La Déchirure (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Déchirure

Titre original The Killing Fields
Réalisation Roland Joffé
Scénario Bruce Robinson
Musique Mike Oldfield
Acteurs principaux
Sociétés de production Goldcrest Films
International Film Investors
Enigma Productions
Pays de production Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre drame historique
Durée 138 minutes
Sortie 1984

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Déchirure (The Killing Fields) est un film britannique réalisé par Roland Joffé et sorti en 1984. Il s'agit du premier long métrage du cinéaste.

Le titre original du film fait référence au camp d'exécution sommaire de Choeung Ek (communément appelé « Killing Fields »), situé dans la banlieue de Phnom Penh et où furent exécutés des milliers de Cambodgiens par les Khmers rouges pendant la durée du régime du Kampuchéa démocratique. Le film s'inspire de l'expérience du journaliste américain Sydney Schanberg, qui a obtenu le Prix Pulitzer du meilleur reportage international en 1976.

Le film est un succès critique et public. Il obtient par ailleurs de nombreuses distinctions, dont trois Oscars et le BAFTA du meilleur film.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À l'heure où le conflit américano-vietnamien déborde sur le territoire du Cambodge, Sydney Schanberg, un journaliste américain au New York Times, est un des rares reporters à être encore dans le pays au moment de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges. Il fait équipe avec Jon Swain, journaliste britannique au Sunday Times et le photographe américain Al Rockoff. Les trois reporters sont arrêtés en sortant d’un hôpital. Seule l'intervention de son assistant cambodgien Dith Pran leur sauve la vie. Les quatre hommes se réfugient à l'ambassade de France, mais alors que Schanberg parvient à regagner in extremis les États-Unis, Pran est déporté comme ses compatriotes dans un camp de travail. Le journaliste américain va faire tout son possible pour retrouver Pran.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le scénario s'inspire de la véritable histoire de Sydney Schanberg, qui obtint le prix Pulitzer du meilleur reportage international en 1976, notamment de son ouvrage The Death and Life of Dith Pran. Selon des notes retrouvées dans ses archives, Stanley Kubrick avait un temps voulu porter à l'écran la vie de Sydney Schanberg mais trouvait que le livre du journaliste n'était pas « cinématographique »[1].

Le scénario est écrit par l'acteur Bruce Robinson. Il le présente ensuite au producteur David Puttnam. Ce dernier part alors en quête d'un réalisateur. Après avoir un temps envisagé Costa-Gavras, il est particulièrement intrigué par la vision de Roland Joffé, qui ne voit pas dans le scénario une histoire de guerre mais plutôt une histoire d'amour entre Dith Pran et Sidney Schanberg. Cela séduit le producteur qui choisit Roland Joffé, qui signe ici son premier long métrage comme réalisateur[1].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Plusieurs acteurs désiraient incarner Sydney Schanberg : Roy Scheider, Alan Arkin et Dustin Hoffman. Cependant, le producteur David Puttnam et le réalisateur Roland Joffé[1].

Haing S. Ngor, qui Dith Pran, n'était pas acteur avant ce film. Il avait avant cela officié notamment comme chauffeur de taxi et journaliste[1].

Le rôle de Jon Swain a été proposé à Nigel Havers, qui préfère tourner La Route des Indes. Le rôle est donc confié à Julian Sands. Kevin Costner a quant à lui été envisagé pour incarner Al Rockoff[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu en Thaïlande (Bangkok, Phuket, Hua Hin), au Canada (Toronto) et aux États-Unis (New York, San Diego)[2].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Mike Oldfield. L'album sort en novembre 1984.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le film récolte plus de 34 millions de dollars au box-office[3]. En France, le succès est également au rendez-vous avec 2 793 256 entrées[4]. Il est ainsi le 10e meilleur film au box-office France 1985.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Prix de l'Académie japonaise du meilleur film en langue étrangère 1986

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  2. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  3. (en) « The Killing Fields », sur Box Office Mojo (consulté le )
  4. « La Déchirure », sur JP's box-office (consulté le )
  5. (en) The BFI 100: 91-100 », sur le site du BFI.

Annexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]