Fernand Le Borne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fernand Léonard Joseph Emmanuel Le Borne est un critique musical, compositeur et chef d’orchestre d'origine belge, né à Charleroi le [1], mort à Paris le (à 66 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fernand Le Borne est le fils de Léonard Martin Célestin Le Borne et d'Henriette Joséphine Delalieux. Il a étudié au Conservatoire national de musique de Paris avec Jules Massenet, Camille Saint-Saëns et César Franck.

Il s'installe définitivement en France. Il y travaille comme critique musical pour les journaux Le Petit Parisien et Monde artiste, ainsi que comme correspondant parisien du quotidien bruxellois Le Soir et comme compositeur indépendant. En 1910, il reçoit le Prix Chartier .

Ses nombreuses œuvres comprennent des compositions symphoniques et concertantes, de la musique de chambre, des messes et des motets, ainsi que plusieurs œuvres de théâtre, dont l'opéra Les Girondins, créé en 1905 à Lyon. La musique de Fernand Le Borne est à peine jouée aujourd'hui. Une Fantaisie brillante pour flûte et piano sur des thèmes de Carmen de Bizet, qui apparaît souvent faussement sous le nom de Bizet dans les programmes de concert, alors que c'est une œuvre de François Le Borne.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Opéras
  • Daphnis et Chloé (1885)
  • Hedda (1898)
  • Mudarra (1899)
  • L'Absent (1904)
  • Les Girondins (1905)
  • La Catalane (1907)
  • Cléopâtre (1914)
  • La Brune et la Blonde (1924)
Musique d'église
  • Masse de Requiem (1928)
Ballets
  • L'Idole aux yeux verts (1902)
  • Fête bretonne (1903)
Bande originale de film
Cantate
Musique de chambre
  • Quatuor à cordes
  • Trio pour violon, violoncelle et piano
  • Sonate pour piano et violon
  • Sonate pour piano et violoncelle
  • Pièces pour piano

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le dossier de la Chancellerie de la Légion d'honneur, on trouve une copie de l'acte de naissance de la mairie de Charleroi avec l'année 1860.
  2. Fondation Jérôme Seydoux : L'Empreinte ou la Main rouge (1908) de Paul-Henry Burguet
  3. En 1919, il se plaint de l'absence d'exécution de sa musique composée pour le film produit par la société Le Film d'Art quand il est projeté : « On eut le tort, selon moi, de ne pas exiger des cinématographes qui louèrent ou achetèrent ces films, l’exécution de nos musiques qui, quoique gravées, rentrèrent ainsi dans l’oubli »
  4. « Le Borne, Fernand Léonard Joseph Emmanuel », base Léonore, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Séverine Abhervé, Discours des compositeurs de musique sur le cinématographe en France (1919-1937) : ambitions, obstacles et horizons d’attente, dans 1895. Revue de l'association française de recherche sur l'histoire du cinéma, 2011, no 65, Histoire des métiers du cinéma en France avant 1945 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]