Sport Club Corinthians Paulista

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

SC Corinthians Paulista

Logo du SC Corinthians Paulista
Généralités
Nom complet Sport Club Corinthians Paulista
Surnoms Timão,Alvinegro,Todo Poderoso,Coringão
Fondation 1er septembre 1910
Couleurs blanc et noir
Stade Arena Corinthians
(48 000 places)
Siège Rua São Jorge 777 Tatuapé
03087-000 São Paulo/SP
Championnat actuel Championnat du Brésil
Copa Libertadores
Président Drapeau : Brésil Mario Gobbi
Joueur le plus capé Drapeau : Brésil Wladimir (803)
Meilleur buteur Drapeau : Brésil Cláudio (306)
Site web www.corinthians.com.br
Palmarès principal
National[1] Championnat du Brésil (5)
Coupe du Brésil (3)
Championnat de São Paulo (27)
International[1] Coupe du monde des clubs (2)
Copa Libertadores (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le Sport Club Corinthians Paulista est le plus grand club brésilien omnisports basé à São Paulo, connu surtout pour sa section de football avec plus de 35 millions de supporteurs.

Fondé en 1910, le Corinthians est le second club de football brésilien le plus suivi au Brésil après Flamengo[2]. Le club est le plus titré du championnat de São Paulo du XXe siècle. En 2000, le club remporte son premier titre international avec la première édition de la coupe du monde des clubs de la FIFA. Elle est de nouveau remportée en 2012 au Japon, où plus de 35 000 supporters ont fait le déplacement, après avoir été sacré champion de la Copa Libertadores sans aucune défaite et la meilleure campagne de l'histoire du football brésilien.

Le club a compté dans ses rangs des joueurs de premier rang, comme Sócrates, Rivelino et Garrincha ou plus récemment Ronaldo et Roberto Carlos. Ses fans sont connus comme "O Bando de Loucos" ("La Bande des Fous").

Historique[modifier | modifier le code]

Un grand club du championnat de São Paulo (1910-1989)[modifier | modifier le code]

Les champions paulistas de 1914.

Le Sport Club Corinthians Paulista est fondé le 1er septembre 1910 par un groupe d'ouvriers de Bom Retiro - principalement d'origines portugaise, italienne et espagnole - afin de créer un club populaire à São Paulo qui affronterait les clubs plus huppés déjà existants. Le nom du club, proposé par Joaquim Ambrósio, tient son origine de l'équipe anglaise amateur Corinthians FC, qui remporte six rencontres à São Paulo et Rio de Janeiro au cours d'une tournée dans le pays. La charte du nouveau club proclame que « Corinthians sera l'équipe du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Corinthians dispute, et perd, le premier match de son histoire le 10 septembre sur le terrain d'União Lapa Futebol Clube (pt), autre équipe de São Paulo. Quatre jours plus tard, le club remporte sa première victoire face à Estrela Polar, autre équipe amateur de la ville (2-0). Le club obtient rapidement de bons résultats et s'inscrit en Liga Paulista de Futebol (pt). Sorti vainqueur de deux matchs de barrage, Corinthians intègre le championnat de São Paulo en 1913, onze ans après sa première édition. Après une année d'apprentissage, Corinthians remporte son premier titre de champion en 1914, puis un deuxième en 1916.

Les champions paulistas de 1930.

La saison 1922, année du centenaire de l'indépendance du Brésil, marque le début d'une série de trois titres paulistas pour le club blanc et noir. Vainqueur de l'América FC, champion en titre de Rio de Janeiro, l'autre grand championnat du pays, Corinthians s'impose dès lors comme un des grands clubs brésiliens. Corinthians réalise par la suite une nouvelle série de trois championnats d'affilée, entre 1928 et 1930.

Après six années sans succès, Corinthians remporte trois nouvelles couronnes entre 1937 et 1939, puis une douzième en 1941. Les années 1940 sont beaucoup plus difficiles, les blanc et noirs devant faire face à la montée en puissance du São Paulo FC, fondé en 1935.

Au début des années 1950, Corinthians aligne une équipe très offensive, où évoluent notamment Rodolfo Carbone (en), Cláudio, Luisinho, Oswaldo Silva et Mário. Ce groupe talentueux lui permet de remporter trois nouveaux titres paulistas en 1951, 1952 et 1954 (année du quatrième centenaire de la ville de São Paulo). Plus encore, Corinthians remporte à trois reprises le tournoi Rio-São Paulo, qui regroupe les meilleures équipes des deux principaux championnats du Brésil, en 1950, 1953 et 1954[3]. Fin 1953, Corinthians participe à la Petite coupe du monde des clubs, une compétition internationale organisée au Venezuela, qu'il remporte aux dépens de l'AS Rome, du FC Barcelone et d'une sélection de Caracas.

Ce premier âge d'or du club est suivi par une longue période de disette, qui voit le Santos FC de Pelé et le Botafogo de Garrincha dominer le championnat. Ce même Garrincha, bien loin des années 55-62 signe au club de Flamengo, mais ne marque que deux buts en 10 matchs. En 1976, Corinthians parvient en finale du Championnat du Brésil, créé quelques années auparavant. L'année suivante, le club remporte le championnat Paulista, vingt-trois ans après son dernier trophée. Cette performance signe le retour au premier plan des "Blanc et Noir", qui remportent de nouveau le championnat de São Paulo deux ans plus tard (saison où ils ne participent exceptionnellement pas au championnat national) puis enlèvent trois nouvelles couronnes dans les années 1980.

En 1982, alors que le Brésil est l'objet d'une dictature militaire, les joueurs de Corinthians, menés par Sócrates et Wladimir Rodrigues dos Santos, prennent le contrôle de leur équipe et imposent ce qui sera appelé la Démocratie corinthiane. Ils votent notamment l'impression sur leur maillot d'un message invitant les supporters à participer massivement aux élections du 15 novembre 1982, qui marquent une étape importante de la chute de la dictature.

Succès national et mondial (1990-2004)[modifier | modifier le code]

En 1990, Corinthians remporte son premier championnat national, en battant les rivaux de Vasco da Gama,Sao Paulo Futebol Clube en finale. L'année suivante, le club enlève la Supercoupe du Brésil, face à Flamengo[4]. Quatre ans plus tard, Corinthians gagne la Coupe de Brésil pour la première fois de son histoire, contre le Grêmio Porto Alegrense, qui jouait pourtant à domicile dans le Stade Olímpico Monumental. La fin des années 1990 voit le club remporter trois fois le Championnat de São Paulo (en 1995, 1997 et 1999) et deux nouvelles fois le championnat brésilien (en 1998 et 1999), s'imposant ainsi comme l'un des meilleurs clubs mondiaux du moment.

En tant que champion du Brésil en titre, le club brésilien participe à la première édition de la Coupe du monde des clubs, qui remplace la Coupe intercontinentale, en 2000. Le tournoi débute par une phase de poules qui voit le club terminer premier devant les Espagnols du Real Madrid, le club arabe Al Nasr et les Marocains du Raja Casablanca. En finale, Corinthians affronte et dispose des Brésiliens de Vasco da Gama (0-0a.p. ; 4-3 t.a.b), et devient ainsi le premier club de football à être sacré « champion du monde ».

Ces succès se poursuivent au début des années 2000 avec deux nouveaux titres de champion en 2001 et 2003 et la Coupe du Brésil en 2002. Cette période de succès permet également au club d'inscrire à son palmarès plusieurs tournois amicaux tels le Trophée Carranza en 1996 ou le Tournoi Rio-São Paulo en 2002.

L'expérience MSI et le rebond (2004-2010)[modifier | modifier le code]

Le président Lula et les joueurs de Corinthians.

Au début de l'année 2004, Corinthians connaît brutalement une situation très difficile : une mauvaise administration, un manque d'argent et une exécrable situation sportive autant dans le championnat brésilien que dans le championnat de São Paulo plonge le club dans la crise. Plusieurs jeunes joueurs et un nouvel entraîneur débarquent à São Paulo pour maintenir le club en première division. La deuxième partie de saison est remarquable, permettant au club de finir à la 5e place du championnat qualificative pour la Copa Sudamericana.

Cette situation instable permet au président Alberto Dualib de convaincre les conseillers du club de signer un contrat avec le fonds d'investissement Media Sports Investments, qui possède les contrats de nombreux joueurs du club et se dit prêt à réaliser d'importants investissements financiers. De fait, ces fonds permettent l'arrivée de nombreux joueurs tels Carlos Tévez, Javier Mascherano ou encore Carlos Alberto. Malgré ces renforts, le club effectue un départ poussif en championnat, avant de rattraper son retard jusqu'à remporter un nouveau titre de champion, en dépit du renvoi de l'entraîneur argentin Daniel Passarella après une défaite inattendue face à São Paulo (1-5). Ce titre est pourtant terni par des rumeurs dénonçant le scandale des matchs truqués (en) secouant à cette époque le football brésilien.

Les relations difficiles entre le président de MSI Kia Joorabchian (en) et les dirigeants du club causent de nouvelles difficultés, du fait de l'incertitude économique qu'elles font peser sur le club. Quelque temps après le départ de Kia Joorabchian, l'équipe professionnelle est finalement reléguée en deuxième division brésilienne à la fin de l'année 2007, pour la première fois de l'histoire du club.

Champions de la Série B brésilienne en 2008, Corinthians retrouve sa place dans l'élite la saison suivante et fait signer le double Ballon d'or brésilien Ronaldo[5], avec lequel il remporte un 26e titre de champion Paulista. Un an plus tard, le défenseur Roberto Carlos le rejoint.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Corinthians est l'un des clubs les plus titrés du Brésil, au niveau national.

Palmarès de Corinthians
Compétitions nationales Compétitions internationales
  • Tournois amicaux :
    • XLII Troféu Ramón de Carranza (Espanha, 1996)
    • Copa Presidente Marcos Pérez Gimenez/Pequena Taça do Mundo (Venezuela, 1953)
    • Torneio Internacional Charles Miller (Brasil, 1955)
    • Copa do Atlântico (1956)
    • Copa Cidade de Turim (Itália, 1966)
    • Torneio Costa do Sol (Espanha, 1969)
    • Troféu Apolo V (Estados Unidos, 1969)
    • Copa São Paulo (Brasil, 1975)
    • Torneio Feira de Hidalgo (Mexico, 1981)
    • Copa das Nações (Estados Unidos, 1985)
    • I Torneio Internacional de Verão Cidade de Santos (Brasil, 1986)
    • II Torneio Internacional de Verão Cidade de Santos (Brasil, 1987)
Compétitions régionales

Couleurs et blasons[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'état de São Paulo.

Bien que Corinthians soit connu pour ses traditionnelles couleurs blanc et noir, son premier maillot est officiellement de couleur crème. Les dirigeants auraient opté pour le maillot blanc pour des raisons économiques, les maillots crème devenant blanc au cours du temps… En 1954, le maillot noir à fines rayures blanches apparaît pour la première fois et devient par la suite le maillot extérieur traditionnel.

Le premier blason des Corinthians est créé en 1913, avec son inscription en championnat de São Paulo : il est composé des lettres « C » et « P » (pour Corinthians Paulista). Le blason est régulièrement retouché par la suite avant d'être complètement revu en 1919, avec le drapeau de l'état de São Paulo, cerclé du nom du club. Le logo actuel, créé en 1940 et retouché plusieurs par la suite, est un développement du dessin de 1919, auquel est rajouté une ancre et deux rames, référence à l'origine aquatique du club.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Pacaembu.

À la fondation du club, les dirigeants doivent trouver un terrain de jeu. Ils obtiennent l'utilisation d'un terrain appartenant à un vendeur de laine, ce qui lui vaut alors le surnom de campo do Lenheiro. Du fait de l'activité professionnelle du propriétaire, cet espace pose cependant des problèmes de praticabilité du terrain. La participation du club au championnat de São Paulo et son succès populaire croissant imposent rapidement un déménagement sur un terrain plus adapté baptisé l'estádio do Bom Retiro (en). En 1928, le président Schürig fait cependant l'acquisition d'un nouveau terrain, sur lequel il fait construire l'estádio Parque São Jorge (en), plus connu sous le nom de Fazendinha, où se trouve toujours le siège social du club.

La ville de São Paulo décide de faire construire le stade Paulo Machado de Carvalho (plus connu comme le stade Pacaembu), qui est finalement inauguré en 1940. Bien plus grand que le Fazendinha, il héberge rapidement les matchs les plus attendus de Corinthians, club qui compte le plus grand nombre de supporters dans la ville. Cependant, avec la réduction de la capacité du Pacaembu (fixée à 37 000 spectateurs depuis 2008), Corinthians est même obligé par la suite d'emprunter au São Paulo FC le Morumbi, plus grand stade de la ville.

Plusieurs projets de construction d'un nouveau stade ont été imaginés depuis les années 1960. Le club est notamment propriétaire d'un terrain dans le quartier d'Itaquera, prévu initialement pour construire un nouveau stade, sur lequel il aménage son centre d'entrainement CT de Itaquera dans les années 1990. Le fonds d’investissements Hicks, Muse, Tate & Furst (en) achète un terrain dans ce but à la fin des années 1990 avant que le projet ne soit abandonné. En 2006, le projet Cooperfiel tâche de lever auprès des supporters les fonds nécessaires à la construction du stade… en vain.

En août 2010, le président de la Fédération du Brésil de football Ricardo Teixeira, le gouverneur de l'État Albert Goldman et le maire de São Paulo Gilberto Kassab annoncent que la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de football de 2014 sera organisée dans le nouveau stade des Corinthians, construit avec des fonds publics à Itaquera[6].

Personnages du club[modifier | modifier le code]

Effectif actuel (2014)[modifier | modifier le code]

Numéro Joueur Nationalité Au club depuis Dernier club
Gardien de but
1 J. César Drapeau du Brésil 2005 Formé au club
12 Cássio Drapeau du Brésil 2012 PSV Eindhoven
22 Danilo F. Drapeau du Brésil 2009 Formé au club
27 Walter Drapeau du Brésil 2013 União Barbarense
Défenseurs
3 Cleber Drapeau du Brésil 2013 AA Ponte Preta
4 Gil Drapeau du Brésil 2013 Valenciennes
6 F. Santos Drapeau du Brésil 2011 Grêmio
13 Ferrugem Drapeau du Brésil 2014 Ponte Preta
15 Guilherme A. Drapeau du Brésil 2012 AA Ponte Preta
23 Diego M. Drapeau du Brésil 2013 CA Bragantino
28 Felipe Drapeau du Brésil 2012 CA Bragantino
35 Fagner Drapeau du Brésil 2014
?? Anderson M. Drapeau du Brésil 2011 Al-Jaish
Milieu de terrain
5 Ralf Drapeau du Brésil 2010 Grêmio Prudente
7 Elias Drapeau du Brésil 2014 Flamengo
8 Renato Augusto Drapeau du Brésil 2012 Bayer Leverkusen
10 Jádson Drapeau du Brésil 2014 São Paulo FC
11 Nicolas Lodeiro Drapeau de l'Uruguay 2014 Botafogo
14 Ramírez Drapeau du Pérou 2014 AA Ponte Preta
18 Luciano Drapeau du Brésil 2013 Avaí
19 Guilherme Drapeau du Brésil 2012 Portuguesa
20 Danilo Drapeau du Brésil 2010 Kashima Antlers
25 Bruno H. Drapeau du Brésil 2014 Londrina
32 Jocinei Drapeau du Brésil 2013 Rio Claro
40 Petros Drapeau du Brésil 2014 Penapolense

Attaquants

9 Paolo Guerrero Drapeau du Pérou 2012 Hambourg SV
21 Malcom Drapeau du Brésil 2013 Formé au Club
30 Paulinho Drapeau du Brésil 2014 Formé au Club
31 Romarinho Drapeau du Brésil 2012 Bragantino
?? A. Romero Drapeau du Paraguay 2014 Cerro Porteño

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Le premier entraîneur des Corinthians est l'Uruguayen Pedro Mazzulo, recruté en 1933, qui occupe alors un poste dévolu jusque là au capitaine de l'équipe. L'ancien joueur Neco est le premier entraîneur à remporter le championnat Paulista en 1937. Osvaldo Brandão est connu comme l'un des entraîneurs les plus importants de l'histoire du club pour avoir remporté la même compétition en 1977, après 23 ans de disette.

Nelsinho Baptista en 1990, Vanderlei Luxemburgo en 1998, Oswaldo de Oliveira (en) en 1999 et Antônio Lopes en 2005 mènent le club à la conquête du championnat du Brésil.

Après la relégation des Corinthians en 2007, Mano Menezes est nommé entraîneur. Il fait remonter le club l'année suivante en première division nationale avant de le mener au titre Paulista et à la conquête de la coupe du Brésil 2009. En juillet 2010, il est nommé à la tête de l'équipe nationale brésilienne et doit quitter son poste à la tête du club. Il est remplacé par Adílson Dias Batista. Il démissionne suite aux mauvais résultats du club en octobre 2010.

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Le joueur ayant disputé le plus de rencontres sous le maillot des Corinthians est le Brésilien Wladimir Rodrigues dos Santos (avec 803 matchs), tandis que le meilleur buteur est Cláudio Christovam de Pinho (en) avec 295 réalisations.

Idoles du centenaire[modifier | modifier le code]

Pour son centenaire fêté en 2010, Corinthians publie sur son site Internet la liste des joueurs emblématiques du club, sous forme de Hall of fame, dans lequel apparaissent les joueurs suivants[7] :

Gardiens

  • Drapeau du Brésil Dida
  • Drapeau du Brésil Felipe Ventura
  • Drapeau du Brésil Gilmar
  • Drapeau du Brésil Ronaldo Soares Giovanelli

Défenseurs

Milieux

Attaquants

Entraîneurs

Autres joueurs marquants[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Corinthians est le second club brésilien le plus suivi au Brésil, avec 35 millions de supporters à travers le pays, dont notamment l'ancien président brésilien Lula[8], de Rubens Barrichello et du regretté défunt Ayrton Senna.

Le principal groupe de supporters organisés des Corinthians se nomme les Gavioes da Fiel.

Annexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (pt) http://www.lancenet.com.br/infograficos/info-torcida1Tamanho das torcidas brasileiras, Lancenet.com.br
  3. (en) Torneio Rio-São Paulo -- List of Champions, RSSSF
  4. (en) Supercopa do Brasil, RSSSF
  5. (en) Brazilian Ronaldo set to join Corinthians - The Telegraph, 9 décembre 2008
  6. (pt) « Novo estádio do Corinthians receberá jogos da Copa de 2014 », sur globoesporte.globo.com/
  7. Ídolos | 100 anos de história, site officiel du club
  8. Malgré Lula, les Corinthians relégués, sofoot.com

Liens externes[modifier | modifier le code]