Panis Angelicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Panis Angelicus est en général un motet, et à l'origine, celui de l'élévation dans la messe. De nos jours, il est l'une des trois hymnes liturgiques de l'Office du Saint-Sacrement, avec les O Salutaris Hostia et Tantum Ergo.

Texte[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un extrait de l'hymne Sacris solemniis composée par saint Thomas d'Aquin († 1274). Cette hymne, réservée à l'office de la nuit (matines), contient des textes de Panis angelicus dans la strophe VI et, en tant que doxologie, de Te trina Deitas unaque dans la VII [52].

Saint Thomas d'Aquin.
Latin Français
(VI) Panis angelicus
fit panis hominum :
Dat panis cœlicus
figuris terminum :
O res mirabilis !
manducat Dominum
Pauper, servus, et humilis.
(VII) Te trina Deitas
unaque poscimus :
Sic nos tu visita,
sicut te colimus :
Per tuas semitas
duc nos quo tendimus,
Ad lucem quam inhabitas.
Amen.
Le pain des anges
Devient le pain des hommes.
Le pain du ciel met
Un terme aux symboles.
Ô chose admirable!
Il se nourrit de son Seigneur
Le pauvre, le serviteur, le petit.
Dieu Trinité
Et Un, nous te le demandons,
Daigne par ta visite
Répondre à nos hommages.
Par tes voies, conduis-nous
Au but où nous tendons,
À la lumière où tu demeures.
Ainsi soit-il.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Exception avant la Contre-Réforme[modifier | modifier le code]

L'origine du Panis angelicus remonte au concile de Trente[1]. Texte écrit au XIIIe siècle, mais le répertoire de Panis angelicus resta, en conséquence, presque vide durant 300 ans, sauf une exception.

L'exemple le plus ancien que nous connaissons est un motet de Gaspar van Weerbeke. Il se trouve dans le recueil publié le 10 mai 1503 à Venise, chez l'imprimeur Ottaviano Petrucci [53]. Ce livre de chant se distinguait des chefs-d'œuvre de grands compositeurs tel Josquin des Prés. Musicien méconnu auparavant, or des études récentes de plusieurs chercheurs identifièrent qu'il s'agissait d'un des compositeurs les plus importants dans la deuxième moitié du XVe siècle[2]. De surcroît, il existe plusieurs messes, qui avaient été copiées sans doute dans les années 1480, à la chapelle du Vatican, quand il y était son cantor capellanus (chantre)[3]. Manuscrit sûr, mais aucun usage liturgique n'était précisé par l'éditeur [54]. La mélodie de ce Panis angelicus fut par ailleurs adoptée, dans le recueil Laude libro secondo de Petrucci (1508) qui n'était autre qu'une anthologie de paraphrases, pour fournir de nouveaux chants de laudes, avec celles de Verbum caro factum est de Weerbeke ainsi que d'un autre chant[4],[1].

Après la Contre-Réforme[modifier | modifier le code]

Une autre composition est celle de João Lourenço Rebelo, écrite plus tard, au XVIIe siècle. S'il semble que le compositeur restât toujours dans son pays, il s'agissait du musicien que soutenait le roi Jean IV de Portugal. D'où, son motet Panis angelicus demeure une œuvre de tour de force, à sept voix[5]. On s'aperçoit, dans cette œuvre, une synthèse entre le siècle d'or du Portugal et la musique florissante de la Contre-Réforme à Rome, qui était représentée par Palestrina[5].

Récemment, en 2000, on découvrit le manuscrit Carlo G à Vienne. Ce manuscrit, copié en Italie (Rome ou alentour[cg 1]) entre 1600 et 1620, annonçait l'arrivée de la musique baroque, avec l'ornement de voix très évolué et sophistiqué. Le motet avait été composé par un certain Carlo G. qui reste un compositeur inconnu[cg 2]. Son Panis angelicus est précédé de l'une de seules cinq toccatas instrumentales dans ce manuscrit, qui fonctionnent comme prélude (toccata per il motetto)[cg 3]. Cela signifie un usage plus solennel dans la liturgie. Si le motet s'accompagne de l'orgue, dans sa toccata, le violon remplace une de voix, ce qui demeure une nouveauté de cette pièce[cg 4].

L'absence d'œuvres durant 300 ans suggère par ailleurs qu'il faut écarter une hypothèse, qui est toutefois souvent diffusée : composition des hymnes pour la Fête-Dieu. Si Thomas d'Aquin avait composé, en faveur du Saint-Sacrament, les textes de Panis angelicus, d'O salutaris et de Tantum ergo, avant XVIIe siècle de nombreux compositeurs auraient donné mélodie à ces textes, qui sont en réalité les extraits de trois hymnes de la liturgie des Heures. Jusqu'à la fin du XVe siècle, il s'agissait en fait de l' Ave verum corpus qui était en usage. À la suite du concile de Trente, la Contre-Réforme fit enrichir le répertoire du Saint-Sacrement, dont le Panis angelicus[1].

En ce qui concerne l'œuvre attribuée à Giovanni Pierluigi da Palestrina (motet à 4 voix), un seul témoignage est la partition publiée par Fortunato Santini († 1861)[6]. Encore faut-il retrouver un manuscrit ancien, afin de confirmer l'attribution faite par Santini.

Sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Les quatre motets Panis angelicus, qui furent composés par Henry Du Mont à la cour de Louis XIV, possèdent une importance dans l'histoire de la musique liturgique en France. Il s'agissait tant du modèle pour la composition du motet qui était accompagné de basse continue que de petit motet, chanté lors de la messe en semaine en présence de Louis XIV.

La pratique des motets à la chapelle royale était détaillée par Pierre Perrin dans son Cantica pro Cappella Regis (1665) : « Pour la longueur des cantiques, comme ils sont composés pour la messe du roi, où l'on chante d'ordinaire trois, un grand, un petit pour l'élévation et un Domine salvum fac regem... Ceux de l'élévation sont plus petits, et peuvent tenir jusqu'à la post-communion, que commence Domine[7] ».

Quoique, sous le règne de Louis XIV et de Louis XV, la composition de motet Panis angelicus ne fût pas florissante, on compte toujours de grands compositeurs de l'époque : Marc-Antoine Charpentier, Michel-Richard de Lalande, Charles-Hubert Gervais et Louis-Nicolas Clérambault. À l'exception de Charpentier, tous les musiciens étaient en service à la cour de Versailles.

On s'aperçoit que l'usage liturgique de cette pièce était déjà revalorisé au XVIIIe siècle. En effet, il était précisé que, concernant les œuvres de Lalande et de Clérambault, le motet Panis angelicus était réservé à la célébration du Saint-Sacrement. À vrai dire, il est possible que le motet O salutaris Hostia fût préféré, à la chapelle royale, à celui de Panis angelicus. Une part, l'usage d'O salutaris peut remonter au règne de Louis XII. D'autre part, une strophe y était ajoutée au XVIIe siècle, avec le mot serva lilium (conserve lys). Le lys était tout à fait le symbole de la monarchie française. Pour la messe des défunts, le motet de l'élévation demeurait le Pie Jesu, d'après le rite parisien.

Œuvre liturgique au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

César Franck en service à la Sainte-Clotilde.

En France, le XIXe siècle aussi s'illustrait, dans le contexte liturgique catholique, de la composition de nombreux petits motets. Par exemple, avant que Gabriel Fauré ne lui succède en 1877, Théodore Dubois en composa 34, dont 3 Panis angelicus, en faveur de l'église de la Madeleine à laquelle il était maître de chœur[8]. La plupart de ces motets furent écrits dans la deuxième moitié de ce siècle.

Ces motets étaient composés, très souvent, avec l'accompagnement d'orgue, en faveur de l'usage dans la liturgie. Il est normal que les compositeurs fussent, sur de principaux cas, des organistes, tels Camille Saint-Saëns, Théodore Dubois, Samuel Rousseau. Il faut remarquer qu'à l'origine, César Franck aussi créa son œuvre[9] en qualité de cette fonction à la basilique Sainte-Clotilde de Paris. De nombreux motets Panis angelicus furent écrits par des musiciens français et espagnols moins connus, mais, de même, en tant qu'œuvres liturgiques[10].

Par ailleurs, à cette époque-là, le motet Panis angelicus était pareillement chanté au Vatican, à la basilique Saint-Pierre. Giuseppe Janacconi († 1816), qui en composa deux, était maître de la Cappella Giulia. L'œuvre de Giuseppe Baini († 1844) fut publiée plusieurs fois à partir du XIXe siècle. Quant à Baini, il était directeur du chœur de la chapelle Sixtine.

Réforme liturgique de Pie X[modifier | modifier le code]

En 1903, à peine élu, le nouveau pape Pie X fit inaugurer une immense reforme liturgique, afin d'éliminer la musique théâtrale au sein de l'Église. À la fête de sainte Cécile, il dénonça son motu proprio Inter pastoralis officii sollicitudines. Il s'agissait d'une centralisation de la liturgie catholique, jamais connue à l'exception de la reforme de Charlemagne. Tous les privilèges de la liturgie locale furent supprimés en faveur de l'Édition Vaticane.

À vrai dire, ce motu proprio était, pour les compositeurs, ambigu. En effet, une part, l'article III-8 admettait un motet facultatif, connaissant la tradition, après le Benedictus ou après le chant d'offertoire. Le motet Panis angelicus était désormais tout à fait légitime, dans toutes les églises catholiques, d'après ce motu proprio.

D'autre part, pour les compositeurs contemporaines, cette reforme n'était pas nécessairement favorable. Ce pape, qui était spécialiste de la musique sacrée[11], savait bien que le grégorien et la polyphonie étaient les deux premiers sommets de la musique occidentale. Certes, saint Pie X aussi recommandait la composition de nouvelles œuvres. Cependant, dans cette reforme, elles restaient secondaires. À cette époque-là, les musiciens s'occupaient surtout sur l'accompagnement d'orgue pour le chant grégorien[12]. (L'œuvre Panis angelicus d'Amédée Gastoué fut sortie dans ce contexte. Consulteur de Pie X pour l'Édition Vaticane (nommé en avril 1904), il fit une harmonisation pour une mélodie[13].) La composition de petits motets n'était plus florissante.

Pourtant, il n'y avait aucun obstacle pour la publication de Panis angelicus, en tant que motet de l'élévation. Ainsi, on put publier à nouveau la Messe à trois voix de Franck, y compris Panis angelicus, en 1909 chez Bornemann. Cette fois-ci, il s'agissait d'une version révisée pour l'orchestre[14].

Et l'ascension de l'œuvre de Franck commença. Déjà en 1906, un disque enregistré à Milan avait été sorti, avec l'exécution du baryton Ferruccio Corradetti, qui était accompagnée de violon et d'orgue [écouter en ligne].

Après le concile Vatican II[modifier | modifier le code]

Après 60 ans environ de l'usage de l'Édition Vaticane, fut tenue une autre réforme liturgique selon le concile Vatican II. Au lieu de la centralisation, cette réforme se caractérisait de la diversité. D'où, la messe en langue vulgaire fut adoptée. Dorénavant, la célébration en latin ne fut effectuée qu'au sein des établissements autorisés, jusqu'à ce que le pape Benoît XVI fasse dénoncer le motu proprio Summorum Pontificum en 2007. À la suite de ce bouleversement, la plupart des pièces liturgiques de Panis angelicus tombèrent dans l'oubli, faute de célébration en latin.

Au contraire, et assez paradoxalement, l'œuvre de César Franck est toujours exécutée auprès tant de la liturgie ([55], Pâques de 2014, King's College, Cambridge) que du concert ([56], janvier 2007, Slane Castle). On compte, de même, de nombreux enregistrements de qualité, tels ceux de Luciano Pavarotti, de Charlotte Church, de Josh Groban, d'Andrea Bocelli, quel que soit le genre que ces musiciens pratiquent. Avec cette immense popularité, on peut considérer qu'il s'agit d'une petite œuvre monumentale. Aujourd'hui, Benjamin François présume que l'œuvre est capable de représenter l'un de 100 chefs-d'œuvre de la musique classique[15].

Si, de nos jours, la composition de ce texte devint rare, Pierre Villette écrivit en 1995 une pièce liturgique. L'œuvre de Domenico Bartolucci (créé cardinal en 2010) fut publiée en 2008.

Mise en musique[modifier | modifier le code]

À la Renaissance[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Musique classique[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Biordi (1691 - † 1748) : motet[26]
  • Claudio Casciolini (1697 - † 1760) : hymne à 4 voix (17.., publication 1900, 1920, 1923)[27]
  • Pietro Guglielmi (1728 - † 1804) : motet pour contralto et orgue ou basse continue[28]
  • François Giroust (1737 - † 1799) : œuvre à 4 voix accompagnée d'instruments[29]
  • Giuseppe Janacconi (1740 ou 1741 - † 1816) : 2 œuvres pour le chœur de la Cappella Giulia[30]
    • motet pour 2 basses et orgue
    • motet pour soprano, contralto, basse et orgue
  • Niccolò Antonio Zingarelli (1752 - † 1837) : chœur à 4 voix et orchestre ; pour la communion de la messe du Jeudi Saint (1836)[31]
  • Giuseppe Baini (1778 - † 1844) : motet à 3 voix (publication posthume vers 1970[32], 1984[33])
  • Louis Lambillotte (1797 - † 1855) : œuvre à 3 voix, avec orgue, pour la fête du Sacré-Cœur (publication posthume)[34]
  • Hilarión Eslava (1807 - † 1878) : motet à 4 voix, op. 147 n° 5[35] [partition en ligne]
  • Constant Sieg (1807? - † 1891?) : cantique au Saint-Sacrament pour deux voix égales et orgue, op. 78 (publication 1886)[36]
  • Théodore Nisard (1812 - † 1888) : trio pour soprano, ténor et bariton accompagné d'orgue ; pièce dédiée au prêtre-musicologue Wulfran Moreau (1861)[37]
  • Edmond Membrée (1820 - † 1882) : duo pour soprano et contralto avec orgue (1879)[38] [partition en ligne]
  • César Franck (1822 - † 1890) : motet d'élévation, ajouté dans la Messe à 3 voix de 1860 ; op. 12, CFF209 ou FWV61, n° 5 (1872)[39] [partition en ligne (1880)]
  • Camille Saint-Saëns (1835 - † 1921) : pour soprano ou ténor et orgue ou cordes (1898)[40]
  • Théodore Dubois (1837 - † 1924) : 3 Panis angelicus pour l'église de la Madeleine où il était en fonction [57]
    • motet pour mezzo-soprano, choœur à 4 voix et ensemble instrumental (1873),Paris, Heugel, "Au ménestrel". [partition en ligne]
    • motet pour ténor et orchestre, en ré majeur (1893)Paris, Heugel, "Au ménestrel".[41]
    • motet pour mezzo-soprano, chœur à 4 voix ad libitum et orgue  ; dédié à César Franck (1893), Paris, Heugel, "Au ménestrel".[42]
  • Louis-Lazare Perruchot (1852 - † 1930) : œuvre pour chant et orgue (publication posthume 1936)[43]
  • Samuel Rousseau (1853 - † 1904) : pièce en sol majeur pour mezzo-soprano ou baryton et orgue (1893)[44]
  • Mel Bonis (1858 - † 1937) : pour 2 voix et orgue (publication 1930)[45]
  • Marie-Joseph Erb (1858 - † 1944) : motet à 4 voix et orgue (1938)[46]
  • André Caplet (1878 - † 1925) : pour voix et orgue (21 juin 1919)[47]
  • Joseph Franck (18.. - † 1937) : œuvre pour mezzo-soprano (1867)[48]

Œuvre contemporaine[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Elam Rotem, The Carlo G manuscipt : New light on early seventeeth century accompaniment and diminution practis, dans Groß Geigen um 1500 ; Orazio Michi und die Halfe um 1600, Schwabe Verlag, Basel 2020 (en)[extrait en ligne]
  1. p.  421
  2. p. 404, note n° 4 ; à cause d'une tache sur la signature, on ne peut pas déchiffrer le nom de ce compositeur
  3. p.  402
  4. p.  419

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Warren Drake (éd.), Ottaviano Petrucci, Motetti de Passione, de Cruce, de Sacramento, de Beata Virgine et Huiusmodi B, University of Chicago Press 2002, p. 19 - 21 Texts De Sacramento [1]
  2. Résumé de Gaspar van Weerbeke, new perspectives on his Life and Music 2019 (en)[2]
  3. Agnese Pavanello, Gaspar van Weerbeke's missa O venus bant, dans la revue Early Music History tome XXXVII, octobre 2019 (Cambridge University Press) (en)[3] référence n° 20
  4. Stanley Boorman, Oxford University Press 2006 p. 273 (en)[4]
  5. a et b The Cambridge History of Seventeeth Century tome I, Cambridge University Press 2005, p. 299 (en)[5]
  6. Partition de Santini, conservée au Musée international et bibliothèque de la musique (Bologne), manuscrit R.281 [6]
  7. Pierre Perrin, avant-propos de Cantica pro Cappella Regis. Latine composita et Gallicis versibis reditta, Édition Ballard, Paris 1665 ; cité par Catherine Cessac Marc-Antoine Charpentier p. 246
  8. Dossier Bnf [7]
  9. À l'origine, il s'agissait d'un O salutaris Hostia pour la messe op. 12, mais Franck remplaça finalement celui-ci par un Panis angelicus (William Mahrt, université Stanford 2009) (en)[8]
  10. Le catalogue de la Schola Cantorum de Bâle pour des œuvres de chœur (2020) contient de nombreux motets de ce sujet, ceux qu'elle publia depuis sa fondation (ainsi que de petits motets) [9].
  11. Lorsqu'il était encore séminariste, Giuseppe Sarto avait été nommé directeur du chant des clercs (à savoir maître de chœur) / René Bazin, Pie X, p. 27 - 28, Paris 1928.
  12. Il existait en effet l'hésitation des paroissiens, en raison de ce chant en monodie et assez modeste.
  13. Catalogue Bnf [10]
  14. Benjamin François, 2018, p. 291 [11]
  15. Benjamin François, 2018, p. 290 - 291 : « Chant pour l'église ou air d'opéra ? À l'écoute du célèbre Panis Angelicus de César Franck, il est permis de se demander. D'ailleurs, les extraits vidéo, en majorité accompagnés par un orchestre, vous feront plutôt pencher pour la deuxième solution. Avant d'être un pianiste-compositeur de renom, le Pater Seraphics - comme l'appelaient ses élèves - aura été sa vie durant musicien d'église, une bien éreintante fonction, et le ravissant petit motet que voici est là pour nous le rappeler. Laissez-vous bercer par sa douce mélodie, la conduite vocale et la simplicité de l'accompagnement en font un petit bijou. »
  16. Data Bnf [12]
  17. Catalogue CMBV [13]
  18. Data Bnf [14]
  19. Data Bnf [15]
  20. Data Bnf [16]
  21. Data Bnf [17]
  22. Data Bnf [18]
  23. Data Bnf [19]
  24. Data Bnf [20]
  25. Data Bnf [21]
  26. Catalogue de Sing-Academie de Berlin [22]
  27. Data Bnf [23]
  28. Biblioteca Nazionale Braidense [24]
  29. Notice Bnf [25]
  30. Site Treccani (it)[26]
  31. Data Bnf [27]
  32. Catalogue CMBV [28]
  33. Notice Bnf [29]
  34. Revue et gazette musicale de Paris le 30 mai 1875 p. 176 [lire en ligne]
  35. Biblioteca nacional de España [30]
  36. Data Bnf [31] ; il s'agirait du père de Victor Sieg, lauréat du prix de Rome en 1864 [32]
  37. Data Bnf [33]
  38. Biblioteca nacional de España [34]
  39. Data Bnf [35]
  40. Data Bnf [36]
  41. Data Bnf [37]
  42. Data Bnf [38]
  43. Notice Bnf [39]
  44. Data Bnf [40]
  45. Data Bnf [41]
  46. Data Bnf [42]
  47. Data Bnf [43]
  48. Data Bnf [44] ; voir aussi [45] n° 152 Quatrième recueil de six motets ; on ignore cependant les détails de ce compositeur.
  49. Data Bnf [46]
  50. Data Bnf [47]
  51. Catalogue Bnf [48]
  52. Data Bnf [49]
  53. Deutsche Nationalbibliografie (de)[50] p. 13 <782.25>
  54. Data Bnf [51]