Gaspar Noé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaspar Noé
Description de cette image, également commentée ci-après

Gaspar Noé au festival de Cannes 2012

Naissance (51 ans)
Buenos Aires (Argentine)
Nationalité Drapeau d'Argentine Argentin
Drapeau d'Italie Italien
Profession Producteur
Réalisateur
Scénariste
Films notables Irréversible
Enter the Void

Gaspar Noé, né le à Buenos Aires en Argentine, est un scénariste, producteur et réalisateur italo-argentin[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaspar Noé naît d'un père peintre très joueur, Luis Felipe Noé, et d'une mère assistante sociale politisée[2]. Après avoir passé son enfance entre Buenos Aires et New York, il s'envole avec ses parents à l'âge de douze ans vers la France et réside à Paris. Il suit à l'âge de dix-sept ans des études de philosophie et de cinéma à l'École nationale supérieure Louis-Lumière, d'où il sort diplômé deux ans plus tard. Il décide ensuite de continuer ses études en faculté de philosophie à Tolbiac.

Le monde du cinéma[modifier | modifier le code]

En 1985, il devient l'assistant du réalisateur argentin Fernando Ezequiel Solanas sur son film Tangos, l'exil de Gardel, avant d'écrire et de réaliser son premier court métrage, de dix-huit minutes, Tintarella di luna. Il y interprète un rôle avec son père et, au cours du tournage, il rencontre Lucile Hadzihalilovic, qui deviendra par la suite sa monteuse.

En 1987, il aide Lucile Hadzihalilovic en étant responsable cadreur pour son premier court-métrage La Première Mort de Nono et, plus tard dans la même année, tourne un second court-métrage de six minutes Pulpe amère. En 1988 il retrouve Fernando E. Solanas pour qui il est à nouveau assistant réalisateur sur son film Le Sud.

Deux années se sont écoulées, il fonde avec Lucile hadzihalilovic leur propre société de production Les Cinémas de la Zone qui ne produira que leurs propres films dont le moyen métrage de quarante minutes Carne, tourné dans la même année avec l'acteur Philippe Nahon. Carne raconte l'histoire d'un boucher élevant seul sa fille handicapée mentale. Ce film lui a valu lors de la trentième Sélection de la Semaine de la critique au Festival de Cannes, un Grand prix de la semaine de la critique et la Mention du Prix de la jeunesse.

« Nous avons découvert que nous partagions une envie de faire des films atypiques et nous avons décidé de créer ensemble notre propre société Les Cinémas de la Zone pour financer nos projets. Au-delà de tous les inconvénients majeurs de l'auto-production, nous jouissons ainsi d'une plus grande liberté de création. Nous réalisons nos films comme nous le souhaitons sans nous soucier s'ils se vendront ou pas. Quitte à en payer les conséquences dans notre vie quotidienne. »

— Gaspar Noé[2].

Gaspar Noé en 2006.

Conseillé par certains de réaliser Carne en version longue[2], il enrichit alors le scénario en 1993 et, pour commencer le tournage, tente de le produire sans pourtant y parvenir par manque de fonds nécessaires — Les Cinémas de la Zone avait déjà engagé beaucoup d'argent pour le moyen-métrage La Bouche de Jean-Pierre (1996) de sa compagne. Il met donc Carne de côté en attendant des moyens cinq années plus tard.

En 1995, il tourne Une expérience d'hypnose télévisuelle de vingt-six minutes avec Marie France et Alain Ganas pour l'émission L'Œil du cyclone diffusée en clair sur la chaîne de télévision Canal+ ainsi que son premier clip en 1996 pour Les Frères Misère, groupe de Mano Solo et Les Chihuaha, Je n'ai pas. Puis il prête sa voix au personnage de Jean-Marc dans le film dramatique Le Rocher d'Acapulco de Laurent Tuel. Il apparaît ensuite comme figurant, vendeur de kebabs, pour son ami Jan Kounen dans le film Dobermann.

Entre-temps, ayant fini Intoxication, il retrouve en 1998 Philippe Nahon et Mano Solo pour un court métrage pornographique de sept minutes intitulé Sodomites pour la campagne du ministère de la Santé. Il participe également en tant que cadreur à celui de Lucile Hadzihalilovic qui réalise Good Boys Use Condoms.

Seul contre tous[modifier | modifier le code]

Grâce à l'aide financière de la styliste Agnès Troublé, il achève finalement le tournage de Seul contre tous qu'il avait maintes fois délaissé cinq ans durant, avec toujours Philippe Nahon qui reprend son rôle du boucher chômeur se réfugiant dans la haine et la violence. Ce film dur et violent (il sera interdit aux moins de 16 ans à sa sortie) est présenté au festival de Cannes en 1998 où il obtient le prix de la Semaine de la critique et le prix Très Spécial — récompense créée par les journalistes Jean-Claude Romer et Gérard Lenne.

Dans la même année, il retrouve la réalisation de clips, dont Insanely Cheerful pour le groupe Bone Fiction[3] et, en 1999, Si mince pour la chanteuse Arielle[4].

Irréversible[modifier | modifier le code]

Du au , il tourne son second long-métrage, Irréversible[5], composé de treize séquences dont six longs plans-séquences, avec Vincent Cassel, Monica Bellucci et Albert Dupontel. Présenté au festival de Cannes en 2002 en compétition officielle, ce film violent a fait scandale[réf. nécessaire] à cause notamment de deux scènes très violentes pour l'une et sexuellement explicite pour l'autre, qui ont marqué les spectateurs[réf. nécessaire]. A ce moment-là, Noé acquiert la réputation d'un cinéaste sulfureux[réf. nécessaire] et ne reculant devant rien pour mettre mal à l'aise le spectateur, mais toujours dans le but de le faire réfléchir[réf. nécessaire] et de lui faire ressentir des émotions fortes.

En 2005, grâce à la carte blanche donnée par Canal+, il tourne une série de trois courts-métrages, Eva, avec Eva Herzigová, pour l'émission Le Grand Journal.

Gaspar accepte le projet 8, film comprenant huit courts-métrages pour LDM Production et l'UNDP, et part en 2006 au Burkina Faso en Afrique pour tourner le segment SIDA, suivant la vie d'un Burkinabé malade du sida, puis réalise à nouveau un court-métrage pornographique, We Fuck Alone, pour Destricted, film collectif réfléchissant sur la pornographie et la sexualité à l'écran.

Enter The Void[modifier | modifier le code]

Gaspar Noé (gauche) répondant aux questions à propos de son dernier film Enter the Void au Festival international du film de Toronto en 2009.

C'est en 2005 que Pathé, qui s'est plus tard retiré du projet, annonce son prochain film Soudain le vide, qui sort finalement dans les salles françaises le 5 mai 2010 sous le titre Enter the Void. Le film, long kaléidoscope psychédélique et visuellement très recherché[réf. nécessaire], s'inspire du Livre des Morts tibétain et suit le lent voyage entre la vie et la mort d'un jeune dealer abattu par la police. Il prend pour cadre la ville de Tokyo.

Ce troisième long-métrage, une nouvelle fois interdit aux moins de 16 ans mais pourtant moins choquant que les précédents films de son auteur, divise encore la critique. Certains[Qui ?] saluent la maîtrise du réalisateur qui, selon eux, transpire dans tous les mouvements de caméra, considèrent ce film comme l'un des défis techniques les plus fous jamais réalisés ou apprécient également l'extrême attention portée à l'aspect visuel du film[réf. nécessaire]. D'autres[Qui ?] n'y voient qu'un trip confus et provocateur[réf. nécessaire] par moments, confirmant en cela que, quoi que fasse Gaspar Noé, la critique se divise profondément à son sujet.

Le film a été présenté au festival de Cannes en compétition officielle en mai 2009 dans une version non achevée.

Love[modifier | modifier le code]

Love (Amour), un mélodrame érotique, est au programme du 68e festival de Cannes dans la catégorie Séances de Minuit. Si, lors de la projection au festival de Cannes, Thierry Frémaux rappelle une interdiction aux moins de 18 ans, le film est finalement évalué par le CNC et est interdit aux moins de 16 ans avec avertissements. L'association Promouvoir obtient son interdiction aux moins de 18 ans devant le tribunal administratif de Paris trois semaines après sa sortie[6]. Le ministère de la Culture sous la direction de Fleur Pellerin dépose un recours contre cette décision[7]. La critique n'épargne guère le film[8],[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

Court métrages[modifier | modifier le code]

Clip[modifier | modifier le code]

Publicité[modifier | modifier le code]

Assistant Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cadreur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Interview », « je ne suis pas français, je n'ai pas de passeport.»
  2. a, b et c « Biography », sur le site non officiel LeTempsDetruitTout.
  3. « Clips de Gaspar Noé - Insanely Cheerful (1998) », sur le site non officiel LeTempsDetruitTout.
  4. « Arielle », sur le site RFI Musique.
  5. Les revers d'«Irréversible», liberation.fr, 25 mai 2002
  6. Sylvie Kerviel, « André Bonnet, l’homme qui a fait interdire « Love » aux moins de 18 ans », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  7. Fleur Pellerin se pourvoit en cassation pour défendre Love de Gaspar Noé, lejdd.fr, 6 août 2015
  8. "Love" : Gaspar Noé tente le sexe en 3D (et c'est raté), tempsreel.nouvelobs.com, 15 juillet 2015
  9. « Love » : Gaspar Noé pénètre le vide, lemonde.fr, 22 mai 2015
  10. Ryan Gosling chez Gaspar Noé ?

Liens externes[modifier | modifier le code]