132e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 132e division d'infanterie.
132e division d'infanterie
Création 23 septembre 1914
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination Division de Marche de Verdun
Division de Morlaincourt
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1915 - 1re Bataille de la Woëvre
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1918 - 4e bataille de Champagne
1918 - Offensive des Cent-Jours
(2e Bataille de Noyon)
(poussée vers la position Hindenburg)
(Bataille de la Lys et de l'Escaut)

La 132e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 23 septembre 1914 : Division de Marche de Verdun ou Division de Morlaincourt
  • 2 juillet 1915 : 132e Division d’Infanterie

Les chefs de la 132e Division d’Infanterie[modifier | modifier le code]

  • 23 septembre 1914 - 2 octobre 1915 : Général Boucher de Morlaincourt
  • 2 octobre 1915 - 28 mars 1917 : Général Renaud
  • 28 mars 1917 - 7 septembre 1918 : Général Huguenot
  • 7 septembre 1918 - 24 février 1919 : Général Sicre

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

  • Infanterie
166e Régiment d’Infanterie de juillet 1915 à novembre 1918
298e Régiment d’Infanterie d’août à novembre 1918
303e Régiment d’Infanterie de juillet 1915 à mars 1917
330e Régiment d’Infanterie de juillet 1915 à septembre 1918 (dissolution)
364e Régiment d’Infanterie de juillet 1915 à août 1916 (dissolution)
366e Régiment d’Infanterie de juillet 1915 à novembre 1918
  • Cavalerie
1 escadron du 4e régiment de hussards de juillet 1915 à janvier 1916
2 escadrons du 1er régiment de hussards de janvier 1916 à janvier 1917
2 escadrons (puis 1 escadron à partir de juillet 1917) du 3e régiment de dragons de janvier 1917 à novembre 1918
  • Artillerie
2 groupes de 75 du 57e régiment d'artillerie de campagne de juillet 1915 à juillet 1917
1 batterie de 75 du 4e régiment d'artillerie de campagne de janvier 1916 à juillet 1917
1 batterie de 75 du 22e régiment d'artillerie de campagne de janvier 1916 à juillet 1917
1 batterie de 75 du 48e régiment d'artillerie de campagne de janvier 1916 à juillet 1917
3 groupes de 75 du 257e régiment d'artillerie de campagne de juillet 1917 à novembre 1918
101e batterie de 58 du 17e régiment d'artillerie de campagne de juillet 1915 à janvier 1918
101e batterie de 58 du 257e régiment d'artillerie de campagne de janvier à novembre 1918
12e groupe de 155c du 102e régiment d'artillerie lourde de janvier à juillet 1918
6e groupe de 155c du 130e régiment d'artillerie lourde de juillet à novembre 1918
  • Génie
1 bataillon du 31e Régiment d’Infanterie Territoriale d’août à novembre 1918

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

  • 23 septembre : constitution, à Verdun, de la Division de Marche de Verdun ou Division de Morlaincourt.
  • 23 septembre - 10 octobre : occupation de la région Watronville, Mont-sous-les-Côtes, et opérations en Woëvre :
28 septembre : combat vers Fresnes-en-Woëvre.
6 - 8 octobre : combats vers Pintheville, Riaville et Champlon.

1915[modifier | modifier le code]

  • 10 octobre 1914 - 9 décembre 1915 : occupation d'un secteur vers Trésauvaux et les abords d'Etain :
12 octobre : prise de Champlon.
12 - 15 octobre : attaque française sur Marchéville-en-Woëvre.
12 novembre : attaque allemande vers Pintheville.
18, 27 mars 1915 : attaques françaises vers Marchéville. Engagée sur place, le 6 avril 1915, dans la 1re Bataille de la Woëvre :
6-14 avril : attaques françaises vers la cote 233.
17 avril : secteur réduit au front Marchéville, bois de Buzy.
5 juin : extension du front, à droite, jusque vers Champlon.
11 août : extension à gauche, jusque vers Etain. À partir du 30 septembre, nouvelle extension, à droite, jusqu'aux Éparges (guerre de mines aux Éparges).
  • 9 décembre 1915 - 8 janvier 1916 : retrait du front ; repos dans la région de Rosnes et instruction au camp de Belrain. À partir du 27 décembre, repos à Verdun.

1916[modifier | modifier le code]

  • 8 janvier - 19 mars : mouvement vers le front, puis occupation d'un secteur entre Les Éparges et Etain. À partir du 25 février, engagée dans la bataille de Verdun ; repli progressif jusqu'au front Eix, le nord des Éparges :
26 et 27 février : combats à Ville-en-Woëvre.
27 février : combats à Moulainville.
28 février : combats à Ronvaux, à Manheulles, et à Champlon.
28 février au 7 mars : combats à Fresnes-en-Woëvre. Front réduit à gauche, le 28 février, jusqu'au sud de Châtillon-sous-les-Côtes, et le 5 mars, jusqu'à Villers-sous-Bonchamp.
  • 19 mars - 8 avril : retrait du front ; repos dans la région Génicourt-sur-Meuse, Sommedieue.
  • 8 avril - 28 juin : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers le sud de Vaux-lès-Palameix et Dompcevrin.
  • 28 juin - 11 juillet : retrait du front, regroupement vers Ligny-en-Barrois, puis transport par V.F. vers la région de Montdidier ; instruction.
  • 11 juillet - 10 septembre : mouvement vers le front. À partir du 13 juillet, occupation d'un secteur vers Lihons et la voie ferrée d'Amiens à Chaulmes ; le 26 juillet, déplacement du front, à gauche, vers le nord de Lihons et le bois Etoilé. À partir du 4 septembre, engagée dans la Bataille de la Somme, dans la région de Vermandovillers :
4, 5, 6 et 7 septembre : attaques françaises sur Vermandovillers.
  • 10 - 24 septembre : retrait du front et repos vers Montdidier.
  • 24 septembre 1916 - 4 février 1917 : mouvement vers la région de Davenescourt, puis occupation d'un secteur vers Andechy et Maucourt, réduit à droite, le 23 janvier 1917, jusqu'à la route d'Amiens à Roye.

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

  • 1er - 18 juin : occupation d'un nouveau secteur vers l'Epine de Vedegrange et le mont Sans Nom.
  • 18 - 26 juin : retrait du front ; repos dans la région de Vadenay.
  • 26 juin - 23 juillet : mouvement vers le front, puis occupation d'un secteur vers Auberive-sur-Suippe et le Mont Sans Nom. À partir du 15 juillet, engagée dans la 4e bataille de Champagne : résistance sur la position principale ; puis organisation du front vers Auberive-sur-Suippe et la ferme de Moscou.
  • 23 juillet - 19 août : retrait du front, repos vers Saint-Germain-la-Ville. À partir du 2 août, transport par V.F. vers Pont-Sainte-Maxence, puis transport par camions vers Mareuil-sur-Ourcq, et enfin mouvement par étapes vers la forêt de Compiègne.
  • 19 août - 15 septembre : mouvement vers le front. Engagée dans la 2e Bataille de Noyon :
20 août : prise du mont de Choisy, de Cuts, de la Pommeraye.
22 août : progression jusqu'à l’Oise. À partir du 29 août, engagée dans la poussée vers la position Hindenburg : franchissement du canal de l'Ailette.
2 - 7 septembre : poursuite vers la lisière est de la basse forêt de Coucy. Puis réorganisation des positions conquises vers Barisis-aux-Bois et la route de Saint-Gobain à Chauny.

Rattachements[modifier | modifier le code]

  • Affectation organique :
juillet 1915 : Isolée
janvier 1916 : 30e Corps d’Armée
8 janvier 1915 – 9 août 1916
6 – 12 février 1917
14 – 15 septembre 1918
26 février – 28 juin 1916
13 février – 16 avril 1917
23 septembre 1914 – 7 janvier 1915
15 novembre 1916 – 6 février 1917
3 – 4 août 1918
5 – 13 septembre 1918
17 avril 1917 – 2 août 1918
10 juillet – 4 août 1916
19 octobre – 11 novembre 1918
29 juin – 9 juillet 1916
5 août – 14 novembre 1916
5 août – 4 septembre 1918
16 septembre – 5 octobre 1918
6 – 18 octobre 1918
10 août 1915 – 25 février 1916

L’Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L’après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La 132° DI dans la bataille de l'Aisne (1917)