Modeste Moussorgski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la culture russe image illustrant un compositeur image illustrant russe
Cet article est une ébauche concernant la culture russe et un compositeur russe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Modeste Moussorgski
Description de cette image, également commentée ci-après

Modeste P. Moussorgski en 1870.

Nom de naissance Модeст Петрович Мусоргский
Naissance
Karevo, Empire russe
Décès (à 42 ans)
Saint-Pétersbourg, Empire russe
Activité principale Compositeur
Collaborations Groupe des Cinq

Œuvres principales

Modeste Petrovitch Moussorgski (en russe : Модeст Петрович Мусоргский), né le à Karevo, près de Toropets dans le gouvernement de Pskov, et mort le à Saint-Pétersbourg, est un compositeur russe. Il est d'abord célèbre par son opéra Boris Godounov, et par la suite pour piano Tableaux d'une exposition (1874) — orchestrée par Maurice Ravel en 1922.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Modeste Moussorgski par Ilia Répine, peint seulement quelques jours avant la mort du compositeur en 1881.

La famille de Moussorgski descend du premier monarque russe, Rurik, via les princes souverains de Smolensk (la dynastie des Rurikides). Modeste est préparé par ses parents à une carrière militaire et est élève de la célèbre École de cavalerie Nicolas ; mais sous l'influence de Mili Balakirev, il quitte le prestigieux régiment Préobrajensky de la Garde impériale, dans lequel il est entré par la suite, et rejoint le Groupe des Cinq, un ensemble de compositeurs et ardents défenseurs d'un art national basé sur la musique populaire russe. Ce groupe comprend Alexandre Borodine, qu'il avait rencontré en 1856 alors qu'ils servaient dans le même hôpital militaire à Saint-Pétersbourg, Mili Balakirev, Nikolaï Rimski-Korsakov et César Cui. Sa première œuvre musicale publiée est l'opéra inachevé Salammbô et un cycle de mélodies pour une voix soliste et piano.

À partir de 1863, à la suite de l'abolition du servage en Russie qui ruine sa famille, Moussorgski doit travailler en tant qu'employé administratif pour subvenir à ses besoins. Il a alors trente ans et, confronté à l'insuccès que connaissent ses œuvres, trop éloignées des canons académiques, et confronté à une situation matérielle difficile, il croit trouver une consolation dans l'alcoolisme, qu'il avait déjà connu lors de son passage de trois ans à l'armée. Il meurt à 42 ans à Saint-Pétersbourg. Sa dépouille repose au cimetière Tikhvine du monastère Alexandre-Nevski (Saint-Pétersbourg).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Une version de la Khovantchina orchestrée par Maurice Ravel (partition incomplète et perdue), avec la dernière scène, pas écrite par Moussorgski, écrite et orchestrée par Igor Stravinski (la partition retrouvée de la scène finale de sa main est parfois donnée), a été commandée par Serge Diaghilev pour Fédor Chaliapine, et jouée à Paris pour la saison 1911[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Piotr Kaminski, Mille et un opéras, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », 2003, 1819 p. (ISBN 978-2-2136-0017-8, OCLC 417460276, notice BnF no FRBNF39099667), p. 1001.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :