Clube de Regatas do Flamengo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flamengo.

Flamengo

Logo du Flamengo
Généralités
Nom complet Clube de Regatas do Flamengo
Surnoms Mengão
O Rubro-Negro
O mais querido do Brasil[1]
Fondation 17 novembre 1895
Couleurs Rouge et noir            
Stade Estádio da Gávea
(8 500 places)
Siège Av. Borges de Medeiros, 997 Lagoa
CEP 22430-040 Rio de Janeiro
Championnat actuel Série A
Président Drapeau : Brésil Eduardo Bandeira de Mello
Entraîneur Drapeau : Brésil Ney Franco
Joueur le plus capé Drapeau : Brésil Júnior (876)
Meilleur buteur Drapeau : Brésil Zico (509)
Site web www.flamengo.com.br
Palmarès principal
National[2] Championnat du Brésil (5)
Championnat de Rio (33)
International[2] Coupe intercontinentale (1)
Copa Libertadores (1)
Copa Mercosur (1)
Copa de Oro (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat du Brésil de football 2014
0

Le Clube de Regatas Flamengo est un club omnisports brésilien de la ville de Rio de Janeiro, originaire du quartier de Flamengo et aujourd'hui basé dans la Gávea. Il est principalement reconnu pour sa section de football, mais comporte également des sections d'aviron, de volley-ball, de basket-ball, de natation et d'autres. Fondé en tant que club d'aviron le 17 novembre 1895, il n'ouvre sa section de football qu'au début des années 1910 en disputant son premier match le 3 mai 1912[3].

Surnommé o Mais Querido do Brasil[1], Flamengo fut notamment vainqueur en 1981 de la coupe intercontinentale et de la Copa Libertadores. Il a également été cinq fois champion du Brésil et trente trois fois champion de Rio (ce qui constitue un record en la matière). Il détient, à égalité avec son rival du Botafogo, le record de la plus longue période d'invincibilité du football national, avec 52 matches sans défaite en 1979[4]. Considéré comme le club le plus populaire du Brésil[5],[6], Flamengo est classé en 2000 à la neuvième place du classement des plus grands clubs du XXe siècle par les lecteurs du magazine FIFA Magazine.

Le club évolue à chacune de ses rencontres au stade Maracanã, et ce depuis sa construction en 1950. Les confrontations avec les trois autres principaux clubs de la ville (Botafogo, Fluminense et Vasco da Gama) deviennent dès le début du XXe siècle très populaires, à l'instar du derby Fla-Flu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'équipe d'aviron en 1896

Vers la fin du XIXe siècle, le sport le plus en vogue à Rio de Janeiro est l'aviron. L'idée de créer un club pour participer à des régates surgit au sein d'un groupe de jeunes du quartier de Flamengo. José Agostinho Pereira da Cunha, Mário Spindola, Nestor de Barros, Augusto Lopes, José Félix da Cunha Meneses et Felisberto Laport achètent en 1895 un bateau d'occasion dans l'espoir de participer à leur première régate. L'embarcation, la première de l'histoire du club, est surnommée « Pherusa[7] » mais au cours de la première sortie en mer, en raison de la météo difficile et de la vétusté du bateau, celui-ci chavire et ses occupants sont secourus par un bateau venu de Penha[8].

Une nouvelle embarcation est ensuite achetée, et le Groupo de Regatas do Flamengo est officiellement crée le 17 novembre 1895 par les mêmes membres pré-cités. Le siège du club se situe alors 22, Praia do Flamengo[9]. Les fondateurs décident de fixer la date anniversaire de la fondation du club au 15 novembre, pour coïncider avec la journée de la République, la fête nationale brésilienne. Ce n'est qu'à partir de 1902 que le club prend le nom de Club de Regatas do Flamengo avant de prendre en 1911 le Clube de Regatas do Flamengo, nom actuel du club[10].

À partir de 1902, le football commence à partager avec l'aviron la préférence populaire en matière sportive. Il faut toutefois attendre 1911 pour voir Flamengo ouvrir une section de football, notamment lorsqu'un groupe de joueurs du Fluminense Football Club quitte le club suite à un désaccord avec les dirigeants. L'un d'entre eux, Alberto Borghert, également avironneur au club de Flamengo, propose alors de créer une nouvelle équipe, rattachée au club rubro-negro.

Du premier match jusqu'au statut professionnel (1912-1933)[modifier | modifier le code]

L'équipe de football en 1912

Flamengo dispute son premier match officiel le 3 mai 1912 contre le Sport Club Mangueira dans le cadre du championnat de Rio et l'emporte sur le score fleuve de 16 buts à 2[3]. L'année 1912 est cependant marquée une scission du football carioca avec l'organisation de deux championnats par la Ligue Métropolitaine des Sports Athlétiques et l'Association de Football do Rio[11]. Pour sa première saison, Flamengo termine à la deuxième place du championnat organisé par la Ligue Métropolitaine, juste derrière le Paissandu Atlético Clube. De nouveau vice-champion en 1913, Flamengo remporte son premier titre de champion de Rio en 1914. Il s'impose à nouveau en 1915, 1920, 1921 et 1925, devenant ainsi malgré sa courte histoire le club le plus titré de Rio après Fluminense.

Le nombre de titres remportés en football et en aviron ayant considérablement augmenté en peu de temps, les dirigeants du club souhaitent améliorer les installations du club. En 1925, le président Faustino Esposel informe le corps dirigeant de la disposition Antônio Prado Jr., alors maire de la ville de Rio de Janeiro, à céder un terrain de plus de trente quatre mille mètres carrés à proximité de la Lagoa Rodrigo de Freitas. Avec la possibilité d'obtenir un grand espace pouvant répondre aux activités sportives et sociales du club, les dirigeants hypothèquent le siège du club pour financer les travaux de construction d'un stade à Gávea[12].

En 1927, le quotidien Jornal do Brasil organise l'élection du club de football préféré des brésiliens en offrant pour l'achat d'un journal un bulletin de vote. Flamengo remporte l'élection devant Vasco da Gama, gagnant ainsi le surnom de Mais Querido do Brasil[1]. Cette même année, le club est pourtant suspendu un an par la Ligue Métropolitaine pour avoir prêté son terrain d'entraînement (alors en travaux d'aménagement à Gávea) au Club Athlético Paulistano. Une grande partie des joueurs quitte le club, croyant que Flamengo n'arriverait pas à se remettre de cette suspension. Mais grâce aux supporteurs flamengistas qui font pression sur la Ligue, le club est finalement autorisé à disputer le championnat de Rio. Malgré une équipe largement amoindrie constituée notamment de joueurs en fin de carrière, le club parvient à se qualifier pour la finale, où il prend le dessus sur Vasco da Gama[12].

Professionnalisation et confirmation du statut pro (1934-1955)[modifier | modifier le code]

L'année 1934 marque l'arrivée à la présidence du club de José Bastos Padilha. Ce dernier va considérablement contribuer à l'amélioration de l'image du club, jusqu'alors perçu comme un club de pauvres. La popularité du club croît notamment avec l'arrivée en 1936 des joueurs Domingos da Guia et Leônidas (futur meilleur buteur de la Coupe du monde 1938). En 1937, l'entraîneur Hongrois Izidor Kürschner prend les rênes de l'équipe et révolutionne le schéma tactique du football flamengista. Zizinho rejoint quant à lui le club en 1939. La modernisation du club est également marquée par l'apparition d'un deuxième maillot permettant une meilleure visibilité des joueurs lors des rencontres nocturnes, l'éclairage de l'époque n'étant que rarement idéal.

Le club connaît pourtant une décennie de disette, jusqu'au titre de champion de Rio en 1939 puis avec le premier triplé carioca du club en 1942, 1943 et 1944. Entre temps, Flamengo participe à sa première compétition internationale, le Torneio Hexagonal da Argentina organisé en février 1941[13]. En 1951, Gilberto Ferreira Cardoso est élu président du club et continue à améliorer l'image du club. Sous sa présidence, les sócios de Flamengo sont de plus en plus nombreux à fréquenter le club et à profiter des activités[14]. Cardoso adopte par ailleurs une plus large politique de recrutement de joueurs étrangers et bâtit l'équipe qui sera tri-championne carioca entre 1953 et 1955.

Entre périodes creuses et marche vers la gloire (1956-1973)[modifier | modifier le code]

La fin des années 1950 et le début des années 1960 marquent une période de domination du football carioca par le Botafogo du légendaire Garrincha. Flamengo affiche ses ambitions régionales en renforçant son effectif avec l'arrivée de Dida, Paulo César, Gérson, Fio Maravilha et Evaristo de Macedo, entre autres[15]. Il remporte notamment en 1961 le Tounoir Rio-São Paulo qui incarne à l'époque bien plus de choses que la simple rivalité entre cariocas et paulistas. Il remporte également deux titres de champion de Rio en 1963 et 1965. Garrincha, très loin de son niveau des années 55-62, signe à Flamengo. Alcoolique, dépressif, Garrincha ne marqura que 4 buts en 15 matchs.

Mais c'est à partir des années 1970 que Flamengo commence à constituer l'équipe qui fera sa gloire. Le club recrute des « craques » tels que Zico, Júnior, Leandro ou encore Andrade[15]. Le club remporte en 1970 sa première Coupe Guanabara, et malgré un crise de cinq mois en 1971 au cours de laquelle le club ne remporte que 8 matches sur 28[16], le club regagne la coupe en 1972 au même titre que le championnat de Rio.

« L'ère Zico » : l'âge d'or du club (1974-1983)[modifier | modifier le code]

Zico est le meneur du club dans ses principales victoires

L'année 1974 marque la titularisation définitive de Zico dans l'équipe et lance ce qu'on appellera « l'ère Zico » (« a era Zico[17] » en portugais). Cette même année, le club remporte son 17e titre de champion de Rio avant de remporter son 18e en 1978. Au cours de ces quatre années, Zico est le meilleur buteur du club avec une moyenne de 44,2 buts par an[18]. Les autres joueurs de l'équipe sont Júnior, Carpeggiani, et Tita, entre autres. L'équipe finit notamment par remporter en 1978 et 1979 son troisième tri-championnat carioca et en 1980 le premier titre de champion du Brésil de son histoire.

Qualifié à ce titre pour la Copa Libertadores de 1981, Flamengo réalise une saison historique en battant en finale les Chiliens du CD Cobreloa en trois matchs (2 - 1 ; 0 - 1 ; 2 - 0). Le club remporte ainsi son billet pour la coupe intercontinentale, où il est opposé au club Anglais de Liverpool. À Tokyo, Flamengo l'emporte sur le score de trois buts à zéro grâce à Nunes et Adílio[19]. Le club devient ainsi le second club brésilien à reporter la compétition, après le Santos FC mené par Pelé dans les années 1960.

Grâce à cette victoire, le rayonnement du club devient international et le nom de Flamengo et de ses joueurs dépasse les frontières du continent sudaméricain. La succès de Flamengo, toujours emmené par le buteur Zico, continue en 1982 et 1983 avec les victoires dans le championnat national. En l'espace de six saisons entre 1978 et 1983, Flamengo remporte ainsi neuf titres d'importance majeure à l'échelle du football national et international[20]. Après la saison 1983, Zico quitte le club pour rejoindre l'Italie et l'Udinese. Ce départ marque alors la fin de « l'ère Zico », sans doute la plus belle page de l'histoire du football rubro-negro.

Les années blanches puis le retour de l'homme providentiel (1984-1989)[modifier | modifier le code]

Le départ de Zico marque un brusque coup d'arrêt dans les conquêtes du club. Au cours des saisons 1984 et 1985, le club ne remporte aucun titre prestigieux[21]. Mais en 1985, Zico réintègre l'effectif flamengista après son exil européen et remporte avec son club de cœur le championnat de Rio en 1986. En 1987 en football, en l'absence du championnat national habituel, est organisée la Copa União. Zico est alors l'un des artisans de la victoire de Flamengo dans la compétition, considérée par le Club des 13 comme l'équivalent du championnat du Brésil[22]. Ce n'est toutefois qu'en 2011, soit plus de vingt ans après le titre, que la confédération brésilienne de football reconnaît formellement la victoire de Flamengo[23] et par conséquent le quatrième titre de champion du Brésil du club.

Au cours des années qui suivent « l'ère Zico », Flamengo va tout de même subir une transformation sur le plan de son image. Aux retombées économiques liées aux victoires du club au début des années 1980 s'ajoutent les premiers contrats publicitaires et de sponsoring dans l'histoire du football brésilien. L'entreprise Petrobras décroche notamment en 1984 le droit de s'afficher sur le maillot rubro-negro, ce qui constitue une première dans l'histoire du pays. Par ailleurs, l'intérêt autour de Flamengo et de ses joueurs, non seulement par la population brésilienne mais aussi par les observateurs étrangers, augmente sensiblement.

Zico, souvent considéré comme l'homme providentiel du club, quitte cependant le club pour Kashima Antlers au terme de la victoire sur Fluminense le 2 décembre 1989 sur le score fleuve de cinq buts à zéro, dont un inscrit par « Galinho »[24].

« C'était tout ce que je voulais. Terminer avec un but et justement de la manière que je préfère : sur coup franc. »

— Zico, meilleur buteur de l'histoire du Clube de Regatas do Flamengo

Au cours de ses 732 matchs disputés sous le maillot de Flamengo, Zico a marqué 509 buts, ce qui fait de lui encore aujourd'hui le plus grand buteur de l'histoire du club[25].

Derniers succès avant la crise (1990-2005)[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, l'équipe composée de Júnior, Júnior Baiano, Paulo Nunes et Djalminha, entre autres. Le club remporte le championnat de Rio en 1991 et le championnat du Brésil en 1992. Après ces titres, Flamengo entre dans une crise financière majeure, rendant les conquêtes nationales et internationales beaucoup moins fréquentes. En 1995, Kléber Leite est élu président du club et parvient notamment à recruter le champion du monde Romário, jusqu'alors joueur du FC Barcelone. D'autres joueurs rejoignent également le club à l'instar de Edmundo ou encore Branco.

L'année 1995, année du centenaire de fondation du club, n'est pas une année victorieuse pour le club, avec uniquement la victoire de la Taça Guanabara. Mis à part le titre carioca en 1996, les résultats en championnat sont décevants. En 1999, l'entreprise suisse de marketing ISL prend la direction du club. Les moyens financiers que l'entreprise apporte permettent à l'équipe entraînée par Mário Zagallo de réaliser un nouveau triplé carioca entre 1999 et 2001 et de remporter la Copa Mercosur en 1999. Mais la mise en faillite d'ISL en 2002 plonge le club dans une crise financière et sportive sans précédent. Le président de l'époque Edmundo dos Santos Silva, accusé de faute administrative est victime d'une procédure de mise en accusation. Sans argent pour former une équipe compétitive, le club n'est pas loin d'être relégué en seconde division en 2002, 2004 et 2005.

La reconstruction puis la renaissance (2006-2012)[modifier | modifier le code]

Le club décide alors de miser principalement sur les joueurs issus de son centre de formation. Très vite, les efforts entrepris pour sortir de la crise paient avec le triplé en championnat de Rio entre 2007 et 2009. Mais le véritable renouveau du club a lieu en 2009. En plein milieu de saison, l'entraîneur Cuca est limogé puis remplacé par Andrade qui parvient à faire passer son équipe de la 10e place au classement du championnat du Brésil à la première place. Ainsi, 17 ans après son dernier sacre national, Flamengo retrouve le chemin de la victoire.

L'histoire récente du club est marquée par la venue de joueurs ayant séjourné en Europe, à l'instar de Adriano et Ronaldinho.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Salle des trophées du CR Flamengo.

Flamengo est l'un des clubs les plus titrés du Brésil, que ce soit au niveau national comme international.

Palmarès de CR do Flamengo
Compétitions nationales Compétitions internationales
Compétitions régionales Tournois

Couleurs et symboles[modifier | modifier le code]

Couleurs et uniformes[modifier | modifier le code]

Drapeau aux couleurs de Flamengo

Les premières couleurs du club, choisies par les fondateurs en 1895, sont bleu et or. Toutefois, les tissus étant toujours importés à la fin du XIXe siècle, les couleurs bleu et or sont difficiles à trouver pour confectionner des uniformes.Pour cette raison, les couleurs du club sont changées en noir et blanc, et le premier uniforme constitué d'une chemise rayée horizontalement en noir et blanc et d'un short noir, voit le jour[26].

Mais très rapidement, les couleurs officielles du club deviennent le rouge et le noir. La section d'aviron choisit un uniforme constitué d'une chemise rayée horizontalement de rouge et de noir et d'un short noir. À l'origine, chaque section du club doit avoir un maillot différent[26]. Ainsi, le 3 mai 1912, date du premier match officiel de la section de football de Flamengo, l'équipe n'est pas autorisée à porter le maillot à rayures réservé à la section d'aviron et se contente de porter un maillot rouge et noir baptisé « Papagaio vintém ». Ce maillot fut utilisé pour la dernière fois le 18 novembre 1913 lors d'une rencontre contre l'America Football Club[27].

À partir de la saison suivante, en 1914, et jusqu'en 1916, le maillot de la section football est rayé de noir, rouge et blanc, à la manière de certains serpents corail, ce qui vaut aux joueurs et à leur maillot le surnom de « Cobra Coral »[28]. Ce n'est qu'à partir de 1916 que la section d'aviron accepte que les joueurs de football adoptent le même maillot constitué de rayures horizontales rouges et noires.

Logos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Mascottes[modifier | modifier le code]

Dessin de Popeye aux couleurs du club

Flamengo a eu au cours de son histoire plusieurs mascottes. La première d'entre elles est apparue dans les années 1940 : au cours du championnat de Rio de Janeiro 1942, plusieurs quotidiens sportifs décident de l'attribution à chaque club de la ville d'un personnage pour écrire des histoires en bandes dessinées. Les personnages sont choisis par le dessinateur argentin Lorenzo Molas qui attribue à Botafogo le personnage de Donald Duck, à Vasco da Gama un amiral rondouillard et moustachu, à Fluminense un personnage élégant avec un haut-de-forme, et enfin à Flamengo le personnage de Popeye[29].

La mascotte Uruba

Dans les années 1960, les clubs rivaux ont pris l'habitude de traiter les supporteurs de Flamengo de « vautours » (« urubu » en portugais), allusion raciste aux nombreux supporteurs afro-descendants de Flamengo[30]. Ce surnom fut largement contesté par les supporteurs rubro-negro, jusqu'au 31 mai 1969, jour d'une rencontre contre Botafogo au Maracanã. Les supporters du club ont alors apporté un vautour dans le stade, qu'ils ont ensuite libéré avant le coup d'envoi avec un drapeau rouge et noir dans les pattes. Flamengo remporte le derby pour la première fois en deux ans sur le score de 2 buts à 1. L'urubu devient alors le symbole du club, et par conséquent remplace l'ancienne mascotte Popeye. En 2007, un surnom est donné à la mascotte, Uruba, et à son fils fictif, Urubinha, créé à l'occasion.

Historique des sponsors[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

De 1912 à 1983, Flamengo n'utilise aucun type de publicité privée sur son maillot[31] jusqu'à la signature en 1984 d'un contrat avec l'entreprise brésilienne Petrobras, marquant ainsi le premier contrat de sponsoring de l'histoire au Brésil[32]. La marque Lubrax du groupe pétrolier est ainsi affichée sur le devant du maillot flamengista, et ce partenariat dure jusqu'à la fin de la saison 2008, soit une durée de près de 25 ans.

De 2009 à 2013, et à cause du changement d'équipementier pour la marque Olympikus, le sponsor principal du club est Olympikus Tube. C'est notamment à partir de cette date que l'affichage du sponsor ne se limite plus à la face avant des maillots, mais apparaît également dans le dos et sur les manches. On peut notamment citer les marques Bozzano, Ale, Batavo, Tim et Procter & Gamble qui décrochent successivement des contrats de sponsoring avec le club.

Équipementier[modifier | modifier le code]

Le premier équipementier officiel de Flamengo est l'entreprise allemande Adidas, à partir de 1980. Le contrat conclu entre les deux parties dure, sauf pour l'année 1981 où le club ne choisit aucun équipementier, jusqu'en 1992, quand Umbro prend la place de fournisseur officiel du club.

À partir de 2000, l'entreprise Nike devient équipementier officiel du club, et ce jusqu'en 2009, année du titre de champion du Brésil pour le club. En juillet 2009, le club annonce qu'il a choisi l'équipementier brésilien Olympikus comme fournisseur officiel au moins jusqu'en 2015.

Mais en 2013 Adidas retourne au Flamengo comme l'équipementier officiel.

Figures historiques[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Flamengo compte, depuis sa création, de nombreux techniciens à la tête de l'équipe. Toutefois, au cours des premières années suivant la création de la section football en 1911, les joueurs sont encadrés par un groupement de dirigeants (comissão técnica en portugais). Il faut attendre 1921 pour voir un seul homme à la tête de l'équipe, en l'occurrence l'Uruguayen Ramon Platero.

À la fin des années 1930, le Hongrois Izidor Kürschner est l'entraîneur flamengista. Bien qu'il n'apporte aucun titre à son équipe, il révolutionne par ses schémas tactiques inédits le style de jeu de Flamengo, et dans une plus grande mesure toute la tactique footballistique brésilienne. Les années 1950 sont marquées par l'arrivée du technicien paraguayen Manuel Fleitas Solich, qui apporte, au cours de ses sept saisons à la tête du club, pas moins d'une dizaine de titres dont trois consécutifs de champion de Rio en 1953, 1954 et 1955.

À la fin des années 1970, l'entraîneur Cláudio Coutinho est choisi pour encadrer les joueurs. Il remporte le troisième triplé de champion de Rio de l'histoire du club en 1978 et en 1979[Note 1]. En 1981, Paulo César Carpeggiani prend le commandement de l'équipe après une carrière de joueur au club entre 1977 et 1980. Cette même année, il offre au club ses plus grandes victoires, à savoir la Copa Libertadores et la coupe intercontinentale. En tant qu'entraîneur, il remporte également le championnat de Rio de 1981 et le championnat du Brésil de 1982.

Les années 1980 et 1990 sont en outre marquées par le passage de Luís Carlos Nunes, plus connu sous le nom de Carlinhos. Entre 1983 et 2000, au cours de ses sept passages à la tête de l'équipe dirigeante, il remporte de nombreux titres dont le championnat de Rio à trois reprises en 1991, 1999 et 2000, le championnat du Brésil en 1987 et 1992, et la Copa Mercosur en 1999.

On peut enfin citer le nom de Mário Zagallo, qui, en plus d'être joueur au club dans les années 1950, fut l'entraîneur de Flamengo à trois reprises au cours des saisons 1972-1973, 1984-1985 et 2000-2001. Il reporta deux titres de champion de Rio en 1972 et 2001, ainsi que la Coupe des champions cette même année.

L'histoire récente du club est marquée par la direction de Andrade, qui remporta en 2009 le Brasileirão, mettant ainsi un terme à une période de 17 ans sans remporter le titre de champion de Brésil.

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Le club compte notamment comme joueurs emblématiques les footballeurs suivants :

(voir aussi Catégorie:Joueur du Clube de Regatas do Flamengo)

Effectif 2014[modifier | modifier le code]

Mis à jour en juillet 2014.

No. Nat. Position Nom du joueur
1 Drapeau du Brésil G Felipe
2 Drapeau du Brésil D Leonardo Moura (cap.)
3 Drapeau du Brésil D Chicão
4 Drapeau du Brésil D Samir
5 Drapeau du Paraguay M Víctor Cáceres
6 Drapeau de l'Équateur D Frickson Erazo
7 Drapeau du Brésil M Elano (prêt)
8 Drapeau du Brésil M Márcio Araújo
9 Drapeau du Brésil A Hernane
10 Drapeau de l’Argentine M Lucas Mugni
11 Drapeau du Brésil A Negueba
13 Drapeau du Brésil D Marcelo
14 Drapeau du Brésil D Wallace
15 Drapeau du Brésil M Muralha
16 Drapeau du Brésil D João Paulo (prêt)
17 Drapeau du Brésil M Gabriel
18 Drapeau du Brésil A Igor Sartori
19 Drapeau du Brésil A Alecsandro
20 Drapeau de l’Argentine M Héctor Canteros
No. Nat. Position Nom du joueur
21 Drapeau du Brésil D Léo
22 Drapeau du Brésil M Éverton
23 Drapeau de la Croatie A Eduardo
25 Drapeau du Brésil M Luiz Antônio
26 Drapeau du Brésil A Paulinho
27 Drapeau du Brésil D André Santos
29 Drapeau du Brésil A Nixon
30 Drapeau du Brésil M Recife
31 Drapeau du Brésil M Mattheus
33 Drapeau du Brésil D Rodrigo Frauches
35 Drapeau du Brésil D Fernando
37 Drapeau du Brésil G César
38 Drapeau du Brésil G Luan
39 Drapeau du Brésil A Arthur (prêt)
40 Drapeau du Brésil M Amaral
48 Drapeau du Brésil G Paulo Victor
TBD Drapeau du Brésil D Gustavo
TBD Drapeau du Brésil M Thomás

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Stade Maracanã et Estádio da Gávea.

Stades[modifier | modifier le code]

Des supporters flamengistas au Maracanã.

Le premier stade officiel de Flamengo est le stade José Bastos Padilha, plus connu sous le nom de stade de la Gávea (« Estádio da Gávea » en portugais), construit par le club lui-même dans les années 1930 et inauguré le 4 septembre 1938 lors de la rencontre contre Vasco da Gama[33].

À l'occasion de la coupe du monde de football de 1950, la municipalité de Rio de Janeiro construit le stade Maracanã, alors le plus grand stade de football au monde avec une capacité de plus de 200 000 spectateurs. Inauguré le 24 juillet 1950, il est ensuite partagé par Flamengo avec les autres principaux clubs de la ville que sont Botafogo, Fluminense et Vasco da Gama. Petit à petit, le stade de la Gávea est abandonné par le club en raison de sa faible capacité (8 000 spectateurs assis uniquement).

En 1997, Flamengo dispute son dernier match officiel à Gávea, et le stade José Bastos Padilha devient le terrain d'entraînement du club. Un projet de revitalisation du site de la Gávea est toutefois en marche selon la direction du club[34].

De 2008 à 2012, Flamengo a par ailleurs temporairement effectué ses matches dans le stade olympique João-Havelange, stade du rival Botafogo, en raison des travaux de rénovation du Maracanã en vue de la coupe du monde de football de 2014.

Parc aquatique[modifier | modifier le code]

Le parc aquatique à Gávea.

Flamengo construit sa première piscine en 1963. Mais à l'occasion de son 70e anniversaire le 15 novembre 1965, le club inaugure juste à côté du stade de la Gávea un parc aquatique destiné aux activités nautiques du club autres que l'aviron, qui se pratique sur la lagoa Rodrigo de Freitas. Le parc compte au moment de son ouverture une piscine olympique à neuf lignes d'eau, chauffée et disposant d'un chronomètre électronique, ce qui en fait à l'époque le parc aquatique le plus moderne du Brésil[35].

Le parc porte aujourd'hui le nom du président Fadel Fadel, en hommage à l'homme qui, au cours de ses quatre mandats à la direction de Flamengo entre 1962 et 1965, s'investit dans la réalisation du projet. Il dispose désormais de cinq piscines utilisées par les sections de natation, de natation synchronisée et de water-polo du club.

Soutien et image[modifier | modifier le code]

Supporteurs[modifier | modifier le code]

Selon la dernière étude de l'Ibope (Institut brésilien d'opinion publique et de statistiques) réalisée en 2011[5], les supporteurs de Flamengo regroupent environ 39,1 millions de personnes au Brésil, ce qui fait de Flamengo le club le plus soutenu du pays. Ces derniers ne sont par ailleurs pas seulement concentrés dans l'État de Rio de Janeiro mais répartis sur l'ensemble du territoire, contrairement aux supporteurs de Corinthians (2e club en nombre de supporteurs selon l'étude de l'Ibope). La torcida de Flamengo est essentiellement constituée de gens issus des classes populaires voire pauvres, ce qui vaut aux supporteurs du club d'être l'objet de moqueries de la part des supporteurs des équipes rivales, notamment de Botafogo.

Les matches de Flamengo sont généralement ceux qui accueillent le plus de spectateurs. Sur les dix rencontres du championnat national ayant attiré le plus de visiteurs, sept sont des matches du club rubro-negro[36]. Le derby Flamengo-Fluminense du 15 décembre 1963 a par ailleurs rassemblé plus de 194 000 spectateurs au Maracanã, ce qui constitue un record mondial en termes d'affluence pour un match de clubs[37].

Groupes de supporteurs[modifier | modifier le code]

Un tifo flamengista au Maracanã

Le Clube de Regatas do Flamengo compte de nombreux supporteurs, qui se sont au fil du temps organisés en groupes apparentés au mouvement ultra. Le premier d'entre eux est la « Torcida Jovem do Flamengo », créée le 6 décembre 1967 sous le nom de « Poder Jovem » et s'inspirant du mouvement Black Power aux États-Unis[38]. La volonté affichée par le club est alors de s'affranchir du contrôle des dirigeants de Flamengo et de lutter contre les préjugés racistes dont sont victimes les supporteurs de Flamengo, majoritairement noirs et pauvres[39]. En 1976, le groupe « Raça Rubro-Negra » est créé et se développe très vite pour compter aujourd'hui dans ses rangs plus de 60 000 membres[réf. nécessaire].

Pour le centenaire de la fondation du club en 1995, un groupe d'amis décide de créer « Fla Manguaça », groupe dont l'esprit festif vise principalement à réunir tous les supporteurs de Flamengo aimant la bière. Le mot « manguaça » signifie en portugais « boisson » ou « bibine » dans un registre plus familier. Ce n'est toutefois qu'à partir de 2001 que le groupe est véritablement reconnu par Flamengo qui accepte de mettre à disposition au Maracanã une zone réservée aux supporteurs. Fla Manguaça se dit être un groupe ouvertement pacifique et contre toute forme de violence, physique ou verbale, à l'encontre des joueurs ou des supporteurs adverses[40].

Le dernier groupe à être créé est «Urubuzada », fondé en 2006 avec une volonté claire de faire le spectacle lors des match de son équipe avant toute autre chose[41]. Le nom du groupe est librement inspiré de l'urubu, qui est le surnom donné aux supporteurs du club et qui deviendra en 2007 la mascotte de l'équipe.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Les principaux clubs de football de la ville de Rio de Janeiro sont, en plus de Flamengo, Botafogo, Fluminense et Vasco da Gama. Dès le début du XXe siècle, les premiers matches entre ces clubs donnent naissance à de fortes rivalités qui s'étendent au-delà des terrains de football. Parmi ces confrontations, la rivalité entre Flamengo et Fluminense est la plus célèbre. Surnommé « Fla-Flu » ou encore « Clássico das Multidões », le derby devient vite un évènement majeur dans la vie sportive de Rio mais également de tout le Brésil. Le 15 décembre 1963, 194 603 spectateurs assistent au duel entre les deux équipes, ce qui constitue un record pour un match de clubs au Maracaña.

Autres sections[modifier | modifier le code]

Le CR Flamengo est un club omnisports, dont les licenciés ne pratiquent pas que le football. En plus de l'aviron, le club compte des sections de football de plage, gymnastique artistique, athlétisme, basket-ball (Flamengo Basketball (en)), judo, natation, volley-ball et water-polo.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1979, deux compétitions sont organisées à Rio.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (pt) « Como surgiu o slogan "O mais querido do Brasil" », flamengoeternamente.blogspot.fr (consulté le 14 mai 2012)
  2. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  3. a et b (pt) « Jogos do C.R. Flamengo de 1912 », www.flaestatistica.com (consulté le 5 mai 2012)
  4. (pt) « Recorde brasileiro de invencibilidade », www.flamengo.com.br/flapedia/ (consulté le 5 mai 2012)
  5. a et b (pt) « Nova pesquisa Ibope iguala tamanho de torcidas de Corinthians e Flamengo », www.esporte.uol.com.br (consulté le 5 mai 2012)
  6. (pt) « Ranking das torcidas: Fla segue no topo », www.globoesporte.globo.com (consulté le 5 mai 2012)
  7. (pt) « Barco Pherusa », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 23 mai 2012)
  8. (pt) « Flamengo », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 23 mai 2012)
  9. (pt) « Sede da praia do Flamengo », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 23 mai 2012)
  10. (pt) « Groupo de Regatas do Flamengo », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 23 mai 2012)
  11. (pt) « Ano 1912 », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 16 mai 2012)
  12. a et b (pt) « De 1921 a 1930 », www.flamengo.com.br (consulté le 19 mai 2012)
  13. (pt) « Année 1941 », www.flaestatistica.com (consulté le 20 mai 2012)
  14. (pt) « 1951 », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  15. a et b (pt) « Jogadores », www.flaestatistica.com (consulté le 20 mai 2012)
  16. (pt) « Jogos do Flamengo em 1971 », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  17. (pt) « Historia ano a ano », www.flaestatistica.com (consulté le 26 mai 2012)
  18. (pt) « Artilheiros - Década de 70 », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  19. (pt) « Mundial Interclubes 1981 », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  20. (pt) « Titulos do CR Flamengo », www.flaestatistica.com (consulté le 26 mai 2012)
  21. (pt) « Titulos do CR Flamengo na década de 80 », www.flaestatistica.com (consulté le 26 mai 2012)
  22. (pt) « Flamengo entrega à CBF documentos do Clube dos 13 e aguarda Taça de Bolinhas », globoesporte.globo.com (consulté le 26 mai 2012)
  23. « Flamengo reconnu champion ... 1987 », www.rtbf.be (consulté le 26 mai 2012)
  24. (pt) « Jogos de 1989 », www.flaestatistica.com (consulté le 26 mai 2012)
  25. (pt) « Artilheiros », www.flaestatistica.com (consulté le 26 mai 2012)
  26. a et b (pt) « Flamengo », www.brasilescolar.com (consulté le 16 mai 2012)
  27. (pt) « Papagaio vintém », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 16 mai 2012)
  28. (pt) « Cobra coral », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 16 mai 2012)
  29. (pt) « Popeye », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 16 mai 2012)
  30. (pt) « Urubu », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 16 mai 2012)
  31. (pt) « Uniformes », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 17 mai 2012)
  32. (pt) « Patrocínios e Parcerias », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 17 mai 2012)
  33. (pt) « Estádio da Gávea », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  34. (pt) « Sede da Gávea », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  35. (pt) « Parque Aquático Fadel Fadel », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 23 mai 2012)
  36. (pt) « Torcida do Flamengo no Campeonate Brasileiro », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  37. (pt) « Flamengo 0x0 Fluminense - Final do Campeonato Carioca de 1963 », www.flamengo.com.br/flapedia (consulté le 20 mai 2012)
  38. (pt) « História da Torcida Jovem do Flamengo », www.torcidajovemdofla.cjb.net (consulté le 20 mai 2012)
  39. (pt) « Ideologia da Torcida Jovem do Flamengo », www.torcidajovemdofla.cjb.net (consulté le 20 mai 2012)
  40. (pt) « Nossa História », www.flamanguaca.com.br (consulté le 20 mai 2012)
  41. (pt) « História da Urubuzada », wwww.urubuzada.com.br (consulté le 20 mai 2012)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Affiche du film Alma e Corpo de uma Raça (1938)
  • Flamengo Penta Tri - A Hegemonia - (2009)
  • Vamos Flamengo - 54 min. (2008)
  • Conte Comigo Mengão - 48 min. (2007)
  • É Campeão - Copa do Brasil 2006 - 48 min. (2006)
  • Alma e Corpo de uma Raça - 98 min. (1938)[1]
  1. (en) « Fiche IMDB - Alma e Corpo de uma Raça (1938) », IMDB (consulté le 5 mai 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]