Mel Bonis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonis.
Mel Bonis
Description de cette image, également commentée ci-après

Mel Bonis, 27 ans,
par Charles-Auguste Corbineau (1885).

Nom de naissance Mélanie Hélène Bonis
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 79 ans)
Sarcelles, Drapeau de la France France
Activité principale Compositrice

Mel Bonis (de son vrai nom Mélanie Hélène Bonis), née le à Paris et décédée le à Sarcelles, est une compositrice française parisienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Mélanie Bonis est employé comme contremaître en horlogerie et sa mère, passementière, s'occupe surtout du foyer situé dans un petit appartement du numéro 24 de la rue Rambuteau, dans le 4e arrondissement de Paris.

Elle reçoit une éducation religieuse stricte et ressent, très vite, une grande piété et une grande foi qu'elle conserve toute sa vie. Aussi affronte-t-elle avec courage et détermination les préjugés hostiles pour la vie d'artiste et les mœurs légères que l'on prête aux femmes qui se destinent à une telle carrière.

Dès son plus jeune âge, Mélanie joue, toute seule, sur le vieux piano de ses parents. Promise au métier de couturière, elle échappe, momentanément, à cette destinée grâce à Jacques Maury, un ami des parents, cornettiste, professeur au Conservatoire de Paris. Celui-ci la présente à César Franck qui s'intéresse à elle et la fait admettre fin 1876 au Conservatoire comme élève d'harmonie et accompagnement au piano. Elle assiste en auditeur libre à la classe d'orgue de César Franck En 1877, elle a son premier accessit d'harmonie et accompagnement. Ensuite, elle étudie dans la classe d'Auguste Bazille pour l'accompagnement où elle est la condisciple de Claude Debussy. Elle obtient, en 1879, un second prix d'accompagnement puis un premier prix d'harmonie en 1880. En janvier 1881, son maître Auguste Bazille écrit : la plus forte de la classe mais la peur la paralyse. Ernest Guiraud confirme en lui envoyant ses vœux pour l'année 1880: Ayez vos deux premiers prix aussi beaux que tout le monde y compte. 

C'est en 1879 qu'elle fait la connaissance d'Amédée Louis Hettich (1856-1937) élève chanteur de la classe de Masset mais aussi poète. Il devient l'unique amour de sa vie.

Le premier morceau de Mélanie est une pièce pour piano intitulée Impromptu qu'elle signe Mel Bonis : c'est le pseudonyme qu'elle choisit pour ne pas être reconnue comme femme en tant que « compositeur » . Ensuite, elle écrit deux mélodies en collaboration avec Hettich sur deux poèmes de sa main Villanelle et Sur la Plage. Hettich est journaliste à L'Art Musical. Il demande sa main mais sa famille s'oppose au mariage et elle démissionne du Conservatoire.

Ses parents organisent pour Mélanie un mariage de convenance: à l'âge de 25 ans, elle épouse Albert Domange, un riche entrepreneur spécialisé dans le cuir industriel – la maison Scellos – qui devient en 1883 : Domange et Cie. Albert âgé de 47 ans, est, lui-même, deux fois veuf et père de cinq enfants. Ils sont installés dans un hôtel particulier près du Parc Monceau, et passent vacances et week-ends entre sa propriété de Sarcelles et sa villa à Étretat. De cette union naissent trois enfants : Pierre, Jeanne et Edouard.

Au cours des années 1890, Mélanie retrouve Amédée Hettich, et elle collabore à sa célèbre collection les airs classiques. Ils travaillent ensemble : elle compose des mélodies et des chœurs sur les textes du poète et il l'aide à faire valoir sa musique tout en lui ouvrant les portes des grands éditeurs parisiens. Ensemble, ils ont une fille, Madeleine (1899) dont l'existence restera secrète.

En proie au doute et à la culpabilité jusqu'à sa mort, Mel Bonis compose plus que jamais dans les années 1900, sublimant ainsi sa douleur, la transformant en création. Elle est membre de la Société nationale de musique de 1899 à 1911 et y occupe le poste de secrétaire à partir de 1910 – une première pour une femme. Après la mort de son mari survenue le 31 mars 1918, elle invite Madeleine à passer des vacances dans la villa d'Etretat avant de l'accueillir chez elle – au titre de filleule de guerre et sans jamais dévoiler son identité. À titre d'anecdote, Madeleine échappe au bombardement par la Grosse Bertha de l'église Saint-Gervais qui fit 88 morts et 60 blessés le 29 mars 1918.

Edouard, le dernier fils de Mel Bonis, revenu de la guerre, tombe amoureux de Madeleine et veut l'épouser. Mélanie n'a pas d'autre choix que d'avouer, sous le plus absolu secret, la vérité. En 1932, Edouard décède au Caire. Il a 36 ans et 4 jeunes enfants.

La compositrice se concentre, maintenant, sur la musique religieuse où elle essaie de rencontrer « l'amour divin » qui s'exprime, par exemple, dans son Cantique de Jean Racine écrit à la mémoire de ce fils disparu.

Elle est enterrée au cimetière de Montmartre (24ème division)

Mel Bonis laisse une œuvre importante d'environ trois cents pièces. L'essentiel est composé entre 1892 et 1914. Sa musique, de style postromantique est bien inscrite dans son époque. Elle est très variée, allant du drame à l’humour, souvent vigoureuse et sensuelle, avec des dépaysements impressionnistes ou orientalistes, toujours très bien écrite et d’une grande sensibilité. C’est une écriture personnelle et aisément identifiable par l’originalité des harmonies et des rythmes. La musique de Mel Bonis est encore (sauf les œuvres pour orchestre pour le moment) en cours d'édition ou de réédition : ce travail est presque terminé.

Ses principales compositions[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Mel Bonis, pièces pour piano - Lubov Timofeïeva (1998, Voice of Lyrics C341),
  • Œuvres pour flûte et piano Pan classics 510 110 Suisse 1998,
  • French Flute Sonatas Discover international 1999 (Autriche),
  • Kammer Musik der Belle Époque Relief 8 cr 98 1042 (Suisse),
  • Mel Bonis, Fauré, Franck, musique spirituelle, Direction Jean-Philippe Sarcos, production B. de Montalembert, 1999,
  • Trois Sonates de Mel Bonis Voice of Lyrics, juin 1999 c342,
  • Florilège de musique française Quantum 1999 DQM 6989/SM55,
  • Œuvres pour orgue de Mel Bonis, Nadia Boulanger, Elfrida Andrée Voice of Lyrics juillet 2000 C343,
  • Mel Bonis Quatuors Voice of Lyrics 2001 C344,
  • Mel Bonis, Œuvres vocales religieuses Voice of Lyrics 2001 C345,
  • Orgues et organistes du XXe siècle (1900-1950) EMI 2002, Collection les Introuvables 5748662 ,
  • Hommage à Mel Bonis Flûte et Piano Kojima recording ALCD9047,
  • Musique française au féminin Triton 2005 TRI331136,
  • Romance Gutingi 2005 GUT 236 (Allemagne),
  • Mel Bonis, l'Œuvre Vocale Doron Musique 2006 Suisse DRC 502,
  • Mel Bonis, Franzosische Kammermusik Production de l'ensemble Mel Bonis à Cologne, 2006,
  • L'Ange Gardien Laurent Martin au piano Ligia Digital 2007 LIDI 01033181-07,
  • Un flot d'astres frissonne Calliope 2007 CAL 9374,
  • Hommage à Debussy, Scènes de la forêt de Mel Bonis, Harpe et Compagnie, Belgique 2007 5050-10,
  • Piano Quartets de Mel Bonis, Mozart piano quartett, MDG Production (Allemagne),
  • La Joueuse de flûte, Tatjana Ruhland et les musiciens de l'orchestre de Stuttgart, Hänssler 93-204 (Allemagne 2008).
  • Femmes de légende pour piano, Maria Stembolskaia, piano Ligia Digital: LIDI 0103214-10,
  • Une flûte soupire Mel Bonis et Cécile Chaminade, œuvres pour flûte et piano. par Anne-Laure Pantillon, flûte, et Marc Pantillon, piano, Pantillon records, Suisse, 2009.
  • Regards Didier Castell-Jacomin, piano œuvres choisies de Mel Bonis, Chaminade, Clara Schumann, Marianna von Martinez Integral classic (INT 221.250)(France 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Association Mel Bonis et l'ouvrage de Madame Christine Géliot cité dans la bibliographie: Mel Bonis, femme et « Compositeur », 2e édition - Editions de l'Harmattan, 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mel Bonis Femme et "Compositeur" - 2e édition de Chrisine Géliot (arrière-petite fille) (Editions de l'Harmattan, septembre 2009) (ISBN 9782296094093)

Liens externes[modifier | modifier le code]