Opération Castor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Castor
Situation de Dien Bien Phu
Situation de Dien Bien Phu
Informations générales
Date 20-22 novembre 1953
Lieu Dien Bien Phu
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau français France Flag of North Vietnam 1945-1955.svg Việt Minh
Commandants
général Navarre
général Gilles
général Giap
Forces en présence
4 195 hommes dont:

6 bataillons parachutistes
1 compagnie de mortiers de 120
2 batteries de canons 75 SR
1 compagnie du génie
1 antenne chirurgicale
1 état-major

environ 500 hommes dont:

1 bataillon d'infanterie
1 PC de régiment
1 compagnie de commandement

Pertes
15 tués, 34 blessés 115 tués, 4 blessés capturés
Guerre d’Indochine
Batailles
Bataille de Hanoï – Opération Léa – Bataille de Phu Tong Hoa – Bataille de la RC 4 – Bataille de Nghia Lo – Opération Lorraine – Bataille de Na San – Opération Camargue – Opération Hirondelle – Opération Brochet – Opération Mouette – Opération Castor – Bataille de Diên Biên Phu – Opération D – Extension au Laos

L'opération Castor, lancée le 20 novembre 1953, est une opération militaire de l'armée française confiée au général Gilles et dont l'objectif était de s'emparer de la plaine de Dien Bien Phu.

Il s'agit de la plus grande opération aéroportée de la guerre d'Indochine[1]. La bataille de Dien Bien Phu commença quatre mois plus tard.

Situation[modifier | modifier le code]

En octobre 1953, le général Giap décide d'abandonner son intention de conquérir le delta du Tonkin et demande à la division 316 de quitter la région d'Hoa Binh pour rejoindre la haute région. Celle-ci doit remonter la RP 41 vers Son La, éliminer les maquis locaux Colibri et Calamar et attaquer la base aéro-terrestre de Lai Chau située au nord du Tonkin. L'objectif ultime étant la conquête du Nord-Laos à partir de Dien Bien Phu.

Informé des déplacement de la division 316, le général Navarre, commandant en chef des forces françaises en Indochine, comprend rapidement l'intention de Giap[2]. Devant la nécessité de défendre le Laos (traité du 28 octobre 1953) et sachant Lai Chau indéfendable de par sa situation, il décide de prendre de vitesse la division Viet Minh 316 et d'investir la plaine de Dien Bien Phu. Du même coup il coupe la route du Laos et permet le repli de la garnison de Lai Chau sur le camp retranché.

L'opération Castor[modifier | modifier le code]

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Forces françaises[3].[modifier | modifier le code]

EDAP (élément divisionnaire aéroporté) du général Gilles ; GAP n° 1 du commandant Fourcade ;

1re vague

2e vague

GAP n° 2 du lieutenant colonel Langlais

Autre :

Flag of North Vietnam 1945-1955.svg Forces Viet Minh[modifier | modifier le code]

  • PC du régiment 148 et compagnie de commandement
  • bataillon 910


Chronologie des événements[modifier | modifier le code]

Diên Biên Phu. Description des zones de saut le 22 novembre 1953

Vers 10 h 30 du matin, le 6e BPC, des éléments du GM du 35e RALP, la 17e CGP d'une part et le II/1er RCP et l'état major du GAP 1 d'autre part, sautent simultanément sur les zones de largage Natacha au nord et Simone au sud. Le matériel est quant à lui largué sur la DZ Octavie située à l'ouest.

Le 6e BPC de Bigeard atterri au milieu des rebelles à l'instruction. Appuyé par des bombardiers B-26 Invader, il affronte la compagnie de commandement du bataillon 910 qui se sacrifie pour sauver le PC du régiment 148.

Le troisième bataillon du GAP 1, le 1er BPC, l'antenne chirurgicale parachutiste n°1 et le reliquat du GM du 35e RALP sont parachutés à leur tour vers 15 heures ce même jour.

Le GAP 2 (état major, 1er BEP, 8e BPC ) ainsi que l'EDAP rejoignent Dien Bien Phu.

Dans la matinée, le 5e BPVN est largué, mettant fin à l'opération Castor.

Le bilan[modifier | modifier le code]

Après une première tentative infructueuse, un bulldozer est finalement largué sur la position pour permettre la rénovation de la piste d'atterrissage, construite par les japonais lors de l'occupation de l'Indochine durant la seconde Guerre mondiale

Le premier avion se pose à Dien Bien Phu le 25 novembre et le retrait des bataillons parachutistes ayant participé à l'opération débute. Leur relève s'effectue au fur et à mesure par des unités aérotransportées depuis Hanoï.

La mise en état de défense de la cuvette de Dien Bien Phu commence, d'abord sous les ordres du général Gilles puis sous ceux du colonel de Castries.

À partir du 23 novembre 1953 et jusqu'au 13 mars 1954, le général Giap va concentrer trois divisions d'infanterie et sa division d'artillerie autour de la cuvette avant de déclencher la Bataille de Ðiện Biên Phủ.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Histoire des parachutistes français, Société de Production Littéraire, 1975.
  • M Bigeard, Ma guerre d'Indochine, Hachette, 1994, ISBN 2-01-237023-3.
  • G Fleury, Le 1er régiment de chasseurs parachutistes, tome 2 - Les Bataillons d'Indochine 1946-1954, éditions Lavauzelle, 1984, ISBN 2-7025-0046-3.
  • E. Bergot, Indochine 1952 - 1953, Collection Troupes de choc, Presses de la cité, 1990, ISBN 2-258-03172-9.
  • H. Navarre, Agonie de l'Indochine (1953-1954), Librairie Plon, 1956.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In Histoire des parachutistes français page 392
  2. In Agonie de l'Indochine (1953-1954) page 188
  3. In Histoire des parachutistes français page 394