Mathurin Méheut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méheut.

Mathurin Méheut, né le à Lamballe et mort le à Paris[1], est un peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Mathurin Méheut naît dans une famille d'artisans. En 1896, il entre en apprentissage à Lamballe chez Mathurin Guernion, peintre en bâtiment ; de là sont connus ses premiers dessins datés. Il entre à l'École régionale des beaux-arts de Rennes (Ille-et-Vilaine) en 1898 et séjourne pendant un mois à Paris en 1900. En 1902, à la fin de ses études à Rennes, il s'installe à Paris. Il travaille à la revue Art & Décoration et publie des illustrations sur les poissons et les coraux. Parallèlement, il s'inscrit à l'École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris. Il effectue son service militaire de 1903 à 1904 à Saint-Lô. En 1905, il épouse Marguerite Rouja au Mans. Le couple se fixe à Paris dans le 15e arrondissement, au 45 rue Falguière. Leur fille Maryvonne naît en 1908.

De 1910 à 1912, il séjourne et travaille à la station biologique de Roscoff, où il peut observer et dessiner le milieu marin dans un contexte scientifique. C'est là qu'il crée les bases de l'ouvrage Étude de la mer 1913-1914 sous la direction de Maurice Pillard (dit Verneuil). Une exposition qui lui est consacrée au musée des arts décoratifs de Paris en 1913 réunit 450 œuvres sur la faune et la flore marine réalisées à Roscoff. Le musée océanographique de Monaco et le musée du Luxembourg à Paris acquièrent certaines de ses œuvres.

Mathurin Méheut est lauréat de la « Bourse autour du monde » attribuée par la Fondation Albert-Kahn. Il peut ainsi voyager à Hawaï puis au Japon où le séjour est interrompu par la mobilisation due à la Première Guerre mondiale. Méheut rentre en France et est incorporé en octobre au 136e régiment d'infanterie d'Arras, puis de 1916 à 1917, il est détaché au service topographique et cartographique à Sainte-Menehould puis à Bergues. Il y réalise ses Croquis de guerre témoignant de la vie dans les tranchées. Il est démobilisé en 1919. Méheut reprend son poste de professeur à l'École Boulle à Paris jusqu'en 1928 après avoir brièvement enseigné à l'école Estienne à Paris en 1921.

Après l'armistice, il revient dans sa Bretagne natale et exerce les métiers de décorateur et d'illustrateur. Devenu peintre officiel de la Marine en 1921, Méheut fait preuve d'une activité diversifiée : entre 1924 et 1935, il participe à la décoration de neuf paquebots dont le Normandie. Il est aussi illustrateur de livres, collabore comme céramiste pour la faïencerie Henriot à Quimper.

Mathurin Méheut fait plusieurs séjours chez Albert Kahn en 1924. Il refuse de s'engager dans le mouvement Seiz Breur. Il rencontre Yvonne Jean-Haffen en 1925. En 1926 il adhère à la société des artistes décorateurs et réalise ses premières céramiques pour la Manufacture nationale de Sèvres en 1927. En 1936, il fait la connaissance du peintre Yves Floc'h en compagnie d'Yvonne Jean-Haffen à la Chapelle Sainte-Anne-la-Palud.

Témoin d'une époque, passionné par les hommes et les paysages de sa province natale, il sillonne la Bretagne de Rennes à Dinan, de Roscoff à Saint-Guénolé en pays Bigouden, laissant une abondante production et un témoignage précis et multiforme de la vie bretonne à son époque. Il enseigne de 1940 à 1944 à l'École des beaux-arts de Rennes et compte parmi ses élèves des artistes comme le peintre verrier Joseph Archepel, l'aquarelliste Jeanne Baglin, le peintre muraliste et cinéaste d'animation Frédéric Back, le peintre Geoffroy Dauvergne, le sculpteur Roland Guillaumel, les peintres Roger Marage, Jean-Marie Martin, et d'autres.

Un musée Mathurin-Méheut est créé à Lamballe, dans la ville qui l'a vu naître, à l'intérieur d'une maison à pans de bois du XVe siècle, dite « Maison du Bourreau ». Ce musée conserve environ cinq mille de ses œuvres.

Mathurin Méheut est élu à l'Académie de marine en 1956 et meurt à Paris le . Il est inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris[2]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Dessins[modifier | modifier le code]

Estampes[modifier | modifier le code]

Entre 1910 et 1926, il travaille les techniques traditionnelles[Lesquelles ?], puis se lance dans les techniques nouvelles[Lesquelles ?] de 1939 à 1948. De 1944 à 1945, il approfondit son travail de gravure sur bois.

Affiches[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Peintures murales[modifier | modifier le code]

  • Le port de Sainte-Marine à Combrit, 1952, fresque pour la Caisse d'Épargne de Pont-l'Abbé, en dépôt à la salle des mariages de la mairie de Pont-l'Abbé

Céramiques[modifier | modifier le code]

Mathurin Méheut travaille dès 1919 pour les faïenceries de Jules Henriot, renouvelant les décors, et va également travailler pour la Manufacture de Sèvres de 1927 à 1940, ainsi qu'avec Villeroy et Boch[4]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Méheut illustra également, des menus et des catalogues de croisières pour la compagnie des messageries maritimes. 229.

  • André Savignon, Les filles de la pluie, illustrations de Mathurin Méheut, Paris, Grasset, 1912
  • Maurice Pillard Verneuil, Étude de la mer, flore et faune de la Manche et de l'Océan de, ouvrage auquel il collabore pour l'illustration avec la station biologique marine de Roscoff depuis 1910, publié en 1913
  • Maurice Pillar Verneuil, Études de végétaux, sous la direction d'Eugène Grasset, 1913
  • Alphonse de Chateaubriant, La Brière, bois gravés par Soulas et Méheut, Mornay, collection les beaux livres, 1924
  • Jean Brunhes, La Géographie humaine de la France, dans Histoire de la Nation française de Gabriel Hanot, 1926
  • Léon Simon Baranger, Almanach du Franc-Buveur, bois gravé, éditions du Livre de Paris, 1926
  • Jean Brunhes, Géographie, cours supérieur, chez Afred Mame, 1928
  • Pierre Loti, Mon Frère Yves, chez Calmann-Levy éditeurs, 1928
  • Colette, Regarde…, 17 illustrations au pochoir, éd. J.G. Deschamps, Imprimerie nationale, 1929
  • Francis Gourvil, En Bretagne de Saint-Brieuc à Brest et de Quimper à Vannes, réalisation de la couverture, B. Arthaud, Grenoble, 1929
  • En Bretagne, de Saint-Brieuc à Brest, de Quimper à Vannes, éditions Arthaud, 1930
  • La Plante exotique, introduction de M.L. Plantefol, éd.Massin et Cie, 51 rue des Écoles, 1931
  • Pax Mundi, Ligue mondiale pour la paix, Genève, 1932
  • Menu du Champlain, 1934
  • André Savignon, Les filles de la Pluie, lithographies de Mathurin Méheut, Paris, Mornay, 1934
  • Au pays des corsaires, Éditions Aubert-ti-Breiz, Saint Brieuc, 1935
  • Pierre Loti, Pêcheur d'Islande, Calmann-Levy éditeurs, 1936
  • André Savignon, « Douarnenez », illustration de Mathurin Méheut, dans la revue Synthèse, no 7, juillet 1936.
  • Florian Le Roy, Pays de Bretagne, aux éditions Alpina, 1937
  • Auguste Dupory, La Basse Bretagne, éditions Arthaud, 1940
  • Florian Le Roy, Vieux métiers bretons, aux éditions Horizons de France, Paris, 1944
  • Édition avec Géo-Fourrier de la série de cartes postales dite la Bretagne bleue, 1946
  • En Bretagne morbihannaise, costumes et traditions du Vannetais bretonnant au XIXe siècle, éditions Arthaud, 1947
  • Roger Vercel, Sous le pied de l'archange, éditions Moulin de Pen-Mur, Arc-en-ciel, Paris, 1947
  • Roland Dorgelès, Les Croix de bois, éditions du Livre, Monte-Carlo, 1947
  • Jean de La Varende, Mers bretonnes , Albert Richard, Nantes, 1950
  • Jean Chagnolleau, Les Îles de l'Armor, Horizons de France, Paris, 1951
  • Une porte de l'Europe, Nantes, pour le Rotary-Club, par Beuchet et Vanden Brugge, illustrations de Gaston Alaux, sept de Georges Gobo dit Gobô, deux de Géo Ham, dix-sept d'Albert Brenet, une de Félix Lorioux, six de Jean Picard Le Doux, quatre de Jean Bouchaud, deux de Michel Bouchaud, une de Paul Ordner, treize de Mathurin Méheut, vingt de Jean-Adrien Mercier, ce dernier illustrant également initiales et culs-de-lampes en couleurs, 1951
  • Auguste Dupouy, Basse Bretagne, B. Arthaud, Paris - Grenoble, 1952
  • Presqu'île guérandaise, éditions Horizons de France, 1952
  • Auguste Dupouy, Souvenirs d'un pêcheur en eau salée, B. Arthaud, Paris, 1953
  • La pêche artisanale à Boulogne-sur-Mer, calendrier pour les pêceries Delpierre, 1956
  • Roger Vercel, Boulogne, grand port de pêche, édité par le Comité d'entr'aide aux familles des marins péris en mer du chalutier Colbert, Imprimerie Beuchet et Vandenbrugge, Nantes, février 1956.
  • Roger Vercel, Pêcheurs des quatre mers, collaborèrent également à l'illustration, Albert Brenet et Marin-Marie, 1957

Tapisseries[modifier | modifier le code]

Œuvres décoratives[modifier | modifier le code]

Après l'exposition au pavillon de Marsan en 1921, Méheut entame une longue collaboration avec différentes compagnies maritimes, dont la Compagnie des Messageries maritimes de 1924 à 1935. Il participe à la décoration de 25 navires recensés.

  • 1923, décors pour les paquebots de la Compagnie générale transatlantique
  • 1923, décor du paquebot Champollion, interprétation de la Dame à La Licorne pour le fumoir de 1re classe
  • 1924, décor du paquebot Le Mariette Pacha[7]
  • 1925, décor du paquebot Le d'Artagnan[8]. Mouettes pêchant en mer pour le salon des dames en 2eclasse
  • 1925, décor des appartements du commissaire principal de bord et de la suite Fontainebleau du paquebot Île-de-France
  • 1926, décor du paquebot Le Leconte de Lisle[9], Paysage de brousse africaine, inspiré du poème de la Panthère Noire, dans le fumoir en 1re classe
  • 1928, décor du paquebot L'Eridan (II)[10], deux panneaux de 5,5 de diamètre et six petites gouaches sur la faune et la flore australienne.
  • 1929, décor du paquebot Le Jean Laborde[11] pour la salle des pas perdus et la descente de la salle à manger vers les 1res classes
  • 1929, décor de la villa Miramar à Cap Martin pour Albert Kahn
  • 1930, décor du paquebot Le Georges Philippar, Faon avec cerf et biche, couchés dans un sous-bois pour la salle à manger (navire coulé)
  • 1930, décor du hall de l'immeuble Heinz & Co à Pittsburgh en collaboration avec Yvonne Jean-Haffen. Ils y réalisent des caravelles
  • 1931, quatre décors pour le paquebot Normandie
  • 1931, décor du paquebot Aramis[12] pour la salle à manger de 1re classe, et de vingt-sept panneaux inspirés des fresques crêtoises. Yvonne Jean-Haffen y peint Le Roi aux fleurs de lys. Léo Fontan collabore également à la décoration de ce paquebot
  • 1932, décor à bord du paquebot Président Paul Doumer
  • 1933, décor pour le paquebot Maréchal Joffre, Un marché malgache, Paysages malgache, La Princesse Sakalavé au bain, décor pour les salles de bain et cabines de luxe
  • 1934, décor pour le paquebot le Ville d'Alger
  • 1949, décor du navire L'Atlas, scène pastorale avec en second plan la chaîne de montagne l'Atlas, pour la salle à manger-salon
  • 1950, décor du paquebot Liberté, L'Arche de Noé et Nids d'oiseaux marins, motifs du tapis de l'allée centrale de la chapelle
  • 1950, décor du grand escalier du paquebot Ville de Marseille
  • 1951, décor de la Caisse d'épargne de Pont-l'Abbé (Finistère)
  • 1952, décor du navire de croisière Le Flandre pour le salon de première classe
  • 1952, décor pour le paquebot Ville de Tunis
  • 1953, décor sur le pétrolier Le Camargue
  • 1957, décor du pétrolier Le Lorraine, panneau représentant Place Stanilas de Nancy sous le 1er Empire peinture à la caséine sur toile marouflée sur panneau
  • Décor du navire pétrolier Le Sologne pour la salle à manger : panneaux Vendanges, Chasse à courre et Le Château de Lassay

Sculptures[modifier | modifier le code]

Travaux publicitaires[modifier | modifier le code]

  • Méheut dessine également des décors de boîtes et autres conditionnements pour le parfumeur Roger & Gallet, des cartons pour confiserie avec le Pardon Notre-Dame de la Joie, des boîtes à sardines en chocolat pour Amieux frères.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition personnelle au musée des arts décoratifs de Paris (pavillon de Marsan) de 450 œuvres réalisées à Roscoff sur la faune et la flore marine, en octobre 1913
  • Exposition personnelle au musée des arts décoratifs de Paris (pavillon de Marsan) : œuvres bretonnes, japonaises et de guerre, du 28 avril au 29 mai 1921
  • Exposition personnelle à San Francisco, 1923
  • Paris, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 : services de tables La Mer, La Galette
  • Paris, Galerie Charpentier : céramiques de Sèvres, 1931
  • Paris, Exposition coloniale internationale (1931) : céramiques de Sèvres
  • 1937, Exposition internationale des arts et techniques de Paris : décoration pour le pavillon de la Bretagne et de la Marine Marchande
  • Paris, Galerie Bernheim Jeune, du 9 au 22 décembre 1955
  • Saint-Malo du 26 juin au 2 octobre 2011, chapelle Saint-Sauveur, Mathurin Méheut, Yvonne Jean Haffen et la nature[13],[14] , avec des œuvres d'Yvonne Jean Haffen. L’originalité de cette exposition était double : c’était la première présentation publique intégrale des 25 œuvres du décor réalisé pour l'Institut de Géologie de Rennes, et c’est également le seul témoignage encore actuellement conservé en l’état de l’art de Méheut comme décorateur monumental, la plus grande part de ses autres réalisations ayant disparu.
  • Paris, musée national de la Marine, du 27 février au 1er septembre 2013.

Salons[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

École Boulle (de 1912 à 1913 et de 1919 à 1928)
École Estienne (en 1921)
École des beaux-arts de Rennes (de 1940 à 1944[15])
  • Abgral, né Petit
  • Joseph Archepel, 1940-1943
  • Aubin, 1940-1944
  • Frédéric Back, 1940-1943
  • Jeanne Baglin, 1940-1943
  • Claude Bernard, 1940-1944
  • Françoise Burlond, 1940-1944
  • Alice Burel, 1940-1944
  • Léon Carré, 1940-1944
  • Chatellieu, 1940-1944
  • Chaumont
  • Geoffroy Dauvergne, 1940-1944
  • le Fouder
  • Monique Golhem, 1940-1944
  • de Gonzague, 1940-1943
  • Gour, 1940-1943
  • Guillard, 1940-1943
  • Roland Guillaumel, 1940-1944
  • Jean-Jacques Hamon, 1940-1944
  • Bob Henry, 1940-1944
  • Françoise Honorez, 1940-1944
  • Henri Huet (1927-1971), 1940-1944
  • Émilienne Jacob, 1940-1943
  • Gaston Latimier, 1940-1944
  • Le Joly, 1940-1944
  • Lebaudher, 1940-1943
  • Jean Legoux, 1940-1943
  • Guillemette Lelardoux-Chanu, 1940-1944
  • Lucas, 1940-1944
  • Jean-Marie Martin, 1940-1943
  • Roger Marage, 1940-1944
  • Nogues
  • Suzanne Rhein, 1940-1944
  • Claude Rocherullé, 1940-1944
  • Louis Roger, 1940-1944
  • Monique Thieugault, 1940-1943
  • Thomas, 1940-1944
  • Tohawazo, 1940-1944
  • Marguerite Vatard, 1940-1944
  • Suzanne Veaudeau, 1940-1944
  • Odette Weil, 1940-1944
École des beaux-arts de Tours

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. p. 29/197 Registres d'état civil de Lamballe aux archives des Côtes-d'Armor].
  2. Jean de La Varende, À Ciel ouvert. Images du terroir, Rennes : Terre de Brumes, 2007, dessins de Mathurin Méheut, (Présence de La Varende rééd.) (ISBN 9782843623653), p. 132.
  3. Le tableau fut à Toulon la propriété service historique de la défense offert ensuite en dépôt au musée Mathurin Méheut de Lamballe, puis par la suite, prêtée à la Marine nationale pour orner le carré du porte avion Clemenceau
  4. Denise Delouche, op.cit.
  5. Assiette décagonale La Mer
  6. Ensemble de pièces présentées au musée de la Marine à Paris à l'exposition rétrospective de 2013.[réf. insuffisante]
  7. Le Mariette Pacha
  8. Le d'Artagnan
  9. Le Leconte de Lisle
  10. L'Eridan (II)
  11. Le Jean Laborde
  12. Aramis
  13. Mathurin Méheut à Saint Malo
  14. Mathurin Méheut, Yvonne Jean-Haffen, et la nature
  15. Alain Valtat, Geoffroy Dauvergne (1922-1977) catalogue raisonné, p. 21 et 460, op. cit. ; liste établie d'après les photographies du groupe par les élèves survivants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • article d'Henri Lavedan dans L'Illustration du 8 novembre (année ?)
  • Henri Lavedan, « Mathurin Méheut le peintre et la vie sous-marine », in L'Illustrationdu 20 décembre 1913
  • Mathurin Méheut - Exposition rétrospective - 23 juillet-4 septembre 1960, Lamballe, Syndicat d'initiative de Lamballe, 1960
  • Rétrospective Mathurin Méheut 1882-1958, Paris, Musée national de la Marine, 1973
  • Alain Valtat, Catalogue Raisonné du Peintre Geoffroy Dauvergne (1922-1977), auto-édition, Sceaux, 1996, 483.p (ASIN B0014SHK60) (invérifiable)
  • Patrick Jude, Mathurin Méheut, richesse et diversité, Éditions Ouest-France, 1997 (ISBN 2-7373-2158-1).
  • Anne de Stoop et Patrick le Tiec, La Bretagne de Mathurin Méheut, Édition Musée Mathurin-Méheut, Bibliothèque de l'Image, 2000
  • Élisabeth et Patrick Jude, Mathurin Méheut, 1914-1918, des ennemis si proches, Éditions Ouest-France, 2001 (ISBN 2-7373-2438-6)
  • Mathurin Méheut, donation Chateau-Grall, [catalogue de l'exposition Mathurin Méheut, donation Château-Grall], Rennes, musée de Bretagne 29 mars-15 octobre 2001
  • Denise Delouche, Anne de Stoop et Patrick Le Tiec, Mathurin Méheut, Éditions du Chasse Marée, 2e édition, 2004
  • Élisabeth, Hélène et Patrick Jude, Voyage d'un peintre breton au Japon, Mathurin Méheut avril-août 1914, Éditions Ouest-France, 2004 (ISBN 2-7373-3564-7)
  • Denis-Michel Boëll, Mathurin Méheut, La mer et les marins, Éditions Ouest-France, 2013 (ISBN 2-7373-6491-4)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]