Troupes coloniales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche de recrutement pour les troupes coloniales, Seconde Guerre mondiale.

Les Troupes coloniales, dites « la Coloniale », étaient un ensemble d'unités militaires françaises stationnées dans les colonies et mises sur pied, à l'origine, pour assurer la défense des ports et des possessions outre-mer autres que l'Afrique du Nord, même si ces troupes sont employées massivement en France métropolitaine et au Maghreb au cours du XXe siècle.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le terme Troupes coloniales ou Armée coloniale ou Troupes des colonies françaises a plusieurs sens :

  • Il s'agit d'abord des troupes françaises devant assurer la défense des colonies.

Les Troupes coloniales sont apparues en 1900, lorsque l'ensemble des troupes terrestres dépendant du ministère de la Marine, appelées troupes de Marine, furent transférées sous les ordres du ministère de la Guerre. Elles disparurent en 1958 lorsque, les colonies ayant acquis leur indépendance, la mission de ces troupes fut redéfinie. Elles reprirent alors le nom de troupes de Marine, tout en restant dans l'armée de terre.

Composition[modifier | modifier le code]

Les Troupes coloniales « la Coloniale » qui dépendent d'un seul état-major général, regroupent deux grands types d'unités :

  • les tirailleurs indigènes, hors Afrique du Nord, (tirailleurs sénégalais, tirailleurs malgaches, tirailleurs indochinois) formés de « sujets » français des colonies commandés par des officiers français. Le terme « Tirailleurs sénégalais » est un terme générique donné à toutes les unités d'infanterie recrutés en Afrique noire.

S'il est parfois utilisé, au sens large, pour désigner les troupes recrutées dans l'ensemble des colonies françaises, et par extension, inclure aussi les troupes d'Afrique (Zouaves, Chasseurs d'Afrique, Spahis, Tirailleurs algériens, marocains et tunisiens, artillerie nord-africaine, légion étrangère et services des affaires indigènes), qui trouvent leur origine dans le corps expéditionnaire de 1830 en Algérie, et qui furent réunies au sein du XIXe corps d'armée en 1873, ces dernières forment un ensemble bien distinct des Troupes coloniales et ne doivent pas être confondues avec elles[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les troupes dites « coloniales » ou de « marine » ont été créées en 1622 par le cardinal Richelieu sous le nom de « Compagnies ordinaires de la mer ». Embarquées à bord de navires, elles avaient différentes missions, dont les combats lors d'abordages, et étaient placées sous l'autorité du Ministère de la Marine.

Les conquêtes coloniales ont incité l'État à positionner des troupes à terre, de défense, de commerce, d'occupation, etc. Vers le milieu du XIXe siècle, les combats d'abordages n'existant plus, les troupes de la Marine restèrent à terre, à travers le monde.

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, la Division Bleue réunit l'infanterie de marine et l'artillerie de marine (« marsouins » et « bigors »), héritiers des Compagnies de la mer. Après la guerre, elles participent à la conquête coloniale. Dès 1885, la Troisième République créé le 3e régiment de tirailleurs tonkinois, formés d'hommes venant d'Indochine.

En 1900, ces unités de marine quittent le Ministère de la Marine et sont prises en charge par le Ministère de la Guerre. De ce fait, les Troupes de la Marine prennent le nom de « Troupe Coloniale » (loi du 7 juillet 1900). Puis, deux décrets datés du 28 décembre 1900 portent organisation, l’un de l’infanterie coloniale, l’autre de l’artillerie coloniale. C'est à ce moment que le Corps d'artillerie de la Marine devient le 1er régiment d'artillerie coloniale, membre de la 2e division d'infanterie coloniale lors de la Première Guerre mondiale et dissous lors de l'armistice de 1940.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914, à la veille de la Grande Guerre, les troupes coloniales comptent 102 bataillons et 39 batteries, dont 36 bataillons et 12 batteries en métropole et 21 bataillons en Afrique du Nord. Dans ce total de 102 bataillons, la « Force Noire » (les troupes issues de l'Afrique noire) représentait le quart. Ces unités étaient réparties en un corps d'armée en métropole et six groupes dans les colonies auxquels il faut ajouter quelques unités en Afrique du Nord. Après le début de la guerre, les troupes coloniales vont s'organiser en deux corps d'armée qui regroupent sept divisions qui vont être engagées sur tous les fronts et en particulier :

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La fin de la Première Guerre mondiale est marquée par une profonde réorganisation des Troupes Coloniales. La pénurie de main d'œuvre due aux pertes effroyables consenties pendant le premier conflit mondial (1 355 000 morts et 3 595 000 blessés), explique en partie cette situation. Un ralentissement marqué du recrutement des jeunes engagés est constaté. De plus les rigueurs budgétaires imposées par l'effort de reconstruction, et l'absence de menace de la part de l'Allemagne vaincue, ont raison d'une grande partie de l'infanterie française. Les Troupes Coloniales voient près de 80 % des régiments qui la composent dissous. Seuls subsistent en tant que régiments blancs, les 3e, 21e, 23e RIC en métropole, les 9e et 11e RIC en Indochine, et le 16e RIC en Chine. Pour pallier cette carence, il est alors décidé d'incorporer des soldats indigènes (Sénégalais, Malgaches et Indochinois). En 1926, sous l'appellation générique de Tirailleurs Sénégalais, sont créés plusieurs unités :

  • 4e, 8e à Toulon,
  • 12e à La Rochelle,
  • 14e à Mont-De-Marsan,
  • 16e à Montauban,
  • 24e régiment de tirailleurs sénégalais (RTS) à Perpignan,
  • 42e à Pamiers et 52e à Carcassone, ces deux derniers régiments deviennent bataillons de Mitrailleurs Malgaches et Indochinois ils seront implantés dans des garnisons du sud de la France.

Tout comme les unités Nord-Africaines, (Tirailleurs Algériens, Tunisiens, Marocains), les RTS s'avèrent plus économiques et plus dociles, que les unités blanches. C'est ainsi que Perpignan récupère un régiment colonial, le 24e régiment de tirailleurs sénégalais, régiment qui malgré sa nouvelle appellation et sa composition, hérite des traditions et du drapeau aux huit inscriptions de son prédécesseur. La plus grande partie de l'effectif est désormais constituée par des soldats Africains, communément appelés « Tirailleurs sénégalais » ou « soldats indigènes », tous originaires des diverses colonies de l'Afrique Occidentale Française (AOF).Les soldats "Européens", en petit nombre, tiennent les emplois de spécialistes (transmissions, servant d'engins, secrétaires) et sont destinés, en principe, aux pelotons d'élèves-gradés, caporaux et sergents.

Cette période de réorganisation puis, à partir de la réoccupation de la Rhénanie en mars 1936, de préparation au nouveau conflit mondial qui menace, est vécue dans une atmosphère de recueillement, comme dans tous les corps de l'armée française, et les missions de temps de paix habituelles sont remplies avec entrain. En métropole, séjours annuels à Mont-Louis en Cerdagne et au camp du Larzac, où l'on se rend à pied. Au plan colonial, relèves semestrielles des effectifs indigènes (le séjour des Sénégalais en France était en principe de trois ans), qui rythment l'activité du régiment basée sur l'instruction des contingents des recrues sénégalaises (renouvellement tous les six mois). Bien entendu, le service outre-mer des cadres avait repris régulièrement dès la fin de 1927, ainsi que les exercices de mobilisation, de plus en plus fréquents, avec une participation accrue de cadres de réserve destinés au 24e RTS et au 44e RICMS, son dérivé.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, les troupes coloniales forment environ un quart du total des forces françaises. Une bonne partie d'entre elle restent basées dans les colonies. Lors de la Seconde Guerre mondiale de 1939 à 1945, la France fait appel à son Empire et à ses troupes coloniales, notamment aux régiments de Tirailleurs sénégalais, dont le corps fut créé en 1857 et supprimé dans les années 1960-1964.

À la veille de la campagne de France qui commence le 10 mai 1940 avec l'offensive allemande à l'Ouest, le nombre total des Sénégalais mobilisés est estimé à 179 000 hommes, et celui des Sénégalais engagés dans les combats en métropole à 40 000 hommes. Les 1re et 6e DIC sont engagées en Argonne. Pendant les combats de la campagne de France, les pertes parmi les Tirailleurs sénégalais sont estimées à près de 17 000 hommes.

Après la défaite de 1940, les coloniaux participeront à la reconquête, à partir d'Angleterre mais surtout à partir de l'Afrique avec le général Leclerc et sa 2e DB qui compte parmi ses unités le Régiment de marche du Tchad (RMT) et le 3e régiment d'Artillerie Coloniale (3e RAC).

Les campagnes d'Érythrée, de Crète, de Tripolitaine et de Libye verront s'illustrer les unités de la 1re DFL avec Le 1er régiment d'artillerie coloniale (1er RA), le bataillon d'infanterie de marine et du Pacifique et différents bataillons de marche.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'après 1945[modifier | modifier le code]

  • Formations Coloniales en Indochine. Unités actuelles héritières des traditions. La naissance d'une guerre "L'Indochine de 1945 à 1954". Opération en pays Thaï : Na San d'octobre-décembre 1952. Opération Hirondelle. Langson 17 juillet 1953. Seconde offensive Viêt-minh. Diên Biên Phu 30 mars 1954. Puis en Corée, en Algérie ou dans toutes les opérations extérieures de l'après guerre.
  • De 1961 à 2002 théâtres d'opérations des TDM :

Afghanistan, Albanie, Angola, Cambodge, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d'Ivoire, Djibouti, Ex-Yougoslavie, Gabon, Golfe, Guinée, Kosovo, Kurdistan, Liban, Mali, Mauritanie, Niger, Nouvelle-Calédonie, Rwanda, Somalie, Tchad, Timor oriental, Tunisie et Zaire.

Fin des troupes coloniales et recréation des troupes de Marine[modifier | modifier le code]

En 1967, est créée, au sein de l’Armée de Terre, l’Arme des troupes de Marine par la fusion de l’infanterie et de l'artillerie coloniale. Sa mission est de mettre en place rapidement des moyens de défense et d’intervention dans des territoires géographiquement éloignés de la métropole et d'assurer une présence continue des forces françaises dans la France d'outre-mer ainsi que dans certains pays alliés.

Personnalités ayant servi dans les troupes coloniales[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Le 2e régiment d' infanterie de marine est celui, de toute l' armée française, qui porte le plus grand nombre de batailles sur son drapeau. Le Régiment d'infanterie-chars de marine est le régiment le plus décoré de l'armée française.

Sources et bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Une Histoire Oubliée. Marche Sempre Mai Morirem. Le 24e RTS de Perpignan 1923-1940. Édition Cap-Béar Perpignan avril 2012. 150 pages 110 photos.
  • Soldats de la République Les tirailleurs sénégalais dans la tourmente. France mai-juin 1940. Éditions L'Harmattan. Paris décembre 2010.
  • Ministère de la guerre, Revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • Ministère des forces armées ; Ministre de la France d'outre-mer, Tropiques: revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • L'Armée d'Afrique, Alger, Éditions Aumeran, mensuel.
  • Ministère de la guerre, Annuaire officiel des troupes coloniales, Paris: Charles-Lavauzelle, annuel.
  • Ancien officier supérieur, Les troupes de la marine et l'armée coloniale devant le pays, L. Baudoin et ce, 1883. En ligne (voir aussi Google books)
  • J L Lewal, Les troupes coloniales, Paris, 1894.
  • Ned Noll, Histoire de l'armée coloniale, Paris: Berger-Levrault, 1896.
  • Ferdinand Burot; Maximilien Albert Henri André Legrand, Les troupes coloniales, Paris, Baillière, 1897-98.
  • Les Troupes de Marine 1622-1984, Paris: Charles-Lavauzelle, 1991, (ISBN 2-7025-0316-0) ou (ISBN 978-2-7025-0316-4).
  • CEHD (Centre d'études d'histoire de la défense), Les troupes de Marine dans l’armée de Terre. Un siècle d’histoire (1900-2000), Paris, Lavauzelle, 2001, 444 p., (ISBN 2-7025-0492-2)
  • Serge Saint-Michel & René Le Honzec, Les Bâtisseurs d'empire Histoire Troupes de Marine Tome II 1871-1931
  • Fédération française des anciens d'outre-mer et des anciens combattants des troupes de Marine (ex-coloniales), Histoire et épopée des troupes coloniales, France: Comité national des traditions des troupes de Marine, 1970.
  • Robert Hure, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Paris: Charles-Lavauzelle, 1977.
  • Louis Beausza, La formation de l'armee coloniale, Paris, L. Fournier et cie., 1939.
  • Emmanuel Vallier, Historique des troupes coloniales campagne du Mexique (Extrait de la Revue des troupes coloniales.), Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1908.
  • Historique des troupes coloniales Campagne de Crimée, Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1907.
  • Opérations militaires au Tonkin, Paris: H. Charles-Lavauzelle, 1903.
  • Silbermann, soldat, Journal de Marche d'un soldat colonial en Chine, Paris: Henri Charles-Lavauzelle, 1907.
  • Charles A Condamy, Habitations coloniales :extrait de la Revue des Troupes coloniales, Paris, Lavauzelle, 1902.
  • Olivier, capitaine, Les troupes noires de l'Afrique orientale française, Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1903.
  • Auguste Paul Albert Duchemin, Les troupes coloniales et la défense des colonies, Paris, R. Chapelot, 1905.
  • Arthur Girault, Principes de colonisation et de législation coloniale, L. Larose et L. Tenin, 1907 and succeeding years. Online and searchable on Google Books.
  • Troupes coloniales. Organisation générale, Paris: H. Charles-Lavauzelle, 1907?
  • Historique des troupes coloniales pendant la guerre 1914-1918 (fronts extérieurs), Paris: Charles-Lavauzelle & Cie., 1931.
  • Historique des Troupes Coloniales pendant la Guerre 1914 - 1918 2, Paris Charles-Lavauzelle & Cie. 1931.
  • Paul Jean Louis Azan, L'armée indigène nord-Africaine, Paris, Charles-Lavauzelle & cie., 1925.
  • Ministère de la guerre., Troupes coloniales. Organisation générale, Paris, Charles-Lavauzelle & cie., 1937.
  • Marcel Vigneras, Rearming the French, Office of the Chief of Military History, Dept. of the Army, 1957
  • Edward L Bimberg, Tricolor over the Sahara the desert battles of the Free French, 1940-1942, Westport, Conn.: Greenwood Press, 2002, (ISBN 0-313-01097-8) ou (ISBN 978-0-313-01097-2).
  • Charles Onana, 1940-1945 : Noirs, Blancs, Beurs : libérateurs de la France, Paris : Duboiris, 2006, (ISBN 2-9522315-1-6) ou (ISBN 978-2-9522315-1-0)
  • Anthony Clayton, France, Soldiers and Africa, London; Washington: Brassey's Defence Publishers, 1988, (ISBN 0-08-034748-7) ou (ISBN 978-0-08-034748-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994, p.21

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]