Saint-Sulpice-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Sulpice-la-Forêt
Saint-Sulpice-la-Forêt
La mairie de Saint-Sulpice-la-Forêt.
Image illustrative de l’article Saint-Sulpice-la-Forêt
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Yann Huaumé (SE)
2020-2026
Code postal 35250
Code commune 35315
Démographie
Population
municipale
1 382 hab. (2019 en diminution de 2,12 % par rapport à 2013en diminution de 2,12 % par rapport à 2013)
Densité 206 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 05″ nord, 1° 34′ 46″ ouest
Altitude Min. 46 m
Max. 92 m
Superficie 6,72 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Liffré
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-la-Forêt
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-la-Forêt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-la-Forêt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-la-Forêt
Liens
Site web www.saint-sulpice-la-foret.fr

Saint-Sulpice-la-Forêt est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, dans la région Bretagne peuplée de 1 382 habitants[Note 1]. Elle fait partie du canton de Liffré et de l'intercommunalité Rennes Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le ruisseau de Fresnay. Le bois du Fayel se trouve dans le sud du territoire de la commune tandis que la forêt de Rennes s’étend au sud et à l'est. Située à 15 km au nord-est de Rennes, entre l'A84 et l'ancienne route du mont Saint-Michel, la commune a une superficie de 672 ha, dont environ 74 ha urbanisés. Le bourg est à la fois situé à 6 km de Betton, de Liffré et de Saint-Aubin-d'Aubigné[1].

La carte de la commune.
Communes limitrophes de Saint-Sulpice-la-Forêt
Mouazé Chasné-sur-Illet
Chevaigné Saint-Sulpice-la-Forêt Liffré
Betton

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les bus du service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) via les lignes 70 (51 les vendredis et samedis soir) et 94.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 12,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 783 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Feins Sa », sur la commune de Feins, mise en service en 2005[8] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[9],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 11,3 °C et la hauteur de précipitations de 811,6 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945 et à 20 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[12], à 12,1 °C pour 1981-2010[13], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice-la-Forêt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (76,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (30,8 %), zones agricoles hétérogènes (25,9 %), terres arables (19,8 %), forêts (16,6 %), zones urbanisées (6,8 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sancto Sulpicio en 1046[22], ecclesia Sancti Sulpicii en 1200, parochia Sancti Sulpitii de Abbatia en 1516. L’origine est romane. Son nom vient de saint Sulpice, évêque de Bourges de 584 à 591, patron de son église paroissiale, et de sa situation en zone forestière. Sulpice est le nom d’une importante famille romaine. On l’interprète généralement comme un dérivé du latin vulpes, « renard », précédé du vieux préfixe indoeuropéen su-, « bon », « bien ». L’ancien nom est Saint-Sulpice des Bois[Quand ?][23]. En gallo, langue traditionnelle des habitants de Saint-Sulpice-la-Forêt, la commune est appelée L'Abaï[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Sulpice-la-Forêt 35.svg

Blasonnement :

D'argent à l'église de sinople, maçonnée et essorée de sable ; à la barre palée de sable et d'argent.[25]


Signification du logotype[modifier | modifier le code]

Logotype de la Ville de Saint-Sulpice-la-Forêt

Logotype de la Ville de Saint-Sulpice-la-Forêt :

Signification à compléter


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 René Mathieu Cuisnier   Ancien chirurgien de l’abbaye
1793 1798 Jean Ruaudel    
1799 1815 Joseph Julien Jean Elie    
1816 1826 Mathurin Touffait    
1827 1830 René Prosper Cuisnier    
1831 1835 Jean Ruaudel    
1836 1843 René Prosper Cuisnier    
1844 1852 François Moulin    
1852 1860 Pierre Marie Mouton    
1860 1883 Jules Gay    
1883 1884 François Trubert    
1884 1889 Yacinthe Alleaume    
1889 1896 Mathurin Cheminet    
1896 1908 François Aubrée    
1908 1919 François Trubert    
décembre 1919[26] ? Travert    
1939 1944 Francis Lebastard    
1944 mars 1971 Aristide Rey du Boissieu   Maire honoraire
Croix de guerre 1914-1918
mars 1971 mars 1977 Francis Day   Adjoint au maire (1959 → 1971)
mars 1977 juin 1995 Michel Descormiers   Retraité
juin 1995 7 avril 1999[27]
(démission)
Gilles Siroy   Ingénieur et conseil en organisation
24 juin 1999[28] 23 mars 2001 Gérard Lescoat DVG Directeur de recherche CNRS, 1er adjoint (1995 → 1999)
23 mars 2001 23 mars 2008 Yves Nicolas DVG  
23 mars 2008 28 mars 2014 Jean-Yves Duval   Ancien responsable d'un négoce de matériaux plastiques
28 mars 2014 En cours
(au 27 mai 2020)
Yann Huaumé[29] DVG[30] Directeur associatif
18e vice-président de Rennes Métropole (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[31]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[33].

En 2019, la commune comptait 1 382 habitants[Note 8], en diminution de 2,12 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +5,84 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
377239380442387343295389443
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
343380400398420412393350350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
364358382370350321308319306
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2993255097311 0641 3071 4291 4331 302
2019 - - - - - - - -
1 382--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye Notre-Dame du Nid-au-Merle, en août 2016.
La paroisse Saint Michel de l’Illet en Liffré, en mai 2011.

Smart Saint-Sulpice[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice-la-Forêt est considérée comme une des plus petites Smart City au monde depuis 2016. Son maire de l'époque et vice-président « numérique et ville intelligente » de Rennes Métropole, Yann Huaumé, a déployé des capteurs connectés dans 6 des bâtiments communaux permettant de connaitre en temps réel leur consommation[41]. Pour le montage global du projet, la commune s’est appuyée sur Rennes Métropole qui y a vu un lieu d’expérimentation grandeur nature pour des solutions qui pourraient être déployées à l’échelle de la métropole[42]. Saint-Sulpice a également fait appel à la startup Wi6Labs, spécialiste des questions de villes intelligentes en zones rurales et périphériques, et à la PME Alkante permettant de gérer et d'analyser les données issues des capteurs.

La collectivité a ainsi réduit sa consommation énergétique des bâtiments publics de 20% dès les trois premières années grâce à l’identification de fuites et de comportements inadaptés (économies de 8000€). La commune a remporté le trophée breton du développement durable en 2019, le label d’or des territoires innovants dans la catégorie Smart city environnement du Forum des interconnectés à Lyon en 2017, et la région Bretagne compte financer le développement de ce projet sur toute la commune pour un budget de 40 000 €.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Union sportive Saint-Sulpice-la-Forêt : club de football créé en 1968, dont l'équipe première évolue actuellement en première division de district. Elle connut ses heures de gloire au début des années 1980 lorsqu'elle évoluait en division régionale d'honneur. Plus récemment, elle réussit à atteindre la promotion d'honneur, en 2004.
En , l'US Saint-Sulpice-la-Forêt fusionne avec les clubs voisins de Chevaigné et de Mouazé, pour fonder l'Union sportive Illet-Forêt.
  • ASC : Association socio-culturelle.
  • Le Village de Noël, avec son marché des créateurs de Noël (2e week-end de décembre).
La chapelle Notre-Dame-sur-l'Eau, en mai 2011.

L'association Patrimonium Sancti Sulpittii, créée en [43], participe aux journées européennes du patrimoine avec des visites commentées[44], guidées sur tout le week-end, empruntant l'ancien chemin pavé des ruines de l'abbatiale à la place des Halles passant par l'église paroissiale et la mairie.

Un projet de créer un sentier roman de Rennes au mont Saint-Michel a été conçu, réalisé et conduit par le père Roger Blot, historien du diocèse de Rennes. Une association est en cours de création depuis 2016[45].

Le marché de Saint-Sulpice-la-Forêt a lieu place René-Mathieu Cuisnier, le jeudi et vendredi soir[46].

Le Guibra situé dans le bourg de la commune, est un bar équipé d'un dépôt de pain proposant divers services[47].

L'école publique Niki de Saint Phalle accueille les enfants de maternelle et d'élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint Sulpice la Forêt, « Les chiffres », sur Saint Sulpice la Forêt (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Feins Sa - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Saint-Sulpice-la-Forêt et Feins », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Feins Sa - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Saint-Sulpice-la-Forêt et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. EOLAS, « La base de données KerOfis - Office Public de la Langue Bretonne », sur www.fr.brezhoneg.bzh (consulté le ).
  23. Bertrand Hardy de La Goupillière, Saint-Sulpice-la-Forêt et son abbaye, p. 137.
  24. le jardin graphique, « ChubEndret — Dictionnaire de noms de lieux - institu Chubri - Du galo pourr astourr », sur www.chubri-galo.bzh (consulté le ).
  25. « 35315 Saint-Sulpice-la-Forêt Sant Suleg ar C'Hoad (Ille et Vilaine) », sur L'Armorial des villes et des villages de France (consulté le ) (variante).
  26. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  27. « 24 Heures en Ille-et-Vilaine. Saint-Sulpice-la-Forêt : démission du maire », Ouest-France, 7 avril 1999 (archives du journal)
  28. « Saint-Sulpice-la-Forêt. Gérard Lescoat, élu maire », Ouest-France, 26 juin 1999 (archives du journal)
  29. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  30. « Je suis plutôt gauche verdoyante. L’équipe a toujours voulu une ligne humaniste, citoyenne, sociale, écolo » [1]
  31. « Municipales à Saint-Sulpice. Yann Huaumé repart pour un deuxième mandat », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Selon le père Joseph Chardronnet, qui s’appuie sur une lettre de 1127 où l’archevêque de Tours aurait cité le nom de Notre-Dame-du-Nid-de-Merle. Joseph Chardronnet, « Notre-Dame du Nid-de-Merle », dans Daniel Andrejewski (dir.), Les Abbayes bretonnes, B.A.B./Fayard, 1983, p. 233.
  37. [2]
  38. a et b [3]
  39. [4]
  40. « Infos Pratiques », sur Saint Sulpice la Forêt (consulté le ).
  41. « Saint-Sulpice-la-Forêt », sur Cerema (consulté le )
  42. « Saint-Sulpice-la-Forêt : un smart village sous le signe de la transition énergétique », sur La Revue des territoires (consulté le )
  43. « Patrimonium Sancti Sulpitii », sur net1901.fr, Associations de loi 1901, annuaire des associations et actualités associatives (consulté le ).
  44. « JEP : Saint-Sulpice-la-Forêt », sur tourisme-rennes.com, Office de tourisme de Rennes (consulté le ).
  45. « Revue. Un sentier roman de Rennes au Mont, via le pays de Fougères », sur actu.fr, La Chronique républicaine (consulté le ).
  46. « Commerces et marchés », sur Saint Sulpice la Forêt (consulté le ).
  47. « Saint Sulpice la Forêt : Bar le Guibra (Artisans, commerces et services) », sur www.saint-sulpice-la-foret.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Hardy de la Goupillière, Saint-Sulpice-la-Forêt et son abbaye, depuis les origines de l'abbaye jusqu'à nos jours. 122 pages + documents, (Archives d'I&V - 2 J 1029).
  • Abbé Anger, Histoire de l'Abbaye de Saint-Sulpice, de ses relations, de la vie religieuse au moyen âge et au XVIIIe siècle. Bulletin et mémoires de la Société Archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, tome XLV, 1915.

Liens externes[modifier | modifier le code]