Dies Iræ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

L'expression latine Dies iræ, décrite ici dans quelques usages particuliers, uniquement profanes, est à l'origine une locution signifiant « Jour de colère », premiers mots d'un poème latin intégré à la liturgie catholique des défunts, qui a fait sa célébrité.

Le Dies iræ désigne donc d’abord une séquence (sequentia, ou prose, prosa) chantée au cours de la liturgie catholique des défunts. Écrite en langue latine, elle est souvent attribuée à un frère franciscain du XIIIe siècle, Tomaso da Celano (1200-1260). Mais on sait, depuis 1931, qu'un texte très proche (un peu plus court seulement) figure dans un manuscrit de la fin du XIIe siècle. Si l'on envisage les choses d'un point de vue plus large encore, il semble que ses premières origines remontent à l'an mil, approximativement (cf. le Répons Libera me, au cours duquel on chante ces quatre mots : « … Dies illa, dies iræ … »).

Par la suite, l'expression désigna également la partie d'une messe de Requiem qu'un auteur compose musicalement sur ce texte (en la fondant ou non sur le motif — la mélodie — de plain-chant).

La réforme liturgique du concile Vatican II a supprimé le Dies iræ du rite ordinaire de la messe romaine qui l’avait adopté depuis le XIIIe siècle.

Par analogie[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

  • Dies Iræ est une association française d'extrême-droite de la région de Bordeaux.
  • Jour de colère est le nom d'un collectif et d'une manifestation contre le président François Hollande, le 26 janvier 2014, rassemblant entre 17 000, selon la police, et 160 000 personnes, selon les organisateurs.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Dies Iræ est une voie d’alpinisme située sur la face est du Mont Rose (dans les Alpes Valaisannes) et débouchant sur la pointe Gnifetti (ou Signalkuppe) ; ouverte par Ferran Latorre et Patrick Gabarrou les 29 et 30 mars 1994.

Sagasphère[modifier | modifier le code]

  • Dies iræ, dies illa, solvet saeclum in favilla est le nom du treizième épisode de la saga MP3 Reflets d'Acide.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :