Mel Bonis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mélanie Bonis
Image dans Infobox.
Mel Bonis à 27 ans, par Charles-Auguste Corbineau (1885)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
SarcellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Mélanie Hélène BonisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Pierre DomangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoints
Amédée Louis Hettich (d)
Albert Domange (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Maîtres
Site web
La tombe de la compositrice Mélanie BONIS dite Mel BONIS, cimetière de Montmartre.JPG
Vue de la sépulture.

Mel Bonis (de son vrai nom Mélanie Hélène Bonis), née le à Paris et morte le à Sarcelles, est une compositrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le père de Mélanie Bonis est employé comme contremaître en horlogerie et sa mère, passementière, s'occupe surtout du foyer situé dans un petit appartement du numéro 24 de la rue Rambuteau, dans le 4e arrondissement de Paris.

Elle reçoit une éducation religieuse stricte et ressent, très vite, une grande piété et une grande foi qu'elle conserve toute sa vie. Aussi affronte-t-elle avec courage et détermination les préjugés hostiles pour la vie d'artiste et les mœurs légères que l'on prête aux femmes qui se destinent à une telle carrière.

Dès son plus jeune âge, Mélanie joue, seule, sur le vieux piano de ses parents. Promise au métier de couturière, elle échappe momentanément à cette destinée grâce à Jacques-Hippolyte Maury, un ami des parents, cornettiste, professeur au Conservatoire de Paris. Celui-ci la présente à César Franck qui s'intéresse à elle et la fait admettre fin 1876 au Conservatoire comme élève de la classe d'harmonie et accompagnement au piano pour les femmes (ancêtre des classes d'accompagnement au piano). Elle assiste en auditeur libre à la classe d'orgue de César Franck.

En 1878, elle obtient le Premier accessit d'harmonie et accompagnement dans la classe d'Ernest Guiraud[1]. Ensuite, elle étudie dans la nouvelle classe d'accompagnement au piano d'Auguste Bazille où elle est la condisciple de Claude Debussy. Elle est lauréate du Second prix d'accompagnement au piano en 1879[2].

En 1878, sous le directorat d'Ambroise Thomas, s'ouvrent pour la première fois de l'histoire du Conservatoire de Paris deux classes d'harmonie pour les femmes[3]. Mel Bonis est lauréate de cette classe et obtient en 1879 le Second prix, puis l'année suivante, en 1880, le Premier prix d'harmonie[4].

Après son Premier prix d'harmonie en 1880, Mel Bonis entre dans la classe de composition de son ancien maitre, Ernest Guiraud[5]. Elle y côtoie une nouvelle fois Debussy. Mélanie Bonis est très appréciée, ainsi qu'en témoignent les vœux envoyés par Ernest Guiraud pour l'année 1880 : « Ayez vos deux premiers prix aussi beaux que tout le monde y compte ».

En , son maitre Auguste Bazille dit d'elle qu'elle est « la plus forte de la classe mais la peur la paralyse ».

En novembre 1881, alors qu'elle envisage de se présenter au concours du Prix de Rome malgré la controverse que provoque son projet (le concours ne s'ouvre aux femmes qu'en 1903), Mel Bonis arrête soudainement ses études « pour des raisons familiales »[5]. En réalité, la catastrophe tient à sa rencontre deux années auparavant avec Amédée-Louis Hettich (1856-1937), élève de chant de la classe de Masset, et poète. Elle en est follement éprise, mais sa famille le tient en basse estime. Sourds aux sentiments de la jeune femme, ses parents organisent pour elle un mariage de convenance : à l'âge de 25 ans, elle épouse un riche entrepreneur spécialisé dans le cuir industriel – propriétaire de la maison Scellos, qui devient en 1883 Domange et Cie. Albert Domange, âgé de 47 ans, est lui-même deux fois veuf et il est déjà père de cinq enfants. Ils sont installés dans un hôtel particulier près du Parc Monceau, et passent vacances et week-ends entre la propriété de Sarcelles et une villa à Étretat. De cette union naissent trois enfants : Pierre, Jeanne et Édouard. De sa liaison avec Amédée-Louis Hettich nait secrètement une fille, Madeleine, en 1899. Par les hasards du destin, de retour de la Première guerre mondiale, son fils Édouard tombe amoureux de sa demi-sœur secrète. Leur mère n'a pas d'autre choix que d'avouer, sous le sceau du secret le plus absolu, la vérité. Édouard refait sa vie, quatre enfants, et meurt en 1932 au Caire.

Son mari meurt le . Elle invite Madeleine à passer des vacances dans la villa d'Étretat, avant de l'accueillir chez elle – au titre de filleule de guerre et sans jamais dévoiler son identité. À titre d'anecdote, Madeleine réchappe du bombardement par la Grosse Bertha de l'église Saint-Gervais qui fit 88 morts et 60 blessés le .

Elle meurt le 19 mars 1937 et est enterrée à Paris, au cimetière de Montmartre (24e division).

Carrière[modifier | modifier le code]

photographie de Mel Bonis
Mel Bonis, vers 1900.

Le premier morceau de Mélanie Bonis est une pièce pour piano intitulée Impromptu qu'elle signe Mel Bonis : c'est le pseudonyme qu'elle choisit pour ne pas être reconnue comme femme en tant que « compositeur »[6]. Ensuite, elle écrit deux mélodies en collaboration avec Amédée-Louis Hettich sur deux poèmes de sa main, Villanelle et Sur la plage. Hettich est journaliste à L'art musical.

Au cours des années 1890, Mélanie Bonis retrouve Hettich, et elle collabore à sa célèbre collection Les airs classiques. Ils travaillent ensemble : elle compose des mélodies et des chœurs sur les textes du poète et il l'aide à faire valoir sa musique tout en lui ouvrant les portes des grands éditeurs parisiens.

En proie au doute et à la culpabilité jusqu'à sa mort, Mel Bonis compose plus que jamais dans les années 1900, sublimant ainsi sa douleur, la transformant en création. La compositrice se concentre, maintenant, sur la musique religieuse où elle essaie de rencontrer « l'amour divin » qui s'exprime, par exemple, dans son Cantique de Jean Racine écrit à la mémoire de son fils disparu.

Mel Bonis est membre de la Société nationale de musique de 1899 à 1911 et y occupe le poste de secrétaire à partir de 1910 – une première pour une femme.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Mel Bonis laisse une œuvre importante d'environ deux cents pièces, dont l'essentiel est composé entre 1892 et 1914.

Sa musique, de style postromantique, est bien inscrite dans son époque. Elle est très variée, allant du drame à l’humour, souvent vigoureuse et sensuelle, avec des dépaysements impressionnistes ou orientalistes, toujours très bien écrite et d’une grande sensibilité. C’est une écriture personnelle et aisément identifiable par l’originalité des harmonies et des rythmes.

Plusieurs partitions sont encore en cours d'édition ou de réédition.

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • 1903. Suite en trio pour flûte, violon et piano (op. 59)
  • 1906. Fantaisie en septuor, pour piano, deux flûtes, deux violons, alto et violoncelle (op. 72)
  • 1927-1928. Scènes de la forêt, pour flûte, cor et piano (op. 123)
  • 1928. Suite dans le style ancien, pour flûte, violon, alto et piano (op. 127/1)
  • Suite orientale, pour piano, violon et violoncelle (op. 48)
  • Soir, matin pour piano, violon et violoncelle (op. 76)
  • Nocturne pour violon, alto, violoncelle, harpe ou piano (op. 16)
  • 1905. Quatuor pour piano et cordes en si bémol majeur (op. 69)[7]
  • Quatuor pour piano et cordes en ré majeur (op. 124)
  • Sonate pour flûte et piano en do dièse mineur (op. 64)
  • Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur (op. 67)
  • Sonate pour violon et piano en fa dièse mineur (op. 112)
  • Diverses pièces pour violon et piano, violoncelle et piano, flûte et piano

Musique pour piano[modifier | modifier le code]

  • Femmes de légende, avec Mélisande (op. 109), Desdémone (op. 101), Salomé (op. 100), Ophélie (op. 165), Viviane (op. 8), Phœbé (op. 30), Omphale (op. 86)
  • Pièces pittoresques et poétiques I, recueil de cinq pièces – morceaux séparés : Impromptu (op. 1), Rondeau dans le genre ancien (op. 7), Près du ruisseau (op. 9), Pensée d'automne (op. 19), Berceuse (op. 23, n° 1)
  • Troisième volume Pièces pittoresques et poétiques II avec la Chanson du Rouet (op. 24), Papillons (op. 28), Romance sans paroles en la bémol majeur (op. 29), Méditations (op. 31), Marionnettes (op. 42), Carillon mystique (op. 31), Barcarolle en si bémol majeur -- posthume (op. 41), Le moustique (op. 66)
  • Pièces de concert, avec Prélude en la bémol majeur (op. 51), Barcarolle en mi bémol (op. 71), La cathédrale blessée (op. 107), Étude en sol bémol majeur (op. 136), Romance sans paroles (op. 43), Sevillana (op. 125), Ballade (op. 27)
  • Danses et pièces légères, deux cycles de trois danses et 15 pièces
  • Piano à quatre mains A
  • Pièces pittoresques et poétiques III, sept pièces séparées et un cycle de cinq pièces
  • Piano à quatre mains B, « suite en forme de valses »
  • Deux pianos à quatre mains, Scherzo (op. 40) et Variations (op. 85)

Piano pédagogique[modifier | modifier le code]

  • 1912. Scènes enfantines (op. 92)
  • 1913. Album pour les tout petits (op. 103), 20 pièces de niveau débutant
  • 1926. 17 pièces enfantines (op. 116)
  • 1928. Miocheries (op. 126)
  • 1936. Neuf pièces faciles (op. 148)
  • Neuf pièces de niveau préparatoire

Musique pour orgue[modifier | modifier le code]

  • 21 pièces pour orgue, éditions Carrara Pergame (Italie) dont Toccata, Cantabile, Choral, etc.
  • 6 pièces inédites

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

  • Messe à la Sérénité (op. 164), posthume
  • 1934. Cantique de Jean Racine (op. 144), posthume
  • Regina Cœli (op. 45)
  • Panis angelicus, publié en 1930
  • Divers motets pour chœur

Mélodies[modifier | modifier le code]

  • Environ 30 mélodies sur des poèmes de Amédée-Louis Hettich, Maurice Bouchor, Édouard Guinand et divers autres poètes

Musique orchestrale[modifier | modifier le code]

  • Les Gitanos (op. 15 nº3), orchestration par Adolphe Gauwin de la valse pour piano lauréate du concours Piano- Soleil
  • Suite en forme de valse : Ballabile (op. 37 nº3), 2. Valse lente (op. 38 nº3), 3. Scherzo-valse (op. 35 nº3), Danse sacrée (op. 36 nº2)
  • Suite orientale (op. 48) cf. Trio pour piano et archet, D Durand, 1900) : Prélude (op. 48 n°1), Danse d'Almée (op. 48 n°2)
  • Bourrée, pavane, sarabande : Bourrée (op. 62-2, 12), Pavane (op. 81 nº2), Sarabande (op. 82 nº2), 1909
  • Trois femmes de légende : Salomé (op. 100, nº2) (cf. Femmes de légende pour piano), Ophélie (op. 165 nº2) posthume (cf. Femmes de légende pour piano), Le songe de Cléopâtre (op. 180 nº2)

Compositions pour voix et orchestre[modifier | modifier le code]

  • Le ruisseau, soprano et contralto (op. 21 nº2), texte de Hettich (cf. Duo avec piano)
  • Noël de la Vierge Marie, mezzo soprano (op. 54 nº2), texte de M. Pape-Carpantier
  • Le chat sur le toit, soprano (op. 93 nº2), durée 3 min, texte de Du Costal (cf. mélodie avec piano)

Orchestre d'enfants[modifier | modifier le code]

  • Symphonie burlesque (op. 185), en quatre mouvements : En ballade, Pique-nique, Pastorale, Retour, œuvre posthume sous le pseudonyme de Pierre Domange (son mari s'appelle Albert Domange)

Discographie[modifier | modifier le code]

Piano[modifier | modifier le code]

  • 1998. Mel Bonis, pièces pour piano, par Lioubov Timofeïeva (Voice of Lyrics C341) (notice BnF no FRBNF38529839)
  • 1998. Œuvres pour flûte et piano, par Kaspar Zehnder, flûte ; Patrizio Mazzola, piano (Pan classics 510 110) (OCLC 605640737)
  • Femmes de légende pour piano, par Maria Stembolskaia, piano (Ligia Digital LIDI 0103214-10) (OCLC 718391726)
  • 2011. Regards : œuvres choisies de Mel Bonis, par Cécile Chaminade, Clara Schumann, Marianna von Martinez - Didier Castell-Jacomin, piano (Continuo Classics/Integral classic INT 221.250) (OCLC 929671250)
  • 2007. L'ange gardien, par Laurent Martin au piano (Ligia Digital LIDI 01033181-07) (OCLC 884450880),
  • 2016. Le diamant noir : 18 danses pour piano de Mel Bonis, par Laurent Martin, piano (Ligia Digital)
  • 2015. En dehors, récital : Mel Bonis, Sept femmes de légende et Lili Boulanger, Thème et variations - Kyra Steckeweh, piano (Kyra Steckeweh) (OCLC 971261237)

Orgue[modifier | modifier le code]

  • 2000. Œuvres pour orgue de Mel Bonis, Nadia Boulanger, Elfrida Andrée - Chantal de Zeeuw, orgue (Voice of Lyrics C343) (OCLC 785746995)
  • 2002. Orgues et organistes du XXe siècle (1900–1950) : Petite improvisation - Pierre Cochereau, orgue (« Les Introuvables » 5CD EMI 5748662) (OCLC 51239114)
  • 2016. Flöte und Orgel. Œuvres de Lachner, Schreiber, Bozza, Böhm et Mel Bonis (transcription pour flûte et orgue de Trois pièces pour flûte et piano ; Scherzo, Pièce et Air vaudois) (Querstane)
  • 2017. L'œuvre pour orgue, premier enregistrement intégral - Georges Lartigau, orgue (2 CD Ligia)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • 1999. Sonate pour flûte française : Caplet, Bonis (Troisième sonate), Gaubert, Ravel - Felix Renggli, flûte ; Jan Schultsz, piano (Discover international) (OCLC 610644551)
  • 2008. Une flûte soupire Mel Bonis et Cécile Chaminade, œuvres pour flûte et piano - Anne-Laure Pantillon, flûte ; Christophe Sturzenegger, cor ; Marc Pantillon, piano (Pantillon records) (OCLC 883325934)
  • Hommage à Mel Bonis, flûte et piano, par Sabine Seyfert, flûte et Yumiko Watanabe, piano (Kojima recording ALCD9047)
  • Kammer Musik der Belle Époque (Relief 8 cr 98 1042)
  • 1999. Trois sonates de Mel Bonis, par Clara Novakova, flûte ; Kai Gleusteen, violon ; Jean-Marie Trotereau, violoncelle ; Laurent Martin, piano (1999, Voice of Lyrics c342) (OCLC 224902426)
  • 2001. Mel Bonis Quatuors, par Gordan Nikolitch, violon ; Jean-Philippe Vasseur, alto ; Jean-Marie Trotereau, violoncelle ; Laurent Martin, piano (Voice of Lyrics C344) (OCLC 717733329)
  • 2005. Musique française au féminin (Suite dans le style ancien pour clarinette) avec des œuvres de Claude Arrieu, Florentine Mulsant, Suzanne Giraud, Elsa Barraine - Ensemble Latitudes (Triton TRI331136) (OCLC 492430169)
  • 1999. Mel Bonis, Französische Kammermusik (op. 59, 64, 69, 72, 111 et 127) - Production de l'ensemble Mel Bonis à Cologne (2CD Ensemble Mel Bonis) (OCLC 985590116)
  • 2007. Hommage à Debussy : Scènes de la forêt de Mel Bonis et Henri Lazarof, Oeden Partos et Claude Debussy - Mihi Kim, flûte ; Pierre-Henry Xuereb, alto ; Rachel Talitman, harpe (Harp & Co. 5050-10) (OCLC 919494856)
  • 2006. Quatuors avec piano de Mel Bonis - Mozart Piano Quartett (MDG Production) (OCLC 316213015 et 748192771)
  • 2006. La joueuse de flûte, Tatjana Ruhland, flûte ; Florian Wiek, piano et les musiciens de l'orchestre de Stuttgart (Hänssler 93-204) (OCLC 232133659)
  • 2013. Soir et matin, Intégrale flûte et piano et deux trios pour cordes et piano arrangés pour flûte, violoncelle et piano : Air vaudois ; Une flûte soupire ; Andante et Allegro ; Suite orientale ; Pièce ; Sonate en do-dièse mineur ; Scherzo ; Soir et Matin - Fabienne Sulser, flûte ; Matthias Walpen, violoncelle ; Anne-Marie Aellen, piano (Gallo CD 1417) (OCLC 958363304)
  • 2013. Deux quatuors avec piano : Premier quatuor de Gabriel Fauré, Premier quatuor de Mel Bonis - Quatuor Giardini : Pascal Monlong, violon ; Caroline Donin, alto ; Pauline Buet, violoncelle ; David Violi, piano (Evidence Classics) (OCLC 900449152)
  • 2014. Musique de chambre avec flûte : Œuvres de Mel Bonis avec flûte en duos et trios - Jean-Michel Varache, flûte ; Jérôme Grangeon, piano ; Anne Copery, violoncelle ; Saskia Lethiec, violon (Urtext) (OCLC 959969851)
  • 2013. Dedication. Œuvres françaises pour flûte et piano (Bonis : Pièce, op. 189 ; Scherzo Final, op. 187, posthume) - Francesca Arnone, flûte ; Terry Lynn Hudson, piano (MSR Classics) (OCLC 897429047)
  • 2014. Ballabile : Récital de musique française pour violoncelle et piano. Poulenc, Duparc, Debussy, Bonis : Sonate, op. 67. Méditation, op. 33. Sérénade, op. 46 - Camille Seghers, violoncelle ; Olivier Laville, piano (Le Chant de Linos) (OCLC 954462796)
  • 2015. Liberté, égalité, sororité : Musique de chambre de compositrices françaises (Les Scènes de la forêt pour flûte, cor et piano) - Diane Ambache, piano et ses amis (Ambache) (OCLC 956536377)
  • 2016. Boulanger Trio Solitaires, Musiques rares pour trio avec piano par le trio Solitaires (œuvres de Grieg, Bloch, Suk, Henze et Mel Bonis : Soir et Matin) - Karla Haltenwanger, piano ; Birgit Erz, violon ; Ilona Kindt, violoncelle (Avi Records) (OCLC 987039699)
  • 2017. Mel Bonis, l'œuvre pour violon et piano - Francine Trachier, violon ; Françoise Tillard, piano (Le Chant de Linos)
  • 2020. Compositrices à l'aube du XXe siècle : Sonate pour flûte et piano en do dièse mineur (op. 64 ; Pièce pour flûte et piano (op. 189) ; Scherzo (op. 187) posthume (et œuvres de Clémence de Grandval, Cécile Chaminade, Lili Boulanger et Augusta Holmes), Juliette Hurel (flûte) ; Hélène Couvert (piano) (Alpha classics)
  • 2020. Day & Night : Modern Flute & Piano Duos by Women Composers : Sonate pour flûte et piano (plus oeuvres de Lili Boulanger, Germaine Tailleferre, Lita Grier, Nancy Galbraith), Erin K. Murphy (flûte) et Kirstin Ihde (piano), (Albany)

Avec voix[modifier | modifier le code]

  • 1998. Florilège de musique française : chant et harpe - Colette Comoy-Alexandre, soprano ; Michaël Mulvey, baryton ; Huguette Geliot, harpe (Quantum DQM 6989) (OCLC 658345463)
  • 1999. Mel Bonis, Fauré, Franck, musique spirituelle, sous la direction de Jean-Philippe Sarcos (production : B. de Montalembert)
  • 2000. Mel Bonis, Œuvres vocales religieuses - Schola Saint-Sauveur de la Cathédrale d'Aix-en-Provence, dir. Jean-François Sénart (Voice of Lyrics C345) (OCLC 659116695)
  • 2003. Romance : Invocation. Chanson d'amour. Songe. Une flûte soupire (Gutingi GUT 236) (OCLC 725337977)
  • 2005. Mel Bonis, l'Œuvre vocale - Brigitte Balleys, mezzo-soprano ; Valérie Gabail, soprano ; Éric Cerentola, piano (Doron Musique DRC 502) (OCLC 758864023)
  • 2007. Un flot d'astres frissonne : musique française pour voix de femmes, Regina Coeli - Calliope, chœur de femmes, dir. Régine Theodoresco (Calliope CAL 9374) (OCLC 833415039)
  • 2015. Mel Bonis, Trio Alouette Récital Mel Bonis : Gai printemps, piano, Élève-toi, mon âme, arrangement pour voix, flûte et piano, Trois mélodies pour mezzo-soprano, Sonate pour flûte et piano, Noël de la Vierge Marie, chant, Près du ruisseau, piano, Reproches tendre, Pourriez-vous pas me dire et Chanson d'amour, chant, Andante et Allegro, flûte et piano - Trio Alouette : Maria voor ‘t Hekke, mezzo-soprano ; Hélène - Hilde Michielsen, flûte ; Sylvia Wessels, piano (Etcetera Record)
  • 2015. Mel Bonis, ses mélodies : 23 mélodies de Mel Bonis en solo et duos - Éliane Geiser, mezzo-soprano et Flurin Tschurr, basse ; Anne-Marie Aellen, piano. (Gallo)

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • 2013. Mel Bonis, Symphonic Works, Benoît Fromanger (dir.), Bucharest symphony orchestra, Le Chant de Linos CL1287

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Constant Pierre 1900, p. 547.
  2. Constant Pierre 1900, p. 549.
  3. Constant Pierre 1900, p. 261.
  4. Constant Pierre 1900, p. 540.
  5. a et b Launay, Florence., Les compositrices en France au XIXe siècle, Fayard, (ISBN 2-213-62458-5 et 978-2-213-62458-7, OCLC 64946795, lire en ligne), p. 40
  6. « Mel Bonis (1858-1937) », sur musimem.com
  7. « 1905, Mel Bonis compose son "Quatuor pour piano et cordes n°1" », sur France Musique (consulté le 1er novembre 2020)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]