Clayes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clayes
L’étang de Clayes.
L’étang de Clayes.
Blason de Clayes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Melesse
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Philippe Sicot
2014-2020
Code postal 35590
Code commune 35081
Démographie
Gentilé Clayens
Population
municipale
768 hab. (2014)
Densité 179 hab./km2
Population
aire urbaine
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 36″ nord, 1° 51′ 09″ ouest
Altitude Min. 65 m – Max. 109 m
Superficie 4,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Clayes

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Clayes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Clayes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Clayes
Liens
Site web http://www.clayes.fr/

Clayes est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Selon le Dictionnaire topographique d'Ille-et-Vilaine de l'abbé Bossard[1]:

Ecclesia de Cleiis en 1122,

Ecclesia de Clees en 1158,

Ecclesia de Cleis en 1187,

de Claies en 1291

de Claes en 1468

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce toponyme, selon A.Dauzat[2], vient du latin clita qui signifie "barrière", désignant un enclos pour les animaux. Ce mot, en fait, non attesté en latin classique, est la latinisation du mot gaulois cleta, signifiant: claie, treillis[3]( l'origine gauloise du mot n'impliquant pas évidemment l'origine gauloise du toponyme[4]).

Géographie[modifier | modifier le code]

Clayes se situe en France dans la région Bretagne et dans le département d'Ille-et-Vilaine. C'est un petit village à environ 15 kilomètres de Rennes.

Clayes se trouve près des communes de Saint-Gilles, Gevezé, Romillé, Parthenay de Bretagne et Pleumeleuc.

À l'image de Clayes, les communes rurales françaises de moins de 2 000 habitants sont en train de changer de visage. Un lifting, en quelque sorte. Dynamiques, beaucoup d'entre elles sont de plus en plus prisées par les urbains qui, tout en continuant de travailler à la ville, s'y installent pour le confort de vie qu'elles apportent. Parallèlement, les villages ont vu leur image se revaloriser avec l'adhésion d'un grand nombre de Français aux valeurs écologiques[5].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Clayes
Pleumeleuc Parthenay-de-Bretagne
Clayes
Saint-Gilles

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne de bus 81 du réseau STAR de Rennes Métropole.

Histoire[modifier | modifier le code]

En août 2007, huit squelettes (sept adultes et un enfant) ont été retrouvés entre la voûte et la charpente de l'église par un ouvrier qui faisait partie de l'équipe de rénovation qui rénovait l'édifice religieux. Le maire − à l'époque, Jean-Claude Guinard − a envoyé les squelettes à une entreprise de spécialistes qui a "pris l'affaire en main" pour trouver de quelle époque, de quelle année ces "corps" dataient[6].

De 2012 à 2020, la commune doit accueillir entre 170 et 200 logements supplémentaires au sein de la ZAC des Petites Haies.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Clayes Blason D'or à l'arbre arraché de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Clayes.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 André Bloutin    
juin 1995 mars 2008 Jean-Claude Guinard    
mars 2008 mars 2014 Paulette Richeux   Comptable
mars 2014 en cours Philippe Sicot[7] SE Employé de commerce
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 768 habitants, en augmentation de 10,66 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
351 288 306 325 384 305 334 325 325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
322 313 319 285 308 284 320 331 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
307 269 259 276 250 263 245 250 234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
190 178 256 403 401 459 698 678 768
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments historiques :

Autres monuments :

  • L'église paroissiale Saint-Pierre est de fondation ancienne, elle est mentionnée dans le cartulaire de Saint-Melaine. L'église actuelle est composée d'éléments du XVe au XIXe siècle. Elle est agrandie en 1888 par Arthur Regnault[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Manuscrit déposé aux Archives départementales d'Ille et Vilaine.
  2. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Guénégaud, 1963.
  3. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, 2003.
  4. Cf. à ce propos Jacques Lacroix, Les noms d'origine gauloise - La Gaule des activités économiques, Errance, 2005, pp. 63-64.
  5. GEO no 396 de février 2012 p. 44
  6. Aurélie Lemaître, « Des ossements sous le clocher de l'église », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  7. « Philippe Sicot a été élu maire de la commune », Ouest-France, 31 mars 2014.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Notice no PA00090534, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no PA00090533, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Église paroissiale Saint-Pierre, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]