Michael White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michael White (29 décembre 1948, Adelaide - 4 avril 2008, San Diego) est un psychothérapeute australien inventeur de la Thérapie narrative, qui est devenue une théorie importante pour la psychothérapie actuelle[réf. nécessaire]. Il a également été à la source de techniques qui furent adoptées dans d'autres approches théoriques.

Michael White

Ses activités[modifier | modifier le code]

Michael White a été codirecteur du Dulwich Centre à Adelaide en Australie-Méridionale[1] jusqu'en 2007. En 2008, il a créé le Narrative Practices Adelaide[2], un lieu de formation aux Pratiques Narratives renommé, avec un groupe de thérapeutes intervenant dans différentes parties du monde. La mission de ce lieu est de fournir des services de thérapie et des séminaires de formation sur le travail thérapeutique avec les individus, les couples, les familles, les groupes et les communautés, ainsi que de fournir un cadre favorable à l'exploration des développements visant à améliorer les pratiques narratives.

Michael pratiquait la thérapie familiale, a publié de nombreux articles et plusieurs livres importants dans le domaine de la thérapie familiale et de la thérapie narrative, notamment "Narrative Means to Therapeutic Ends" (Les Moyens Narratifs au Service de la Thérapie - Editions Satas - [3], dont il fut coauteur avec David Epston. Son dernier livre, "Maps of Narrative Practice"(Cartes des Pratiques Narratives), dans lequel il formalisait la structure des conversations thérapeutiques des pratiques narratives, est aussi disponible en français aux Editions Satas[3].

Michael White animait régulièrement des cursus de formation intensive en thérapie narrative. Il a contribué d’une manière significative aux formations à travers le monde. Il animait aussi régulièrement des ateliers de conseil et de thérapie de groupe sur tous les continents.

Il affirmait avoir été principalement influencé par les travaux théoriques de Michel Foucault et de Gregory Bateson, ainsi que par Jacques Derrida, Jerome Bruner, Barbara Myerhoff, Lev Vygotski, Gilles Deleuze, Pierre Bourdieu. Il s'appuyait sur la pensée non-structuraliste et le constructionisme social.

Citation :

"Favoriser une définition générale acceptable du problème" et "Externaliser le problème" sont des techniques thérapeutiques qui émergent de la théorie de la Thérapie narrative.[4]

Les livres de Michael White publiés en anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) avec David Epston, Narrative Means to Therapeutic Ends (New York: W. W. Norton, 1990). (ISBN 0-393-70098-4)
  • (en) avec David Epston, Experience, Contradiction, Narrative and Imagination: Selected papers of David Epston & Michael White, 1989-1991 (Adelaide, South Australia: Dulwich Centre Publications, 1992) - [Expérience, controverse, narration et imagination : textes choisis de David Epson et Micheal White]
  • (en) Re-Authoring Lives: Interviews and Essays (Adelaide, South Australia: Dulwich Centre Publications, 1995). (ISBN 0-646-22735-1)
  • (en) Narratives of Therapists' Lives (Adelaide, South Australia: Dulwich Centre Publications, 1997).
  • Reflections on Narrative Practice (Adelaide, South Australia: Dulwich Centre Publications, 2000).
  • Narrative Practice and Exotic Lives: Resurrecting diversity in everyday life (Adelaide, South Australia: Dulwich Centre Publications, 2004). (ISBN 0-9577929-9-9)

Ouvrages de Michael White publiés en français[modifier | modifier le code]

  • Les moyens narratifs au service de la thérapie - Editions Satas 2003
  • Cartes des pratiques narratives - Editions Satas 2009

Autres ouvrages et articles sur l'approche narrative[modifier | modifier le code]

  • Comprendre et pratiquer l'approche narrative, ouvrage collectif coordonné par Pierre Blanc-Sahnoun et Béatrice Dameron, avec un texte inédit en français de Michael White, InterÉditions-Dunod, 2009
  • Qu'est-ce que l'approche narrative ? d'Alice Morgan, collection « Hermann / L'Entrepôt », Éditions Hermann, 2010
  • Le syndrome narratif, théorie et terrain" de Francis Farrugia, CAHIERS INTERNATIONAUX DE SOCIOLOGIE, VOLUME CXXVII (JUILLET-DECEMBRE 2009)
  • Le syndrome narratif : une « inquiétante étrangeté » de Francis Farrugia, revue SociologieS [En ligne], Dossiers, Émotions et sentiments, réalité et fiction, mis en ligne le 01 juin 2010, URL : http://sociologies.revues.org/index3152.html
  • "Le suicide : "un pari pour la mort", syndrome d'Achille et mort volontaire" de Francis Farrugia, PSYCHIATRIES, revue de recherches et d'échanges de l'AFPEP (Association Professionnelle des Psychiatres d'Exercice Privé), numéro intitulé Suicides d'une violence, l'autre (13 pages), 1999

Voir aussi[modifier | modifier le code]

en:Narrative therapy / Thérapie narrative.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites Francophones

Sites anglais [1] [2] [3]

Sites australiens

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dulwich Centre Staff
  2. http://www.narrativepractices.com.au
  3. a et b http://www.satas.com
  4. (ibid. p. 54-56).(en) Narrative Means to Therapeutic Ends, pg. 1-2 [Les moyens narratifs au service de la thérapie]