Chobizenesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chobizenesse est un film écrit et réalisé par Jean Yanne, en 1975.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le spectacle que monte Clément Mastard ne donnant pas les résultats escomptés, celui-ci sollicite le concours de Célia Bergson, son ex, laquelle s'essaie au théâtre d'avant-garde subventionné. Au cours d'un entretien dans un grand restaurant, elle refuse mais Mastard remarque qu'elle retient l'attention de quatre personnages importants. Ceux-ci sont les frères Boussenard, dirigeants d'un consortium industriel sur le marché de l'acier et du commerce des armes. Mastard sollicite leur concours financier en leur promettant que Célia Bergson sera la vedette de son prochain spectacle. Mastard la sollicite de nouveau dans son théâtre et est le témoin d'un incident : Jean-Sébastien Bloch son organiste et compositeur, ne supportant pas une réflexion au sujet de sa musique, claque la porte. Mastard tente en vain d'embaucher ce dernier mais se heurte à son caractère mégalomane, aggravé par la vie impossible que lui font subir sa femme Anna-Magdalena et leurs 13 enfants. Mastard ne sachant plus que faire, accepte toutes les compromissions y compris celle d'intégrer à son spectacle un ballet à la gloire des bazookas vendus par les frères Boussenard. Le spectacle est un échec et alors que les frères Boussenard réclament le remboursement de leur participation, Mastard leur propose de réaliser un nouveau spectacle dont le succès les remboursera, à condition qu'il ait le champ libre. Il se livre alors à des répétitions de ballets sur des thèmes de plus en plus érotiques, et parallèlement parvient à embaucher Jean-Sébastien Bloch suite à un marché de dupes. Les frères Boussenard finissent par admettre du bout des lèvres que le spectacle dont ils voient les répétitions pourra les rembourser mais demandent que le théâtre soit hypothéqué. En revanche quand Jean-Sébastien Bloch se rend compte de l'utilisation qui est faite de sa musique, le scandale éclate. Mastard ne pouvant se résoudre à renvoyer le musicien consent à accepter ses exigences les plus démesurées (présence d'un grand orchestre international, modification de l'acoustique de la salle…). Le soir de la première, les frères Boussenard accompagnés d'un huissier veulent prendre possession du théâtre. Mastard s'y oppose, fusil de chasse à la main. Les frères Boussenard demandent au ministre de l'Intérieur d'envoyer les CRS qui donnent l'assaut, mais ceux-ci sont subjugués par la beauté de la musique et se contentent de s’asseoir dans la salle. Les frères Boussenard se demandant ce qui se passe à l'intérieur entrent à leur tour et donnent l'ordre de tirer. Clément Mastard et Jean-Sébastien Bloch sont abattus.

Commentaires[modifier | modifier le code]

La musique, composée par Jean Yanne, est au centre du film et comme bien souvent dans ses productions, le ton est donné dès les premières notes du générique. Le film est un jeu de massacre au sens propre : critique de la société du spectacle, de l'hypocrisie, des compromissions… L'art moderne et subventionné n'étant pas épargné pour autant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Il est tentant de faire une sorte de lien indirect entre ce film et le précédent "Les Chinois à Paris". Ce dernier avait été aidé financièrement par Marcel Dassault, marchand d'armes lequel avait demandé en contrepartie des conditions publicitaires. Ici les méchants du film sont les frères Boussenard, marchands d'armes….
  • La femme de Jean-Sébastien Bloch se prénomme Anna-Magdalena comme la femme de Jean-Sébastien Bach
  • Le thème "Pauvre Bach" (soliste: Anne Germain) est un pastiche des Swingle Singers

Box-office[modifier | modifier le code]

À sa sortie, Chobizenesse rencontre un échec commercial : seulement 569 050 entrées totalisées en France, dont 188 647 sur Paris[2].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]