Bataille de Hanoï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Hanoï
Informations générales
Date 19 décembre 1946-18 février 1947
Lieu Hanoï, Indochine française (Viêt Nam)
Issue Retraite du Viet Minh
Belligérants
Drapeau français France Flag of North Vietnam 1945-1955.svg République démocratique du Viêt Nam
Commandants
Louis Morlière Vuong Thua Vu
Guerre d’Indochine
Batailles
Bataille de Hanoï – Opération Léa – Bataille de Phu Tong Hoa – Bataille de la RC 4 – Bataille de Nghia Lo – Opération Lorraine – Bataille de Na San – Opération Camargue – Opération Hirondelle – Opération Brochet – Opération Mouette – Opération Castor – Bataille de Diên Biên Phu – Opération D – Extension au Laos

La bataille de Hanoï est le premier engagement de la guerre d'Indochine, livrée du 19 décembre 1946 au 18 février 1947. Le Viet Minh, dirigé par Hô Chi Minh (président de la République démocratique du Viêt Nam, dont l'indépendance a été proclamée à Hanoi le 2 septembre 1945), décide de lancer une offensive ayant pour but la libération de la ville de Hanoï.

À 20 heures 03, une explosion dans la centrale électrique de la ville annonce le début de l'insurrection. Des ressortissants français sont massacrés et des maisons pillées[1]. Ho Chi Minh appelle tout le peuple vietnamien à se soulever contre la présence française :

« […] Que celui qui a un fusil se serve de son fusil, que celui qui a une épée se serve de son épée… Que chacun combatte le colonialisme. »

Dès lors, la ville se retrouve dans l'obscurité et se retrouve bombardée par l'artillerie française, l'armée se déploie ensuite et réalise des perquisitions domiciliaires afin de trouver d'éventuels dirigeants du Viet Minh. Les guérilleros vietnamiens se replient alors dans les montagnes, à 128 km d'Hanoï[2]. Selon le Viet-Minh, cette retraite stratégique leur permis de préserver leurs forces. Après avoir nettoyé la ville de toute présence Viet Minh, les Français exigent la reddition militaire de leurs adversaires, qui refusent aussitôt. Les États-Unis, alarmés par l'incident, prévoyaient d'envisager un référendum sur l'indépendance, mais le projet fut abandonné aussitôt devant le refus de l'Union française et du Viet Minh[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mark Philip Bradley, Vietnam at war. Oxford University Press. p. 47. (ISBN 9780192803498)
  2. (en) Nghia M. Vo, The Vietnamese boat people, 1954 and 1975-1992, McFarland. p. 13. (ISBN 9780786423453)
  3. (en) Robert D. Schulzinger, A time for war: the United States and Vietnam, 1941-1975, Oxford University Press US. pp. 28-31 (ISBN 978019512501[à vérifier : isbn invalide])