Metropolis (film, 1927)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Metropolis
Description de cette image, également commentée ci-après
Publicité brésilienne pour le film en 1930.

Titre original Metropolis
Réalisation Fritz Lang
Scénario Fritz Lang et Thea von Harbou, adapté du roman Metropolis de Thea von Harbou
Acteurs principaux
Sociétés de production UFA (Universum-Film AG)
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Science-fiction
Durée 153 min (version originale en 1927)
148 min (version restaurée en 2010)
Sortie 1927


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Metropolis est un film de science-fiction allemand réalisé par Fritz Lang, sorti en 1927.

Film muet en noir et blanc, il oscille entre l'expressionnisme et la Nouvelle Objectivité. Adapté du roman original de Thea von Harbou, le scénario est coécrit par celle-ci et Fritz Lang, mariés à l'époque. Brigitte Helm, Gustav Fröhlich, Alfred Abel et Rudolf Klein-Rogge figurent parmi les premiers rôles. Le film est produit aux studios Babelsberg par UFA (Universum-Film AG).

Échec critique et commercial à sa sortie tandis qu'il est, à l'époque, le film le plus cher de l'histoire du cinéma, il est rapidement amputé. Il est progressivement réhabilité durant la deuxième moitié du XXe siècle, au point d'atteindre le statut de chef-d'œuvre majeur de l'histoire du cinéma, ce dont témoignent ses multiples influences jusqu'à nos jours, notamment dans la culture populaire. Plusieurs fois restauré, il devient en 2001 le premier film inscrit sur le registre international Mémoire du monde de l’UNESCO.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Statue reproduisant l'androïde du film à Babelsberg, en Allemagne.

Le film se décompose en trois actes, Auftakt (commencement) (66 min), Zwischenspiel (interlude) (28 min) et Furioso (52 min).

En 2026, Metropolis est une mégapole dans une société dystopique divisée en une ville haute, où vivent les familles intellectuelles dirigeantes, dans l'oisiveté, le luxe et le divertissement, et une ville basse, où les travailleurs font fonctionner la ville et sont opprimés par la classe dirigeante. Un savant fou, l’hybride Rotwang (Rudolf Klein-Rogge), met au point un androïde à l’apparence féminine, lequel sera chargé d'exhorter les ouvriers à se rebeller contre le maître de la cité, Joh Fredersen (Alfred Abel), ce qui permettra à celui-ci de les mater.

Maria (Brigitte Helm), une femme de la ville basse, essaie de promouvoir l'entente entre les classes, et emmène clandestinement des enfants d'ouvriers visiter la ville haute. Le groupe se fait repousser par les forces de l'ordre, mais Freder Fredersen (Gustav Fröhlich), fils du dirigeant de Metropolis, tombe amoureux d'elle. En descendant dans la ville basse pour la retrouver, il voit un ouvrier épuisé défaillir à son poste de travail, le rythme imposé par les machines étant trop élevé, une violente explosion se produit sur la « machine M », tuant des dizaines de travailleurs. Dans la fumée, Freder a une hallucination et voit la machine M se transformer en Moloch, une divinité monstrueuse à laquelle les travailleurs infortunés sont sacrifiés.

Freder se rend chez son père, Johhan « Joh » Fredersen, pour le mettre au courant des conditions extrêmement pénibles dans lesquelles travaillent les ouvriers et lui demande d'améliorer leur sort. Voyant qu'il ne peut convaincre son fils des bienfaits de cette société ségrégative, Johhan le fait suivre par un espion.

Freder retourne dans la ville basse où, voyant un ouvrier au bord de l'épuisement, il persuade celui-ci d'échanger ses vêtements contre les siens, avant de le remplacer à la machine, tandis que l'ouvrier Georgy, matricule 11811, monte à la ville haute où il goûtera aux plaisirs de la vie. Après une pénible journée de travail, Freder se rend dans des catacombes à une réunion secrète en suivant un plan trouvé dans une poche des vêtements de l'ouvrier qu'il a remplacé. Là, il découvre Maria en train de s'adresser aux ouvriers et d'annoncer l'arrivée d'un médiateur qui apportera l'égalité entre les habitants des villes haute et basse.

Entre-temps, Joh reçoit des plans trouvés dans les poches d'ouvriers morts au travail et se rend chez Rotwang, l'inventeur du monstre mécanique qui fait fonctionner toute la ville. Celui-ci lui indique qu'il s'agit du plan qui mène aux catacombes où se tient la réunion secrète. Joh épie la réunion sans reconnaître son fils parmi la foule. Craignant la menace, Joh ordonne à Rotwang de façonner un robot à l'image de Maria afin de semer le chaos parmi les ouvriers. Mais ce que Joh ignore, c'est que Rotwang a d'autres plans...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Publicité néo-zélandaise pour le film en 1928.

Le générique cite également les personnages suivants sans attribuer de noms aux interprètes :

Production[modifier | modifier le code]

Tournage : une superproduction[modifier | modifier le code]

Une automobile Rumpler Tropfenwagen comme celle utilisée dans le film

Metropolis coûte au total environ six millions de reichsmarks, ce qui en fait le film le plus cher de l'histoire du cinéma à sa sortie[1],[2]. Il traduit la volonté de la UFA de concurrencer les superproductions hollywoodiennes[3].

Le tournage de Metropolis commence le . Le casting a sélectionné nombre de personnes inconnues n'ayant aucune expérience du cinéma, comme Brigitte Helm, âgée de dix-neuf ans au moment du tournage.

Le tournage du film a été une expérience très éprouvante pour les acteurs en raison des demandes formulées par le réalisateur Fritz Lang. Pour la scène où la ville des travailleurs est inondée, Helm et cinq cents enfants provenant des quartiers les plus pauvres de Berlin ont dû travailler durant quatorze jours dans une piscine d'eau que Lang a intentionnellement maintenue à une température basse.

Lang exige souvent de retourner la même scène à de multiples reprises. Par exemple, le tournage de la scène où Freder doit s'effondrer aux pieds de Maria a pris trois jours. Lang a exigé de la tourner tellement de fois qu'à la fin, Gustav Fröhlich tenait à peine debout. Autres anecdotes qui démontrent du sens du réalisme de Lang, pour la scène où Maria brûle sur un bûcher, Lang ordonne d'allumer un réel brasier (d'ailleurs la robe de Helm prend feu) ou encore quand il ordonne à ses assistants de jeter de puissants jets d'eau lors du tournage de l'inondation de la ville des travailleurs.

Environ 620 kilomètres de pellicule furent utilisés, pour 350 heures d'enregistrements. Une cinquantaine d'automobiles ont été utilisées dans le film[réf. nécessaire]. 36 000 figurants sont mobilisés[4]. Parmi eux figure l'écrivain et scénariste Curt Siodmak, qui était journaliste en 1927 et qui s'était fait engager afin d'assister au tournage.

Le tournage se termine le , soit un total de 310 jours et 60 nuits.

C'est sur le tournage de ce film que Fritz Lang perdit un œil[5].[source insuffisante]

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

L'expert des effets spéciaux de l'époque, Eugen Schüfftan, véritable pionnier, crée des effets visuels inédits pour Metropolis. Parmi les effets utilisés, il réalise des miniatures de la ville, un appareil photo sur une balançoire et utilise plus particulièrement l'effet Schüfftan[6]. Pour ce dernier, il utilise des miroirs inclinés pour créer l'illusion que les acteurs occupent des décors géants. Cette invention sera utilisée deux ans plus tard par Alfred Hitchcock dans Chantage sorti en 1929[7].

Le Maschinenmensch, le robot construit par Rotwang pour ressusciter l'amour perdu de Joh, a été créé par le sculpteur Walter Schulze-Mittendorff. Un moulage en plâtre a été pris sur le corps de l'actrice Brigitte Helm et le costume a ensuite été fabriqué à partir du moulage. Une découverte fortuite d'un matériel appelé « bois plastique » (une substance malléable ayant l'aspect du bois qui sert de remplissage) a permis à Schulze-Mittendorff de construire un costume en métal avec les articulations en « bois plastique »[8]. Malgré cette innovation, Helm se plaint d'être mal à l’aise, car le costume est trop rigide et lui donne des ecchymoses[9].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La musique de Metropolis a été composée par Gottfried Huppertz et a été conçue pour être exécutée par un orchestre symphonique en accompagnement du film. Huppertz s'est inspiré de Richard Wagner et Richard Strauss, ainsi que de quelques symphonies dites « modernistes », telles que la Symphonie numéro 6, opus 23 de Nikolaï Miaskovski, pour décrire la ville des travailleurs. Il utilise aussi le célèbre motif grégorien du Dies iræ (à l'origine chanté au cours de l'office des morts) pour illustrer certaines scènes faisant intervenir La Mort. Huppertz cite d'abord les deux premiers vers de la première strophe de cette séquence liturgique, puis, avant la fin du second, s'en éloigne un peu et les développe, à l'orchestre. Il les reprendra de différentes manières plus loin. Il fait entendre également, toujours à l'orchestre, le troisième vers (« Coget omnes ante thronum ») de la troisième strophe Tuba mirum (ce « Coget omnes » est proche du troisième vers de la première strophe, seule diffère la montée plus importante du début). Plus tard, Huppertz citera également l'hymne national français, La Marseillaise. Sa musique a joué un rôle de premier plan durant le tournage du film, puisque durant le déroulement de nombreuses scènes, le compositeur accompagnait en direct au piano pour obtenir un certain effet sonore en fonction du scénario et du jeu des acteurs.

La bande-son a été réenregistrée pour la réédition du film en DVD en 2001 par l'orchestre Rundfunksinfonieorchester Saarbrücken mené par Berndt Heller. Cette version correspond à la version musicale reconstruite prévue à l'origine. En 2007, le 1er et , la partition du film original est jouée en direct par l'Orchestre symphonique de la Radio VCS qui accompagne la version restaurée du film dans les cinémas Brenden à Vacaville, en Californie. La bande-son est également enregistrée dans une orchestration en salle pour la première fois aux États-Unis en par l'orchestre Bijou sous la direction de Leo Najar dans le cadre d'un festival du film expressionniste allemand à Bay City dans le Michigan. Un enregistrement est aussi effectué dans le cadre du Traverse City Film Festival à Traverse City dans le Michigan, en [10].

Pour le réenregistrement de 2010, qui correspond le plus à la version d'origine, la bande-son est enregistrée pour la sortie en DVD par l'Orchestre symphonique de la Radio de Berlin dirigé par Frank Strobel, qui a également réalisé la première de la version reconstruite par le Friedrichstadtpalast à Berlin[11].

Autres bandes-son[modifier | modifier le code]

Nonobstant la musique originale de Gottfried Huppertz, de nombreux artistes ont voulu donner leur propre vision musicale de Metropolis. Ces bandes-son alternatives peuvent être jouées lors de ciné-concerts ou enregistrées et diffusées avec une édition spéciale du film :

Carrière[modifier | modifier le code]

Sortie : échec critique et commercial et amputations rapides[modifier | modifier le code]

A sa sortie, le film est un échec critique et commercial, en Allemagne et ailleurs[12]. Alors que la presse spécialisée allemande critique sévèrement le film après la première projection du à Berlin, la version originale de 153 minutes est très vite modifiée[13]. Le film est raccourci pour sa sortie dans le reste du pays, dans l’espoir d’une meilleure réception[13]. Une seconde version allemande sort en août 1927[13].

En décembre 1926, avant même la première allemande, Paramount, distributeur américain du film, décide de raccourcir l’œuvre pour adapter le scénario et la durée au marché américain[13]. Channing Pollock est chargé de l'opération : il ampute le film de nombreux passages, américanise les noms des personnages, réécrit des cartons et remonte certaines scènes[13]. C'est ce montage qui tiendra lieu désormais de référence[14]. Paramount crée également une autre version, très proche de la version américaine, pour la Grande-Bretagne et le Commonwealth[13].

Les négatifs originaux disparaissent dès cette période[13].

Colorisation et nouvelle bande-son de Giorgio Moroder[modifier | modifier le code]

En 1984, lorsque le compositeur Giorgio Moroder entreprit de le coloriser, il ne restait que 80 minutes de bobines (1 h 20) sur les 153 initiales (2 h 33)[15]. De plus, il l'accompagna d'une nouvelle bande-son à laquelle participèrent des groupes célèbres comme Queen (le clip de Radio Ga Ga, célèbre tube de ce groupe, est d'ailleurs articulé autour de nombreuses séquences tirées du film) ou Adam and the Ants.

Le critique Noël Simsolo reconnaît l'intérêt de la version mais fait part de son incompréhension à l'égard de la nouvelle bande-son[4].

Réhabilitation tardive et restaurations[modifier | modifier le code]

Le film est progressivement considéré comme un chef-d'oeuvre, notamment pour ses aspects précurseurs et sa dimension épique[12],[16].

Dans une interview donnée en 1965, Fritz Lang se réjouit du succès des projections de Metropolis à la Cinémathèque française, et de ses films en général[4].

Un gros travail de recherche et de reconstitution fut lancé à la fin des années 1980, rassemblant les diverses versions disponibles (dont certaines retrouvées dans des collections privées) et aboutissant à une version rénovée par la cinémathèque de Munich, en noir et blanc, de 1h58 minutes, avec une nouvelle orchestration classique, qui fut projetée en 1995, pour les cent ans du cinéma. Pour remplacer les scènes manquantes, avaient été ajoutées quelques photographies de tournage, recadrées.

À la suite d'une nouvelle restauration du film en 2001, initiée par la Fondation Friedrich Wilhelm Murnau (Friedrich-Wilhelm-Murnau-Stiftung), Metropolis devient le premier film inscrit sur le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO[12]. L'UNESCO estime alors que le film est devenu « le symbole d'un modèle d'architecture cinématographique du futur »[12].

Enfin, à l'issue d'une longue enquête d'une vingtaine d'années[17] le , la fondation Murnau, propriétaire des droits du film, annonce que la quasi-totalité des scènes manquantes, soit environ 25 minutes, ont été retrouvées au Musée du cinéma de Buenos Aires[18],[19]. Il s'agit d'une copie en 16mm presque intégrale de 145 minutes. Cette copie dont les images sont très altérées tronque une partie du cadrage original, mais restitue les plans coupés et l'ordre des séquences dans leur montage d'origine. Le , la nouvelle version restaurée, de 145 minutes, a été projetée simultanément à Berlin dans le cadre de la 60e Berlinale, à l'ancien Opéra de Francfort et sur la chaîne Arte, accompagnée par sa partition musicale d'origine écrite en 1926 par Gottfried Huppertz, exécutée en direct par l'orchestre symphonique de la Radio de Berlin. Après plus de 80 ans de recherches, versions tronquées et plusieurs restaurations, on peut enfin voir une version quasi intégrale, en tout cas proche de celle conçue par Fritz Lang en 1927[17],[20].

Muet, Metropolis est avant tout un film musical dont les images sont une véritable visualisation des sons. La restauration du film a été effectuée non seulement grâce aux indications de montage, mais aussi, surtout et directement grâce à la partition musicale qui a permis de retrouver le tempo de la vision initiale de Fritz Lang[15].

Analyse[modifier | modifier le code]

Inspiration[modifier | modifier le code]

Fritz Lang a été influencé par :

Le film Metropolis est aussi directement inspiré de la ville futuriste d'Antonio Sant'Elia (1888-1916), un architecte italien du mouvement futuriste. L'apparence de la ville est fortement inspiré par le mouvement Art déco[réf. nécessaire], cependant il incorpore des éléments d'autres mouvements[Lesquels ?].

Dans une interview, Fritz Lang explique : « Le film est né de ma première vue avec les gratte-ciels de New-York en  ». Il décrit ainsi sa première impression de la ville, Lang dit que : « Les immeubles semblaient être comme un voile vertical, scintillant et très léger, comme un décor luxueux, suspendu dans un ciel sombre pour éblouir, distraire et hypnotiser »[21].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Fritz Lang (1969)
  • H. G. Wells voit dans Métropolis « un ramassis d'à peu près tous les clichés, sottises et platitudes possibles »[22].
  • Francis Courtade écrit même en 1962 « Metropolis est une œuvre fasciste, pré-nazie »[23].
  • Luis Buñuel, en 1927, est moins catégorique : « Metropolis n'est pas un film unique. Metropolis, ce sont deux films collés par le ventre, mais avec des nécessités spirituelles divergentes, d'un extrême antagonisme. Ceux qui considèrent le cinéma comme un discret conteur d'histoires éprouveront avec Metropolis une profonde déception. Ce qui nous est raconté est trivial, ampoulé, pédant, d'un romantisme suranné. Mais, si à l'anecdote nous préférons le fond “plastico-photogénique” du film, alors Metropolis comblera tous les vœux, nous émerveillera comme le plus merveilleux livre d'images qui se puisse composer. (…)
    Mais en revanche, quelle enthousiasmante symphonie du mouvement ! Comme chantent les machines au milieu d'admirables transparences, “arc-de-triomphes” par les décharges électriques ! Toutes les cristalleries du monde, décomposées romantiquement en reflets, sont arrivées à se nicher dans les canons modernes de l'écran. Les plus vifs scintillements des aciers, la succession rythmée de roues, de pistons, de formes mécaniques jamais créées, voilà une ode admirable, une poésie toute nouvelle pour nos yeux. La Physique et la Chimie se transforment par miracle en Rythmique. Pas le moindre moment statique. Les intertitres mêmes, qui montent et descendent, tournent, décomposés bientôt en lumières ou dissipés en ombres, se fondent au mouvement général : eux aussi parviennent à être image. »
    [24]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est un échec critique comme financier au moment de sa sortie avec une recette brute estimée de 75 000 Reichsmark pour un budget estimé de 5 000 000 Reichsmark soit 1,5 % de recette par rapport au budget.

Cet échec menace de mettre en faillite la société de production Universum Film AG (UFA)[2].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Le magazine américain Empire le classe à la douzième place dans son classement des « 100 meilleurs films du cinéma mondial » en 2010, et à la deuxième place dans son classement des 100 meilleurs films muets.

La version restaurée de 2002 est récompensée par aux New York Film Critics Circle Awards d'un prix spécial lors du Kino International[Lequel ?] pour la qualité de sa restauration.[pas clair]

Esthétique : entre expressionnisme et Nouvelle Objectivité[modifier | modifier le code]

Metropolis est couramment considéré comme un film expressionniste, bien que Fritz Lang ait déclaré qu'il ne l'était pas, que l'expressionnisme soit un mouvement dépassé au moment où le film est réalisé, et qu'un seul film, Le Cabinet du docteur Caligari — que Fritz Lang a failli réaliser —, soit caractérisé comme expressionniste par les historiens du cinéma[25]. Ce rattachement à l'expressionnisme s'appuie sur « l'importance des décors dessinés, sur les jeux d'ombres et de lumières, sur les effets spéciaux utilisés pour rendre la vie psychique et physiologique de Freder au moment où il est atteint par une forte fièvre d'origine psychosomatique »[25].

Selon le journaliste Jacky Bornet, « Metropolis est à la charnière de l’expressionnisme et la « Nouvelle objectivité », nouvelle tendance déterminante pour ce qu’il allait advenir du Cinéma ». S'il relève que « le traitement de l’image n’est pas fantasmagorique, mais réaliste », ce qui tend à éloigner le film de l’expressionnisme, il ajoute que « des éléments attestent toutefois d’une revendication expressionniste, telle la salle des catacombes où se réunissent les ouvriers pour écouter Maria, avec ses croix déployées en éventail, les ombres qui se glissent dans les souterrains, les rues sombres, les diagonales de lumières et d’ombre sur les gratte-ciel »[26].

Selon Noël Herpe, critique et historien du cinéma, Metropolis ne relève pas de l'expressionnisme : « De l'expressionnisme, Fritz Lang ne s'est guère souvenu que dans une séquence, il est vrai sublime : celle où le savant fou Rotwang, caché dans les catacombes, traque une proie féminine dont il va faire son automate. On reconnaît là les dernières lueurs du caligarisme, un mouvement auquel fut associé le jeune Lang et qui lui a légué son imaginaire fantastique. Mais, pour le reste, il lorgne plutôt du côté de la nouvelle objectivité, cette tendance politique et sociale qui s'empare vers 1925 des cinéastes allemands »[14].

Giovanni Lista, historien et critique d'art, rattache le film au futurisme[25].

Interprétation politique[modifier | modifier le code]

Fritz Lang et Thea von Harbou dans leur appartement à Berlin, écrivent le scénario de Metropolis.

Thea von Harbou, autrice du roman original et coscénariste du film qui rejoindra plus tard le Parti national-socialiste des travailleurs allemands, est créditée, avec les producteurs du film, du message final du film qui, à travers la poignée de mains scellant un nouveau pacte entre le capital et le travailleur sur le parvis de l'église, prône l'ordre et une « collaboration de classes » (renvoyant à la doctrine fasciste) plutôt que la lutte des classes, par la médiation de l'amour entre Freder et Maria[3],[4],[25],[13]. Slátan Dudow, collaborateur pendant le tournage, quitte le projet en signe de réprobation envers la morale du film, qui contredit ses convictions marxistes[4].

S'il indique avoir aimé tourner le film, Fritz Lang se désolidarisera de ce message, déclarant notamment en 1959 : « Je n'aime pas Metropolis. C'est faux, la conclusion est fausse, je ne l'acceptais déjà pas quand je réalisais le film »[25],[13],[4]. Selon son récit, une fois le Troisième Reich installé et après avoir réalisé Le Testament du docteur Mabuse qu'il présente comme « antinazi », il refuse la proposition que lui fait Joseph Goebbels de prendre la direction du cinéma allemand, avant de quitter l'Allemagne[3],[25]. Selon la Cinémathèque française, « son apport personnel se situe sans doute plus dans le choix des thèmes (l’homme face à son destin, la mort, les légendes romantiques) et dans le traitement des motifs (travail sur l’architecture et traitement réaliste de thèmes fantastiques) »[13]. Le critique Jean-Michel Frodon estime cependant que « la distribution des rôles attribuant toutes les dérives idéologiques à Thea von Harbou afin de sauver absolument Lang est un peu trop arrangeante pour être entièrement honnête » : renvoyant à la biographie de Fritz Lang par Patrick McGilligan (en) (Fritz Lang, The Nature of the Beast), il souligne les « atermoiements » et « hésitations » du réalisateur « sur la conduite à suivre » durant cette période, ce qui « contredit la geste légendaire, mais ne fait peser sur Lang aucun réel soupçon de compromission avec le régime nazi »[3].

Impacts sur la culture populaire[modifier | modifier le code]

Metropolis est un des premiers films de science-fiction, dont l'histoire et les images ont influencé toute la production ultérieure.

  • La tour du commissariat de Blade Runner est la copie conforme (angle de vue compris) d'une des tours de Metropolis.
  • Le dessin animé Le Roi et l'Oiseau fourmille de références à Metropolis, notamment l'oppression du peuple de la ville basse et la présence d'un robot.
  • Dans l'univers de Superman, la ville principale se nomme Metropolis.
  • Dans plusieurs jeux vidéo de la série Ratchet and Clank, une partie de l'action se déroule sur la planète Kerwan, une planète entièrement recouverte d'une immense cité elle aussi nommée Metropolis.
  • Le robot du film Roboforce de David Chung et produit par Tsui Hark est un hommage avoué à l'androïde de Metropolis qui se nomme également Maria[réf. nécessaire].
  • On reconnaîtra les ouvriers qui descendent vers les machines dans les écoliers à la chaîne de Pink Floyd The Wall[réf. nécessaire].
  • Fritz Lang représente des voitures volantes (bien avant Retour vers le futur ou Le Cinquième Élément), ainsi qu'un androïde (robot humanoïde).
  • Le design de C-3PO dans Star Wars possède une troublante ressemblance avec celui-ci. La revue Science et Vie Junior explique que George Lucas s'est inspiré ouvertement du robot de Metropolis pour créer son robot androïde[réf. nécessaire].
  • Robocop, policier ramené à la vie dans le corps d'une machine, tire son apparence des robots du film Le Jour où la Terre s'arrêta et de Metropolis, modernisée par l'influence esthétique des Anime Japonais, d'après le making-of du film intitulé "Flesh + Steel".
  • De même la séquence où Rotwang, l'inventeur, donne au robot l'apparence de Marie a été recyclée par le Rocky Horror Picture Show[réf. nécessaire].
  • Le laboratoire de Frankenstein (1931) est inspiré de celui de Rotwang, avec ses nombreux arcs électriques.
  • La scène de fin au sommet de la cathédrale a été reprise par Tim Burton pour son premier Batman avec le combat entre le héros et le Joker[réf. nécessaire].
  • Le vidéo-clip Express Yourself de Madonna réalisé par David Fincher en 1989 reprend l'intrigue du film ainsi que certains décors (la ville haute, la ville basse, la machine actionnée par les ouvriers, etc.)[réf. nécessaire].
  • Le décor et certains accessoires de Dark City d'Alex Proyas, par exemple l'horloge, s'inspirent de Metropolis[réf. nécessaire].
  • Les développeurs de BioShock, jeu vidéo plébiscité par la critique, se sont fortement inspirés de l'œuvre de Lang pour créer leur ville sous-marine, Rapture[réf. nécessaire].
  • La série de mangas de Yukito Kishiro Gunnm, reprend cette dialectique : Zalem (correspondant à la ville haute), la cité supérieure où vit l'élite dans le luxe et une insouciance sous contrôle et, au pied de cette cité volante, Kuzutetsu (correspondant à la ville basse) où l'intrigue se met en place dans ses bas-fonds. D'ailleurs, Gally, l'héroïne, se nomme Aelita dans un de ses rêves ainsi que dans la version américaine[réf. nécessaire].
  • Final Fantasy VII reprend également le thème de la ville basse et la ville haute, séparées par une immense plaque d'acier et de béton. Final Fantasy XII également, en accentuant la perspective d'inégalité sociale ; si Midgar (le monde des hommes dans la mythologie scandinave) présente une relative homogénéité sociale (globalement une cité industrielle et cyberpunk), Archadès donne un contraste plus frappant[réf. nécessaire].
  • Dans un autre genre, le clip musical Que sera de Wax Tailor reprend les scènes de Metropolis, tout comme le clip de Radio Gaga de Queen[réf. nécessaire].
  • Le film argentin en noir et blanc Telepolis (titre original : La Antena), sorti en 2007, qui met en scène le quotidien d'une ville de science-fiction dont les habitants ont perdu la voix, est rempli de références à Metropolis. Il s'attaque de manière engagée au pouvoir de la télévision dans le contrôle des masses à l'époque contemporaine, et son réalisateur a rendu explicitement hommage à l'expressionnisme allemand et au traitement dans Metropolis des questions autour du pouvoir de la technique.
  • Le clip de la chanson Invincible du groupe Muse, sortie en 2006 sur l'album Black Holes and Revelations représente une ville très ressemblante à celle de Metropolis. Ce clip traite de la destruction du monde et le retour à l'âge de pierre, ce qui n'est pas sans rappeler un des thèmes du film[réf. nécessaire].
  • Roland Emmerich s'est directement inspiré du film de Fritz Lang - son film de chevet - pour le design de son studio de production Centropolis[réf. nécessaire].
  • Dans 2046, de Wong Kar-wai, la ville du roman de science-fiction du personnage principal ressemble clairement à Metropolis[réf. nécessaire].
  • Après Madonna avec Express yourself, c'est au tour de Lady Gaga de reprendre des thèmes de Metropolis dans Alejandro[réf. nécessaire] et Paparazzi[réf. nécessaire].
  • Janelle Monáe s'inspire aussi de Metropolis ; on remarquera notamment sur la couverture de The Archandroid, la ressemblance intrigante avec l'androïde, la coiffe qui s'inspire fortement de Metropolis avec la tour de Babel au centre, sans compter que cette couverture ressemble fortement à une affiche du film[réf. nécessaire].
  • Dans la bande dessinée Le Génie des alpages, la machine, Moloch, est réutilisée au cours d'une planche.
  • L'album des artistes de Cult of Luna Vertikal, sorti en 2013, est inspiré de l'œuvre de Fritz Lang.
  • Dans le spectacle Timeless 2013 de Mylène Farmer, l'entrée en scène ainsi que la tenue de la première partie, sont directement inspirés du film Métropolis.
  • Dans l'arc Dressrosa du manga One Piece, il y a le même thème avec une ville basse cachée où des jouets travaillent sans relâche pendant que la ville haute vit dans le luxe et le bonheur.
  • Le titre de l'album The Mediator Between Head and Hands Must Be the Heart du groupe de metal Sepultura est une référence directe à la dernière réplique du film.
  • Metropolis est le nom d'une chanson (1992) ainsi que d'un album concept (1999) du groupe de métal progressif Dream Theater.
  • Le groupe de pop-rock électro français Monkypolis s'inspire largement du film pour sa propre image (son nom, son logo) et ses textes. Il reprend plusieurs extraits du film dans le clip de la chanson They Kill the World.

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Saint-Paul, « Le «Metropolis» de Fritz Lang revit », sur lefigaro.fr, (consulté le 20 avril 2020).
  2. a et b Nathalie Versieux, « «Metropolis», cité ressuscitée », sur liberation.fr, (consulté le 20 avril 2020).
  3. a b c et d Jean-Michel Frodon, La projection nationale : cinéma et nation, Odile Jacob, , 248 p. (lire en ligne), p. 68-71.
  4. a b c d e et f « Metropolis, la science-fiction selon Fritz Lang », sur ina.fr, (consulté le 21 avril 2020).
  5. « Liste de borgnes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. (en) Bonnier Corporation, Popular Science, , 162 p. (lire en ligne), p. 143.
  7. http://blog.britishmuseum.org/2011/08/25/hitchcock%E2%80%99s-blackmail-and-the-british-museum-film-technology-and-magic/
  8. http://www.walter-schulze-mittendorff.com/EN/robot01.html
  9. Patrick McGilligan, Fritz Land: The Nature of the Beast, 1997, pp. 115–116
  10. Traverse City Record Eagle 'Film Festival Outtakes 8/03/09
  11. DVD details of the 2010 reconstructed version
  12. a b c et d Anne Demoulin, « Cinq choses à savoir sur Metropolis de Fritz Lang », sur lexpress.fr, (consulté le 20 avril 2020).
  13. a b c d e f g h i et j « Zoom sur le robot de Metropolis, Fritz Lang, 1926 », sur Cinémathèque.fr, (consulté le 18 avril 2020).
  14. a et b Noël Herpe, « À la recherche de "Metropolis" », sur lepoint.fr, (consulté le 18 avril 2020).
  15. a et b "Le futur retrouvé", présentation de l'exposition à la Cinémathèque française, Thibaut Matrat, le 4 janvier 2012, à lire sur L'Intermède
  16. Jacky Bornet, « Metropolis : le chef-d'oeuvre de Fritz Lang redécouvert », sur francetvinfo.fr, (consulté le 20 avril 2020).
  17. a et b Christine Legrand, « Vingt ans d'enquête en Argentine pour retrouver le trésor de Fritz Lang », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Sensational discovery in Buenos Aires: Lost scenes from “Metropolis” rediscovered, fondation Friedrich Wilhelm Murnau
  19. Les parties manquantes du film Metropolis retrouvées à Buenos Aires, AFP, 3 juillet 2008
  20. Télérama N°3134 du 3 février 2010
  21. Lang(2003)
  22. Jürgen Müller, Les Films des années 20, Taschen
  23. Fritz Lang, Francis Courtade, Paris : Terrain Vague, 1962
  24. Gaceta Literaria, Madrid, 1927-1928
  25. a b c d e et f Pascal Vacher, « Réécriture de Babel dans Metropolis de Fritz Lang », dans Véronique Léonard-Roques, Jean-Christophe Valtat, Les mythes des avant-gardes, Presses Universitaires Blaise Pascal, (lire en ligne), p. 491-493.
  26. Jacky Bornet, « "Metropolis" redécouvert », sur francetvinfo.fr, (consulté le 18 avril 2020).
  27. http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/metropolis/index.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Belmans, La ville dans le cinéma : de Fritz Lang à Alain Resnais, Bruxelles : De Boeck, 1978, 288 p., collection Univers des sciences humaines, vol. 11
  • DVD Metropolis (MK2 éditions)
  • Le roman Metropolis de Thea von Harbou, Préface et traduction de Jean-Claude Heudin, Science-eBook.com, Paris, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Vidéos en ligne[modifier | modifier le code]