Claude Guillon-Verne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Guillon-Verne
Claude Guillon-Verne.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 76 ans)
Oudon
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Père
Léon Guillon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Propriétaire de
Château du Tertre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Mouvement
Maîtres

Claude Guillon-Verne, né le au domaine familial de La Boucardière à Chantenay-sur-Loire (actuellement Nantes) et mort en à Oudon[1], est un compositeur et chroniqueur musical français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Septième enfant de Claude Léon Marie Guillon (1837-1913)[2], armateur et assureur maritime, et de Marie Sophie Verne (1842-1913)[3], sœur benjamine de Jules Verne, Claude Guillon-Verne est le neveu de Jules Verne.

Débutant par l'étude du piano et de l'orgue, il suit les cours d'harmonie de l'organiste de l'église Saint Nicolas, Vincent d'Indy, par ailleurs professeur au Conservatoire de Nantes où il entre en 1896[4]. Il y obtient son premier prix d'harmonie et se lie d'amitié avec Paul Ladmirault.

En 1903, il incorpore la Schola Cantorum de Paris (1903-1910) et est l'élève de Paul Dukas, Albert Roussel et Vincent d'Indy. Il se fait connaître par ses Poèmes de la Mer en quatre parties qui sont représentées à Paris en 1905[4].

En 1914, il épouse la fille d'Amédée Brétignière.

Il est mobilisé lorsque la Grande Guerre éclate, servant au 11e escadron du train des équipages militaires.

Revenu dans sa ville natale, il y exerce dans l'industrie. Poursuivant sa passion musicale en devenant compositeur et chef d'orchestre, il cofonde la Boîte à Musique, petite association destinée à promouvoir la musique française et locale. Il est critique musical au journal L'Écho de la Loire de 1919 à 1931. Le 4 mars 1920 son œuvre lyrique Le Visionnaire est créée au théâtre Graslin[5].

En 1931, il écrit la musique de la pièce Les Tribulations d'un Chinois en Chine, en trois actes et 16 tableaux de Claude Farrère et Charles Méré, montée au Théâtre Sarah-Bernhardt le 23 mai 1931[6],[7].

Après la Seconde Guerre mondiale, il partage sa vie entre sa maison de pêcheur acquise à Belle-Île-en-Mer (où il sympathise avec Arletty) et la propriété familiale du Tertre à Oudon.

Hommage et postérité[modifier | modifier le code]

La rue Claude-Guillon-Verne, à Nantes, est baptisée en son hommage.

  • Son poème symphonique Le Poème des Iles est jouée en 2006 lors d'un concert du Festival Albert-Roussel[9].

Œuvre[10][modifier | modifier le code]

  • Poèmes de la mer - 1900 -
  • Petits tableaux campagnards - 1905 -
  • Quatuor à cordes - 1907 -
  • Deux poèmes (Albert Samain) - 1918 -
  • Paysages basques - 1921 -
  • Poèmes arabes (Franz Toussaint) - 1922 -
  • Au cœur de la forêt (piano et violon) - 1923 -
  • Poème des îles - 1927 -
  • Prélude à la montagne - 1928 -
  • Ouessant - 1937 -
  • Le parc abandonné - 1937 -
  • Les ailes du rêve (soli, chœurs et orchestre) - 1938 -
  • Triptyque Francis Jammes - 1939 -

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Claude Guillon-Verne sur data-bnf.fr
  2. Biographie de Léon Jean-Pierre Guillon
  3. La famille comptera 9 enfants.
  4. a et b Voyage musical au pays nantais in Les Annales de Nantes et du pays nantais, n°194, 1979, p.28
  5. Philippe Burgaud, Claude Guillon-Verne et Les Tribulations d'un Chinois en Chine, in Jules Verne & Co no 1, 2011, p. 68
  6. Claude Guillon-Verne, Les Tribulations d'un Chinois en Chine, in Les Annales de Nantes no 187-188, 1978, p. 13-14
  7. Philippe Burgaud, Claude Guillon-Verne et Les Tribulations d'un Chinois en Chine, in Jules Verne & Co no 1, 2011, p. 67-78
  8. Notice no 07430002206, base Joconde, ministère français de la Culture.
  9. Philippe Burgaud, Claude Guillon-Verne et Les Tribulations d'un Chinois en Chine, in Jules Verne & Co no 1, 2011, p. 67
  10. Liste établie par l'auteur et envoyée à Frank Emmanuel le 19 janvier 1943.

Sources[modifier | modifier le code]

  • "Claude Guillon-Verne: 1879-1956, compositeur", de Maurice Poté, préface de Guy Perthout (1963)
  • "Un grand compositeur nantais oublié : Claude Guillon-Verne", de Patrick Barbier (1994)
  • "Claude Guillon-Verne (1879-1956), compositeur nantais", de Gabriel Biau (2006)
  • "Claude Guillon-Verne" par Damien Top, Politique Magazine, septembre 2006
  • Claude Guillon-Verne (1879-1956) dans "La musique de chambre à Nantes entre les deux guerres", de Michelle Bourhis (2011)
  • "Pages nantaises", Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire

Liens externes[modifier | modifier le code]