La Chapelle-sur-Erdre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
La Chapelle-sur-Erdre
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de La Chapelle-sur-Erdre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton La Chapelle-sur-Erdre
Intercommunalité Nantes Métropole
Maire
Mandat
Fabrice Roussel
2014-2020
Code postal 44240
Code commune 44035
Démographie
Gentilé Chapelains
Population
municipale
17 443 hab. (2011)
Densité 522 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 59″ N 1° 33′ 06″ O / 47.299722, -1.55166747° 17′ 59″ Nord 1° 33′ 06″ Ouest / 47.299722, -1.551667  
Altitude Min. 1 m – Max. 57 m
Superficie 33,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Erdre

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Erdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Erdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Erdre
Liens
Site web http://www.lachapellesurerdre.fr/

La Chapelle-sur-Erdre est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Chapelle-sur-Erdre dans le département de la Loire-Atlantique
Situation

Cette ville est située à 3 km au nord de Nantes, à la confluence de l'Erdre, du Gesvres et de l'Hocmard.

Les communes limitrophes sont Nantes, Carquefou, Sucé-sur-Erdre, Grandchamps-des-Fontaines et Treillières.

Selon le classement établi par l'Insee, La Chapelle-sur-Erdre est une commune urbaine, une des 24 communes de banlieue de l’unité urbaine de Nantes ; elle fait donc partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Communes limitrophes de La Chapelle-sur-Erdre
Grandchamps-des-Fontaines Sucé-sur-Erdre Erdre
Sucé-sur-Erdre
Treillières La Chapelle-sur-Erdre Erdre
Carquefou
Nantes Erdre
Nantes
Erdre
Nantes
Géographie humaine

La population de 17 034 habitants est composée de plus d'un tiers de moins de 20 ans. Du fait du fort potentiel attractif de Nantes, la population est en constante évolution.

Le territoire communal s'étire sur plus de 12 km avec des zones urbanisées au sud (près de Nantes) et des zones rurales au nord.

La commune est appréciée pour son cadre de vie agréable qui conjugue les avantages de la ville (proximité des universités, culture, réseaux routiers et transports publics) et ceux de la campagne (7 km de rives, patrimoine historique, vallées vertes).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Chapelle-sur-Erdre possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : La Chapèll-sur-Èrdr (écriture ELG)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Catherine

Ancien site gallo-romain, la ville possède un nombre important de manoirs et de châteaux construits le long des anciennes voies romaines, de la route vers Saint-Jacques-de-Compostelle et de l'Erdre (notamment les châteaux de la Gascherie, de la Desnerie)et le magnifique manoir de la Coutancière.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la roue de Sainte-Catherine d'argent ; au chef d'argent chargé d'une croix ancrée de gueules accompagnée de deux mouchetures d'hermine de sable.
Commentaires : Les mouchetures d'hermine évoquent le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par l'héraldiste Michel Pressensé (délibération municipale du 20 mai 1980), enregistré le 3 octobre 1980.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de La Chapelle-sur-Erdre : « Progrès et fidélité. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1815 Benjamin Lagarde de la Varenne    
1815 1816 Jean-Antoine Chesnard    
1816 1834 Félix de Royers    
1834 1839 Denis Clouet    
1839 1839 Anselme Fleury    
1839 1843 François Nogue    
1843 1870 Anselme François Fleury   négociant, conseiller général de la Loire-Inférieure, député de la Loire-Inférieure
1870 1871 Pierre Lucas    
1871 1874 Oliver Rogatien de Sesmaisons    
1874 1878 Henri Le Maignan de la Verrie    
1878 1881 Épiphane Rozier    
1881 1881 Pierre Lucas    
1881 1896 Chrysostome Ricordeau    
1896 1912 Julien Poydras de la Lande    
1912 1922 Rogatien Lévesque    
1922 1932 Dominique Savelli    
1932 1945 Olivier de Sesmaisons   conseiller général du canton de La Chapelle-sur-Erdre (1933-1967), député de la Loire-Atlantique (1945-1967)
1945 1963 Horace Savelli    
mars 1963 mars 1971 François Clouet    
mars 1971 mars 1989 Donatien de Sesmaisons UDF-PR  
mars 1989 mars 2008 Gérard Potiron PS  
mars 2008 en cours Fabrice Roussel[Note 1] PS professeur d'économie, conseiller régional (2010-2012)[2], vice-président de Nantes Métropole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 17 443 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 398 1 097 2 164 2 119 2 267 2 294 2 420 2 519 2 554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 478 2 580 2 614 2 610 2 505 2 593 2 582 2 504 2 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 514 2 517 2 514 2 324 2 237 2 117 2 090 2 128 2 322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 525 2 878 5 858 12 246 14 830 16 387 16 660 17 443 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,1 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à La Chapelle-sur-Erdre en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
3,9 
75 à 89 ans
6,0 
13,6 
60 à 74 ans
13,8 
24,6 
45 à 59 ans
24,3 
19,9 
30 à 44 ans
20,7 
16,2 
15 à 29 ans
14,8 
21,7 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Transports[modifier | modifier le code]

La Chapelle-sur-Erdre est desservie par un certain nombre de lignes de bus interurbain de la Semitan et des autocars départementaux du réseau Lila.
Depuis le 28 février 2014, la ligne de Nantes-Orléans à Châteaubriant qui traverse la commune du nord au sud a été remise en service sous la forme d'un tram-train, avec quatre gares qui desservent le territoire communal[8], en remplacement de la gare de La Chapelle-sur-Erdre (fermée et détruite) :

Dans un avenir proche, le pôle d'échanges de Babinière-Sud doit être également raccordé au réseau du tramway nantais, dans le cadre des travaux de Connexion des lignes 1 et 2.

La construction d'un tronçon desservant le projet d'aéroport situé à Notre-Dame-des-Landes qui serait greffé à la ligne de Nantes à Châteaubriant au niveau de la gare La Chapelle-Centre est à l'étude. Selon le Schéma de cohérence territoriale (SCOT) de la Métropole Nantes-Saint-Nazaire, il emprunterait approximativement une partie du tracé de l'ancienne ligne de Blain à La Chapelle-sur-Erdre[9]. Ce tronçon permettrait ainsi de relier la gare de Nantes à cet équipement en 30 minutes environ[10]. Cependant, les différentes alternatives de tracés proposé aux chapelains pour la traversée ou le contournement du bourg soulèvent des controverses[11].

Sports[modifier | modifier le code]

C'est à La Chapelle-sur-Erdre qu'est basé le FC Nantes. Les différentes infrastructures du club (Siège administratif, Centre d'entraînement de l'équipe professionnelle et Centre de formation) sont regroupées au sein du Centre sportif José-Arribas (également surnommé Centre sportif de La Jonelière).

À La Chapelle-sur-Erdre se trouvent aussi le Badminton Club de l'Erdre[12] évoluant en National 2, l'AC Chapelain Football[13], club évoluant en DH, l'Erdre Basket Club[14], La Chapelaine Handball[15] évoluant en Pré-nationale, et le FC Erdre futsal évoluant en championnat élite.

Parmi les licenciés en athlétisme on compte :

  • Julie Collignon, championne de France junior de cross 2007, et l'équipe du club « Erdre Athlétisme », championne de France junior de cross 2006
  • le collège Le Grand Beauregard Champion de France UNSS en athlétisme par équipe en 1999.[réf. nécessaire]

Culture[modifier | modifier le code]

La ville compte plusieurs équipements culturels

  • L'espace culturel Capellia (rue de Roche Blanche)
  • Le JAM, salle de musiques actuelles qui dispose également d'un studio de répétition
  • La bibliothèque municipale (place Savelli)
  • Le pôle musical (ouverture prévue au printemps 2012) qui accueillera l'école de musique associative de la ville.
  • De nombreuses associations interviennent également dans le domaine culturel

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Il a été élu conseiller régional suite à l'invalidation de l'élection de Patrick Naizain par le Conseil d'État le 3 décembre 2010. Source : La Gazette des communes, 6 décembre 2010.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. « La Chapelle-sur-Erdre 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population - La Chapelle-sur-Erdre - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  8. Article sur www.france3.fr du 28 février 2013.
  9. Scot - Document d'orientations générales - paragraphe 4.1.1
  10. Préfecture de la Loire-Atlantique (documents remis lors la réunion publique d'information du 28 janvier 2008
  11. Blog sur le projet de tram-train La Chapelle-sur-Erdre - Notre-Dame-des-Landes
  12. Site du BCE
  13. Site de l'AC Chapelain Football
  14. Site de l'Erdre Basket Club
  15. Site de La Chapelaine Handball
  16. Presse-Océan 22 Avril 2013 : Ianca officiellement jumelée avec la ville