Starship Troopers 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Starship Troopers.

Starship Troopers 3
Marauder

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film Starship Troopers 3

Titre original Starship Troopers 3: Marauder
Réalisation Edward Neumeier
Scénario Edward Neumeier
Acteurs principaux
Sociétés de production Sony Pictures
ApolloMovie Beteiligungs
Bold Films
Film Afrika Worldwide
Pays d’origine États-Unis
Afrique du Sud
Allemagne
Genre Science-fiction
Sortie 2008
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Starship Troopers 3 : Marauder est un vidéofilm de science-fiction militaire américain réalisé par Edward Neumeier et sorti en 2008.

Il constitue la suite du film Starship Troopers (1997) de Paul Verhoeven, sans faire référence au deuxième volet (2004).

Description[modifier | modifier le code]

Toile de fond[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Toile de fond de Starship Troopers.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le colonel Johnny Rico est responsable de la défense de la lointaine planète de Roku San. Il parvient à repousser les assauts des Arachnides malgré l'opposition des fermiers locaux antimilitaristes. C'est alors que le sky marshal Omar Anoké, le chef de toutes les armées, rend une visite surprise à la base. Il est accompagné de Dix Hauser, général et vieil ami de Johnny Rico, et du capitaine de la flotte Lola Beck, ancienne conquête de Johnny Rico et actuelle fiancée de Dix Hauser.

Rapidement, Dix Hauser est excédé par le comportement des fermiers antimilitaristes. Il se bat avec eux et met aux arrêts Johnny Rico qui tente de s'interposer. Peu de temps après, le champ électrique qui protège leur base tombe en panne. Les Arachnides pénètrent alors dans la base et mettent en déroute les soldats de Rico. Le sky marshal regagne son vaisseau avec le capitaine Beck, mais ils se font abattre par un tir de plasma Arachnide. Ils s'échouent sur la planète voisine OM 1. Les survivants s'aperçoivent vite que cette planète est également occupée par des Arachnides. Ils lancent des messages de détresse mais ne reçoivent aucune réponse.

Pendant ce temps, Johnny Rico est condamné à être pendu pour haute trahison...

Conclusion[modifier | modifier le code]

Les personnages suivants sont encore en vie à la fin du film : le colonel Johnny Rico, le capitaine Lola Beck, le général Dix Hauser, le sky marshal Enolo Phid, l'hôtesse de l'air Holly Little, le lieutenant Link Manion, le soldat Slug Skinner, le lieutenant A. Danner, le sergent A. Sunday, le sergent M. Hightower et le sergent J. Kirby.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sources : IMDb

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Casper Van Dien (VF : Damien Boisseau)[1] : le colonel Johnny Rico
  • Jolene Blalock : le capitaine Lola Beck
  • Stephen Hogan : le sky marshal Omar Anoké
  • Boris Kodjoe : le général Dix Hauser
  • Amanda Donohoe : l'amiral Enolo Phid
  • Marnette Patterson : l'hôtesse de l'air Holly Little
  • Danny Keogh : le docteur Wiggs
  • Stelio Savante : le chef mécanicien Bull Brittles
  • Cécile Breccia : le lieutenant Link Manion
  • Garth Breytenbach : Slug Skinner
  • Graeme Richards : le lieutenant A. Danner
  • Tanya van Graan : le sergent A. Sunday
  • Antonio Summerton : le sergent M. Hightower
  • Nicole Salandra : le sergent J. Kirby
  • Cokey Falkow : le cuisinier Jingo Ryan
  • Stephen Jennings : le commandant Danko
  • Anthony Bishop : le sergent Rye
  • Rob Vega : L'exécuteur en chef
  • Murray Todd : le premier fermier
  • Richard Thomson : le second fermier
  • Grant Swanby : l'employé de bar
  • Damon Berry : le lieutenant Jackson
  • Joe Vaz (VF : Gérard Sergue)[1] : Elmo Gonif, porte-parole de la coalition pacifiste
  • Jenny Stead : le lieutenant Darla Lamb
  • Jenna Saras : la jolie pilote

Sources : IMDb

Production[modifier | modifier le code]

Casper Van Dien est le seul acteur du premier opus à faire partie de la distribution de ce nouveau volet. Le premier rôle féminin est donné Jolene Blalock. Lors de la présentation du film à la presse, Blalock déclare qu'elle reçoit beaucoup d'offres pour jouer dans des films de science-fiction car elle est surtout connue pour avoir interprété T'Pol dans la série Star Trek : Enterprise de 2001 à 2005[2].

Autour d'eux, on trouve Boris Kodjoe, Amanda Donohoe et Marnette Patterson. La française Cécile Breccia est aussi de l'aventure[3]. Lors de l'avant-première de La colline a des yeux 2 en 2007, elle est accostée par un homme qui lui déclare : « Bonsoir, je m’appelle David Lancaster et j’adore ce que vous avez fait dans le film. Il faut que je vous présente à un réalisateur ». David Lancanster n'est autre que le producteur du futur Starship Troopers 3. Après avoir rencontré le réalisateur Edward Neumeier et être passée devant un jury, Cécile Breccia décroche le rôle[4].

Le film étant intégralement tourné en Afrique du Sud, les autres acteurs sont des Sud-africains[5] (notamment Tanya Van Graan, la « femme la plus sexy d'Afrique du Sud » pour l'année 2007 selon le magazine FHM).

Différences avec les opus précédents[modifier | modifier le code]

Le troisième volet reprend des éléments du livre Étoiles, garde-à-vous ! qui avait été laissés de côté par le film Starship Troopers :

  • Les Maraudeurs, qui sont des armures robotisées de type Exosquelette ressemblent aux Scaphandres propulsés blindés qui sont utilisés dans le livre par tous les soldats des escadrons.
  • L'atterrissage des Maraudeurs est aussi très proche de celui des Capsules d'éjection présentées dans le livre.
  • La flotte ne se rassemble plus dans la station de guerre mobile Ticonderoga comme dans le premier film, mais dans la station Sanctuaire. La planète qui sert de base secrète de la Fédération Terrienne dans le livre se nomme également Sanctuaire.

En revanche, plusieurs éléments laissés de côté par le second film reviennent dans cet opus :

  • Johnny Rico, le héros du premier film est de retour.
  • Le cerveau parasite capturé à la fin du premier film est lui aussi présent.
  • Le film reprend le principe d'entrecouper les scènes avec des spots publicitaires de propagande.

Une erreur s'est également glissée dans ce film. En effet, lors de l'atterrissage du sky Marshal, celui-ci présente Johnny comme étant le sergent héroïque de la planète P. Or, il est lieutenant à ce moment là et c'est le sergent-instructeur Zim qui réussit l'exploit de capturer le cerveau parasite.

Réception[modifier | modifier le code]

Le site AlloCiné confère au film une note moyenne de 1,5 sur une échelle de 5[6] et le site Internet Movie Database une note moyenne de 4,5 sur 10[7].

En 2008, le critique de SciFi-Universe trouve qu'Edward Neumeier va « encore plus loin dans le second degré et le cynisme » et que « le récit ne se montre pas avare en effets gores assez potaches ». Il pense par contre « l'interprétation d'une nullité sidérale » et plus particulièrement « Jolene Blalock, la reine du botox foireux, qui, dans son hilarante et pitoyable imitation de Denise Richards se couvre de ridicule ». Il trouve les effets spéciaux sont plutôt réussis[8].

Vincent Duménil, pour le site Horreur.com note que Starship Troopers 3 est « mordant et outrancier à mort » mais que les effets spéciaux ne sont pas à la hauteur du premier film. Il signale que le film « tient malgré tout la route et atteint les objectifs qu'il s'est fixés sans léser les spectateurs, à savoir : divertir par un esprit corrosif digne des premières heures de la franchise sans effets spéciaux démesurés »[9].

Geoffrey Claustriaux, le chroniqueur du site Horreur.net reproche à Edward Neumeier « d'avoir écrit un scénario beaucoup trop ambitieux pour le budget dont il disposait. Du coup, le contraste est parfois saisissant entre les intentions évidentes du réalisateur et le résultat à l'écran qui navigue entre les bonnes idées et le ridicule ». Il constate que les armures Maraudeurs du titre « sont ici totalement secondaires et en 3D bien moche. Elles n'apparaissent qu'à la toute fin, pour un Deus ex machina débile sur fond de mysticisme religieux. Définitivement une des séquences les plus ridicules du film ». Il constate également que le « transfert des hommes dans les machines n'est pas sans rappeler les fameuses transformations des Power Rangers (en plus dénudé)  ». Il conclut en indiquant que ce film est inutile et qu'il « ne parvient pas toujours à évier le ridicule, mais qui sauve la mise grâce à un scénario mordant et à quelques scènes réussies »[10].

Dany Champagne, pour le site Horreur-web.com confirme que le réalisateur « bousiller une suite surprenante avec une finale ridicule » et qu'il « balance des effets spéciaux inutiles tout en sombrant dans la science-fiction bon marché »[11].

Samuel Tubez, pour le site CinemaFantastique.net confirme que « le cynisme est plus que jamais de la partie dans Marauder et cela fait rudement plaisir à voir ». Il note que « le script reprend même des éléments du film de Verhoeven comme par exemple le triangle amoureux ou les intrigues parallèles, mais il manque à Edward Neumeier un réel talent de metteur en scène pour élever le tout à un niveau respectable »[12].

Selon le site Groucho-Reviews, Edward Neumeier a glissé de nombreuses allusions à la Guerre d'Irak[13] :

  • Les habitants de Roku San, comme les Irakiens n'aiment pas leurs occupants. Johnny dit à ce sujet : « Ils ont besoin de nous, mais ne veulent pas de nous ».
  • La Fédération exécute ses opposants à Alamo Bay, un nom proche de Gantanamo Bay.
  • la phrase « Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous » de George W. Bush devient dans Starship Troopers 3 « Si vous êtes contre la guerre, vous êtes contre nous ».

Notes et références[modifier | modifier le code]