Athesans-Étroitefontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Athesans-Étroitefontaine
Athesans-Étroitefontaine
Le village au début du XXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Villersexel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Villersexel
Maire
Mandat
Alain Bizzotto
2014-2020
Code postal 70110
Code commune 70031
Démographie
Population
municipale
657 hab. (2016 en diminution de 2,09 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 51″ nord, 6° 30′ 40″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 367 m
Superficie 12,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Athesans-Étroitefontaine

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Athesans-Étroitefontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Athesans-Étroitefontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Athesans-Étroitefontaine

Athesans-Étroitefontaine (prononcé localement : at'zan ètroit'fontaine, le E d'Athesans n'est pas prononcé, ce qui donne « atzan ») est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gouhenans La Vergenne Moffans-et-Vacheresse Rose des vents
N Mignavillers
O    Athesans-Étroitefontaine    E
S
Villafans Senargent-Mignafans

Topographie[modifier | modifier le code]

Ce terroir s'est avéré propice à l'élevage, à la polyculture et à la création de vergers. La commune est entourée de forêts et une partie notable de son territoire est boisée. Le bois de Saint-Georges peut être considéré comme l'extrémité Ouest d'un vaste massif forestier courant sur un terrain vallonné jusqu'aux portes de Montbéliard, et dont l'élément central est la forêt de Granges. Massif plus réduit, le Bois de Saint-Servais est placé aux abords immédiats du village d'Athesans.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le bassin houiller keupérien de Haute-Saône[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Le Rognon s'écoule à l'écart du village, au sud-est.

Le relief légèrement vallonné de la commune a été favorable à la création d'étangs artificiels, tels que l'étang de la Mouillère et l'étang Lombard.

Morphologie du bâti[modifier | modifier le code]

Le village d'Athesans, qui inclut les hameaux d'Étroitefontaine et de Saint-Georges, constitue la partie principale de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il y a un demi-siècle, Théodore Perrenot a développé une thèse, mise en doute depuis, selon laquelle la terminaison ANS d'Athesans, fréquente dans la Haute-Saône serait un suffixe burgonde : -ingos. Anciennes appellations d'Athesans : Athesun (1174), Athesans (1431), Atessan (1696) Athesans-Saint-Georges (1789), Athesans-les-Forges (1793).[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des sarcophages d'époque mérovingienne ont été découverts au XIXe siècle et constituent sans doute la plus ancienne trace d'occupation humaine. Ces sarcophages sont conservés menés à Besançon{{référence incomplète|[2].

Si l'existence d'une seigneurie d'Athesans est prouvée dès le XIIe siècle, les édifices les plus anciens ne sont que des fermes. Cette vocation agricole est confirmée par la toponymie : les lieux-dits les Essarts, les Breuleux sont des traces des défrichements de la forêt. Il n'y avait pas de château médiéval, car Athesans était entre les mains de seigneurs qui se contentaient de prélever des revenus sur les exploitations agricoles mais qui ne résidaient pas sur place.[réf. nécessaire]. À Étroitefontaine, appartenant alors à une seigneurie distincte, les mêmes causes donnèrent les mêmes effets[réf. nécessaire].

Les édifices les plus anciens étaient des fermes, aujourd'hui démolies (maisons Ruffier, Tourdot-Charpin) dont l'une portait sur sa porte de grange le millésime 1648 (date qui coïncide avec la fin de la guerre de Trente Ans). Cet état de fait s'explique par l'histoire du village, qui bien qu'ancien, n'a pris son essor que tardivement, au XVIIIe siècle au temps de la création des forges de Saint-Georges.

La forge de Saint-Georges est créée en 1717 par la famille Perreney de Baleure. Cette activité donne un temps au village son nom révolutionnaire d'Athesans-les-Forges. La forge est vendue comme bien national en 1797 ou 1798. Son activité d'abord importante décline dans la seconde moitié du XIXe siècle et le haut-fourneau est éteint en 1865[réf. nécessaire].

Une ancienne exploitation de sel se trouve à la limite de Gouhenans, faisant partie des Salines de Gouhenans. De 1840 à 1845, le puits Lissot exploite du charbon de terre[3]. Du charbon de bois est produit au hameau de Saint-Georges. Au lieu-dit les Carrières, on exploitait autrefois une roche calcaire friable, impropre à la taille, pour en tirer des moellons et de la chaux[réf. nécessaire].

La concession de Lomont d'une superficie de 2 336 ha est accordée en juillet 1904 pour l'exploitation de la houille du Stéphanien. Mais il n'y a aucune extraction de charbon en raison du manque de moyen techniques pour l'extraction du gisement situé à plus d'un kilomètre sous terre[4],[5].

De 1911 à 1938, la commune est desservie par la ligne de Vesoul à Saint-Georges des chemins de fer vicinaux de la Haute-Saône, surnommé « le Tacot ». On peut encore voir aujourd'hui le tracé de l'ancienne ligne du « tacot » ainsi que les anciennes gares de Saint-Georges et d'Athesans[6].

En 1801, Athesans absorbe entre 1790-1794 Saint-Georges. En 1972, les communes d'Athesans et Etroitefontaine fusionnent sous le nom d'Athesans-Étroitefontaine[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Villersexel.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Villersexel[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le canton s'est agrandi, passant de 32 à 47.

La commune d'Athesans-Étroitefontaine fait partie du ressort du tribunal d'instance, du conseil de prud'hommes et du tribunal paritaire des baux ruraux de Lure, du tribunal de grande instance, du tribunal de commerce et de la cour d'assises de Vesoul, du tribunal des affaires de Sécurité sociale du Territoire de Belfort et de la cour d'appel de Besançon.

Dans l'ordre administratif, elle relève du Tribunal administratif et que de la cour administrative d'appel de Nancy[8],[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays de Villersexel, créée en le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 En cours
(au 25 juillet 2016)
Alain Bizzotto   Réélu pour le mandat 2014-2020[10],[11]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolutions démographiques[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2016, la commune comptait 657 habitants[Note 1], en diminution de 2,09 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
485566567527586663650700705
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
563646643642629557546512522
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
475542578515506485423511462
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
479604545573584564575662662
2016 - - - - - - - -
657--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

En dépit de la diminution du nombre des exploitations agricoles, le village s'est maintenu en devenant un lieu de résidence pour ouvriers et employés des villes environnantes (spécialement Lure, Magny-Vernois, Sochaux et Montbéliard).

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

Athesans-Étroitefontaine est rattachée à l'académie de Besançon.

Le SIVU du Tacot, constitué des communes villages d’Athesans-Étroitefontaine, Villafans, La Vergenne, Senargent, Mignafans, Mignavillers et Gouhenans[15] a édifié à Athesans son nouveau pôle éducatif, qui intègre l'ancienne école communale de quatre classes construite en 1956, restructuré en bâtiment basse consommation (BBC) avec un bardage bois en 2014[16],[17]. Le pôle comprend également un centre périscolaire, construit également par l'intercommunalité aux normes BBC en 2013, et qui accueillait alors une dizaine d’élèves le matin, 35 le midi et 15 le soir[18]

Subsistent également les bâtiments désaffectés de l'ancien pensionnat Jeanne d'Arc. Pour les niveaux de scolarisation des collégiens et des lycéens, le collège Louis Pergaud de Villersexel et le lycée G-Colomb de Lure sont les établissements privilégiés.

Santé[modifier | modifier le code]

Athesans-Etroitefontaine dispose d'un cabinet de médecin généraliste ainsi que d'une pharmacie. Des infirmières à domicile résident dans la commune. L'hôpital de Lure se situe à douze kilomètres, le centre hospitalier de Vesoul et le tout nouvel hôpital de Belfort-Montbéliard (situé à Trevenans) sont accessibles l'un et l'autre en trente minutes par la route.

Services[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services assurés par la mairie ainsi que de ceux de l'agence postale communale. L'ensemble des autres services publics sont disponibles à Lure (Pôle emploi, EDF, le centre des impôts, justice, bibliothèque, médiathèque, cinéma et espace culturels).

Cultes[modifier | modifier le code]

Athesans-Étroitefontaine est au centre de l'unité pastorale d'Athesans-Moffans[19], faisant partie du doyenné de Lure, qui dépend de l'archidiocèse de Besançon[20].

Le village dispose d'une église catholique.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête patronale au mois de mai. Foire le premier dimanche de septembre[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Le dynamisme actuel d'Athesans s'explique essentiellement par sa situation sur les axes routiers, ce qui lui a permis de se maintenir au niveau démographique, et ce qui a favorisé le maintien de commerces traditionnels et l'apparition de services médicaux (médecins et pharmacie).

Le village dépendant économiquement des deux centres urbains de Lure et de l'agglomération d'Héricourt-Montbéliard. Ces deux pôles offrent de nombreux emplois et sont rapidement accessibles par une voie expresse passant dans ces axes à proximité d'Athesans-Étroitefontaine.

Un élevage d'escargots existe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La croix de grès dans le Bois de Saint-Servais, datée de 1826, s'élève sur les lieux d'une ancienne chapelle dont on voit quelques rares pierres[22].
  • L'église Saint-Servais est en style néo-gothique des années 1830. Une de ses cloches date de 1500 et compte parmi les plus anciennes du département de la Haute-Saône.
  • Statue à Notre-Dame-de-la-Libération, au sud, sur la route de Villafans, sur la route par laquelle les troupes coloniales sont entrées dans le village à l'automne 1944. Le hameau de Saint-Georges est dominé par un vaste pavillon de chasse aux allures de château, dont la partie la plus ancienne fut construite vers 1820 par L. de Pourtalès, propriétaire des forges.
  • Des vestiges des puits des mines de sel et de charbon sont encore visible en certains endroits : le puits Lissot (1840-1845) de la concession d'Athesans et les puits no 12 et 16 des mines de Gouhenans.
  • Ancien château du XVIIe siècle, réaménagé et agrandi pour en faire une école libre en 1893 puis un pensionnat privée de jeunes filles en 1903, puis mixte en 1960 avant de se voir désaffecté en 2002[23].
  • Parcours des anciennes bornes de la commune.
  • Étang de la Mouillière. Hameau de Saint-Georges avec anciennes forges. Grande fontaine d'Étroitefontaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Constant Tournier, curé d'Athesans, est l'auteur de plusieurs livres sur le protestantisme dans la région :
    • Le Protestantisme dans le Pays De Montbéliard, imprimerie Jacquin, Besançon 1889 ;
    • Le Catholicisme et le Protestantisme dans le pays de Montbéliard, imprimerie Jacquin, Besançon 1894, 492 pages (réédité en 1921) ;
    • La crise huguenote à Besançon au XVIe siècle, Besançon, Jacquin, 1910 ;
    • Le Miracle De Faverney vu et raconté par un Protestant De Montbéliard Imprimerie Jacques et Demontrond, Besançon, 1932.
  • Benoît le Gouz de Saint-Seine (1900-1973), officier pendant la Seconde Guerre mondiale (Off. de la Légion d'Honneur), il sera élu plusieurs fois dans l'immédiat après-guerre. C'est sous ses mandats que le village verra l'apparition de l'eau courante, de l'électricité ou encore de l'école communale.
  • Hermann Bacchetta, ancien maire plusieurs fois réélu[Quand ?]. A donné son nom à une rue d'Athesans. Il a donné au village sa physionomie actuelle. Divers édifices tant publics que privés ayant été rénovés par son entreprise de maçonnerie.
  • Charles Page, ancien maire[Quand ?], qui a également donné son nom à une rue du village.
  • Lucien Tharradin (1904-1957), homme politique, résistant, maire de Montbéliard et sénateur du Doubs Lucien Tharradin et son épouse reposent au cimetière d'Athesans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185
  2. Suchaux, Dictionnaire des communes de la Haute-Saône}} éditions Marcel Bon, Vesoul, 1969
  3. « Compte-rendu des travaux des Ingénieurs des Mines », p. 20 (Haute-Saône).
  4. Carilian-Goeury et Vor Dalmont, Annales des mines, partie administrative, ou Recueil de lois, décrets, arrêtés et autres actes concernant les mines et usines, vol. 3, (lire en ligne), p. 162-165.
  5. Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 2 : Le puits Arthur de Buyer, Association des amis du musée de la mine, (présentation en ligne), p. 4.
  6. Jean-Claude Riffaud, « Les chemins de fer vicinaux de la Haute-Saône », dans Magazine des Tramways à Vapeur et des Secondaires, no 9 (1979)
  7. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. « Juridictions de Vesoul », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 7 mai 2014).
  9. « Carte judiciaire » [PDF], sur le site du ministère de la Justice (consulté le 8 juin 2012).
  10. « Alain Bizzotto brigue un quatrième mandat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Alain Bizzotto est élu conseiller municipal d’Athesans-Étroitefontaine en 1977. Il effectue trois mandats et devient maire en 1995. Il conduira sa liste à la prochaine élection pour un quatrième mandat de maire ».
  11. « Alain Bizzotto, maire depuis 1995 », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « C’est sans surprise qu’Alain Bizzotto a été élu à l’unanimité par 14 voix au poste de maire, lors de la première réunion du conseil municipal. Il enchaîne son quatrième mandat à ce poste ».
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. « Le SIVU du Tacot sur les rails », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Les communes d’Athesans-Étroitefontaine, Gouhenans, La Vergenne, Mignavillers, Senargent-Mignafans et Villafans ont décidé de s’associer au sein d’un Syndicat intercommunal à vocation unique pour la gestion des écoles. Il a été baptisé « SIVU du Tacot ».Ce Syndicat a pour objet la construction des écoles à Athesans, leurs annexes et leurs voies d’accès, l’entretien et le fonctionnement (y compris la participation pour les fournitures scolaires ou divers) des écoles »
  16. « Athesans-Étroitefontaine Construction et rénovation à l’école », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  17. « Le sivu du Tacot sera prêt à l’heure », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  18. « Le centre périscolaire a ouvert ses portes », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  19. « Unité pastorale d'Athesans-Moffans », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 16 avril 2016).
  20. « Doyenné de Lure », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 16 avril 2016).
  21. « 23e édition de la foire ’Athesans », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  22. « La croix de Saint-Servais à nouveau debout », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  23. « Le château d'Athesans », sur besac.com.