Prière de saint Patrick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La prière de saint Patrick est une hymne chrétienne d'origine irlandaise que chantent les catholiques comme les anglicans. On l'appelle aussi la lorica de saint Patrick, le mot latin lorica signifiant « cuirasse ». Son titre anglais, Saint Patrick's Breastplate, signifie « cuirasse de saint Patrick ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le texte d'origine, en vieil irlandais, a longtemps été traditionnellement attribué à Patrick d'Irlande. Celui-ci aurait composé cette œuvre durant son ministère en Irlande, au Ve siècle. Toutefois, cette prière est probablement plus tardive[1] : elle semble dater du VIIIe siècle[2] et être l'œuvre d'un moine[3].

Le style est celui d'une incantation druidique destinée à protéger le fidèle lors d'un voyage. Cette prière figure dans le Liber Hymnorum[4], un recueil d'hymnes contenues dans deux manuscrits conservés à Dublin[5].

Le texte fut traduit en vers anglais par Cecil Frances Alexander en 1889 et associé à deux mélodies irlandaises, St Patrick et Deirdre[6]. La prière de saint Patrick fait partie des hymnes de l'Église d'Irlande et de l'Église épiscopale des États-Unis. Elle est souvent chantée pendant la fête de la Saint-Patrick, le 17 mars, ou lors de la fête de la Sainte Trinité, à la fin du mois de mai. Dans l'Église catholique romaine anglophone, des extraits de cette prière figurent dans le Missel romain de 1970[7]. [1]

Le texte en français[modifier | modifier le code]

Je me lève aujourd'hui
par une force puissante,
l'invocation de la Trinité,
la croyance en la Trinité,
la confession de l’unité
du Créateur du monde.

Je me lève aujourd'hui
par la force de la naissance du Christ et de Son Baptême,
la force de Sa Crucifixion et de Sa mise au tombeau,
la force de Sa Résurrection et de Son Ascension,
la force de Sa Venue au jour du Jugement.

Je me lève aujourd'hui
par la force des ordres des Chérubins,
dans l'obéissance des Anges,
dans le service des Archanges,
dans l'espoir de la Résurrection,
dans les prières des Patriarches,
dans les prédications des Prophètes,
dans les prédications des Apôtres,
dans les fidélités des Confesseurs,
dans l'innocence des Vierges saintes,
dans les actions des Hommes justes.

Je me lève aujourd'hui
par la force du Ciel,
lumière du Ciel,
lumière du Soleil,
éclat de la Lune,
splendeur du Feu,
vitesse de l'éclair,
rapidité du vent,
profondeur de la mer,
stabilité de la terre,
solidité de la pierre.

Je me lève aujourd'hui
par la force de Dieu pour me guider,
la puissance de Dieu pour me soutenir,
l'intelligence de Dieu pour me conduire,
l'œil de Dieu pour regarder devant moi,
l'oreille de Dieu pour m'entendre
la parole de Dieu pour parler pour moi,
la main de Dieu pour me garder,
le chemin de Dieu pour me précéder,
le bouclier de Dieu pour me protéger,
l'armée de Dieu pour me sauver
des filets des démons,
des séductions des vices,
des inclinations de la nature,
de tous les hommes qui me désirent du mal,
de loin et de près,
dans la solitude et dans une multitude.

J'appelle aujourd'hui toutes ces forces
entre moi et le mal,
contre toute force cruelle impitoyable
qui attaque mon corps et mon âme,
contre les incantations des faux prophètes,
contre les lois noires du paganisme,
contre les lois fausses des hérétiques,
contre la puissance de l'idolâtrie,
contre les charmes des sorciers,
contre toute science qui souille
le corps et l'âme de l'homme.

Que le Christ me protège aujourd'hui
contre le poison, contre le feu,
contre la noyade, contre la blessure,
pour qu'il me vienne une foule de récompenses,
le Christ avec moi,
le Christ devant moi,
le Christ derrière moi,
le Christ en moi,
le Christ au-dessus de moi,
le Christ au-dessous de moi,
le Christ à ma droite,
le Christ à ma gauche,
le Christ en largeur,
le Christ en longueur,
le Christ en hauteur,
le Christ dans le cœur
de tout homme qui pense à moi,
le Christ dans tout œil qui me voit,
le Christ dans toute oreille qui m'écoute.

Je me lève aujourd'hui
par une force puissante
l'invocation à la Trinité,
la croyance en la Trinité,
la confession de l'unité
du Créateur du monde.

Au Seigneur est le salut,
au Christ est le salut.

Que Ton salut, Seigneur, soit toujours avec nous.

Amen.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de spiritualité, Beauchesne, 1932-1995, tome 12, article « saint Patrick ».
  2. (ga) David Greene et Frank O'Connor, A Golden Treasury of Irish Poetry, AD 600–1200, London, Macmillan. Reprinted 1990, Dingle: Brandon,‎ 1967, poche (ISBN 978-0-86322-113-2).
  3. B. A. Binchy, in Eriu, tome 20, 1966, pp. 234-236.
  4. Liber Hymnorum Eireannach a haon, manuscrit écrit en onciale irlandaise. Il s'agit de la plus ancienne compilation d'hymnes irlandaises connue. Fait en velin, il date du XIe siècle, et contient des prières écrites en latin et en irlandais utilisées dans l'Église celtique primitive. Il renferme 34 folios sur velin et trois folios supplémentaires reliés à la fin de l'ouvrage. Les initiales des hymnes sont enluminées dans les 31 premiers folios puis deviennent moins décoratives. On pense que ces folios sont plus tardifs. Cf. The Irish Liber Hymnorum edited from the Manuscripts with translation notes and glossary, par J.H. Bernard, D.D., and R. Atkinson, LL.D., Volume 1, London, 1898.
  5. (en) Whitley Stokes et John Strachan, Thesaurus Palaeohibernicus: A Collection of Old-Irish Glosses, Scholia, Prose and Verse, Dublin, Cambridge University Press. Reprinted 1975, Dublin Institute for Advanced Studies,‎ 1904 (ISBN 978-1-85500-087-2, OCLC 669712983)
  6. (en) Joint Commission on the Revision of the Hymnal of the Protestant Episcopal Church in the United States of America, The Hymnal 1940 Companion, New York, Church Pension Fund,‎ 1951, 2e éd..
  7. Dictionnaire de spiritualité, Beauchesne, 1932-1995, tome 9, article « Lorica ».

Référence de traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]