Ernest Bloch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloch.
Ernest Bloch
Description de cette image, également commentée ci-après
Ernest Bloch en 1917.

Naissance
Genève, Drapeau de la Suisse Suisse
Décès (à 78 ans)
Portland, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale compositeur, pédagogue
Activités annexes violoniste, chef d'orchestre
Maîtres Émile Jaques-Dalcroze, Eugène Ysaÿe, Iwan Knorr, Ludwig Thuille
Élèves George Antheil, Roger Sessions

Œuvres principales

Ernest Bloch, né à Genève (Suisse) le et mort le à Portland (États-Unis)[1], est un compositeur, un violoniste, un chef d'orchestre et un pédagogue suisse naturalisé américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Bloch.jpg

Il étudie le solfège avec Émile Jaques-Dalcroze, le violon d'abord avec Louis Rey à Genève, puis avec Eugène Ysaÿe à Bruxelles (1896) et la composition à Francfort-sur-le-Main avec Iwan Knorr. Il travaille également avec Ludwig Thuille à Munich[2].

En 1903, il passe un an à Paris, où il rencontre Claude Debussy[2].

En 1904, de retour à Genève, il commence à composer son opéra Macbeth.

En 1909-1910, il est chef d'orchestre à Lausanne et à Neuchâtel, avant de s'installer aux États-Unis en 1916 et travailler avec la compagnie de danse de Maud Allan.

À partir de 1917, il devient professeur de composition à Cleveland dans l'Institut de musique de la ville, puis à San Francisco où il est directeur du conservatoire entre 1925 et 1930.

Il prend la nationalité américaine en 1924[2].

Il revient en Europe entre les années 1930 et 1939, mais retourne en Amérique quelques années plus tard, avec la montée du nazisme.

De 1942 à 1952, il enseigne à l'Université de Berkeley en Californie, dont il est distingué en tant que professeur émérite en 1952[3]. Parmi ses élèves les plus connus, on peut citer George Antheil, Roger Sessions, Douglas Moore, Bernard Rogers, Randall Thompson, Herbert Elwell, Leon Kirchner et le philosophe Stanley Cavell[4].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Son œuvre s'inspire de thèmes hébraïques.

Classement chronologique

  • Hiver-Printemps (Deux poèmes symphoniques) (1904)
  • Symphonie en ut dièse mineur (1905)
  • Six Préludes pour la Synagogue (1946-1950)
  • Concerto Symphonique pour piano et orchestre en si mineur (1947)
  • Scherzo Fantasque pour piano et orchestre (1948)
  • Concertino, pour flûte, alto ou clarinette et cordes (1950)
  • 1951
    • Suite hébraïque pour alto ou violon et piano ou pour orchestre
    • Meditation and processional, pour alto et piano
  • 1952
    • quatuor à cordes no 3
    • Concerto grosso pour orchestre à cordes, no 2
    • In memoriam, pour timbales et cordes
  • quatuor à cordes no 4 (1953)
  • Symphonie pour trombone ou violoncelle et orchestre (1954)
  • 1955
    • Proclamation, pour trompette et orchestre
    • Symphonie, pour timbales, percussion et cordes, en mi bémol majeur
  • 1956
  • Quintette no 2 avec piano (1957)
  • 1958
    • Suite pour violon seul, no 1
    • Suite pour violon seul, no 2
    • Two last poems (Maybe...), pour flûte solo et orchestre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Special to The New York Times, « ERNEST BLOCH, 78, COMPOSER, IS DEAD; Creator of 'Schelomo' Wrote in Terms of Jewish Spirit -- Used Bible Themes CITED BY MUSIC CRITICS Won Two Awards in 1953 -- Conducted Premiere of His 'Sacred Service' Here », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2018)
  2. a b et c « Ernest Bloch : portrait et biographie sur France Musique », sur France Musique (consulté le 20 juillet 2019)
  3. http://music.berkeley.edu/ernest-bloch-honored/
  4. (en) « https://www.findagrave.com/memorial/20628361 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]