Raphaëlle Branche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raphaëlle Branche au 20e Maghreb des livres (Paris, le 8 février 2014).

Raphaëlle Branche, née le 14 juillet 1972 à Paris[1], est une historienne française, spécialiste des violences en situation coloniale. Elle est professeure d'histoire contemporaine à l'université de Rouen depuis la rentrée 2014, membre du conseil supérieur des Archives et rédactrice en chef de la revue Vingtième Siècle : Revue d'histoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raphaëlle Branche est une ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, agrégée et docteur en histoire. Elle a été maître de conférences à l'université de Rennes II puis à l’université Paris I avant d'être élue professeur à l'université de Rouen en 2014. Elle a été membre junior de l'Institut universitaire de France de 2008 à 2012. Elle a soutenu en 2010 une habilitation à diriger des recherches intitulée Hommes et guerres en situation coloniale. Elle est rattachée au Centre d'histoire sociale du XXe siècle.

Elle est spécialiste de l'étude des violences en situation coloniale. Sa thèse, soutenue en 2000, portait sur la torture pendant la guerre d'Algérie ; elle a été publiée en 2001 aux éditions Gallimard[2]. Il s'agit du premier travail scientifique approfondi sur la question[3]. Le général Maurice Faivre, membre de l'Académie des sciences d'outre-mer, estime en 2013 dans La Nouvelle Revue d'histoire, publication proche de l'extrême droite, que Raphaëlle Branche « a méconnu des pans entiers de la question »[4]. Guy Pervillé regrette plus simplement pour sa part que Raphaëlle Branche ait « évacué le fait capital de l’interdépendance entre les violences des deux camps »[5].

Avec L'Embuscade de Palestro. Algérie 1956 (Armand Colin, 2010), Raphaëlle Branche s'est livrée à une enquête sur un événement minuscule de la guerre d’indépendance algérienne[6], qu'elle situe d'une part dans son contexte politique immédiat et d'autre part dans la longue histoire de la colonisation dans la région[7].

Elle est également rédactrice en chef de la revue Vingtième siècle : revue d'histoire et membre du Conseil supérieur des archives[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Raphaëlle Branche : L'armée, la torture et la République », sur Le Monde,‎ 5 mars 2002 (consulté le 29 septembre 2013).
  2. Sharon Elbaz, « Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique,‎ 2001 (lire en ligne)
  3. « Guerre d'Algérie, l'Histoire à trois temps. », Libération, 22 décembre 2000.
  4. «Du Renseignement à l'Histoire, entretien Maurice Faivre», La Nouvelle Revue d'histoire, no 68, septembre-octobre 2013, p. 10-15.
  5. L’Algérie française : les visions des porteurs du projet, ou Les visions par les Français de leur passé algérien (2006), colloque de Larrazet organisé les 11 et 12 novembre 2006 par Alain Daziron sur le thème "La France et l’Algérie, l’histoire et l’avenir en partage", mis en ligne 25 avril 2008
  6. Andrea Brazzoduro, « Comptes-rendus : Raphaëlle Branche, L’Embuscade de Palestro. Algérie 1956, », sur http://www.histoire-politique.fr,‎ 18 mars 2011 (consulté le 25 septembre 2013)
  7. (en) Joshua Cole, « Review: Raphaëlle Branche, L’Embuscade de Palestro : Algérie 1956 (Paris, Armand Colin, 2010) », H-France Review, vol. 11, no 161,‎ juillet 2011, p. 37-48 (lire en ligne)
  8. La nouvelle composition de cet organisme a été fixée par arrêté de la ministre de la Culture et de la Communication en date du 24 avril 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]