Cristobal de Morales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morales.
Cristobal de Morales
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait du compositeur par James Caldwall

Naissance Vers 1500
Séville, Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès
Marchena ou Malaga, Espagne
Activité principale Compositeur
Style Musique Latine

Œuvres principales

Requiem

Cristóbal de Morales, né à Séville vers 1500 et mort à Marchena ou Malaga en 1553, est un compositeur espagnol de musique sacrée, qui vécut à l'époque de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études classiques et musicales, il est en poste à Avila et à Plasencia en 1528. Il chante ensuite comme baryton dans le chœur de la Chapelle Sixtine, à Rome. Il réside alors pendant dix ans à Rome, durant le pontificat du pape Paul III. Il mourut à l'âge de 53 ans.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • Circumdederunt me gemitus mortis
  • Jubilate Deo omnis terra
  • Motet : Versa est in luctum
  • Lamentations pour le Samedi saint (copiées dans un manuscrit du Vatican en 1543, publiées à Venise en 1564, par Gardane, sous le titre : Lamentationi di Morales)
  • Messe de Requiem (Missa pro defunctis, a 5 voix), Rome, 1544
  • Officium defunctorum (Office des défunts) « Celebrado en México en noviembre 1559 para commemorar la muerte de Carlos V » (Charles Quint, mort en 1558). Ad matutinum (A matines) : Antienne Circumdederunt me
  • Officium defunctorum. Invitatorium (Invitatoire) : Regem cui omnia vivunt - Psaume 94 : Venite, exultemus Domino

Notes et références[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • « Maestros del Siglo de Oro ». La Capella Reial de Catalunya. Hespérion XX. Direction : Jordi Savall (1991/92. Sony, AliaVox Heritage. 2009)
    • De Morales : Officium defunctorum et Missa pro defunctis
  • « Morales. Office des Ténèbres » (Sabbato sancto et Office de laudes). Ensemble Doulce mémoire. Direction : Denis Raisin Dadre (Paris, Naïve, 2002)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]