Baromètre des villes marchables

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

À l'image du baromètre des villes cyclables, la Fédération française de la randonnée pédestre et un collectif associatif (composé de Rue de l'avenir et de 60 millions de piétons) ont lancé fin 2020 un baromètre des villes marchables. Avec une enquête en ligne renseignée par 68 000 usagers, un classement de la "marchabilité" des villes a été présenté en [1].

Objectifs[modifier | modifier le code]

À l'aide d'un questionnaire conçu avec l'appui du CEREMA, l'objectif était d'évaluer la marchabilité des villes de France à partir de l'avis des piétons et des marcheurs, sur la base de cinq indicateurs[2] :

  • Les pratiques des Français et leur ressenti global sur le quotidien de la marche,
  • La sécurité des déplacements à pied,
  • Le confort des déplacements à pied,
  • L’importance donnée aux déplacements à pied par les communes,
  • Les aménagements et services spécifiques pour les marcheurs.

Méthode[modifier | modifier le code]

Du au , il a été proposé aux internautes de remplir une enquête en ligne pour recueillir leur ressenti sur la marchabilité de leur commune et de donner leur avis sur la manière d'améliorer le sort des piétons dans les espaces urbanisés[3]. 68 510 personnes ont répondu au questionnaire[4].

Résultats[modifier | modifier le code]

Les enseignements de cette enquête sont[5] :

Top 10 des villes marchables[modifier | modifier le code]

Selon l'enquête, les villes les plus marchables sont :

Top 5 des grandes villes[modifier | modifier le code]

Les 5 grandes villes les plus marchables sont :

Le classement par taille de ville[modifier | modifier le code]

Les villes les moins marchables[modifier | modifier le code]

Aubervilliers, Marseille, Alfortville, Asnières-sur-Seine, Ajaccio, Noisy-le-Sec, Carcassonne, Les Pennes-Mirabeau, Deuil-la-Barre, La Seyne-sur-Mer, Mont-de-Marsan, Béthune, Vitry-sur-Seine, Castelnau-le-Lez.

Les critères pour améliorer l’usage de la marche en ville[modifier | modifier le code]

Les cinq améliorations sont[6] :

  • Des trottoirs plus larges, bien entretenus, sécurisés et sans obstacles (poteaux, poubelles, panneaux, terrasses, étalages...)
  • Réserver les trottoirs aux déplacements à pied
  • Verbaliser davantage le stationnement des véhicules motorisés sur les passages piétons et les trottoirs
  • Modérer la vitesse des véhicules automobiles sur les lieux fréquentés par les piétons
  • Constituer un réseau complet de cheminement piétons dans la ville, traiter les points noirs et les coupures urbaines

Les principales critiques des piétons[modifier | modifier le code]

Les critiques portent sur :

  • Le manque d’intérêt porté par la collectivité aux piétons
    • seulement 25% pensent que ces dernières années la situation des piétons s’est améliorée
    • 71% attendent des actions de promotion de la marche à pied
  • Le manque de confort des déplacements à pied
    • 69% se plaignent des empiètements (terrasses, étalages...) sur les espaces réservés aux piétons d’obstacle (poubelles, poteaux...)
    • 67% se plaignent du stationnement des véhicules motorisés sur les cheminements piétons
    • 70% souhaitent des aménagements qui améliorent le confort des piétons (toilettes, bancs de repos, lieux de sociabilité, distributeurs d’eau potable...)
  • Trop de conflits d’usage
    • 60% pensent que la circulation des véhicules motorisés est gênante
    • 52% se plaignent du manque de respect des piétons par les conducteurs d’engins motorisés
    • 54% pensent que les aménagements cyclables constituent un facteur d’insécurité
  • Focus sécurité
    • 63% pensent que pour les enfants, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite se déplacer à pied est dangereux
    • 60% pensent que pour les enfants aller à l’école à pied est dangereux
    • 61% pensent qu’il est difficile de rejoindre à pied les communes voisines en sécurité
  • Focus personnes à mobilité réduite
    • 77% des personnes à mobilité réduite trouvent les trottoirs inadaptés
    • 83% des personnes à mobilité réduite trouvent les trottoirs encombrés
    • 65% des personnes à mobilité réduite trouvent que les conflits avec les autres mobilités actives sont fréquents

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]