Nuds.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Corps-Nuds.

La commune est desservie par le TER sur la ligne de Rennes à Châteaubriant en gare de Corps-Nuds

Elle est aussi desservie par le Service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) de Rennes Métropole via les lignes 73 (62 les vendredis et samedis soir et les dimanches et fêtes) et 173ex.

La route via la D163 depuis Rennes ou la D41 depuis Angers.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 734 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945[7] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[9], à 12,1 °C pour 1981-2010[10], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Corps-Nuds est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Corps-Nuds, une unité urbaine monocommunale[15] de 3 296 habitants en 2017, constituant une ville isolée[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (55,5 %), zones agricoles hétérogènes (30,3 %), zones urbanisées (5,4 %), prairies (5,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,4 %), forêts (0,8 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Corps-Nuds et l'ensemble de l'Ille-et-Vilaine en 2017[I 1],[I 2].

Le logement à Corps-Nuds en 2017
Corps-Nuds Ille-et-Vilaine
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 1 366 546 440
Part des résidences principales (en %) 93,3 86,2
Part des résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,2 6,9
Part des logements vacants (en %) 5,4 6,9
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 73,6 59,8

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Corps-Nuds dispose d'un plan local d'urbanisme intercommunal approuvé par délibération du conseil métropolitain du 19 décembre 2019[22]. Il divise l'espace des 43 communes de Rennes Métropole en zones urbaines, agricoles ou naturelles.

Noms de rues[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes attestés de la paroisse puis de la commune sont : Vicus Cornutius (VIe siècle, Grégoire de Tours), Cornuto en 1093, Cornut en 1240, Cornus (1330), Corsnuz (1426), Cornnuz (XVe siècle), Corporibus nudis (1516), Cornuz en 1550, Cornu les trois Marie (registres paroissiaux 1675-1684), Corponus les Trois Maris (1731), Corpsnuds, Corpnud, Corps nuds (XVIIe-XVIIIe siècle)[23].

D'origine gauloise, le vicus (le village) est appelé cornutius, qui vient du gaulois carnon (la corne).

D'après les recherches du chanoine Guillotin de Corson, l'orthographe actuelle du nom de la commune viendrait de certains scribes du Moyen Âge qui, croyant faire preuve de science et d'esprit, auraient alors remplacé Cornut par Corps-Nuds.

En fait, le nom de la localité appelée par le passé Cornut-les-Trois-Marie ou Corps-Nuds-les-Trois-Marie en raison de la chapelle des Trois-Marie qui se trouvait probablement dans l'église initiale consacrée à saint Pierre (Sanctus Petrus de Corporibus Nudis vel tres Mariae) provient du culte des Trois Marie issu de la Légende dorée développé en Bretagne par Pierre de Nantes, qui fut évêque de Rennes[24].

La forme bretonne correcte proposée par l'Office public de la langue bretonne est Kornuz[23] ; Kornuz est la graphie bretonne du nom bien attesté[pas clair].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse date d’avant le VIe siècle ; en 575, la bourgade de Cornut (Nicus Cornicus en latin)[pas clair] est mentionnée dans des manuscrits.

En 579, le comte de Vannes, Waroch, ravage le pays de Rennes appartenant aux Francs, et s'avance jusqu'à Cornutium.

Le territoire de la commune est occupé depuis longtemps, comme le prouvent les manuscrits précités, et :

  • des tombeaux anciens. Ces tombeaux en calcaire coquillier faits de pierres calcaires, avec un mastic où l'on apercevait des coquilles de mer étaient creusés en forme d'auge.
  • des anciennes pièces de monnaie : des blancs et des oboles, qui avaient cours aux Xe et XIe siècles.
  • la bulle du pape Calixte III, écrite au chapitre de Rennes le 12 avril 1455, sur laquelle il est fait mention de Corps-Nuds (Corporibus Nudis) comme d'une paroisse établie depuis très longtemps déjà, la citant comme l'une des 16 plus anciennes paroisses du diocèse.

L'époque féodale est marquée dans le bourg de Corps-Nuds par la présence d'un château qui tombe en ruine au XVIe siècle. Le bâtiment central est finalement reconstruit en 1632. Au XVIIe siècle, Corps-Nuds est quelquefois appelé Cornut-les-Trois-Marie ou Corps-Nuds-les-Trois-Marie, à cause de la chapelle des Trois-Maries qui semble avoir été le premier établissement religieux de la localité : sur les registres paroissiaux de la fin du XVIIe siècle l'église est consacrée à saint Pierre de Cornu les trois Marie. De 1790 à 1795, Corps-Nuds devient un chef-lieu de canton qui regroupe Bourgbarré, Orgères, Saint-Erblon et Saint-Armel.

Corps-Nuds connut un développement important à la veille de la Révolution. La commune relevait alors du roi et avait une juridiction considérable, avec deux hautes et une basse justices. Un marché très fréquenté s'y tenait tous les mardis, durant l'année, bénéficiant du trafic de la route de Rennes à Châteaubriant.

La population de la commune était parait-il favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire était celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[25].

Puis la paroisse devint chef-lieu de canton en jouissant des administrations liées : justice de paix, gendarmerie et huissier de justice. Les paroisses qui en dépendaient étaient Saint-Armel, Bourgbarré, Orgères, Saint-Erblon et Brie.

Par la suite le canton fut supprimé et transporté à Janzé (voir canton de Janzé).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Corps-Nuds appartient à l'arrondissement de Rennes et au canton de Janzé depuis sa création en 1801.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la cinquième circonscription d'Ille-et-Vilaine, représentée depuis par Christine Cloarec-Le Nabour (LREM). Sous la IIIe République, elle appartenait à la deuxième circonscription de Rennes et de 1958 à 1986 à la 3e circonscription (Vitré).

Sur le plan des institutions judiciaires, la commune relève du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants, du conseil de prud’hommes, du tribunal de commerce, de la cour d’appel et du tribunal administratif de Rennes et de la cour administrative d'appel de Nantes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dès 1992, la commune avait formulé une demande d'adhésion au district de Rennes. À la suite d'une délibération du conseil municipal en date du demandant l'intégration à Rennes Métropole, plus des deux tiers des conseils municipaux du district se sont prononcés en faveur de celle-ci et Corps-Nuds fait officiellement son entrée dans l'intercommunalité le . Avant cette date, elle était membre de la communauté de communes du Pays de la Roche aux Fées.

Corps-Nuds fait aussi partie du Pays de Rennes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Corps-Nuds
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1919[26] ? Alfred Caillet ... Notaire
Les données manquantes sont à compléter.
? ? François Quélain ... ...
Georges Gréard[27]
(1919-2002)
RI Retraité de la DDE, ancien charpentier
Maire honoraire (1989)
[28]
(démission)
Juliette Jamier-Soulabaille PS Directrice régionale de l'AFPA Bretagne
Maire honoraire (2007)
[29] Philippe Dufeu PS Directeur de service d'action sociale, ancien premier adjoint
En cours
(au 25 mai 2020)
Alain Prigent[30] MoDem Fonctionnaire
Réélu en 2014 et 2020
Les données manquantes sont à compléter.

La commune de Corps-Nuds possède un journal municipal intitulé Vivre à Corps-Nuds, on y trouve des informations sur la vie municipale de la commune, sur les manifestations organisées ainsi que des informations sur la vie associative de la commune. Les habitants reçoivent ce journal dans leur boîte aux lettres tous les deux mois.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Villes jumelées avec Corps-NudsVoir et modifier les données sur Wikidata
Villes jumelées avec Corps-NudsVoir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Kildare[31],[32]Flag of Ireland.svgIrlandedepuis le
Sibiel[33],[34]Flag of Romania.svgRoumaniedepuis le

Dans le cadre du jumelage avec Kldare sont organisés des voyages, échanges divers, édition du bulletin le Corps-news (3 fois par an) et différentes animations (Saint Patrick, rencontres, conférences, soirées, dîners...).

L'association du jumelage avec Sibiel a pour objectif de favoriser les échanges et les partenariats dans les domaines culturels, sportifs, touristiques avec la ville de Sibiel en Roumanie.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[36].

En 2019, la commune comptait 3 434 habitants[Note 7], en augmentation de 8,12 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +5,84 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0582 0382 0452 1752 3702 3422 1962 1772 258
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1722 1742 1201 9841 9481 9551 8711 9181 880
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8861 8481 8061 6111 6291 6001 5611 5231 481
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 4121 4091 5151 6922 1542 4582 8192 8703 094
2017 2019 - - - - - - -
3 2963 434-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • Pyramide des âges[Quand ?] : 0;19 ans (29,6 %) / 20;39 ans (29,1 %) / 40;59 ans (24,4 %) / 60;74 ans (10,9 %) / Plus de 75 ans (6 %)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments historiques :

L'église Saint-Maximilien-Kolbe[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maximilien-Kolbe

L'église Saint-Maximilien-Kolbe a été construite par l'architecte Arthur Regnault. L'église est d'architecture romano-byzantine, les murs sont en moellons de schiste calcaire. L'édifice a récemment changé de saint patron, le martyr franciscain et polonais Maximilien Kolbe s'étant substitué le 16 octobre 2011 à l'apôtre Pierre.

Château du Châtellier[modifier | modifier le code]

Le château du Châtellier a été saccagé pendant les guerres de la Ligue, il a ensuite été reconstruit en 1632 par Charles Ier du Châtellier. Puis été restauré au niveau des boiseries vers 1750 et réaménagé au XIXe siècle). Seuls deux plafonds et l'escalier ont conservé leur décor peint au XVIIe siècle. Le château est construit sur une terrasse entourée de larges douves maçonnées. La terrasse est flanquée de quatre tours (code mushway) d'angle à mâchicoulis servant de chapelle, colombier, cabinet d'archives et logement de domestiques. Aujourd'hui, le château du Châtellier appartient à un propriétaire privé. Les cinq fresques de la mythologie grecque sur cheminée du XVIIe siècle, furent dégagées, déposées, consolidées et après traitement sanitaires restaurées en 1999. Logo monument historique Inscrit MH (1993) et certaines parties classées Logo monument historique Classé MH (1996)

Le centre bourg[modifier | modifier le code]

Le centre bourg de Corps-Nuds est composé de l'église ainsi que son parvis, entouré de maisons, sur ce parvis de l'église, il y a des animations, tous les dimanches le marché dominicale, au mois de décembre ; le passage du père Noël ainsi que des manifestations diverses.

Le centre bourg de Corps-Nuds est composé de l'église, puis de commerces et d'appartements situés tout autour de cette église. On peut trouver de nombreux services et commerces dans le bourg de Corps-Nuds.

Corps-Nuds et ses alentours[modifier | modifier le code]

Bâtiment de la gare de Corps-Nuds.

Avec plus de 3 256 habitants, Corps-Nuds possède un patrimoine historique varié (châteaux, manoirs…). Son église à l'architecture néo-byzantine en est un exemple, témoin d'un riche passé.

La commune se situe en bordure du Pays de la Roche aux Fées, Corps-Nuds bénéficie d'un site touristique d'exception : vallée boisée de l'Yze, circuits d'équitation et de VTT, architecture originale de l'église, dolmen (près du village d'Essé), etc.

  • La gare de Corps-Nuds est située sur la ligne Rennes - Châteaubriant.
  • Les chemins pédestres du Choisel permettent de faire du VTT ou des promenades.
  • Deux écuries se situent aux alentours de Corps-Nuds, les écuries du Launay, puis le centre équestre de la Vayrie.
  • Le moulin des Boisselières.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Kauffmann (1944-), journaliste, qui y passa son enfance et son adolescence.
  • Jacques Joseph Guillaume François Pierre Corbière (né aux Balluaux en Corps-nuds, le 22 mai 1766, décédé rue de Corbin à Rennes, le 12 janvier 1853, inhumé à Amanlis). Avocat, ministre de l'Intérieur de 1821 à 1828, sous la seconde Restauration. Comte en 1822, pair de France en 1828.
  • Firmin Guichard C.S.Sp. (1884-1937), missionnaire et vicaire apostolique de Brazzaville au Congo, né à Corps-Nuds[41]
  • Suzanne Pagé, directrice artistique de la Fondation Louis Vuitton, née dans la commune.
  • Yves Mabin Chennevière (1942-2020), écrivain et diplomate, né dans la commune.

Rassemblement des communes aux noms burlesques et chantants[modifier | modifier le code]

L'Association des communes de France aux noms burlesques et chantants est une association créée en 2003 pour regrouper des communes françaises ayant des particularités toponymiques, afin de valoriser leur image et de créer des échanges.

Le 2 et le 3 juillet 2011, la commune accueille le rassemblement des communes aux Noms Burlesques.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason ville fr Corps-Nuds (Ille-et-Vilaine).svg

La commune porte
"De gueules à un dextrochère armé d'argent, mouvant de senestre, tenant un coq d'or, au chef d'argent chargé de 3 roses d'azur boutonnées d'or""
Adopté CM du 13 juin 2005


Blason ville fr Corps-Nuds (35) 3 maries.svg

La commune s'est longtemps vu attribuer un blason à trois bustes de femme nues, issu d'un blason présentant des similitudes présent dans un château de la commune, mais aux bustes décapités. L'armorial de "Vaumeloisel" indique pour Corps-Nuds J’ay veu dans un vieil armorial : De sable à 3 corps nuds d’argent, sans testes, pieds ny mains, posés en pal.


Galeries[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Rennes-Saint-Jacques - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Corps-Nuds et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Corps-Nuds », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Un Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) pour 43 communes, sur metropole.rennes.fr
  23. a et b « Résultats concernant « Corps-Nuds » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le ).
  24. Claudia Rabel, Des histoires de famille : la dévotion aux trois Maries en France du XIVe au XVe siècle : textes et images, Revista de historia da arte, 7, 2009, p. 121-136 − nous a glissé, p. 123-124, consultable http://blog.pecia.fr/
  25. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399.
  26. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  27. « Un livre sur l’ancien maire Georges Gréard », Le Journal de Vitré,‎ (lire en ligne).
  28. « Le maire de Corps-Nuds laisse son fauteuil », Ouest-France,‎ .
  29. « Philippe Dufeu élu maire de Corps-Nuds », Ouest-France,‎ .
  30. « Ils ont été élus maires hier soir », Ouest-France (éd. Rennes), no 19320,‎ 22-23 mars 2008, p. 7 (ISSN 0999-2138).
  31. « https://ville-de-corps-nuds.fr/commune/jumelages/kildare/ »
  32. « https://ville-de-corps-nuds.fr/anniversaire-de-jumelage/ »
  33. « https://ville-de-corps-nuds.fr/commune/jumelages/sibiel/ »
  34. « https://www.ouest-france.fr/bretagne/corps-nuds-35150/corps-nuds-et-sibiel-ont-renouvele-leur-serment-de-jumelage-4175635 »,
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  39. Notice no PA00125343, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. Notice no PA35000010, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. Ouest-France, article du 13 novembre 2016

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Desmots, Corps-Nuds au temps de Corbière de 1756 à 1853, mémoire DEA, Rennes, 1992, (Archives d'I&V - 2 J 610).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]