Le Prince de Hombourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Prince de Hombourg
Prinz Friedrich von Homburg oder die Schlacht bei Fehrbellin
Mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti pour la  Cour d'honneur du Palais des Papes au Festival d'Avignon 2014
Mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti pour la Cour d'honneur du Palais des Papes au Festival d'Avignon 2014

Auteur Heinrich von Kleist
Genre Drame
Nb. d'actes 5
Dates d'écriture 1809-1810
Date de la 1re représentation en français 1821
Metteur en scène Giorgio Barberio Corsetti
Festival d'Avignon 1952 : Jeanne Moreau, Jean Deschamps, Gérard Philipe, Monique Chaumette, Jean Vilar, Jean Negroni, Charles Denner...

Le Prince de Hombourg (Prinz Friedrich von Homburg oder die Schlacht bei Fehrbellin) est une pièce de Heinrich von Kleist, écrite en 1808-1810, soit quelques mois avant sa mort (c'est sa dernière œuvre). La pièce est créée en 1821, mais elle a été représentée en privé dans le salon du prince Radziwill. Elle est inspirée des mémoires de Frédéric II. C'est un drame en vers en cinq actes. En France, la pièce doit sa renommée à la mise en scène de Jean Vilar, dans une traduction de Jean-Louis Curtis, avec la troupe du Théâtre national populaire lors du Festival d'Avignon de 1951 avec Gérard Philipe dans le rôle titre, Jeanne Moreau (Nathalie), Jean Vilar (Prince électeur).

Argument[modifier | modifier le code]

Le Prince Frédéric de Hombourg, à la veille d'une importante bataille contre les Suédois, est surpris par la cour en pleine crise de somnambulisme. Le Grand Électeur, oncle du Prince , s'amuse à lui décerner des honneurs imaginaires. Nathalie, fiancée du Prince, est troublée et laisse dans sa main un de ses gants. En revenant à lui, le Prince, surpris par la présence de ce gant, se demande s'il a rêvé ou non: il n'écoute pas (ou peu) les instructions alors que l’Électeur,chef de l'État et de l'armée, ordonne de ne pas attaquer avant son ordre. Dans la confusion du combat, Frédéric croit que l’Électeur a été tué: il ordonne l'attaque et remporte la victoire, mais contre les ordres reçus. L’Électeur souhaite que son indiscipline soit punie de façon exemplaire. Il laisse à Frédéric le choix de la sentence. Celui-ci est d'abord terrifié par cette mort sans gloire, mais, dans l'intérêt de l'État, il finit par accepter sa condamnation. Lorsqu'il ôte le bandeau que son bourreau lui avait mis, il se rend compte qu'il se trouve dans l'église, face à la cour et qu'il était mené à son mariage avec Nathalie.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Opéra

La pièce de Kleist fait l'objet d'une adaptation musicale par le compositeur Hans Werner Henze sous le titre Der Prinz von Homburg, opéra en trois actes sur un livret d'Ingeborg Bachmann composé en 1958 et représenté en 1960[1].

Théâtre

La pièce a été présentée a de multiples reprises au Festival d'Avignon avec notamment Gérard Philipe dans le rôle du prince Frédéric Arthur de Hombourg[2],[3]. Elle est créée par Jean Vilar en 1951, 1952, 1954 et 1956 grâce à quelques notes de trompette de Maurice Jarre avec un "complet dépouillement scénique"[4].

En 1984, c'est "Frédéric Prince de Hombourg" qui est mis en scène par Manfred Karge et Matthias Langhoff au Théâtre municipal d'Avignon.


En 2014, Giorgio Barberio Corsetti met en scène la pièce pour la Cour d'honneur du Palais des papes d'Avignon[5] avec Xavier Gallais dans le rôle titre et grâce à une traduction de Ruth Orthmann et de Eloi Recoing. La pièce fait l'ouverture du festival, mais en raison d'un mouvement social de la part des intermittents et précaires du spectacle contre la nouvelle convention d'assurance chômage signée le 22 mars et entrée en vigueur le 1er juillet, la générale du 3 juillet est interrompue, la première est annulée.

Mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti pour la Cour d'honneur du Palais des papes lors du Festival d'Avignon 2014
Cinéma

En 1983 la pièce est adaptée au cinéma par le réalisateur Gabriele Lavia sous le titre Il principe di Homburg. En 1997 la pièce est adaptée au cinéma par le réalisateur Marco Bellochio sous le titre Il principe di Homburg.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Marie et Aurélien Bonafous, Henri de Kleist : sa vie et ses œuvres, éditions Hachette & cie, Paris, 1894.
  • Alfred Schlagdenhauffen, L'univers existentiel de Kleist dans Le prince de Hombourg, éditions Les Belles Lettres, Paris, 1953.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Der Prinz von Homburg, Hans Werner Henze », sur brahms.ircam.fr
  2. Laure Adler et Alain Veinstein, Avignon, 40 ans de festival, Hachette,‎ 1987, 227 p. (ISBN 978-2-01-012809-7)
  3. « Le Prince de Hombourg », Pièce (dé)montée, Canopé Editions, vol. 190,‎ 2014, p. 2 (lire en ligne)
  4. http://fresques.ina.fr/reperes-mediterraneens/impression/fiche-media/Repmed00127/jean-vilar-et-gerard-philipe.html
  5. « Le Prince de Hombourg », sur festival-avignon.com