The Spy Gone North

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Spy Gone North
Titre original 공작
Réalisation Yoon Jong-bin
Scénario Kwon Seong-hui[1]
Yoon Jong-bin
Acteurs principaux

Hwang Jeong-min
Lee Seong-min
Jo Jin-woong
Joo Ji-hoon

Sociétés de production Moonlight Film
Pays d’origine Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Genre Drame
Espionnage
Durée 141 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Spy Gone North (hangeul : 공작 ; RR : Gong Jak) est un film sud-coréen coécrit et réalisé par Yoon Jong-bin, sorti en 2018. Il s’agit de l’histoire vraie de Park Chae-seo, ancien agent sud-coréen infiltré dans les installations nucléaires nord-coréennes[2].

Il totalise presque 5 millions d'entrées au box-office sud-coréen de 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, un espion sud-coréen essaie d'obtenir des informations sur le problème nucléaire nord-coréen. Pour cela, il se fait passer pour un homme d'affaires.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Ce film est présenté en « séance de minuit » et projeté le au Festival de Cannes[1].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

The Spy Gone North

Score cumulé
SiteNote
Metacritic69/100
Rotten Tomatoes100%
Compilation des critiques
PériodiqueNote
CinéSéries4.0 étoiles sur 5

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,8/5, et des critiques spectateurs à 3,9/5[4].

Pour Jean-François Rauger du Monde, « Film d'espionnage, ou plutôt film sur l'espionnage, The Spy Gone North doit peu aux exploits d'un James Bond. On pense, en effet, davantage aux romans d'un John le Carré. [...] The Spy Gone North témoigne avec talent de la qualité d'un cinéma populaire intelligent et à succès. »[5].

Pour Sébastien Mauge de Télérama, « Nul hasard si le titre anglais évoque L'Espion qui venait du froid de John Le Carré. L'histoire de The Spy gone north possède la densité des romans d'espionnage du maître britannique et partage sa vision de l'absurdité de la guerre froide, qui joue ici les prolongations dans une Corée divisée. [...] La morale est amère. Pour régner, on a toujours besoin d'un ennemi. Tourné avant les récentes tentatives d’apaisement entre les deux pays, le film invite à ne pas s'y fier. Les poignées de mains factices cachent souvent des symbioses mortifères. »[6].

Pour Etienne Sorin du Figaro, « Ils savent tout faire. Drame, polar, fantastique, film de guerre et maintenant d'espionnage. Ce n'est plus un secret pour personne, le septième art coréen est l'un des plus riches et des plus intéressants du moment. Cela dure depuis quelques années maintenant. Dès que l'on croit que la production s'essouffle, une nouvelle pépite ou un nouvel auteur replacent Séoul sur la carte du cinéma mondial. [...] Yoon Jong-bin filme «la dernière région du monde où règne encore la guerre froide et où deux nations - mais un seul peuple - se font face». Un pays déchiré, que symbolise la relation entre Black Venus et Ri Myong-un, dignitaire nord-coréen mélancolique et désabusé. »[7].

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Korean Association of Film Critics Awards 2018 :
    • Top 11 Films
    • Meilleure réalisation pour Yoon Jong-bin
    • Meilleur acteur pour Lee Sung-min
    • Meilleur acteur dans un second rôle pour Joo Ji-Hoon

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

  • Grand Bell Awards 2018 :
    • Meilleur film
    • Meilleure réalisation pour Yoon Jong-bin
    • Meilleur acteur dans un second rôle pour Ki Joo-bong
    • Meilleur scénario pour Kwon Seong-hui et Yoon Jong-bin
    • Meilleure direction de la photographie pour Choi Chan-min
    • Meilleur montage pour Kim Sang-bum et Kim Jae-bum
    • Meilleurs éclairages pour Yoo Suk-moon
    • Meilleurs costumes pour Chae Kyung-hwa

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) Maggie Lee, « Cannes Film Review: « The Spy Gone North » (Gong Jak) », sur Variety, (consulté le 21 juin 2018).
  2. (en) « « The Spy Gone North » is about a spy undergoing identity change, says director », sur Yonhap News, (consulté le 21 juin 2018).
  3. a et b « Gong Jak », sur Festival de Cannes, (consulté le 21 juin 2018).
  4. « The Spy Gone North », sur Allociné (consulté le 22 novembre 2018).
  5. Jean-François Rauger, « « The Spy Gone North » : à Pyongyang, l’espion qui venait du Sud », sur Le Monde, (consulté le 23 novembre 2018).
  6. Sébastien Mauge, « The Spy Gone North, Un étourdissant jeu de dupes, d'un cynisme absolu », sur Télérama, (consulté le 23 novembre 2018).
  7. Etienne Sorin, « The Spy Gone North : la Corée, nid d'espions », sur Figaro, (consulté le 23 novembre 2018).
  8. JP-Boxoffice.com ; page du film The Spy Gone North, consulté le 22 novembre 2018.
  9. « L'Etrange Festival 2018 : The Spy Gone North grand vainqueur de la compétition devant Lars Von Trier », sur Écran large, (consulté le 24 septembre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]